Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 14:28

Les perspectives politiciennes portées par la « base commune » restent toujours aussi inacceptables.

 

Réflexions de la Commission du texte de la section du PCF Paris 15ème pour le 34ème congrès.

 

17 novembre 2008 

 

La base commune de discussion adoptée par le Conseil national sortant porte une cohérence que notre section rejette. Derrière le flou des formulations, l’esquive de tout bilan et l’absence d’une analyse sérieuse de la situation politique traduisent la volonté de la direction sortante de poursuivre les choix stratégiques d’effacement du PCF et de son identité, malgré les résultats désastreux que l’on sait.

C’est précisément pourquoi notre section a été partie prenante de l’écriture et du dépôt du texte alternatif « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps » pour lequel se sont prononcés les adhérents de la section lors du vote des 29 et 30 octobre.

Nous ne nous sommes pas trompés.

Le vote des communistes à peine passé, des dirigeants du parti sont aussitôt ressortis du bois. Dans une contribution collective, comme en 2007 après les présidentielles, ils remettent à l’ordre du jour la remise en cause de l’existence même du PCF, s’appuyant logiquement sur le texte de base commune, sur la « métamorphose » du Parti qu’il propose.

D’autres clans dirigeants avaient exprimé un choix similaire dans un texte collectif précis, qu’ils se sont gardés de soumettre au vote, préférant laisser passer la base commune du CN. De façon parfaitement anormale, ce texte a été envoyé avec les documents du vote.

D’autres dirigeants enfin jouent maintenant les effarouchés devant ces perspectives de « dépassement » du PCF. Mais on trouvera meilleurs « gardiens du temple » que ceux qui, sans critique, se sont rangés, quand ils ne l’ont pas écrit eux-mêmes, derrière le texte de base commune, après avoir mis en œuvre les orientations qui ont sapé l’influence du Parti ces dernières années.

Comme le dit M.Mélanchon, juste sorti du PS et désireux d’entraîner le PCF dans une recomposition politique, on ne peut pas demander au PCF de se saborder. Enfin pas tout de suite…

D’ores et déjà, alors que le congrès ne s’est pas exprimé, le CN décide déjà des contours de la campagne et des listes dans lesquelles le PCF se retrouvera aux élections européennes.

 

Nous nous opposons frontalement à tous ces scénarios, compatibles, de disparition progressive du PCF, qui évoluerait en une coquille vide, et de ce qu’il représente dans un ensemble recomposé de « gauche » indéterminée, toujours arrimé au PS.

Voilà ce que le texte de base commune du CN sortant, maintenant projet de résolution du congrès, rend possible et prépare. Il porte le contraire de l’unité des communistes et du parti.

Malgré la confusion entretenue, il n’a obtenu, uniquement comme base de discussion, que l’approbation de 22000 adhérents, représentant 16% des effectifs revendiqués, parmi lesquels nombreux sont ceux qui n’acceptent pas davantage la perspective de dilution du Parti que nous.

 

Dans l’immédiat, comme toutes les organisations du parti, nous préparons la suite du déroulement du congrès, notre assemblée de section, le congrès départemental, le congrès national.

 

Il n’est pas question pour nous de rentrer dans la logique de la base commune. Ce texte n’est pas amendable sur le fond. Il serait illusoire et dangereux d’essayer de le rendre plus acceptable marginalement.

 

C’est dans ce sens que sont proposés les « amendements » ci-dessous. Ils remettent tous en cause la cohérence du texte et visent à créer les conditions du débat sur les questions stratégiques principales qu’esquive le texte.

 

 

34ème congrès du PCF – Section du PCF Paris 15

 

Propositions d’interventions sur le texte de congrès,

 

 

Texte de base : la version disponible sur le site du PCF en 25 pages, malheureusement sans numérotation des lignes…

 

 

INTRODUCTION :

 

C’est un condensé de tout l’irrecevable du texte :

- refus de mettre à l’ordre du jour la question de l’échec des stratégies des derniers congrès,

- affirmations fumeuses visant à montrer que, puisque « nous avons changé de monde et d’époque », il faudrait continuer à changer, à « refonder » le Parti, dans la suite de la Mutation à l’œuvre depuis Martigues.

- perspective politique pensée uniquement dans la « gauche », hors de toute analyse du développement de la lutte des classes.

 

Aussi, nous proposons de supprimer intégralement le texte de cette introduction et de lui substituer le préambule du texte alternatif « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ».

 

PREMIERE PARTIE :

 

Cette partie est presque entièrement à réécrire.

 

Elle rentre en plein dans le discours fumeux sur le « une nouvelle époque, un autre monde ». Tout est « nouveau » ou « transformé », même le FMI ou la Banque Mondiale, comme s’ils avaient jamais été autre chose que des instruments du « processus de domination » (page 4).

 

Tout au contraire, l’analyse de la crise financière actuelle montre la permanence du capitalisme comme système d’exploitation et des dangers de l’impérialisme pour la planète. Il n’y a pas un « capitalisme financiarisé à outrance » (page 3) avec la « contre-offensive néo-libérale » (page 4) mais le capitalisme tout court.

 

La suite de cette partie est d’une grande faiblesse et ne répond pas à l’analyse marxiste sérieuse de la situation nationale et internationale dont les communistes ont besoin. En particulier, le développement des luttes en France et la perspective politique qu’elles recherchent n’est pas pris en compte.

 

PARTIE SUR LES « GRANDS AXES DE TRANSFORMATIONS »

Les mêmes remarques valent que sur l’ensemble de ces pages. Certains points précis permettent plus facilement de susciter le débat.

