Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 19:32

Grèce : Ralliement de l’ex-ministre PASOK, Louka Katseli, à Syriza. L’opération politique se précise.  


Vivelepcf, 4 juin 2012


La presse grecque a fait état du ralliement de Mme Louka Katseli et de sa formation politique « Accord social » à la coalition de « gauche » Syriza avant les élections du 17 juin 2012.

120604 Katseli TsiprasMme Katseli n’est pas n’importe qui. Elle a été jusqu’il y a peu une des figures de proue du Parti socialiste, PASOK, le plus disqualifié dans la gestion de la crise. Mieux encore, elle a été elle-même ministre de l’économie de Papandréou de 2009 à 2010, responsable du premier pacte d’austérité avant de passer ministre des affaires sociales, puis, en 2011 de faire le choix de se désolidariser de son parti.

Les termes de l’accord entre Mme Katseli et le leader médiatisé de Syriza, Alexis Tzipras, ont de quoi rassurer ceux qui s’inquiéteraient encore de la « radicalité » affiché par l’alliance de gauche. Voilà le texte de la dépêche de « Athens News Agency » du 1er juin:

«   La présidente de l'Accord social, Louka Katseli, a annoncé officiellement mercredi le soutien de son parti à la SYRIZA sur la base de convergences de programme, à l'issue d'une rencontre avec le chef de file de la SYRIZA, Alexis Tsipras, qui s'est dit convaincu pour sa part que "le peuple tournera la page" le 17 juin.

La discussion de Mme Katseli et M. Tsipras a été centrée sur les axes d'un gouvernement progressiste de gauche, qui ôtera du peuple le nœud coulant du Mémorandum, M. Tsipras informant être convenu avec Mme Katseli que l'enjeu des élections n'est pas le maintien ou non dans l'euro, mais le maintien dans la zone euro avec le peuple vivant avec dignité ou en étant pillé, sans espoir ni droits.

M. Tsipras a parlé également d'un accord sur la nécessité de remplacer le Mémorandum par un plan national pour le redressement du pays, pour la restructuration de la production et pour un assainissement budgétaire juste. »

L’austérité « juste », voilà qui n’est pas sans rappeler François Hollande auquel M. Tsipras a fait appel dès son élection.

Mme Katseli s’est déjà exprimée dans la presse française.

Dans une interview que nous avions commentée dans les Echos du 14 novembre 2011, elle redoutait une « explosion sociale » et une poussée de l’influence communiste :

« On risque aussi des grèves, qu'elles soient explicites ou qu'elles ne disent pas leur nom. Les confédérations syndicales n'ont pas les moyens de prévenir une explosion sociale, car elles sont peu représentatives sur le terrain, notamment dans le secteur privé. Le risque associé est que le Parti communiste [de stricte orthodoxie stalinienne NDLR] capitalise la colère ».

La multiplication des transfuges, parmi les dirigeants syndicaux, du Pasok vers Syriza répond à l’inquiétude exprimée par Mme Katseli. Syriza leur sert à redorer le blason, à retrouver un peu de crédibilité pour garder le contrôle de leurs troupes, tout en conservant la même orientation politique de fond. Syriza s’avère bien une social-démocratie de substitution !

Progressistes français, ne soyons décidément pas les dupes de l’opération Syriza/PGE !

Les Echos du 6 mars 2012 ont repris à nouveau les analyses lucides de Mme Katseli :

« Ancienne ministre des Affaires sociales, cette grande figure du Pasok prédit, elle, une déstabilisation durable du système politique grec, ponctuée par une succession d'élections anticipées. A ses yeux, tous les maux de la Grèce seraient aujourd'hui liés aux mesures d'austérité qui lui sont imposées, et rendant chaque jour plus probable le risque de défaut, car elles tuent dans l'œuf tout espoir de relance. Avec plusieurs autres exclus du Pasok, Louka Katseli travaille à un plan B, qui respecterait les objectifs du nouveau programme européen d'ajustement, mais proposerait d'autres moyens pour y parvenir. »

Ce plan B, c’est le programme partagé avec le Syriza de M. Tsipras !

Voilà pourquoi Syriza est à ce point mis en avant par l’idéologie dominante, en Grèce dans une bipolarisation avec la droite, comme ailleurs en Europe, dont en France où il est présenté comme l’alter ego du Front de gauche de M. Mélenchon.

