Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 18:28

Extrait des Dernières nouvelles d'Alsace.

 

Un candidat communiste à l’ancienne

110317_canto_hemmerle.jpgLes bons scores de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages et la visibilité médiatique du Front de Gauche laissent André Hemmerlé de marbre.

À 64 ans, le candidat PCFFG au Neuhof déplore les ravages de la « culture des ego » en politique. Et on sent que l’étiquette Front de gauche ne l’emballe pas plus que ça : elle n’apparaît d’ailleurs pas sur le tract qu’il nous remet.

Emploi, logement, formation

« Je suis avant tout un candidat communiste soutenu par le Front de gauche. Je reste sur les bases historiques et les valeurs du PCF : la défense des plus démunis et du monde du travail », martèle le militant syndical, devenu permanent à la CGT en 1977.

S’il n’a jamais délaissé l’idéal embrassé dans sa jeunesse, André Hemmerlé ne vient pas d’un milieu communiste. Son père, tailleur, et sa mère, femme au foyer, « ne parlaient pas trop politique à la maison ». Mais André estime « qu’en bons Alsaciens », ils devaient « voter MRP ».

Ils ont en tout cas eu l’ouverture d’esprit de ne pas décourager l’engagement d’André et de son frère cheminot à la CGT. André Hemmerlé a d’ailleurs fait une belle carrière syndicale, gravissant les échelons locaux avant d’occuper des fonctions au niveau national, puis au sein de structures multilatérales à Prague et Moscou. Un parcours qui ne l’a pas empêché, en 1992, de revenir habiter au Neuhof. Et de consacrer sa campagne aux questions « qui intéressent les gens : l’emploi, le logement, la formation ».

Côté emploi, le candidat propose notamment la création d’une commission départementale « contrôlant l’utilisation des subventions accordées aux entreprises » pour empêcher les délocalisations. En matière de logement, André Hemmerlé condamne les démolitions reconstructions qui repoussent toujours plus loin les populations les plus fragiles.

Le candidat invite les électeurs à dire, d’un bulletin, leur colère et leur révolte.

« Les gens que je croise lors des tractages ne croient plus ceux qui sont aux manettes. C’est même la première fois, depuis les années 60, que je sens un tel rejet de nos institutions et de notre président, avance André Hemmerlé. Ce n’est pas pour ça qu’ils vont voter pour nous. Mais je veux leur dire que l’idéologie haineuse de l’extrême droite ne sera jamais la solution à leurs problèmes. »

La suppléante d’André Hemmerlé, Michèle Bardot, enseignante retraitée, est une des figures du monde associatif neuhofois et un des membres actifs de l’Agate.

MANUEL PLANTIN

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 17:51

Elections cantonales : l’importance du vote communiste

  

Le 1er tour des élections cantonales aura lieu le 20 mars 2011. A Paris, nous ne votons pas puisque les Conseillers de Paris sont à la fois conseillers municipaux et généraux. Mais une partie des salariés travaillant dans le 15ème vote dans des cantons renouvelables de banlieue.


Nous les avons appelés à voter pour les candidats présentés ou soutenus par le PCF.

 

Tous les enjeux du scrutin soulignent l’importance du vote communiste.

 

Il est le moyen de confirmer le discrédit de la politique gouvernementale, après les luttes pour les retraites, de rejeter le consensus droite/PS sur les questions économiques principales.

 

Il est le moyen décisif de ne pas laisser le FN, dont le système fait la promotion de façon éhontée, détourner une partie de la colère populaire par sa démagogie sociale, dévoyer des positions fondamentales comme le rejet de l’UE du capital.

 

Le vote communiste est le moyen d’exprimer le refus du recul démocratique que représentent la réforme territoriale, inspirée par l’UE, et la disparition programmée des départements, éléments importants de l’égalité des territoires, notamment en matière de services publics et sociaux.

