Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 13:34
Nous reproduisons ci-dessous une annonce parue dans la presse spécialisée dans le marché de l'immobilier.
La location du 2ème étage du siège du PCF, construit par Oscar Niemeyer, place du Colonel Fabien est déjà conclue.
Les investisseurs seraient cependant rares à vouloir cohabiter avec le PCF.
A la place de la location du 1er étage, il serait en conséquence question de louer l'immeuble du 120 rue Lafayette, siège historique du PCF, actuellement occupés par la direction de la fédération de Paris.

Ces opérations immobilières, suivant la liquidation de maints locaux de sections partout en France, sont d'autant plus inacceptables que ces locaux ont été acquis par les militants et que l'argent du Parti a été dilapidé ces derniers années, à l'image des 5 millions d'euros, non remboursés, de la désastreuse campagne "antilibérale" des présidentielles de 2007.
La liquidation, au sens comptable, correspond à la volonté de liquidation, au sens politique. Ne laissons pas faire! Comme dans toute entreprise, toute association, exigeons des comptes sincères et opposons la logique du développement du PCF, à celle de sa disparition!

A louer Paris 75019 - 2, Place du Colonel Fabien



Surface de bureux disponibles :
1800 m2

divisibles à partir de 900 m2

Disponibilité : Immédiate



Conditions financières & juridiques

Loyer : 340,00/m2/an/HT/HC

Charges :60,00/m2/an/HT

 

Loyer parkings intérieurs : 1200,00/u/an/HT/HC

Régime Fiscal : TVA

Bail :3/6/9 ans

Indexation annuelle INSEE

Dépôt de garantie : 3 mois de loyer HT/HC

 

Prestations

Bureaux cloisonnés / Open space

Câblage informatique

Climatisation

Salle de réunion

Auditorium

Chauffage CPCU Interphone/digicode

Ascenseur(s)

Monte-charge

50 emplacement(s) de parking intérieur(s)

 

Honoraires

30% HT du loyer annuel HT/HC à la charge du Preneur

 

Description

Immeuble de bureaux

 

Accès

Métro ligne 2 : « Colonel Fabien »

 

Nos équipes se tiennent à votre disposition pour de plus amples informations et pour les visites



Cushman & Wakefield
www.cushmanwakefield.fr

11-13 Avenue de Friedland - 75008 Paris
Tél. : +33(0)1.53.76.92.92
Fax : +33(0)1.53.76.05.25

Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 23:28

ELECTIONS MUNICIPALES ET CANTONALES

LE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS PORTEUR D'AVENIR ET DE MODERNITE

Par le Réseau communiste de Fontenay-sous-bois, avril 2008

Ce titre doit apparaître à certains comme une provocation. En effet, beaucoup de monde attendait l'effondrement électoral du parti communiste.

La droite bien sûr, qui voit à juste titre dans le parti communiste le seul parti qui a encore la capacité de s'attaquer aux racines idéologiques et politiques du capitalisme.

Certains dirigeants du P.S, qui rêvent d'un recentrage en direction du Modem afin d'instituer une bipolarisation de la vie politique et voient dans l'existence du P.C.F. un obstacle majeur à leur rêve.

Certains dirigeants du P.C.F, qui annoncent le déclin inéluctable du P.C.F depuis des années et qui cultivent le catastrophisme pour mieux en conclure que le seul avenir pour le parti communiste c'est de se dissoudre dans une nouvelle force de gauche anti-libérale comme l'a fait le parti communiste allemand dans Die Linke ( la gauche )

Tous ont aujourd'hui un problème, non seulement le P.C.F. ne s'effondre pas, mais il apporte la démonstration qu'il a la capacité d'unir des forces de gauche, autour non d'un parti, mais d'un projet.

Ces élections mettent notre parti devant ses responsabilités, il y a urgence, on ne peut se contenter de constater l'accélération de la bipolarisation par le P.S. et la mise en place par la L.C.R d'un nouveau parti anticapitaliste sans réagir.

Or, pour agir, il faut un projet anticapitaliste, donc il faut lever l'hypothèque de notre fusion-liquidation dans une force de gauche anti-libérale ( Die Linke ). Fusion qui d'ailleurs ne ferait que diviser le nouvement communiste français en deux partis, cela affaiblirait la gauche anticapitaliste en créant un P.S bis et donc renforcerait la bipolarisation.

