Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 16:54

Samedi 10 décembre à 15h00 au local commun résidentiel, 64 rue Maurice Braunstein à Mantes la Jolie, nous vous invitons à participer au débat que nous organisons: "AUGMENTER LES SALAIRES POUR SORTIR DE LA CRISE".

A cette occasion, trois syndicalistes de notre région viendront donner à voir leur propre expérience de lutte (victorieuse) pour augmenter les salaires ainsi que leurs motivations:

  • Pascal Grandjean, responsable syndical local (animation des luttes)
  • Fofana Kehimba, secrétaire du Comité d'entreprise de KP1 à Limay
  • Mohamed Tahri, délégué syndical chez Val-Prim à Mantes la Jolie.

Avec la participation d'Emmanuel Dang Tran, dirigeant national du PCF

ET VOUS .....

 

111210_mantes_debat.jpg

Partager cet article
Repost0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 17:55

Rencontre avec Jean-Luc Tournay et son neveu Olivier Tournay du Parti communiste français.

Article du Courrier Picard, 27 juin 2011

La section locale du Parti communiste français était en fête, hier. Sa fête des libertés qui se tenait au stade Bienfait, dans le quartier Neuville. Alors que le mouton tournait sur la broche, que les musiciens assuraient les balances, nous avons cuisiné Jean-Luc Tournay, ancien conseiller régional et Olivier Tournay, conseiller municipal de l'opposition et candidat aux dernières élections cantonales.

Pour vos primaires, vous avez appelé à voter Emmanel Dang Tran, un illustre inconnu. N'avez-vous pas l'impression d'être à côté de la plaque ?

Olivier Tournay : On le savait, on savait qu'il ne serait pas élu candidat du Front de gauche. On a soutenu sa candidature pour provoquer le débat au sein du parti communiste. On n'est pas à côté de la plaque sur le débat d'idées, c'est certain ! Jean-Luc Tournay : Le débat a eu lieu à Saint-Quentin. Sur les trois réunions différentes, nous avons réuni une centaine de personnes.

Et maintenant, allez-vous, vous rallier à la majorité et soutenir Jean-Luc Mélenchon ?

O. T. : On prend acte du vote.

Vous pensez qu'une candidature dissidente est possible ? Maxime Gremetz (ancien député de la Somme NDLR) reviendrait-il pour être candidat en 2012 ?

J-L. T. : Non. Maxime a fait un choix politique, familial. Trente ans qu'il a bourlingué. Là, il se repose un peu. Il est toujours présent. Il va bien.

Vous sentez-vous orphelin depuis qu'il a démissionné de l'Assemblée nationale?

O. T. : Non pas du tout. Ce n'est pas une question de personne. Mais d'idéologie.

Lors des élections cantonales, vous avez fait un score assez faible. Comment l'expliquez-vous dans une ville que l'on peut qualifier de pauvre, donc favorable à votre terreau ?

O. T. : On est loin d'avoir été mauvais. Tous les partis ont perdu des voix dans cette élection. J-L. T. : Il est vrai que depuis Daniel Le Meur, il y a un vide politique. Il n'y a personne. Il faut qu'on recrée ça, on retravaille à un programme politique pour faire face à notre maire ministre. Il y a du boulot mais Xavier Bertrand ne fait que brasser du vent. Il se gargarise que le chômage recule mais pas chez nous !

Vous continuez à faire les sorties d'usine ou laissez-vous le terrain au Front national qui assure les faire ?

O. T. : On ne les a jamais vus. Oui, on continue à faire les sorties d'usine. C'est la base de notre militantisme, d'aller sur le terrain. On ne fait pas qu'un blog.

Y aura-t-il un candidat PCF aux législatives ?

J-L. T. : Ça semble naturel.

Et pour les municipales, vous seriez prêts à vous associer à Anne Ferreira ?

O. T. : 2014, c'est loin (sourires)

J-L. T. : Notre objectif, c'est la droite, ça suffit à Saint-Quentin. Y en a ras-le-bol. Il faut la battre.

Peut-on mener des combats sans être élu ?