 

Il est le moyen, avec l’élection de conseillers communistes, de peser sur la gestion des conseils généraux, dont 58 sont tenus par la gauche, responsables notamment des collèges, de politiques sociales comme le RSA, l’Allocation personnalisée d’autonomie. Il porte par exemple le refus des subventions non obligatoires aux collèges privés, des aides au patronat dans une logique de concurrence entre territoires. La question de l’APA est particulièrement importante dans la perspective d’une nouvelle loi antisociale sur la « dépendance ».

 

Les candidats communistes portent le refus du hold-up sur les finances locales par le gouvernement qui ne compense pas financièrement les prérogatives décentralisées.

 

Les communistes ont toujours suivi une démarche de rassemblement à l’occasion des élections cantonales que le vote communiste a permis aussi de traduire.

 

Il sera temps, mais seulement après le vote, de mesurer combien la stratégie du « Front de gauche », forcée par la direction de notre parti, d’alliances étriquées avec surtout le Pg de Mélenchon, sur une ligne nationale de « gauche », aura pesé sur l’utilité du vote communiste.

 

Nous apportons notre plein soutien à nos camarades, qui partout en France, à l’occasion de cette campagne, font vivre et renforcent les organisations du PCF dont le peuple aura plus que jamais besoin.

 

RAPPEL: en 2008, aux élections portant sur l'autre moitié des cantons, les candidats présentés ou soutenus par le PCF ont obtenu 1,157 million de voix soit 8,9% des suffrages exprimés (35% d'abstention)

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 17:32
Canton d'Arras-Nord : le Parti communiste reprend la main en privilégiant la politique de proximité

jeudi 17.03.2011, 05:02  - La Voix du Nord - extrait du site de la section du PCF Arras, http://pcfarras.over-blog.com/ 


110317_canto_Arras.jpgRené Chevalier et Carole Pezron, candidats du PC, canton Arras Nord: «Les gens, surtout les jeunes, reviennent nous parler.»
| ARRAS NORD |

Sans faire de bruit, René Chevalier et Carole Pezron font de la politique au quotidien auprès de leurs concitoyens les moins gâtés par l'emploi, les salaires, les prêts bancaires, les logements indécents... ...

 

Ils sont, l'un candidat, l'autre suppléante, au poste de conseiller général pour le canton d'Arras Nord. Ce qui leur tient à coeur, « Ce n'est pas de monter les catégories sociales les unes contre les autres, mais d'apporter du mieux-être à tout le monde, ceux qui sont mal surtout », plaide avec fougue Carole Pezron, qui côtoie chaque jour des gens qui ont du mal à joindre les deux bouts et que « la droite continue de pressurer ». Les injustices, les inégalités, le manque d'équité, les expulsions, le Parti communiste ne les supportera jamais : « Que l'argent manque aux ménages d'ici parce que l'État ne paie pas sa dette aux départements auxquels il a transféré beaucoup de charges, c'est inadmissible », peste René Chevalier. Pour verser les revenus de solidarité active, de compensation du handicap ou l'aide aux personnes âgées, le département doit rogner sur les subventions aux associations, culturelles et sportives. Les assos, c'est le coeur de la démocratie ! » La réforme territoriale qui s'annonce ? « Elle va sabrer le pays.

Ce seront les intercommunalités qui seront les décideurs. Quel rôle restera-t-il aux maires ?, s'interroge le candidat. Une chose est sûre : le PC ne lâchera rien sur la dette de l'État », s'enflamme-t-il. Les fermetures d'usines, la privatisation de La Poste, la diminution des postes d'enseignants à la rentrée, la réforme des retraites imposée par un gouvernement sourd aux manifestations de masse sont autant de sujets qui hérissent le poil du PC.

