Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 11:35

La propagande anti-cubaine jusqu’au baccalauréat !

Vivelepcf, 30 juin 2012

Plusieurs enseignants et associations de solidarité avec le peuple cubain ont dénoncé la teneur de l’épreuve d’espagnol, langue vivante 1, du baccalauréat des séries S et ES.

Le texte soumis aux candidats, « El muchacho da Camaguey », de l’obscur écrivain espagnol (et même pas cubain), Luisgé Martin, dresse un tableau accablant de la vie dans l’île : un Cubain famélique raconte comment il a été arrêté par des policiers déguisés en touristes pour avoir parlé de sa faim et de son dénuement.

Les intentions de ceux qui ont choisi le sujet éclatent dans leurs consignes de correction :

 

« On attendra du candidat qu’il commente à partir du texte :

  •  La pauvreté sur l’île : la faim en rapport avec la description physique de Carlos, le manque de bien courant (allusion au savon, l’attitude des Cubains vis-à-vis des touristes, les conditions économiques
  • La censure : crainte, méfiance et répression ».

Les « bonnes » réponses sont récompensées par 5 points, coefficient 3 !

Rarement la propagande anti-cubaine aura atteint ce niveau caricatural et en même temps ce niveau officiel.

C’est proprement un scandale.Nous nous associons à toutes les protestations en direction du ministère de l’éducation. Nous reproduisons ci-dessous la lettre ouverte au ministre de 4 résidants cubains en France. Ils rappellent quelques vérités, notamment le blocus US et, malgré celui-ci, le niveau de scolarisation parmi les plus élevés du monde à Cuba.

 

120630_ecole_Cuba.jpg 

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE FRANCAIS DE L’EDUCATION (le scandale du Bac 2012)

A Vincent Peillon, ministre de l’Education

Paris

Monsieur le Ministre,

Une fois de plus, les calomnies et mensonges contre Cuba sont à l’ordre du jour dans la société française.

A cette occasion, c’est le tour du secteur que vous dirigez, qui a choisi comme sujet d’espagnol au baccalauréat le conte "El muchacho de Camagüey" de l’écrivain espagnol Luisgé Martin. Et ce, après avoir consacré à Cuba tout un chapitre de l’année scolaire laissant de côté le grand nombre d’excellents écrivains cubains reconnus à l’échelle internationale, qui auraient apporté aux élèves de véritables connaissances concernant la culture et la réalité de l’île.

Nous considérons ce choix du jury comme une subtile agression contre la réalité socio-culturelle de notre pays. Nous soulignons que malgré les difficultés économiques aggravées par la crise que traverse le monde et le blocus brutal exercé par gouvernement des Etats-Unis depuis plus de cinquante ans, il n’y a pas eu une seule fermeture d’école à Cuba.

L’UNESCO considère le niveau culturel et de scolarisation des citoyens cubains parmi les plus élevés de la planète.

En tant que résidents cubains en France, fiers des conquêtes de notre Révolution, nous regrettons cette manipulation contre notre pays et souhaitons vivement que le Ministère de l’Education, formateur des nouvelles générations, reste fidèle à la vérité.

Avec Cuba dans le coeur et dans la pensée,

Cristobal Danilo Campos Aveillé

Virgilio Ponce

Felina Martínez

Vilma Suárez

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans CUBA SI! Amérique Latine: expériences socialistes
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 16:53

Décès de Roger Garaudy, précurseur de la mutation-liquidation du PCF

Vivelepcf, 29 juin 2012

 

La direction du PCF n’a pas réagi à la mort le 13 juin 2012, à l’âge de 98 ans, de Roger Garaudy. Cet homme a joué pourtant un rôle non négligeable dans le mouvement communiste, notamment comme membre du Bureau politique du PCF entre 1956 et 1969.

120630_garaudy.jpgOn comprend que la direction du PCF ne s’associe pas aux thèses indéfendables remettant en cause l’existence des chambres à gaz que Garaudy a reprises à partir de 1996. Y-a-t-il continuité, dérive dans les fois successives qu’a embrassées Garaudy du protestantisme à l’islamisme « tiers-mondiste » en passant par le catholicisme sinon, pour lui, par le « stalinisme » et le communisme ? La question de son évolution personnelle n’est pas celle qui se pose d’abord pour nous communistes.

Mais les idées que Roger Garaudy défendait quand il a été exclu du PCF en 1970 annoncent tellement les termes qui ont justifié la « mutation » engagée depuis 1993 et l’avènement de Robert Hue qu’il nous semble encore plus anormal et ingrat de la part de la direction du PCF d’ignorer sa mort.

A ses obsèques à Champigny-sur-Marne,  n’étaient présents que Christian Favier, sénateur PCF, président du Conseil général du Val de Marne, « à titre privé », et Gaston Viens, ancien maire communiste d’Orly, qui a quitté le PCF depuis des années dans la mouvance « reconstructrice/refondatrice ».  Un article du journaliste et philosophe Arnaud Spire a aussi évoqué Garaudy dans l’Huma. C’est tout.

