Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 06:56

Communistes, nous ne nous laisserons pas déposséder de la préparation du congrès de notre Parti par des directions disqualifiées

Aujourd’hui 14 juin 2008 s’ouvre à Tours la troisième des « rencontres nationales » décidées par la direction dans le cadre de la préparation du 34ème congrès du PCF de décembre prochain, après celles de Paris et de Marseille.

Militants, responsables du PCF, dans nos sections, nous faisons remarquer que les participants ont été désignés arbitrairement par les directions départementales suivant des critères qui échappent aux adhérents. Nous dénions à ces réunions non statutaires et non « décisionnelles » toute validité pour orienter les débats de notre congrès.

Nous n’accepterons pas que le résultat de ces réunions comme les textes des 8 « ateliers », également non statutaires, servent à faire diversion et à éluder le bilan de la stratégie de la direction sortante et ses responsabilités dans les cinglants échecs électoraux et organisationnels de 2007. La question de la rupture avec cette stratégie d’effacement de l’identité du PCF, d’alignement sur le PS, de reniement de nos positions fondamentales et d’abandon de nos structures originales d’organisation doit être placée au cœur du congrès.

Tour à tour, après le désastre de la candidature « antilibérale » aux présidentielles, les principaux dirigeants du parti se sont prononcés pour la remise en cause de « l’existence même du PCF », certains pour son « dépassement », d’autres pour sa dilution dans un ensemble de « gauche ». Ils ont reconnu d’une certaine façon quel était le point d’arrivée de la « Mutation » imposée depuis les années 90.

Ces choix ont été clairement désavoués depuis.

A l’Assemblée nationale extraordinaire de décembre 2007, les délégués des sections du Parti ont rejeté sans ambiguïté toute perspective de disparition du PCF. Les élections locales de mars 2008, notamment les 9,3% obtenus aux cantonales sur des candidatures clairement identifiées comme communistes, ont balayé la thèse du « déclin inéluctable » que des dirigeants avaient reprise. La débâcle électorale des partenaires italiens de la direction du PCF dans le PGE, Parti de la gauche européenne, a également confirmé le contresens de l’abandon de la référence communiste.

Il est inacceptable que ces dirigeants disqualifiés, qui pilotent la majorité des « ateliers » aient encore la prétention de revenir à la charge, de monopoliser le débat en se répartissant les rôles. Certains clans dirigeants, adeptes du « pôle de radicalité » ou nostalgiques de la « gauche plurielle », crient au « verrouillage » de la préparation du congrès. La presse, notamment l’Humanité complaisamment, donnent de l’importance à leurs déclarations.

Pourtant, comme les autres groupes dirigeants qu’ils mettent en cause, ils se sont rangés derrière les mêmes orientations, les mêmes textes, la même stratégie lors des derniers congrès.

Il est temps que tous les communistes se donnent les moyens d’intervenir pour l’avenir du PCF, de réinvestir leur parti, le parti communiste dont le monde du travail et le pays ont besoin pour une alternative politique au pouvoir capitaliste, le seul parti politique, de classe et de masse, qui a tenu tête historiquement au capitalisme et à ses serviteurs en France.

Après le désastre de 2007, il était dans l’ordre des choses que les directions remettent aussitôt leur mandat. Elles ont réussi à esquiver la tenue d’un véritable congrès extraordinaire et le changement nécessaire de ligne politique. Dans les faits, elles poursuivent la même ligne. Face à l’accélération de la politique du pouvoir de casse sociale, économique et démocratique, elles continuent à délivrer un message inaudible, à s’intégrer dans l’ensemble de la « gauche », malgré, entre autres, le soutien du PS au nouveau traité de l’UE, à être incapable de dégager une perspective politique au mouvement, pourtant très élevé, des luttes. Là aussi, il y a une forme de verrouillage de la préparation du congrès. Des éléments parmi les plus dynamiques dans le combat de classe sont tenus à l’écart des débats de ce qui doit être leur parti.

Aujourd’hui, symboliquement dans cette ville, nous exprimons notre refus de toute formule de « congrès de Tours à l’envers » : retour au réformisme, fusion avec le PS, disparition du PCF. Nous affirmons notre soutien à tous les communistes qui dans des dizaines de sections entendent porter une alternative, notamment à l’occasion du 34ème congrès, au processus de liquidation de leur parti et qui entendent le faire vivre et le développer sur la base de son rôle dans la lutte des classes.

Nous serons personnellement de ceux là.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans 34ème congrès - préparation déroulement
commenter cet article

commentaires