« Être communiste, c'est aider les gens »

Alors, en contrepartie, René Chevalier a des intentions généreuses pour le conseil général : « Augmenter les subventions aux associations, continuer à réhabiliter les collèges, valoriser les actions d'insertion des populations défavorisées. Offrir la gratuité des transports interurbains, de l'accès des moins de seize ans et des collégiens au futur bassin aqualudique d'Arras. » Le Front national a repris beaucoup de nos thèmes, enchaîne la suppléante, « Mais il ne fait rien pour éviter les expulsions, rien pour empêcher les coupures d'eau et d'électricité, les fermetures d'entreprises. Le PC ne médiatise pas : il fait plus qu'il ne dit et pas seulement à la veille des élections. Ce sont toujours les pauvres qui trinquent, même quand ils travaillent. •

D. B.

 

René Chevalier, 52 ans, adjoint technique territorial au collège Curie d'Arras. Adhésion au PC en 1987, à la CGT depuis 36 ans. Candidat aux cantonales de 1998 pour Avesnes-le-Comte. Candidat deux fois aux municipales à Saint-Laurent-Blangy pour la coalition PS + PC, puis sur la liste PC. Et aux municipales à Arras sur la liste Fauquet. Jamais élu.

Carole Pezron, suppléante, 40 ans, secrétaire dans le social. Au PC depuis plus de dix ans. Arrageoise depuis 2008. Première sollicitation de mandat.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 16:55

 

 

 

110317_canto_Saint_Quentin_logo.jpg

 

110317_canto_affiche_stqcentre.jpg110317_canto_affiche_stqnord-copie-1.jpg

 

EDITOS DU 4 PAGES DU CANTON CENTRE:

 

Mettons un coup d'arrêt à la politique de Sarkozy qui ne favorise que les intérêts des riches tandis que la population continue de subir  la crise avec une montée écrasante du chômage. C'est 10 170 inscrits à Pôle Emploi à Saint-Quentin et 500 chômeurs de plus en deux ans. La jeunesse est sacrifiée; on ferme des écoles dans les quartiers populaire de Saint-Quentin (comme partout en France) alors que plus de 21% des habitants des ces mêmes quartiers sont sortis du cursus scolaire sans diplôme. 2010 aura été l'année d'une nouvelle régression pour les acquis sociaux, avec l'application du RSA, la mise en place de la réforme injuste des retraites, la  casse des services publics avec le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux. Et 2011 verra notre pouvoir d'achat   encore amputé par les augmentations inacceptables des loyers des logements sociaux (plus 11% à Saint-Quentin depuis 2008), du gaz, de l'électricité,...

 

Certains de nos concitoyens ne vont plus voter, désabusés de voir se succéder des alternances politiques et de ne pas voir de réel changement de leur quotidien. Pour autant, une autre politique  est possible. Lorsque nous nous organisons et descendons dans la rue, nous sommes en mesure de créer un véritable rapport de force pour sauvegarder nos acquis sociaux et acquérir de nouveaux droits. Et cette lutte doit se prolonger dans les urnes.

 

Les 20 et 27 mars 2011, vous serez amenés à voter pour l'élection du conseiller général du canton centre de Saint-Quentin. Vous pourrez ainsi sanctionner le bilan catastrophique de Colette Blériot, conseillère générale UMP sortante et adjointe aux quartiers, toute dévouée à la politique de Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand. Pour les stopper et pour un programme de changement radical, votez communiste.

 

Olivier TOURNAY

 

 

 

Jamais un gouvernement n'avait frappé si durement: depuis 2007:

·                         Il a sacrifié les services publics (plus de 66 000 postes supprimés dans l'éducation nationale).

·                         Opéré à la réforme injuste des retraites.

·                         Accueilli ou soutenu des dictateurs, des tyrans dans leur pays (liens de Michèle Alliot Marie avec Ben Ali en Tunisie pour ne citer que cet exemple)

·                         Renforcé le discours sécuritaire et la haine de l'autre: débat sur l'identité nationale renforcement des centres de rétention, augmentations des expulsions (tout en montrant du doigt et en supprimant des postes de magistrats, de policiers...).

