Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 19:47

Mélenchon, présidentielles, PCF

 

Pourquoi a-t-on imposé aux communistes Jean-Luc Mélenchon et des « primaires » du Front de gauche pour 2012 ?

 

Mélenchon est égal à lui-même et aucun ne peut en être surpris. Ce politicien social-démocrate, formé par le trotskysme lambertiste de l’OCI (comme Jospin), se délecte de jouer le bateleur, maintenant avec une plus grande exposition. Tour à tour, selon le media qui l’interroge, il met en avant son « populisme » ou des prises de position radicalement de gauche.

Mais derrière le brouillage, deux positionnements fondamentaux demeurent.

En 2005, comme Fabius, il s’est posé en leader du « non de gauche » à la constitution européenne, seulement à ce projet là. Car en 1992, chantre zélé de Maastricht, qu’il qualifiait au Sénat de « bon compromis de gauche », Mélenchon révélait son adhésion profonde à l’UE du capital.

Depuis 2008, il a la dent dure pour ses camarades de sa maison-mère le PS qu’il a quittée et qui l’a nourri grassement. Mais il s’applique à tout ramener aux échéances institutionnelles de 2012 (la « révolution par les urnes ! ») et à la gauche unie, forcément avec ses anciens amis.

 

On comprend que les media valorisent autant le personnage depuis quelques mois. Lui et son groupe de transfuges sont la meilleure voiture balais à « gauche » que le PS et les forces de l’alternance peuvent imaginer. Ce sont aussi de bons instruments pour étouffer toute remontée de la grande organisation politique, historiquement au service du monde du travail, le PCF.

 

Mais pourquoi la direction du PCF a-t-elle choisi de rendre possible cette opération en le propulsant avec le « Front de gauche » ?

101012_melenchon_laurent.jpg

Mélenchon n’a pas caché son jeu. Il veut faire une OPA sur le PCF. Son projet est de constituer un parti de gauche, façon Linke, ou, à défaut, une coalition de gauche qui effacerait progressivement le PCF. Admirateur inconditionnel de Mitterrand, celui qui annonçait qu’il prendrait trois millions de voix aux communistes, Mélenchon est maintenant prêt à dire une messe en mémoire de Georges Marchais. Pour faire peuple, il donne dans la grossièreté, ce qui montre combien, à l’opposé de Georges, il méprise profondément les travailleurs.

En contribuant à faire perdre au PCF la moitié de ses conseillers régionaux en 2009, il a bien commencé avec le « Front de gauche ».

 

La direction du PCF semble en redemander. La direction, pas les communistes.

Rappelons que la constitution du « Front de gauche » s’est faite en conciliabule avec Mélenchon, sans contenu ni projet, en novembre 2008, parallèlement au 34ème congrès du Parti. La plupart des congrès départementaux était déjà passée. La proposition de résolution parlait de « constructions unitaires avec des cadres, des fronts, des alliances adaptés aux contenus portés et aux échéances affrontées », pas de « Front de gauche ».

Le « congrès » extraordinaire de juin 2010, anti-statutaire, en évitant de soumettre un texte à l’amendement des communistes, a confirmé ce choix et a décidé d’aller plus loin encore en adoptant le principe de candidatures communes aux élections de 2012.

 

Voilà maintenant les communistes enfermés dans une sorte de primaire pour les présidentielles, aussi lamentable que dans les autres partis, dans une resucée de l’épisode des Collectifs antilibéraux, alors que s’exprime si fortement dans les luttes le besoin du PCF.

 

Au « congrès » de juin, André Chassaigne était le plus opposé à une candidature présentée par le PCF et même ce que l’on fixe une date pour la désignation par les communistes d’un « candidat du PCF à la candidature ».

A la fête de l’Huma, il se porte candidat lui-même. Il le fait en son nom propre sans que le CN du PCF donne son avis. Mais il est invité à parler en vedette au meeting de Japy le 8 novembre et est poussé par les premiers dirigeants. Qu’est-ce que ça veut dire ?