 

Sur cette partie, nous proposons des amendements de fond sur le projet :

 

Page 12 :

 

Dans « Un nouveau mode de développement. », dans le 3ème § « un nouveau mode de production » :

 

AMENDEMENT. Ajouter en fin de § : « Nous faisons nôtre la revendication de la renationalisation intégrale de GDF et d’EDF, de leur fusion et de la reconquête de leur monopole public sur la production, le transport et la distribution du gaz et de l’électricité sur le territoire national ».

 

AMENDEMENT (complémentaire) : « Nous demandons la nationalisation du groupe Total ».

 

Page 13 :

 

A la fin du § « des financements nouveaux… »

 

AMENDEMENT. Ajouter : « En premier lieu, nous nous battons pour rendre pleinement à la Sécurité sociale sa ressource naturelle, la part socialisée des salaires et pour mettre fin au scandale des exonérations de cotisations sociales patronales qui auront coûté à la Sécu et à l’Etat 32 milliards d’euros en 2008 ».

 

A la fin du § « maîtrise publique » :

 

AMENDEMENT. Ajouter « Elle passe par la renationalisation des institutions publiques financières privatisées depuis 1986 ».

 

Page 14 :

 

AMENDEMENT, dans le § « démocratisation de nos institutions », ajouter après « lois » :

« en remettant en cause l’élection du Président de la République au suffrage universel et la coïncidence des élections présidentielles et législatives issue du quinquennat ».

 

Dans le § « création d’une véritable démocratie sociale ».

AMENDEMENT, ajouter après « territoires » : « à l’opposée de la conception gouvernementale du « dialogue social », nouvelle formule de la collaboration de classe ».

 

Pages 14 et 15 : Europe

 

AMENDEMENT : supprimer le 1er§ et remplacer par :

« Notre projet, c’est celui de développer des coopérations mutuellement avantageuses, pour chaque peuple, pour la paix, entre pays d’Europe, à l’opposé des traités successifs de l’UE qui n’ont, depuis l’origine, été conçus que dans l’intérêt des puissances d’argent et dans une logique atlantiste. »

 

Dans le § 2 :

AMENDEMENT : supprimer la 1ère phrase et le mot « désenchantement ».

 

Après le §2, ajouter :

AMENDEMENT : « Cette situation offre des possibilités renouvelées de résistance au plan national, comme au niveau international, au processus d’intégration européenne qui cherche à écraser les acquis sociaux et démocratiques de chaque peuple, les bases réelles de leur coopération. »

 

Dans le §3 :

AMENDEMENT : supprimer « le besoin d’Europe, d’une construction » et remplacer par « l’exigence de coopérations ».

 

Page 15 : « un monde solidaire pour garantir la paix »

 

3ème§ :

AMENDEMENT. Modifier et ajouter après « nous voulons unir contre les logiques de guerre » :

«  Nous voulons agir pour une solution juste et durable à la question palestinienne, pour en finir avec l’occupation et la colonisation, pour l’édification d’un Etat palestinien indépendant, à côté de l’Etat d’Israël, dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-est comme capitale et la reconnaissance du droit au retour des réfugiés. Nous voulons agir pour … »

 

AMENDEMENT : en fin du 3ème §, ajouter :

« Dans cet objectif, nous renouvelons notre soutien et manifesterons notre solidarité avec les expériences progressistes menées dans le monde, notamment dans en Amérique Latine, les expériences socialistes à Cuba, au Venezuela et en Bolivie ».

 

AMENDEMENT. En fin du 3ème §, ajouter :

« Dans cet objectif, nous refusons le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN et demandons la sortie unilatérale de notre pays de cette organisation comme de la politique européenne intégrée de défense et de sécurité sous son égide ».

 

AMENDEMENT. en fin du 3ème§, ajouter :

« Dans l’immédiat, nous engageons une campagne pour le retrait des troupes françaises d’Afghanistan ».

 

 

PARTIE A PARTIR DE LA PAGE 16 : être à l’initiative pour de nouvelles dynamiques politiques à vocation majoritaire

 

Page 17 : « les constructions majoritaires pour le changement »

 

Dans « Des leçons de nos expériences passées » : POSER LA QUESTION DU BILAN DES CHOIX DE LA DIRECTION

 

AMENDEMENT : ajouter après le 1er§ : « Nous faisons le constat que les expérimentations de nouvelles formes de rassemblement, engagées depuis 1994, notamment les « forums », les « espaces citoyens », puis à la suite du congrès de Martigues en 2000, ont échoué et ont ramené notre parti à une stratégie d’alliances au sommet enfermée dans le cadre institutionnel ».

 

Dans la 1ère phrase du 3ème§ :

AMENDEMENT : supprimer « à plusieurs reprises » et ajouter après la phrase : « Notre parti a été perçu comme la caution du social-libéralisme et a perdu une grande part de sa crédibilité ».

A SUIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans 34ème congrès - préparation déroulement
commenter cet article

commentaires

*** 27/11/2008 15:07

Pages 14 et 15 : Europe
il faut sortir la France de cette Union européenne du grand capital.

pedrito communista 18/11/2008 21:31

Quelles armes devrons-nous prendre pour être entendus par la CN qui s'obstine à poursuivre des choix que lui conteste la très forte "minorité" qui s'est dégagée - contre et malgré les manoeuvres et magouilles de nombreuses fédés , manoeuvres et magouilles de pseudo "dirigeants" indignes d'un parti "démocratiques"?