La liste est longue et partout en Europe et dans le monde, des gouvernements, à la botte du capital, n'agissent pas dans l'intérêt des travailleurs, des précaires...Ils entendent faire payer la crise dont les voyous capitalistes sont responsables, aux états, aux citoyens. Mais partout les résistances se créent, la Tunisie, l'Egypte hier, le Liban, l'Algérie, le Yemen aujourd'hui nous offrent de formidables raisons de croire au changement, à la force du tous ensemble.

On tente de nous culpabiliser, quand nous descendons dans la rue, quand nous nous mettons en grève, quand nous nous organisons pour conserver nos acquis et pour faire valoir nos aspirations de partage du travail et des richesses. « Pensez à la dette publique, aux générations futures » «  la lutte des classes c'est dépassé, il faut se résigner »

 

Aurélie PLE

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 15:07

 

Logo-PCF-3.pngNous reproduisons et faisons circuler la profession de foi de nos camarades du canton de Saint-Paul Cap de Joux dans le Tarn. Nous vous invitons à vous en inspirer pour vos campagnes !



Un candidat communiste c'est la force de frappe contre le capitalisme !


La société capitaliste s'attaque aux personnes âgées.

  • Des retraites trop faibles !

Depuis 1993, les retraités ont perdu 20 % de pouvoir d'achat et la nouvelle réforme des retraites va aggraver cela. Dans le canton, beaucoup de retraites sont très faibles (moins de 500 € par mois). Quand on sait que le coût d'une maison de retraite varie de 1500 à 2700 € par mois, seules les familles les plus riches sont en mesure de payer !

Le parti communiste français demande que les pensions soient au minimum égales au SMIC.

  • L’APA en danger !

Le gouvernement a transféré le financement de l'Allocation Personnelle d'Autonomie (APA) aux départements qui sont étranglés financièrement. Ainsi l’APA est en danger. Le conseil général socialiste votera-t-il encore une augmentation d’impôts ou durcira-t-il les conditions d’accès à l’APA ?

Le gouvernement veut faire payer aux personnes âgées la dépendance, c'est pourquoi il projette d'augmenter la CSG sur les pensions des retraités, de puiser dans le patrimoine des bénéficiaires et de rendre obligatoires les assurances privées.

Le Parti Communiste Français demande que L’APA soit financée par la Sécurité sociale. De plus il faut favoriser le maintien à domicile des personnes âgées (avec des auxiliaires de vie et du personnel soignant).

Le Parti Communiste Français exige que les retraites soient revalorisées et que les logements sociaux soient développés pour les jeunes couples comme pour les retraités. La suppression du bouclier fiscal (800 millions d'euros laissés aux plus riches) permettrait de venir en aide aux personnes en difficulté.

 

  • Gardons les services publics !

Le démantèlement des services publics aggrave les conditions de vie des personnes âgées par l'éloignement des hôpitaux (les déplacements en ambulance seront de moins en moins remboursés) mais aussi la suppression des bureaux de poste (les facteurs n'apportaient pas que le courrier mais aussi une présence ou rendaient des petits services).

Pour un retour des services publics et de la solidarité entre les générations il faut lutter contre la politique du gouvernement et la complicité du parti socialiste qui gère la pénurie sans remettre en question le système. Si tous les départements à gauche appliquaient cette mesure, le gouvernement serait obligé de reculer et par conséquent de rembourser.

L'élection d'une conseillère générale communiste connaissant bien les problèmes des travailleurs est une aide précieuse pour défendre les services publics et les personnes démunies.

La société capitaliste : ennemie des jeunes.

 

  • La jeunesse est menacée !

Le gouvernement réduit les postes d'enseignants en collège, en lycée et dans le primaire ! Et le conseil général socialiste qui accepte sans contester les restrictions budgétaires imposées par la droite ne sera plus en mesure d'investir dans les collèges ou l’aide sociale à l'enfance.

On supprime les dédoublements en sciences physiques, en Science et Vie de la terre et en technologie. Les postes de surveillants ne sont pas augmentés même si les effectifs augmentent.