J-L.T. : Heureusement ! C'est le militantisme qui fait bouger les choses. C'est grâce à la lutte. On est en lutte. Vous ne voyez pas, on est énervés. (Il pianote sur la table. Rires)

Propos recueillis par NADIA NEJDA

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 11:32

Le vote de la section de Saint-Quentin du PCF vu par le Courrier Picard

 

Edition du 19 juin 2011

 

« Le résultat ne faisait pas l'ombre d'un doute, en tout cas pour les membres de la section locale du Parti communiste de Saint-Quentin. Les 169 adhérents à jour de cotisation ont été appelés à voter pour leur représentant à la prochaine élection présidentielle au cours de ces trois derniers jours. Le dépouillement a révélé le plébiscite d'Emmanuel Dang-Tran, sur lequel la section locale avait jeté son dévolu. Il a recueilli 82 votes sur les 100 bulletins exprimés. Dix ont voté pour le député communiste André Chassaigne et sept - seulement - pour Jean-Luc Mélenchon, favori de cette primaire. Ce vote révèle en tout cas la totale contradiction des communistes locaux avec leurs dirigeants nationaux. Selon Corinne Bécourt, pourtant membre du conseil national du PCF, « que ce soit Chassaigne ou Mélenchon, c'est une stratégie du Front de gauche ». Elle sous-entend par là « des accords électoraux », en vue des prochaines élections législatives qui se dérouleront juste après la présidentielle. « Il faut un projet communiste, poursuit-elle. L'union doit se faire sur le terrain et dans les luttes. Là, c'est juste électoraliste. » Elle regrette le peu de poids du PCF dans cette unité du Front de gauche. « On est obligé de s'aplanir aux dépens de la population. » Dans les autres sections, les résultats indiquent une tendance tout autre que celle de Saint-Quentin. Le secrétaire national du parti dévoilera ce matin qui représentera les communistes en mai 2012. »

 

 

RESULTATS DE ST QUENTIN. Avec la présence du secrétaire fédéral et du secrétaire à l'orga lors du déroulement des opérations de vote de ce matin et du dépouillement, nous les remercions de leur participation.

INSCRITS 169-VOTANTS 100

Melenchon 7

A.Chassaigne 10

E.Dang Tran 82

blanc 1

Partager cet article
Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 10:27

EMMANUEL DANG TRAN A VERFEIL - Par Robert Bertrand

 

Mercredi 15 juin, c’est tenu à Verfeil une réunion aux accents révolutionnaires autour d’Emmanuel DANG TRAN.

56 camarades dont

-          2 membres du CN, 5 secrétaires de section,

-          Des Tarnais des Bastides du Tarn, Carmaux, Albi et Lavaur ,

-          Des Hauts-garonnais de St Lys, Castelginest, Caraman, St Jean, Verfeil et Toulouse, ont échangé sur les orientations communistes d’Emmanuel Dang Tran.

 

Après le pot de clôture, les participants sont partis, convaincus de la nécessité d’une véritable candidature communiste et fiers de retrouver dans les propositions et les débats, leurs racines communistes.

 

Dans son intervention d’ouverture, Emmanuel Dang Tran a développé les thèmes suivants :

   NOUS VOULONS

      -    un parti de lutte qui organise des actions pour les renationalisations et en premier lieu les banques

-          un Parti qui rejette l’UE du capital et l’illusion de l’Europe sociale

-          un Parti qui affirme sa solidarité internationaliste par des actions

Pour nous, le renforcement du PCF sur les plans idéologique et politique est une priorité.

 

Concernant le vote des communistes des 16,17 et 18 juin 2011, Emmanuel Dang Tran  a déclaré :

 « Le congrès a été annulé. La consultation est faussée et ficelée. Ma candidature, présentée collectivement par des responsables de section et de fédération a permis de forcer le débat sur le fond. Derrière une fausse alternative de personne, le sens du Front de gauche se révèle. Il enferme le PCF dans une perspective institutionnelle derrière le PS, dans la résignation à l’UE, à l’euro. Il poursuit l’effacement du Parti. Nous soulevons au contraire la nécessité de porter des propositions de rupture, partant de l’immense colère sociale et des luttes, aptes à faire reculer la politique au service du capital d’où qu’elle vienne.

Or, la stratégie du Front de gauche crée la crise, le malaise dans le parti et l’enferme dans des choix politiciens. Les marchandages pour les législatives, au mépris des statuts du Parti, en sont la caricature.