Les délégués du parti à notre assemblée nationale extraordinaire, nos électeurs à ces dernières élections, ont parfaitement répondu sur l'utilité du parti communiste, rassembler la gauche anticapitaliste. Il faut donc sortir de l'attentisme, du statu-quo, nous avons fait la démonstration que sur le plan local notre parti peut unir la gauche autour d'un projet, alors pourquoi cela ne serait il pas possible au niveau national ?

Malheureusement depuis des années notre parti au niveau national est paralysé politiquement parce qu'il ne conçoit son avenir uniquement que dans la roue du P.S., sa référence constante à la gauche est ambiguë, effectivement beaucoup de monde se réclame de la gauche, Strauss-Kahn le social libéral, Ségolène Royal partisane d 'un rapprochement avec le parti de la droite libérale de Bayrou, Kouchner le ministre va-t-en-guerre de Sarkozy.

Il faut donc que notre direction arrête de répéter sans arrêt : la gauche, la gauche, la gauche, comme si que cette gauche ne faisait qu'une, cela conforte l'idée de bipolarisation, il faut dés maintenant donner un contenu au mot gauche, cela ne peut se faire qu'à partir d'un projet qui permette d'identifier à gauche les uns et les autres, c'est le meilleur moyen de mettre en échec la bipolarisation.

Le parti socialiste rassemble des gens qui sont très différents, il serait donc préjudiciable pour l'union de la gauche anticapitaliste de le stigmatiser en tant que parti, comme le fait la L.C.R , mais nous devons mettre en avant ses contradictions face à un projet de société anticapitaliste. Cela afin de permettre au peuple de gauche de faire un choix, comme il l'a fait lors du référendum sur la constitution européenne en refusant l'Europe libérale contre l'avis des dirigeants du P.S sociaux libéraux.

Ces élections font apparaître également une abstention importante, entre les abstentionnistes et les non inscrits c'est prés de la moitié des électeurs potentiels qui ne se sont pas exprimés à ces dernières élections. Bien souvent de gauche, ils se disent déçus par le passage au pouvoir d'une certaine gauche ( la droite, la gauche c'est pareil, disent-ils. ) ils ont perdu confiance en la politique.

Il y a donc un potentiel important, pour qui à gauche redonnera de l'espoir à cette classe, qui bien que victime du système capitaliste ne voit plus comment s'y opposer et se résigne.

Il n'y a pas de fatalité à la disparition du P.C.F., certes il sort affaibli par des années passées à s'interroger sur son identité sur son utilité, il a payé cher politiquement et financièrement sa tentative de mutation antilibérale.

Pour s'en convaincre il n'y a qu'à comparer les 1,9% de Marie-George Buffet candidate antilibérale avec les 9 % des candidats du parti communiste aux cantonales.

A Fontenay-sous-bois le candidat antilibéral aux législatives, qui était un bon candidat issu du parti à fait en juin 2007 1613 voix sur le territoire d'un canton, alors que sur ce même canton la candidate du parti communiste qui a rassemblé une partie de la gauche fait 2492 voix au premier tour en mars 2008, elle devance la candidate socialiste de 875 voix et se fait élire au second tour sur un canton qui était tenu par la droite. Où sont les valises de plomb que porteraient les candidats communistes ?

Aujourd'hui, l'heure n'est plus à l'effacement du parti communiste, mais à son renforcement.

Notre congrès doit tenir compte de la réalité, il ne faut pas qu'il s'enferme comme prévu dans le saucissonage par thèmes, ce qui empêche toute réflexion globale sur la situation politique en France. Le parti a besoin, dès maintenant de textes alternatifs qui permettent à sa base militante de se prononcer sur un projet de société anticapitaliste.

Ainsi, la question centrale pour le congrès ne doit plus être : Quelles transformations du P.C.F. ? Mais : Quel P.C.F. pour la transformation ?

Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 02:16

N’admettons pas que M. Mamère s’exprime au nom des députés du Parti communiste français !

Mardi 8 avril a eu lieu à l’Assemblée nationale le débat sur la motion de censure déposée par le groupe socialiste contre l’envoi de renforts en Afghanistan et l’alignement derrière les Etats-Unis dans l’OTAN. S’il y a tout lieu de mettre en doute la sincérité de la démarche du PS, si peu cohérente avec ses options lorsqu’il était au gouvernement ou avec son approbation du Traité de l’UE derrière Sarkozy, les députés communistes ont logiquement voté la censure. A côté des ambiguïtés du discours de François Hollande, les communistes ne devaient pas manquer d’arguments clairs pour condamner les choix du gouvernement.