Cette « casse » du collège public va favoriser le développement des cours privés et plus tard des collèges d’enseignement privé.

 

  • Redonner confiance à la jeunesse !

Les inégalités sociales énormes et la mal-vie déstabilisent de nombreuses familles et enfants. Il faut mettre en place un service public de la petite enfance permettant à tous les parents de trouver une solution pour garder leurs enfants quels que soient les revenus. C’est nécessaire notamment pour les femmes seules afin qu’elles puissent trouver une formation ou un emploi. Il faut lutter contre la suppression des classes maternelles et contre les suppressions de postes dans l’enseignement.

Il vaut mieux utiliser l’argent pour l’école plutôt que pour financer la guerre en Afghanistan !

Les jeunes ont besoin de logements à loyer modéré et d’emplois stables correctement rémunérés.

Or, pour le moment, le chômage est toujours important, les loyers sont de plus en plus chers, beaucoup de jeunes couples sont contraints d’habiter chez leurs parents ou de demander l’aide d'associations humanitaires. Les loyers doivent être gelés.

 

L’argent existe :

Les actionnaires des plus grands groupes ont empoché plus de 40 milliards de dividende. Le bouclier fiscal(exonération d’impôt pour les plus riches) a coûté 800 millions d’euros.

La droite envisage de supprimer l’impôt sur la fortune (4 milliards d’euros).Servier, le patron des laboratoires du Mediator a 2,9 milliards de patrimoine.

C’est là qu’il faut prendre l’argent !

Pour faire payer les riches, pour une société où l’homme est au centre de l’économie et non le fric, vous allez avoir besoin des communistes !

 

Non à la réforme des

Collectivités territoriales !

Depuis plusieurs années, le gouvernement s'est lancé dans une politique de démantèlement des services publics mais aussi d'attaque des collectivités territoriales : les régions, les départements et les communes. Le gouvernement de droite réduit régulièrement les budgets des départements et régions qui assurent nombre de compétences dont s'est déchargé l'État : ainsi les collèges et lycées, les transports, les aides aux personnes âgées ou handicapées, les hôpitaux et beaucoup d'autres compétences importantes dans la vie de tous les jours.

En 2010, le gouvernement Fillon a présenté devant les députés et sénateurs le projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales.

Les conséquences :

-- En 2014, les conseillers régionaux et généraux disparaîtront au profit de conseillers territoriaux.

-- Cette loi va mettre fin à l'indépendance financière des communes, départements et régions qui ne pourront plus aider les associations et jouer leur rôle social auprès de la population.

---Les conseillers territoriaux seront élus en un tour ce qui avantagera les deux plus grands partis politiques (l'UMP et le PS).

---Les communes seraient regroupées en intercommunalités. Ainsi leur disparition va éloigner davantage les élus de leurs concitoyens, mais plus grave encore elle va accélérer la désertification des campagnes.

Au final, tout serait décidé par un petit groupe de personnes déconnectées du milieu local et qui favoriseraient certains villages au détriment d'autres. Toutes les démarches administratives seraient centralisées dans quelques points du département.

La réforme des collectivités territoriales est une attaque de la démocratie locale et participative. Sous le prétexte de simplifier le système administratif, elle va réduire le nombre de personnels et finira par sous-traiter de nombreuses compétences au secteur privé (qui fera payer ses prestations).

 

Ne laissons pas notre santé aux capitalistes.

L’affaire du Mediator a révélé que les laboratoires pharmaceutiques étaient libres de mettre en circulation n’importe quel médicament.

En effet ils sont contrôlés par une agence qui reçoit des financements des laboratoires.

Ainsi la moitié des médicaments sont inutiles et certains dangereux. Les actionnaires des groupes pharmaceutiques s’engraissent sur le dos de la Sécu.

La domination des intérêts capitalistes sur la vie sociale met lourdement en péril la santé humaine et celle de la planète.

