Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 13:10

Clarifier la position du PCF : une exigence pour mobiliser et obtenir le retrait des troupes d’Afghanistan

 

Samedi 20 septembre se sont déroulés dans plusieurs villes du pays des rassemblements et des manifestations contre la présence de troupes françaises en Afghanistan. A Paris, la manifestation a rassemblé de l’ordre de 3000 à 4000 personnes. C’est une première étape avant la discussion le 22 à l’Assemblée nationale.

Le refus de la guerre impérialiste est partagé par un bien plus grand nombre de Français, par une majorité dès lors que ses conséquences se font jour. Les initiatives de pétitions, telles que celle que plusieurs organisations du PCF ont initiée après la rencontre communiste nationale des 29 et 30 août, en s’appuyant notamment sur l’analyse de Henri Alleg, le montrent par leur succès.

Sur un sujet aussi grave, il est de la responsabilité, historique, du PCF de s’engager pleinement, de lancer une campagne nationale. La signature d’appels communs, les interventions à l’assemblée sont une bonne chose mais ne suffisent pas.

 

Il est indispensable également de bien clarifier la position défendue.

Au dernier Conseil national, une note du secteur « défense nationale » du Parti a été distribuée. Elle pose question et est même inquiétante, d’autant que la position du secteur international ne la contredit pas.

On peut notamment y lire les passages suivants sous le titre : « Afghanistan, faire cesser la dérive meurtrière alimentée par les Usa et l’OTAN, développer une stratégie politique sous l’impulsion de l’ONU » (dérive ?).

"Le théâtre afghan est aujourd'hui un bourbier.

Devant la gravité de la situation, il n'y a rien d'offusquant à ce que certains se posent la question du retrait des troupes françaises. Mais à quoi conduirait cette option? Faut-il laisser un régime taliban se réinstaller en Afghanistan, puisque ces forces reprennent de la crédibilité dans la population? La réponse est évidente. Donc il n'est pas possible d'occulter la dimension sécuritaire du dossier afghan.

Le retrait pur et simple des forces françaises serait une erreur. Ne laisserait-il pas, en définitive, face à face des adversaires, talibans et administration Bush, dont la guerre semble être un mode d'existence...

 

L'urgence est donc à bâtir une stratégie globale, où les dimensions politiques guident les actions militaires, économiques, humanitaires avec l'objectif de permettre un développement du dialogue inter-afghan, d'institutions démocratiques représentatives, d'un processus socio-économique permettant au peuple afghan de répondre à ses besoins et d'exploiter ses ressources. Il s'agit de casser la course de vitesse entre "guerre au terrorisme" et "contre-attaque pour la libération du pays" qui se renforcent mutuellement.

 

Ce n'est pas dans le cadre actuel qu'une telle stratégie peut être bâtie et acceptée par tous les acteurs susceptibles d'y prendre part d'une manière positive.

 

- La France ne devrait-elle pas se saisir de la double opportunité qui s'offre à elle, en tant que membre du Conseil permanent de sécurité et en tant que présidente en titre de l'UE pour saisir la 62ème session de l'ONU qui s'ouvre mi-septembre en présence de nombreux chefs d'Etat pour proposer une telle perspective?

- Au lieu de se laisser enfermer dans une impasse meurtrière, alimentée par les USA et l'OTAN, la France ne peut-elle pas faire valoir une solution politique divisant les forces influencées par les talibans les plus radicaux?

- Dans une telle démarche, la présence militaire de la France serait évidemment d'une tout autre nature et correspondrait aux besoins de sécurisation du pays et d'aide au développement d'un régime politique plus légitime.  Elle faciliterait le désengagement militaire de notre pays et le retour de nos troupes. "

 

Les passages soulignés le sont par nos soins. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la position exprimée ne correspond pas aux revendications des manifestants du 20 septembre. « Impasse meurtrière alimentée par l’OTAN » ? : non ! impasse de toute intervention militaire qui ne peut qu’enfoncer le pays dans le chaos ! Défendre l’idée d’une présence militaire française pour la « sécurisation du pays », c’est cautionner, quelles que soient les intentions affichées, le discours de Sarkozy derrière l’OTAN.

Comment nourrir par ailleurs l’illusion qu’une action militaire de la France et de l’UE, puissances capitalistes, subordonnées aux USA ou même autonomes, puissent être autre chose qu’une intervention impérialiste ?

Il y a bien urgence à clarifier les positions du PCF et à se dégager des analyses qui conduisent à ce texte, notamment sur l’Europe militaire et « l’Europe puissance ». Le PCF, depuis 1920 et la guerre du Rif, c’est le parti de la paix, de l’opposition à la guerre impérialiste !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans PCF
commenter cet article

commentaires