 

Mélenchon ou Chassaigne, Chassaigne ou Mélenchon, un « ticket » avec les deux dans le cadre d’un accord combinant présidentielle et législatives ?

 

Dans tous les cas, c’est le « Front de gauche » à la place du PCF.

Dans tous les cas, c’est l’alignement sur la gauche social-démocrate préparant une nouvelle gauche plurielle. Chassaigne est connu (et le revendique, comme à Japy) pour être un partisan de l’alliance de toute la « gauche » derrière le PS. Depuis 30 ans, on a pu mesurer à quoi conduisait la stratégie prétendant « tirer le PS à gauche ». 

Dans tous les cas, c’est prendre les choses à l’envers et concentrer l’attention des communistes non sur les luttes, non sur les propositions communistes mais sur l’échéance institutionnelle. Le programme « partagé », partagé avec la mouvance de la « gauche non communiste », habille la chose.

 

Le « Front de gauche », c’est bien l’alignement derrière le PS, l’effacement des positions communistes, la dilution du PCF avant sa transmutation. Les refondateurs, qui la souhaitent depuis longtemps, ne s’y trompent pas en se préparant à le rejoindre. Mélenchon est l’instrument efficace, même s’il demande beaucoup en échange, de cette opération qui se situe dans la droite ligne de la « mutation » et de la « métamorphose » du Parti voulues par les directions depuis au moins le Congrès de Martigues.

 

Nombreux sont les communistes qui sentent le danger et voient les pièges, notamment pour les présidentielles.

 

Au « congrès » extraordinaire, le texte alternatif « Face au capital, le peuple a besoin du PCF » a posé la nécessité, dans les conditions précises, d’une candidature présentée par le PCF sur des positions communistes, élaborées par les communistes.

Aujourd’hui, continuons à prendre les choses dans l’ordre et à rester sur le fond. Il ne s’agit de rentrer dans le jeu et de dénicher un moindre mal, un sauveur qui se présenterait, en dehors du Parti, sur quelques affirmations identitaires doublées de positions ambiguës.

Il s’agit de porter les positions communistes qu’appellent les luttes, de continuer à faire vivre et renforcer les organisations du PCF sur ces bases, de faire monter le plus largement l’exigence de la candidature y correspondant pour ces moments du combat que sont les élections.

 

Et, dans la période, ce peut difficilement en être d’autres qu’une candidature PCF.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans 2012 : Consultation PCF
commenter cet article

commentaires

Julien 03/05/2011 02:53


N'empêche que le chemin qu'emprunterait le PCF si il quittait le Front de gauche, et n'importe quel observateur un peu sensé de la vie du parti le sait, ça serait de re-devenir inévitablement un
satellite des soc-dems dans une nouvelle coalition "gauche plurielle", et celà au nom de la préservation de "l'identité communiste"... Non seulement vous êtes risibles (oser prétendre
qu'aujourd'hui en 2011, en France, la "vraie gauche" c'est uniquement... le Parti Communiste, c'est tellement comique que ça ferait presque penser à la morgue des pires sectaires-mégalos du NPA)
mais vous êtes OBJECTIVEMENT les meilleurs alliés des élites sociales-libérales qui tremblent à l'idée de voir émerger une alternative sérieuses à gauche.


moicmoi 15/04/2011 22:46


non pardon... 6 commentaires en 4 mois. cqfd


moicmoi 15/04/2011 22:45


cet article me desole. Le pire de tout cela, c'est de savoir qu'il y a des gens pour tenir ce discours au PCF. J'ai ete 10 ans au pc (j'ai 28 ans aujourd'hui); alors pas de mauvais proces
d'intention: je suis de gauche, pas de droite.
Mais regardez la realite les gars! Certes on a plus que jamais besoin du pc; mais quel est le resultat dans les urnes? Le PC est deja quasi mort (seul les adherents votent pc, quasi), et il a fait
cela tout seul.
Le Front de Gauche donne un elan a gauche. Profitons en!