On ne les a pas entendus mardi.

En effet, l’orateur désigné pour parler au nom du groupe de la « gauche démocrate républicaine » GDR où se retrouvent les 18 députés communistes ou apparentés (sur 24 membres) s’est trouvé être Noël Mamère. C’est tellement peu croyable que l’Huma du mercredi 9 n’en dit mot.

Faut-il rappeler que M. Mamère fait partie de ceux qui se firent les chauds propagandistes de la guerre de l’OTAN en ex-Yougoslavie, de ceux qui ont mené une campagne ardente pour le Oui à la « constitution » de l’UE intégrée et surmilitarisée derrière l’OTAN, des députés de la honte qui ont bafoué en février dernier l’expression du peuple en laissant ratifier le nouveau traité de l’UE ? Il est inadmissible que ce personnage ait pu parler au nom des députés communistes, qui plus est sur un sujet si important. Mardi, il ne s’est pas gêné non plus pour faire l’apologie des perturbateurs du passage de la flamme olympique…

M. Mamère est le champion de l’opportunisme en politique qui l’a fait naviguer des rives du PS à celle du centre droit puis se découvrir écologiste et même prendre parfois des accents gauchisants. Sa carrière de journaliste et de politicien connaît cependant une constante : l’anticommunisme. Il ne le cache pas. Il vient d’être réélu maire de Bègles contre le PCF après avoir pris la municipalité grâce à une alliance anti-communiste un peu comme Voynet vient de s’emparer de la mairie de Montreuil. Il y aurait de quoi remplir un dictionnaire des citations anti-PCF de M.Mamère.

Cet événement montre qu’il est temps que soit clarifiée la situation du groupe GDR. Il a été présenté aux communistes en juin 2007 comme un groupe « technique ». L’association administrative avec les 4 députés verts et 2 députés des DOM aurait été la seule possibilité pour que les députés communistes se retrouvent dans un groupe (le seuil est de 20 membres). Les conditions de l’accord qui laisse la part belle aux « partenaires », par exemple 3,5 ans de présidence sur 5 ans de législature, et la déclaration de constitution du groupe ont déjà soulevé des inquiétudes devant une nouvelle tentative d’effacement du PCF (en lien notre article de juillet).

Il est aujourd’hui inadmissible que les 18 députés élus grâce à l’action des communistes, au vote communiste au 1er tour des législatives acceptent de se laisser dicter leur loi par 4 élus verts qui étaient candidats du PS dès le 1er tour. Il s’agit d’une question de respect des communistes, des électeurs communistes, de la démocratie.

Cette question concerne tout notre parti.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 20:39

 

L'UMP, ET LA DEMAGOGIE GAGNENT CALAIS. LA LUTTE CONTINUE POUR LES COMMUNISTES: LA GAUCHE A PERDU UNE BATAILLE..

 

LA VICTOIRE D'UN SOIR...

Dimanche 16 mars, c'est le populisme qui a gagné. La campagne des élections municipales à Calais s'est construite dans le caniveau.La liste UMP , conduite par Natacha BOUCHART ,a repris toute l'argumentation du Front National pour mettre fin à la gestion de l'Union de la Gauche. Avec l'aide des médias locaux, en particulier de Nord-Littoral, elle a orienté toute sa campagne contre un homme: Jacky HENIN. Pas contre sa gestion; pas sur son bilan ou ses projets pour notre ville.Non! l'homme, coeur de cible d'une campagne haineuse, et mensongere; il aura été accusé de tout : de gagner 20 000 euros par mois, quant on sait que les émoluments d'élus sont écrêtés; que l'élu communiste reverse la totalité de ses indemnités au PCF, contre un salaire d'ouvrier qualifié; d'embaucher en mairie "ses copains", quant on sait que le recrutement du personnel dans la Fonction Publique territoriale est encadré par des règles très strictes etc...
Madame BOUCHART aura négocié jusqu'au bout avec tous les anti-Hénin, tous les arrivistes, d'une poigné de permanent de la CFDT, au leader local du Front National, elle aura tout rassemblé !Comment cette campagne a -t-elle pu prendre ? C'est à cette question que les communistes vont s'attacher à répondre, en analysant sans complaisance leur rapport à la population.Sans attendre, Jacky HENIN a courageusement "assumé une grosse part de responsabilité"."Je reconnais des erreurs, celle en particulier de n'avoir pas mesuré la campagne de déstabilisation menée contre moi.Celle de ne pas avoir apprécié le poids de l'extrême gauche.J'observe simplement que mes adversaires ne se sont pas battus sur un programme, avec de véritables propositions.J'ai été l'homme à abattre..."Jacky HENIN n'a pas l'intention de se retirer.Il va jouer son rôle de leader de l'opposition de gauche au Conseil Municipal de Calais, avec l'objectif de reprendre la ville dans six ans.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 20:32
Certes, je ne suis pas du même bord que Madame Voynet...mais je ne doute pas de l'avenir de Montreuil...Ou comment l'UMP vote vert kaki