Pour que la production de médicaments soit contrôlée par un organisme public indépendant des intérêts privés, il il faut imposer un droit de regard des citoyens sur les choix essentiels et nationaliser les industries pharmaceutiques.

 

Ne laissons pas l’électricité aux capitalistes.

Malgré l’ouverture à la concurrence, les français restent fidèles à EDF.

EDF dessert 95% des foyers français, grâce à ses prix, certes élevés, mais moins chers qu’ailleurs.

La loi NOME oblige EDF à vendre à prix coûtant 25% de son énergie nucléaire à ses concurrents privés, pour que ceux-ci la revende encore plus cher!

Le PCF est pour la renationalisation complète d’EDF-GDF.

Ne laissons pas les capitalistes affamer les peuples.

Lorsque toutes les cinq secondes un enfant meurt de faim dans le monde, brûler de la nourriture sous forme d’agrocarburants est un crime contre l’humanité.

Les prix des trois aliments de base : riz, maïs, blé ont explosé.

Les deux raisons principales sont la spéculation boursière (37% de la hausse due à la spéculation) et le développement des agrocarburants.

Nous devons mettre fin au dumping agricole et par des lois, interdire la spéculation sur les aliments de base, interdire la fabrication d’agrocarburants autrement qu’avec des déchets agricoles.

Il faut supprimer la dette extérieure des 52 pays les plus pauvres de la planète.

 

La droite détricote l’ouvrage des ministres communistes !

Le programme de la droite sarkozyste c’est en finir avec les conquêtes sociales de la Libération, en 1945.

Au moment où le PCF faisait 25% et avait 500000 adhérents, au moment où le pays sortait affaibli de la guerre, les mesures prises ont profondément transformé et amélioré la vie des français.

-Ambroise CROZAT, ministre communiste du Travail a mis en place la Sécurité sociale en 1946.

-Marcel Paul ministre communiste de la production industrielle est à l’origine de nationalisation de l’électricité et du gaz. C’est ce qui a fait que jusqu’à présent les tarifs étaient moins élevés qu’ailleurs et que la compétence des agents et la qualité des installations étaient les meilleures en Europe.

-Maurice Thorez, ministre communiste est le père du statut des fonctionnaires.

La casse des services publics et de la Sécu c’est bien le programme du gouvernement de droite dans une France bien plus riche qu’en 1946.Depuis 60 ans, les grands patrons n’ont cessé de se battre pied à pied pour reprendre ce qu’ils avaient dû céder en 1946.Ils ont confié à Sarkozy la mission de leur rendre leurs privilèges.

Pour reprendre la marche en avant vers de nouvelles conquêtes sociales, il faut voter communiste.


Le vote communiste, c’est le prolongement des luttes !

Les Communistes se sont beaucoup impliqués dans les grèves et manifestations de l’automne 2010 pour la retraite à 60 ans.

Le gouvernement a imposé son projet d’allongement de la durée de cotisation. Les salariés ne peuvent pas partir avant 62 ans et il faut avoir cotisé 42 années pour la percevoir à taux plein.

Le PS s’est prononcé pour le droit de partir à 60 ans mais avec l’obligation d’avoir cotisé 42 ans, ce qui est contradictoire.

Le PCF se prononce pour la retraite à taux plein à 60 ans au plus tard et 37, 5 années de cotisation comme c’était le cas jusqu’en 1993 pour les salariés du privé et du public.

Voter communiste, ce sera prolonger les luttes pour la retraite à 60 ans à taux plein.

 

st-paul-cap-de-joux.jpgPour condamner la politique de la droite qui fait tant de mal,

Pour en finir avec la domination des intérêts financiers

sur toute la société

Pour la construction d’une société socialiste

Votez communiste

 

Votez Claudine Frassin candidate titulaire

et Christophe Dambraine

Candidats présentés par le Parti Communiste Français

Saint-Paul Cap de Joux.(81)

 

Partager cet article
Repost0