En fait, le Front de gauche n’est que la nouvelle formule de la « métamorphose » du Parti rejetée par les communistes. Tout remettre à plat, dans un congrès, c’est la condition du renforcement du Parti et du changement dans le pays. »

 

                                                                                  ROBERT BERTRAND -  VERFEIL

 

« Entre 40 et 50 participants présents à Verfeil ! Des interventions et un débat riche sur l'avenir du parti communiste et du communisme en général, sur les enjeux du maintien de la stratégie du front de Gauche avec le danger d'un effacement progressif des références communistes et d'une perspective révolutionnaire audible et crédible ! Et surtout la réaffirmation de la nécessité de l'élaboration d'un projet et ... Afficher la suite d'un programme communiste en rupture avec la politique nationale et européenne du plein pouvoir au fric !! Bref de l'espoir et de la combativité !! » Ygor Segouffin, section PCF de Saint-Lys
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 17:15

Un parti communiste rassembleur, fier, debout et combatif :

C'est possible, nous l'avons fait !

 

PCF-SMH-dimanche-9-janvier-2011.JPGDimanche 9 janvier 2011, autour d'Henri Alleg, acclamé par des communistes debouts, fiers et heureux de l'accueillir, la section de Saint-Martin-d-Hères a fêté le 90ème anniversaire du Congrès de Tours et de ses fondements toujours aussi vivaces et essentiels.

Les jeunesses communistes fêtaient également ce même jour, leurs deux ans de renouveau : à quelques-uns uns au départ, depuis notre ville, ils sont maintenant plus de 100 dans l'agglomération grenobloise !

D'ailleurs, l'intervention de Stéphane Rollo, responsable de la JC, fut très combative et sans concession sur le reniement des 21 conditions fondatrices de notre parti et sa dilution dans le Front de gauche. Elle a été particulièrement applaudie.

Indéniablement, cette journée marquera la mémoire des communistes en Isère.

Nous avons réussi ce 90ème anniversaire au-delà de ce que nous espérions, en rassemblant plus de 400 personnes, du meeting politique du matin au banquet populaire de l'après-midi !

Henri Alleg a dit de cette journée qu'elle était un bain de jouvence et un exemple à méditer pour certains communistes qui ne croient plus dans notre parti.

Un grand merci pour l'honneur qu'il nous a fait de venir ce dimanche 9 janvier !

L'objectif de cet anniversaire était aussi de redonner aux communistes la fierté d'appartenir à un grand parti communiste, de classe et de masse, toujours aussi combatif et d'avenir !

Nous avons atteint nos ambitions puisque, de l'avis des camarades, beaucoup d'entre eux sont repartis avec plus de confiance et de fierté d'être communiste !

Beaucoup, dont de nombreux sympathisants et syndicalistes, ont découvert pourquoi et comment la création du PCF au Congrès de Tours avait permis de rompre avec la social-démocratie réformiste, mesurant ainsi l'importance de leurs luttes pour obtenir, par le rapport de force, les ruptures politiques qu'ils ne peuvent espérer en 2012 avec le Front de gauche et le Parti socialiste. Nous avons d'ailleurs lancé une grande campagne de renforcement du parti et réalisé 7 adhésions au cours du banquet populaire.

Nul doute, une journée inoubliable pour les communistes de la section de Saint-Martin-d'Hères !

PCF-SMH-dimanche-9-janvier-2011-1-.JPG

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 18:32
1920 - 2010 : LE PCF FETE SON 90EME ANNIVERSAIRE !


A l’occasion de la cérémonie traditionnelle des voeux 2011, le dimanche 9 janvier 2011, la section de St-Martin-d’hères du PCF vous invite à fêter le 90éme anniversaire du PCF dans la grande salle municipale de « L’heure bleue » ! En présence d’Henri Alleg, militant communiste et anti-colonialiste.

Programme de la journée :

Entrée libre :

- 10 h : Inauguration de l’exposition « 1920 - 2010 : Histoire vivante du Parti communiste français à Saint-Martin-d’Hères ! »,

- 10 h 30 : Intervention politique des militants communistes d’hier et d’aujourd’hui, en présence de notre camarade Henri Alleg, militant communiste et anti-colonialiste durant la guerre de Libération nationale d’Algérie,

- 12 h 15 : Allocution des voeux 2011 du PCF, prononcée par Dominique Negri, membre du conseil national et secrétaire de la section de St-Martin-d’Hères du PCF, entourée des membres du comité exécutif de section,

- 12 h 30 : Apéritif fraternel,

Entrée avec participation aux frais :

- 13 h : Banquet populaire et après-midi festif, chantant, dansant et révolutionnaire ! (participation aux frais du menu tout compris avec boisson : 12 euros et 6 euros pour les enfants et tarif réduit, inscriptions auprès des militants communistes avant le 20 décembre 2010),

- 17 h : Clôture.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 10:21
 Aux élections régionales de mars 2010, les accords nationaux signés par la direction nationale du PCF ont laissé la tête de liste en Rhône-Alpes à Elisa Martin, adjointe PG au maire PCF de Saint-Martin-d’Hères, membre du PS jusqu’en 2009. 
Bandeau-ensemble.jpg
Cette stratégie a conduit à la perte de 9 élus PCF sur 15 dans la région et de 2 sur 3 pour l’Isère. En Isère, seul François Auguste, président du Conseil national du PCF, a réussi à négocier le maintien de son siège.