Relais du Blog communiste de Valenton


undefined
Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 18:04
Partager cet article
Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 20:45
Le résultat des camarades de Béziers est d'autant plus appréciable que l'ancien candidat du PCF, qui n'est autre que Jean-Claude Gayssot, a soutenu avec insistance pendant toute la campagne la liste du PS où figuraient quelques candidats estampillés PCF en marge de la section. Le même Gayssot soutient à Montpellier l'alliance PS-Modem-PCF sous les auspices de Georges Frêche et se répend sur la nécessité de "dépasser" le Parti communiste. C'est lui qui est dépassé!
A titre de comparaison, dans les deux cantons renouvelables de la ville, les candidats PCF, présents sur la liste aux municipales ont maintenu ou amélioré les résultats de 2001: 5,24% contre 4,54% à Béziers 1 (Christiane Vinci) et 7,93% contre 8,11% à Béziers 2 (Hugues Bousquet).


"En votant pour la liste « Béziers, unitaire, communiste, 100% à gauche et solidaire » 1 683 électeurs Biterrois ont choisi de m’élire au Conseil municipal. Les exploités conscients de leur situation y auront donc leur voix. Je mesure la confiance qui m’est faite. Je serai, avec vous, fidèle au programme que nous avons validé ensemble. Solidaires nous défendrons tous les Biterrois.
Il y a donc à Béziers un communiste élu par le suffrage universel, sans aucune compromission. Chaque citoyen de gauche comme de droite mesure la signification de ce résultat.

Le communisme, solidaire, démocratique, pacifiste, écologiste et féministe, soutien infatigable des luttes populaires poursuit sa réorganisation. Grâce au choix de ces 1 683 Biterrois une grande force sera présente dans toutes les luttes et les actes de gestion de notre ville. Le débat a montré qu’en France des perspectives électorales, autres que la course irresponsable après les voix de la droite et du centre, sont possibles.

Mes amis et camarades, candidats du PCF, de la LCR et Citoyens de la liste, sont fiers d’avoir aidé ensemble à cette démonstration démocratique. Nous remercions tous ceux qui ont aidé à cette campagne et tous les électeurs. Nous préparons avec eux le succès des luttes anticapitalistes à venir. Bien d’autres y trouveront naturellement leur place."

Aimé Couquet


UMP LISTE COUDERC 13456 52.07%
PS LISTE DUPLAA 6256 24.21%
FN LISTE RICARD 2766 10.70%
PCF-LCR LISTE COUQUET 1683 6.51%
MODEM LISTE JOHANNIN 1030 3.99%
DVG LISTE MELILLO 653 2.53%
Partager cet article
Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 11:35

Le PCF remonte à 8,82%

Le résultat national des élections cantonales est presque totalement occulté dans les principaux media qui se contentent de totaliser les voix de la « gauche » et de la « droite » et du Modem.

Pourtant, le détail des totalisations par parti est du plus haut intérêt, en particulier pour les communistes. Les candidats du PCF ont rassemblé 8,82% des suffrages exprimés. Ce résultat est d’autant plus significatif que dans l’immense majorité des cas, les candidats communistes étaient confrontés à des candidats socialistes. Notons aussi que le PCF n’était présent que dans 1248 cantons sur 1918 cantons (sans les DOM), au lieu de 1615 en 2001.

Par rapport à 2001, le parti recule légèrement, de 0,9%. Mais par rapport aux cantonales de 2004, sur l’autre moitié des cantons, il progresse de 1,0%, alors que le PS stagne. Ces bons résultats du PCF se retrouvent aux municipales dans les villes où il présentait des listes de rassemblement sans le PS.

