Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
/ / /
A propos des candidatures communistes en 2007 :

L’absence de candidat communiste à l’élection présidentielle irait dans le sens d’effacer encore davantage le Parti. C’est pourquoi une candidature communiste est nécessaire comme dans chaque circonscription aux élections législatives.

Pour autant ce débat ne peut constituer la question centrale du congrès. La tentative de polariser les discussions sur ce sujet peut se révéler un piège destiné à esquiver d’autres vraies questions plus fondamentales.

La présence de candidats communistes, notamment d’un ou d’une candidate, membre du PCF, aux élections présidentielles n’est absolument pas synonyme de rupture avec la poursuite du processus de « Mutation-démolition » du Parti. La candidature de R. Hue en 2002 et son résultat catastrophique le prouvent.

Le fait de présenter des candidats communistes est nécessaire mais absolument pas suffisant pour que le Parti soit en phase avec les exigences exprimées par le mouvement populaire le 29 mai et dans les luttes, pour qu’il joue tout son rôle dans l’affrontement de classes d’aujourd’hui, pour qu’il amorce son redressement.

Une candidature même plus ou moins estampillée PCF aux présidentielles mais qui ne présenterait comme horizon que de rabattre les électeurs, et en premier lieu les électeurs du NON, dans la perspective d’un nouveau gouvernement d’alternance et de « gauche plurielle » ne ferait que torpiller le mouvement populaire, d’éloigner encore davantage et dangereusement la rupture politique qu’il recherche, également de discréditer à terme le Parti.

En tout état de cause, ce n’est pas la stratégie électorale qui doit définir la stratégie du Parti, mais l’inverse, sinon on retombe dans le pire travers de la « Mutation ».

Quand la stratégie de la direction du PCF est d’assurer en 2007 la victoire d’un représentant de « toute la gauche » sur la base de «contenus communs» négociés bien avant le scrutin, on comprend qu’elle doute de l’opportunité, de l’utilité et de la possibilité de rassemblement d’une candidature PCF.

Notre place de communistes, c’est de se donner les moyens de mettre en échec tout de suite  les choix politiques du gouvernement, non de se contenter d’apporter un soutien ou de manifester une opposition de témoignage en attendant 2007.
Notre rôle de communistes, c’est de travailler à la convergence des luttes et à les alimenter par des perspectives politiques de rupture. C’est la meilleure et la seule façon pour qu’une issue apparaisse en 2006, en 2007 et après. Les candidatures communistes en 2007 ne prendront tout leur sens que si elles prolongent cette démarche et portent un contenu communiste.

Partager cette page

Repost 0
Published by