Voilà maintenant que les aspects financiers de ce brillant accord sautent à notre figure de communistes. Responsables de section, nous n’avons appris que le 3 décembre ces faits graves, jusqu’alors tenus secrets.
 La tête de liste mélenchonniste a désigné un mandataire financier du même parti qu’elle. 
Sur des dépenses se montant à 500.000 euros, notre parti a aujourd’hui le plus grand mal à récupérer des remboursements légaux de la campagne les 300.000 euros qu’il a directement avancés.

Nous notons que le PG et les autres groupuscules insignifiants du Front de gauche se font rembourser de 200.000 euros, qu’ils encaissent uniquement grâce au poids électoral du PCF dans la région.

Puisque ça marche, le PG semble vouloir tirer sur la corde. Le mandataire a oublié 6000 euros de dépenses personnelles des candidats.
Plus lourdement, il veut faire payer au PCF son erreur sur la première version des bulletins de vote, qu’il a fait imprimer sans vérification, notamment du PCF, laissant
passer des erreurs qui ont permis à la commission électorale de refuser de le valider, obligeant à la réimpression en urgence des centaines de milliers d’exemplaires.
Les précédents ont dû être détruits. Le coût de cette brillante gestion : 60.000 euros que le PG veut faire payer à qui ? Au PCF pardi !

Dans le même fil d’honnêteté intellectuelle, le PG menace de ne pas nous rembourser les 300.000 euros que nous avons payés avec l’argent de nos cotisations temps que nous ne paieront pas les 60 000 €.

La chose se réglera sans doute sans que le PCF ait recours à des poursuites judiciaires.
Pour le PG, la construction du rapport de force se conçoit contre le PCF.

La question principale est politique et nous incombe. A quoi sert aux communistes, à ceux qui se battent dans la lutte des classes, qui viennent de ce battre pour la défense des retraites, la constitution par la direction du Parti lui-même d’un Front de gauche qui marginalise le PCF et ses positions.
Va-t-on recommencer aux cantonales ? Dans l’Isère, je fais partie de ceux qui se prononcent pour des candidatures clairement PCF, débarrassée du handicap du Front de gauche, de sa subordination au PS pour 2012, de ses choix pro-UE ? Le Conseil national, dont je suis membre, n’a pas décidé de candidatures Front de gauche aux cantonales.
 
En tout cas, aucune négociation avec le PG n’est imaginable tant qu’ils ne rendront pas aux communistes l’argent qu’ils collectent à la sueur de leur action militante, sur la base de la confiance des travailleurs.
 Le PCF n’a pas à faire le jeu d’opportunistes, même de « gauche ». La direction du PCF n’a pas à les utiliser pour forcer les transformations du Parti contre les choix fondamentaux défendus depuis le Congrès de Tours.
 Les comptes doivent être clarifiés au plus vite en Rhône-Alpes.  
 D. Negri 
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 19:18

 Les camarades de la section du PCF de Saint-Quentin organisaient un banquet samedi 11 décembre 2010 pour célébrer le 90ème anniversaire du Congrès de Tours et réaffirmer toute son actualité, toute la raison d’être du PCF et la nécessité de son renforcement dans la fidélité à ses fondamentaux et à son histoire.

Objectif atteint, l’initiative a été un beau succès réunissant plus de 150 personnes, toutes générations confondues dans un climat de grande fraternité.

L’intervention du secrétaire de section Jean-Luc Tournay, une exposition sur l’histoire du PCF à Saint-Quentin ont situé l’enjeu politique de cet anniversaire.

La presse locale souligne la « formule gagnante » de la section saint-quentinoise du PCF. Nous nous permettons de reproduire l’article de l’Aisne Nouvelle qui traduit l’état d’esprit dynamique de la soirée et de la section, décidée à faire vivre et renforcer le PCF.

 

 

101211_Saint-Q_gateau.jpg

Le PCF, un camarade de 90 ans

Article de l’Aisne Nouvelle du 14 décembre 2010

 

Une exposition, un couscous royal et un concert : samedi, salle de Verdun, c'était la formule gagnante pour la section saint-quentinoise du Parti communiste français (PCF).