Après les élections du 6 mai, avant celles du 17 juin, la perspective politique doit être entièrement encadrée entre deux fausses alternatives, toutes les deux inscrites dans le carcan de l’UE, dans l’intérêt des capitalistes grecs et européens.

Plan A : Il reste le pronostic le plus probable. La droite (« La Nouvelle démocratie » - ND) constitue une majorité. Dans le cadre de bipolarisation électorale, la campagne de Syriza pour la sauvegarde de l’euro, attisant les craintes d’une rupture avec l’UE, favorise aussi le vote sur ND, jugée par beaucoup bien plus crédible dans cet objectif. ND élue entreprend alors de mettre en œuvre, au moins encore un temps, le plan de rigueur actuel (le dernier « mémorandum ») sans exclure de l’aménager. Une partie du patronat y a manifestement intérêt comme les possédants dont les biens en euros sont non-délocalisables. C’est aussi l’intérêt immédiat de l’UE, la BCE et le FMI qui gagnent du temps pour aménager la suite de la zone euro, avec ou sans la Grèce…

Plan B : Tsipras est élu. Il interrompt le « memorandum », engage une renégociation du remboursement de la dette et aménage les programmes de rigueur avec le but de desserrer la pression sur le peuple tout en préservant l’euro. Les chances de succès de cette politique de rigueur « juste » sont faibles, sinon nulles dès le départ. Les caisses sont vides et le resteront. Les pays dominants de l’UE ne sont pas disposés à payer, à passer à la politique européenne « de croissance » (au service du capital) tant que la phase de super-austérité ne sera passée partout, ce qui n’est pas encore le cas, notamment dans la France de l’allié Hollande. Enfin politiquement, l’adhésion, l’illusion, électorale obtenue par Syriza sur la base de ses vagues promesses sociales ne durera pas devant l’impossibilité de les tenir hors de toute rupture avec l’UE et l’euro.

La suite du plan B, plus encore que celle du plan A, est un plan C, de plus en plus largement évoqué et préparé par les dirigeants et banquiers européens : celui de l’exclusion de la Grèce de l’euro.

La sortie de la Grèce de l’euro ne serait pas incompatible avec l’intérêt de branches entières du capitalisme grec, armateurs ayant leur patrimoine placé en euros ou en dollars à l’étranger, patronat des activités de main d’œuvre… Pour les capitalistes ouest-européens, la Grèce n’a plus l’intérêt géopolitique d’autrefois quand elle était une vigie capitaliste à l’est, au milieu des pays socialistes puis post-socialistes. L’essentiel n’est pas l’euro en Grèce mais la préservation de la tutelle de l’UE.

Toute la question pour l’UE et la BCE, c’est d’éviter la « contagion » économique et politique à d’autres pays qui menaceraient l’avenir de l’euro, monnaie de domination, sur le point de s’étendre à la Pologne.

Comme ils l’ont commencé depuis plus de deux ans en restructurant dans les faits la dette publique grecque, ils finissent de préserver les systèmes financiers des autres pays des conséquences d’un défaut de paiement grec.

Sur le plan politique, il leur faut absolument empêcher le précédent d’un peuple qui dit NON à l’euro et NON à l’UE. Si les Grecs doivent sortir de l’euro, c’est indignes, punis, et en aucun cas en s’en étant libérés. Voilà pourquoi Merkel et Sarkozy n’ont pas laissé fin 2011 Papandréou, déjà à bout politiquement, recourir à un référendum sur le plan européen. Le vote aurait été un vote contre l’Europe, aboutissant à s’émanciper de l’euro. Inconcevable !

Aux élections de juin 2012, tout est contrôlé. Le vote Syriza/Tsipras sera un vote pour l’euro et pour l’UE. C’est tout son intérêt pour les capitalistes.

La sortie de l’euro, mais le maintien dans l’UE, pourra d’autant mieux être présentée nationalement et internationalement comme l’incapacité du pays et de son peuple à y rester, à la suite de l’échec du plan B Tsipras/Katseli ou du plan A Nouvelle démocratie/Samaras…

Un seul parti politique en Grèce, au cœur des entreprises et des classes exploitées place la lutte à son vrai niveau : pour ou contre l’UE du capital.

C’est le Parti communiste grec, KKE. Mme Katseli l’a bien identifié comme le vrai ennemi du capitalisme grec et européen.  

Dans notre intérêt en France, soutenons son combat !

Signez la déclaration de soutien à nos camarades !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Luttes dans le monde
commenter cet article

commentaires