Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 15:37

PCF/Nucléaire : le débat, cela ne consiste pas à minimiser les contradictions !

 

L’énergie atomique est une question épineuse pour les partenaires du Front de gauche.

Mélenchon a décidé de surfer sur la vague « écolo » et demande la sortie du nucléaire.

La direction du PCF ne peut pas rompre avec un positionnement historique, riche et argumenté, en faveur d’une industrie nucléaire civile nationalisée répondant aux besoins, toujours porté notamment par les militants communistes et syndicalistes d’EDF-GDF.

Entre les deux options, la contradiction est entière.

 

L’accord PS-EELV s’est fait dans les conditions lamentables d’un marchandage de circonscriptions électorales. Les modifications de texte, après coup, ont fait jaser. Toujours est-il que le compromis arrive à une position, sur laquelle nous devons nous prononcer.

 

Sarkozy condamne bruyamment l’accord qu’il interprète comme une marche vers la sortie du nucléaire. Nous savons qu’il défend les intérêts des grandes firmes dont il poursuit la privatisation. Il pratique la même hypocrisie qu’il s’agisse de l’avenir de la filière industrielle en France, de l’emploi, ou des tarifs.

 

Mélenchon, sur son blog, dénonce l’accord pour des raisons inverses. Il regrette que les Verts aient cédé devant Hollande sur leur position initiale : « la sortie du nucléaire en 25 ans avec la fermeture immédiate de tous les réacteurs de plus de 30 ans ». Il continue, plus que jamais, à demander explicitement la sortie du nucléaire, l’abandon immédiat de l’EPR de Flamanville.

 

La secrétaire générale de la CGT énergie, Véronique Gensel, dans une interview au Figaro (19 novembre) juge l’accord PS-EELV « irresponsable ». Elle juge que « derrière l’intention affichée, réduire le nucléaire, il y a sortie du nucléaire ». Elle appelle à terminer le projet EPR et à pousser la recherche dans le nucléaire, tout en étant favorable au développement des énergies renouvelables.

 

La direction du PCF s’exprime beaucoup sur la question, l’Huma aussi.

Un communiqué déplore un « accord bâclé », qui « provoque de l’inquiétude et de la colère chez les salariés », qui peut compromettre « l’avenir énergétique de notre pays ». « Le PCF est favorable au maintien d’une filière industrielle 100% publique et mieux sécurisée… ». Voilà, pour une fois une position sur laquelle tous les communistes doivent pouvoir se rassembler.    

 

Mais dans la Drôme le 25 novembre 2011, Pierre Laurent déclare, repris par « Le Dauphiné libéré» : « Je ne suis pas convaincu que nous puissions d’ici 2020 ou 2030, nous passer complètement du nucléaire civil. … Quoi qu’il en soit, il ne peut y avoir de sortie du nucléaire sans scénario alternatif réussi ».

 

Il faudrait savoir. Les communistes ne peuvent pas laisser d’ambiguïté ! Les contradictions fondamentales à « gauche » ne sont pas solubles dans un « grand débat national approfondi, éclairé et sérieux, qui associe tous les acteurs… » ou dans la perspective, absurde sur un tel sujet, d’un référendum.

 

L’UMP et une bonne partie du PS défendent les intérêts capitalistes de la filière nucléaire française. Nous devons leur opposer un secteur nationalisé, délivré des directives européennes.

 

La direction du PS et EELV viennent de s’entendre sur une réduction importante du nucléaire civil d’ici 2025, de 76 à 50% de la production d’électricité avec fermeture de 24 réacteurs non remplacés. Mélenchon demande une sortie « progressive et méthodique du nucléaire ».

L’expression de Pierre Laurent estime donc que « nous ne pourrons pas nous passer complètement du nucléaire d’ici 2020 ou 2030 ». En fait, tout cela semble bien compatible à gauche!

 

Non ! Notre position de communiste, outre la renationalisation intégrale d’un secteur délivré des directives européennes et la sûreté maximale des installations, c’est le maintien, le renouvellement du parc nucléaire français, la poursuite de la recherche. Sans préjudice au développement des énergies renouvelables.

Tant pis, si c’est entièrement contradictoire avec Mélenchon !

 

Notre position, c’est aussi la fin du nucléaire militaire dont personne ne parle ou presque. L’accord PS-EELV ne « remet pas en cause la légitimité d’une dissuasion nucléaire nationale indépendante ». Les écolos anti-nucléaires ? Ah bon !

 

EN LIEN UN MODELE DE TRACT VERS LA POPULATION

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Entreprises-Industrie
commenter cet article

commentaires