Samedi, salle de Verdun, la section saint-quentinoise du Parti communiste français célébrait les 90 ans du Congrès fondateur de Tours.

La salle de Verdun ne sent pas encore les merguez et les grillades du couscous royal. A 18 h 30, pendant le concert du groupe La Robinetterie, les invités préfèrent encore discuter à la buvette. A l'entrée, des « unes » historiques de L'Humanité et quelques brochures sont disposées sur une grande table. A côté, près de 120 photographies sont accrochées à des panneaux.
« On a voulu marquer le coup avec cette petite rétro », explique Olivier Tournay, conseiller municipal, qui s'est lui-même chargé de recueillir ces archives dont une partie, notamment celles de l'entre-deux-guerres, a disparu lors de l'incendie du local de la section il y a plusieurs années. « Il y aurait un boulot titanesque à faire à la bibliothèque municipale. »

Au-delà des campagnes électorales, des Fêtes de l'Huma, des manifestations et des réunions, les camarades présents reconnaîtront l'adolescent Jean-Luc Tournay, secrétaire de la section depuis 1995, avec ses parents Emile et Paulette, militants communistes, mais aussi, en noir et blanc, un voyage à Moscou sous l'ère soviétique ou le XVe Congrès du PCF en 1959. Daniel Le Meur, maire de Saint-Quentin de 1977 à 1983 et de 1989 à 1995, fait évidemment partie du Panthéon communiste local.

Une histoire mouvementée.

Aujourd'hui, le poids électoral du PCF dans la cité des Pastels tient à l'élection d'Olivier Tournay au conseil municipal en 2008. De tendance orthodoxe, pas vraiment sur la longueur d’onde fédérale et nationale, apportant son soutien au dissident Maxime Gremetz lors des dernières élections régionales, la section saint-quentinoise a une histoire mouvementée. « ça va être compliqué de rentrer dans les détails ! », indique Jean-Luc Tournay, le nom de famille le plus célèbre des communistes locaux, lorsqu'il faut retracer les grandes dates de la section.

A l'heure de l'apéro, le dirigeant s'emploie toutefois à prononcer un discours devant la bonne centaine de militants présents dans la salle. Roger Marié, plus ancien militant de la section, entonnera ensuite L'Internationale, reprise en chœur par les autres camarades. Le poing brandi, un verre dans l'autre main.

 

101211_Saint-Q_nombre.jpg


TOURNAY : "ON COMPTE SUR LES JEUNES"

Secrétaire d’une section de Saint-Quentin loin d’être toujours conforme à la ligne officielle du PCF, Jean-Luc Tournay entend présenter des candidats communistes aux prochaines élections cantonales.

Vous fêtez aujourd’hui les 90 ans du PCF. Ce sont aussi les 15 ans de la droite au pouvoir à Saint-Quentin. Comment comptez-vous revenir aux responsabilités ?

Les électeurs sont potentiellement là mais un peu désemparés. On doit les retrouver avec nos valeurs. Aujourd’hui, on les a perdues : à force d’évoluer, on a abandonné quelques bases. On compte beaucoup sur les jeunes. La Jeunesse communiste a été réactivée l’an dernier et les adhésions sont de plus en plus nombreuses. On gagnera en étant présent sur le terrain.

Aujourd’hui, on coupe le gaz et l’électricité à des gens qui ne peuvent plus payer. Il faut amener les gens à lutter.

Depuis 1995, la gauche saint-quentinoise a-t-elle échoué là où la droite a réussi à se réunir derrière de fortes personnalités ?

A Saint-Quentin, on a eu un problème : la succession de Daniel Le Meur. Le PCF n’avait plus de leader charismatique, contrairement à la droite avec Pierre André, Xavier Bertrand ou Pascale Gruny pour prendre le relais de Jacques Braconnier. L’autre difficulté, c’est la situation industrielle avec les licenciements. Les entreprises étaient nos forces. A l’époque, on avait des sections dans les entreprises.

Quelle sera votre stratégie pour les élections cantonales de mars ?

On débat. Rien n’est encore réglé, tant sur la stratégie que sur le projet. Notre souhait est de présenter des candidats communistes à Saint-Quentin-centre et Saint-Quentin-nord. On va faire remonter nos propositions lors de l’assemblée générale de la fédération puis consulter les militants. On devrait y voir plus clair début janvier.