Pour les communistes dans les mois qui viennent, pour les luttes comme pour la préparation du congrès de la fin de l’année, ces résultats sont riches d'enseignements.

La thèse du « déclin inéluctable », reprise par de nombreux dirigeants, est clairement démentie. 8,8% pour un parti annoncé au bord de la disparition, ce n’est pas mal ! Le nom et l’histoire du PCF sont loin d’être un repoussoir pour une grande partie des électeurs et du monde du travail.

On entend déjà certains partisans de la disparition du PCF essayer de relativiser le résultat des cantonales. Il serait dû principalement au caractère local de l'élection, à l'implantation personnelle des candidats.

Cet ancrage dans 1248 cantons atteste a contrario que le Parti continue d’avoir un rayonnement national et le décalage avec le résultat des présidentielles est beaucoup trop grand pour valider cette analyse.

Sur une seule moitié du pays, malgré 15% d'abstention supplémentaire, les candidats du PCF aux cantonales rassemblent 1,166 million de voix quand Marie-George Buffet n’en a rassemblé que 707.000 nationalement.
Les cantonales mettent à nouveau en évidence la responsabilité des choix stratégiques de la direction nationale dans l’affaiblissement du Parti. A titre de comparaison, aux cantonales de 1982, le PCF avait recueilli 15,9% des voix, à peine plus que Georges Marchais à la présidentielle de 81 (15,3%).

Ce que représente le PCF, l’engagement de ses militants ont redonné son utilité au vote communiste pour exprimer le rejet de la politique au service du MEDEF et la volonté de s’y opposer. C’est heureux et logique lorsque l’on constate l’absence d’opposition sur le fond du PS aux contre-réformes du gouvernement contre lesquelles se développent les luttes.

Cette bonne tenue du vote communiste ne se traduira pas nécessairement par un gain de sièges. Le PS a progressé par rapport à 2001 (à l’époque, c’était lui qui souffrait du vote sanction) et devance certains sortants communistes quand localement ilne cherche pas à rassembler, même à droite, pour les battre (Seine-Saint-Denis).

Cela ne changera rien aux résultats du 1er tour. Les communistes qui s’opposent au processus de liquidation de leur parti peuvent sont confortés dans les débats internes comme dans leur démarche militante.
Malgré l’absence d’impulsion nationale, faisons vivre les organisations de base du PCF, renforçons-les voire recréons-les ! Démentons dans l’activité militante la ligne d’effacement du parti et d’alignement sur le PS !

Partager cet article
Repost0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 14:12

Le bon résultat du vote communiste, notamment aux cantonales et aux municipales là où il n’y avait pas de liste derrière le PS, montre ce que continue de représenter notre parti, le besoin qui s’exprime pour le monde du travail de le retrouver pour affronter la politique de la droite. Les exégètes du « déclin inéluctable », dans et hors du Parti, sont démentis.

Ces résultats sont en contradiction avec l’impasse de la stratégie de la direction du Parti.

Nous publierons résultats et analyses dans les jours qui viennent.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 21:04

Meaux (Seine-et-Marne) : des communistes refusent l’effacement du PCF aux élections cantonales.

La direction départementale du PCF 77 a décidé, pour la première fois, mais pas seule en France, de présenter des candidats communs avec le PS aux élections cantonales dans tout le département. Dans les faits, ce choix conduit à soutenir des candidats PS dans la quasi-totalité des cantons. L’argument de consolider la « gauche » est loin de convaincre tous les communistes. L’effacement du PCF, son alignement sur le PS ne sont pas de nature à renforcer la gauche électoralement pas plus qu’à gagner une politique de gauche dans la gestion territoriale, face au social-libéralisme. A Meaux, la section du PCF a refusé cette logique de satellisation du Parti. Elle présente Russel Yates, comme candidat, porteur de ses luttes, sur le canton de Meaux-sud. La direction départementale lui refuse l’étiquette PCF. Mais, aux municipales, malgré l’avis de la section, il y a des colistiers estampillés PCF sur la liste du socialiste P. Mavré. Est-ce le PS qui désigne les candidats du PCF maintenant ?

JJ pour vivelepcf d’après un article du Parisien, édition 77, du 8 février

Partager cet article
Repost0