Le resultat d'une candidature pc unique, sera la disparition pure et simple du dit PC. Ne vous tirez pas une balle dans le pied... ou meme dans le coeur dans ce cas.
vous devriez meme retirer cet article, car il desert notre cause; et fait de la contre publicite .

et je vous rapelle qu'au lendemain du premier tour des cantonales... le PC est alle voir le PS pour fraterniser. Le PG n'y est pas alle, lui.
Alors revoyez votre copie sur ceux qui pactisent avec les soc-dem!

et puis regqrder ce forum... 6 commentaires en 3 semaines! cela montre l'etat de deliquescence du PC (du moins de votre tendance).
C'est malheureux, j'en conviens.

En 45, et le CNR, le PCF faisait 40% au election. Le rapport de force etait en notre faveur. Pas aujourd'hui; malheureusement.


Jack Freychet 25/03/2011 10:29


Des socialistes s'interrogeaient dernièrement sur l'héritage laissé par Mitterrand auquel il convient d'ajouter, Jospin et la gauche plurielle qui ont privatisé à tour de bras: C'est le retour
d'une droite encore plus dure, Chirac puis Sarkozy et ses amis véritables clones de ceux qui ont livré L'Europe aux nazis et la France à Pétain.
Je rejette toute idée d'union avec les successeurs de ceux qui ont applaudi le lâche soulagement de Munich, abandonné la République espagnole trempé dans toutes les affaires coloniale, y trempent
encore actuellement en Libye.
Mélenchon dont je n'attendais rien, j'ai lu son livre, s'est déshonoré en soutenant la résolution du parlement européen, avec dit-il l'aval de la direction du PCF. Il est disqualifié. Il aura un
bulletin blanc supplémentaire s'il est retenu par le Front de "Gôche" pour les présidentielle de 2112, je le lui est fait savoir. Les trois députés européens membres du PCF ne sortent pas grandis
par leur abstention.
L'unité est importante, mais sur la base d'un compromis social de même nature que celui du programme du Conseil national de la résistance qui a permis les avancées sociales dites des trente
glorieuses avec comme préalable le refus de l'assujettissement aux contraintes de L'Union Européenne du FMI et de L'OMC.
Oui à l'internationalisme prolétarien non au parti de l'étranger anglo-saxon, au capitalisme mondialisé et à l’impérialisme Euro- Etats unis. Obama avait fait illusion aujourd’hui il montre sa
véritable nature.
En dehors il n'y a pas de salut possible. Du moins sur les court et moyen termes. Petit à petit, en l’absence d’alternative crédible à gauche, l’abstention progresse, l’opinion devient xénophobe la
tendance fascisante s'accentue, l’extrême droite tisse sa toile. Quel que soit le résultat des prochaines présidentielles 2017 sera vite arrivé.
Les chants désespérés sont rarement les plus beaux


Leolcoco 23/03/2011 23:30


Etant communiste depuis ma plus tendre enfance, je trouve cet article à la limite du ridicule.
Ce purisme dont certains transpirent sous pretexte que ce sont EUX la vraie gauche m'exaspère. Le parti de Gauche et la Gauche Unitaire sont tous deux de VRAIS partis de Gauche, tout comme le PC.
Ces éléctions cantonales nous ont montré combien l'UNITE est importante. Vous parlez de Lutte, très bien je suis le premier à la réclamer mais à quoi servent les luttes quand le rapport de force
est inexistant. Le FRONT DE GAUCHE permet de construire ce rapport de force, il permet de peser sur la scène politique et d'affirmer les valeurs de la gauche. Que vous n'aimiez pas la personne de
Mélenchon est une chose mais ne faites pas de nos alliés des ennemis, ne faites pas de nos alliés des chantres du capitalisme car tout comme nous ils se battent contre car tout comme nous ils
veulent renverser un système exécrable qui fout dans la rue chaque jour des milliers de personnes. L'heure est au rassemblement de la gauche, l'heure est à l'éducation, ensemble nous pouvons
convaincre que notre vision du monde est la BONNE. Ce genre d'article me désole..