Pourquoi récusez-vous l’alliance avec le Parti de gauche alors que vous adoptez une stratégie d’union de la gauche à Saint-Quentin ?

En 2008, le Parti de gauche n’était pas là. On ne peut pas comparer la situation actuelle du Front de gauche avec le contexte des dernières municipales. A l’époque, l’idée était de faire obstacle à Pierre André et Xavier Bertrand. En 2014, ce sera encore différent parce qu’il y aura eu les élections présidentielles et législatives. Mais si on s’enferme davantage dans le Front de gauche, où va-t-on ? Ce serait un pas de plus vers la liquidation du PCF.

 

UNE VIE DE MILITANTS

Devant les militants réunis dans la salle de Verdun, il n’a rien perdu de son engagement vieux de 66 ans. Béret sur la tête et écharpe rouge dénouée, Roger Marié lance, poing levé, L’Internationale. « Toute notre vie, on l’a donnée au parti. Aujourd’hui, on est encore fiers d’être communistes », assure cet ancien conseiller municipal sous Daniel Le Meur, parlant au nom de son voisin Jacques Poix, également arrivé au PCF en 1944. A 101211_Saint-Q_Marie.jpgrespectivement 86 et 79 ans, ces deux camarades saint-quentinois, également cégétistes depuis les années 1950, ont tout connu des étapes marquantes du mouvement : la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, le Programme commun de 1972, les ministres communistes dans le gouvernement Mauroy, mais aussi les guerres d’Algérie et du Vietnam puis la chute du mur de Berlin. « On l’a payé gros à partir de ce moment-là », affirme Roger Marié, ancien employé aux services généraux de l’hôpital pendant que Jacques Poix était agent aux Télécommunications. « Des erreurs ont été faites mais on a résisté à tout ça. Ce n’est pas fini. Les jeunes vont remonter le parti. C’est la relève. »

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 12:40

Invitation:Le PCF fête ses 90 ans, samedi 11 décembre Salle de Verdun (Route d’Amiens)-St-Quentin

25112010

 Cher(e) amis, Cher(e) camarade, 

 Les communistes de Saint-Quentin fêteront les 90 ans du PCF, le samedi 11 décembre, Salle de Verdun. 

  Cette soirée sera bien sûr un moment convivial autour d’un repas dansant, mais aussi l’occasion de voir ou de revoir, le chemin parcouru par le Parti Communiste Français de 1920, date de sa création au congrès de Tours à nos jours, à travers une exposition nationale et locale ainsi que le témoignage d’anciens camarades qui ont bien voulu nous honorer de leur présence, cette exposition sera inaugurée à 18h 00. 

   Ce sera donc une soirée importante qui réunira de nombreux communistes, sympathisants et bien au delà pour célébrer ensemble cet événement historique au moment où les luttes sociales s’amplifient contre la politique du gouvernement UMP « Sarkozy/Bertrand » à la botte du MEDEF.

 Le besoin d’une force politique révolutionnaire organisant la lutte, porteuse d’une alternative au capitalisme en transformant notre société  pour plus de justice et d’égalité, est plus grand que jamais : C’est le besoin du PCF.

  Le choix du Congrès de Tours est toujours fécond.  

      

Pour la Section de St-Quentin 

Jean Luc TOURNAY,  Secrétaire de Section  

Corinne BECOURT,  Membre du Conseil National du PCF-Aisne

 

Bienvenue à tous.. et RESERVEZ (suivre le lien)

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 13:38

Décembre 1920 - décembre 2010

90° anniversaire du Parti communiste français


HIER, AUJOURD'HUI, DEMAIN,

 

Pour changer la société

L'UTILITE DES COMMUNISTES.

 

A cette occasion, nous avons le plaisir de vous inviter au

 

DEBAT

Que nous organisons le

SAMEDI 4 DECEMBRE 2010 à 17H00

Au LOCAL COMMUN RESIDENTIEL

64 rue Maurice Braunstein

(Près du Lac des Pêcheurs)

à Mantes la Jolie

17h00 - 19h00 è débat ouvert à toutes et à tous

19h30 (sur réservation) è Apéritif dinatoire et convivial (assiette de fruits de mer, gâteaux salés et sucrés) Participation aux frais: 8 euros.

Avec la présence de:

  • Emmanuel Dang Tran, dirigeant national du PCF
  • Marc Jammet, dirigeant départemental du PCF, conseiller municipal de Mantes la Jolie.
Partager cet article
Repost0