Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 15:08
     Ce premier mai, Evo Morales a annoncé une série de nationalisations qui marquent un point de non-retour dans sa politique de construction du socialisme en Bolivie.

    Le 21 avril dernier, à l’ONU, il avait confirmé sa volonté d’ « en finir avec le système capitaliste », responsable selon lui de la dégradation de l’environnement, de l’accroissement des inégalités et des guerres impérialistes. Ce premier mai, il a démontré une nouvelle fois qu’il savait mettre ses actes en accord avec ses discours.

     Il a poursuivi la renationalisation des hydrocarbures – quatre filliales appartenant à des multinationales telles que Repsol, Shell ou BP ont été nationalisées – et a « remis entre les mains du peuple bolivien » l’entreprise nationale de Telecommunications (ENTEL), détenue par une multinationale italienne. Certes, ce n’est pas une première, déjà le premier mai 2006, il avait entamé le processus de nationalisation des hydrocarbures, en forçant les multinationales à signer des contrats avantageux pour l’Etat et le peuple bolivien. Ces nouvelles nationalisations montrent que le soutien mais aussi la pression du peuple bolivien poussent toujours plus Morales et son gouvernement vers la socialisation de l’économie.
     La bourgeoisie bolivienne, appuyée par l’impérialisme américain, a compris le danger et livre toutes ses forces dans la bataille pour renverser Morales. L’oligarchie compte sur le soutien des quatre provinces les plus riches, dont celle de Santa Cruz, qui concentrent les gisements d’hydrocarbures. Porte-drapeau de l’autonomie, l’oligarchie ne cache plus désormais ses vélléités sécessionnistes. Pour arracher des mains du peuple bolivien les richesses de sa terre, elle est prête à remettre en cause l’indépedance et l’unité de la Bolivie, chèrement conquise au colonisateur espagnol.
     
      Les oligarques de la région de Santa Cruz qui tiennent les pouvoirs locaux, soutenus financièrement par le gouvernement états-unien, organisent ce dimanche un référendum local, illégal et anticonstitutionnel, sur l’autonomie de la province. C’est une véritable déclaration de guerre lancée au gouvernement bolivien ; ennemie de la lutte de classes en théorie, la bourgeoisie sait la pratiquer, en transformant une guerre civile larvée en guerre civile affichée. L’histoire se répète en Amérique Latine. Face à une construction pacifique, démocratique et légale du socialisme, la bourgeoisie, qui a déjà trahi les intérêts du peuple et de la nation boliviennes, est prête désormais à lancer le pays dans une guerre civile fratricide.

 
     Fidel Castro a parlé fort justement, dans sa lettre du 1er mai, d’une « épreuve du feu » pour le peuple bolivien et plus largement pour les peuples latino-américains. La bourgeoisie sait qu’elle ne peut plus laisser faire et que la construction du socialisme en Bolivie serait un espoir pour tous les peuples dominés par l’impérialisme. Morales doit désormais passer une nouvelle étape dans la construction du socialisme en Bolivie, y compris en dépassant un strict légalisme, que la bourgeoisie a d’ores et déjà jeté par dessus-bord. Dans cette tâche, il a le soutien de son peuple, celui des Etats anti-impérialistes latino-américains, et celui de tous les sympathisants du socialisme à travers le monde (cf appel d’intellectuels).



Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans CUBA SI! Amérique Latine: expériences socialistes
commenter cet article

commentaires