Pourtant au début des années 1990, Garaudy et ses thèses étaient revenus en odeur de sainteté dans la nouvelle direction du PCF. Garaudy était invité par Francette Lazard, une des initiatrices du processus de mutation (liquidation) du PCF, à la tête alors de l’Institut de recherche marxiste. Garaudy était un soutien de Robert Hue en 1995, régulièrement cité dans l’Humanité.

En 1970, Garaudy avait eu le courage d’exprimer à tous les niveaux ses divergences et de s’affronter à la cohésion du Parti telle qu’elle était alors conçue et dont les facteurs étaient un élément de sa force, peut-être aussi de sa faiblesse (c’est une autre question).

Mais Garaudy avait-il raison, contre tous, en tout cas contre ceux qui s’exprimaient, dans ses critiques fondamentales de la forme d’organisation et de la perspective du PCF ?

Pour nous, la réponse est clairement non.

Au nom, déjà, de la « révolution technique et scientifique », de la « cybernétique », il remettait en cause le concept de classe ouvrière et transférait son rôle révolutionnaire à un « bloc historique » indifférencié. En cohérence, il remettait en cause les principes d’organisation du parti communiste, préconisant, avec les mêmes formules creuses cachant le réformisme que celles qui allaient être reprises par la direction ensuite, un parti comme « centre vivant et rayonnant de la vie française dans son mouvement vers l’avenir ». A la recherche d’un syncrétisme entre sa foi religieuse et son engagement politique, il a été de même précurseur d’un « humanisme marxiste » qui annonce l’abandon de la rupture révolutionnaire socialiste, sinon « l’humain d’abord ». Ses critiques du PCF, son exclusion assumée sinon recherchée, ses condamnations de l’Union soviétique lui valurent aussi une utilisation par les media bourgeois contre le camp socialiste, sans cependant « qu’il crache dans la soupe » contrairement à d’autres.

Le 12 avril 1995, Arnaud Spire dans l’Humanité estimait que « depuis que Garaudy a été exclu du PCF en 1970, son cheminement singulier, du christianisme à la religion musulmane, n’a pas dévié de la grande route de la libération humaine » (l’humain, déjà, encore !) et lui faisait répondre dans l’interview qui suit qu’il y avait une « constance de principe dans son appel à voter Robert Hue ».  

La « constance de principe », le courage d’assumer ses positions, jusqu’à l’inexcusable, sont sans doute ce sépare Garaudy d’intellectuels et dirigeants du PCF qui ont fini par suivre la voie révisionniste qu’il a ouverte dans les années 60.

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Assumons l'histoire du PCF
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 16:49

120630_FTA.jpgLa section du PCF de Saint-Martin-d’Hères vous invite à son stand à la Fête du Travailleur Alpin 2012.

« Le Travailleur Alpin », journal édité par la fédération de l’Isère du Parti communiste français depuis 1928, organise chaque année une grande fête populaire. Elle se tient cette année les 29, 30 juin et 1er juillet au parc La Poya à Fontaine.

La section de Saint-Martin-d’Hères y tient un stand important placé sous le signe de la riposte à la politique au service du capital, en particulier de la défense du service public des transports de l’agglomération grenobloise (tract ci-dessous), de la solidarité internationaliste, notamment avec le peuple et le parti communiste grecs contre l’UE de Maastricht.

Sur un autre plan, le stand est aussi réputé pour ses spécialités régionales.

 

 

STOP à la privatisation de la TAG ! Déjà la ligne 33 exploitée par le privé ! Tout de suite une régie publique pour gérer la TAG et les VDF.

TAG - VFD même combat pour les travailleurs des transports et les usagers !

juin 2012, par Saint Martin d’Hères

 

Le SMTC autorise à partir de juillet 2013 que nos services des transports en commun de l’agglomération soient concédés à 100% au privé (sous-traitance) !

Des suppressions d’emplois en masse prévues à la TAG comme au VFD. Nous disons STOP ! Revenons à une régie publique !

Le mode de gestion de nos transports en commun échappe à tout débat public. En décembre 2011, le SMTC (Syndicat mixte des transports en commun), présidé par le PS, a validé dans le silence le renouvellement par la SEM (société d’économie mixte) d’une délégation de service public (DSP) de nos transports en commun. Le cahier des charges à destination des entreprises concourant à ce marché public commence à être révélé.

Alors que la DSP, en cours, autorise déjà 30% de sous-traitance par la TAG (ligne 33, express Crolle-Grenoble-Voiron..), le futur cahier des charges qui devrait être appliqué à partir de juillet 2013 autorisera jusqu’à 100% de sous-traitance.

Nous avions précédemment dénoncé la gabegie financière de la gestion de nos transports publics en SEM pour les VFD (Kéolis a ramassé 2 250 000 € en 5 ans) comme pour la TAG.

Pour la gestion de la TAG par la DSP en 2013 trois entreprises ont été retenues pour présenter un devis répondant aux cahiers des charges (partiellement connu) : RATP Dev. ; Transdev / TAG ( rappelons que Transdev est sous contrôle de Véolia) ; Kéolis.

Le SMTC verse 300 000 € aux 2 entreprises qui n’auront pas le marché. Petit calcul 300 000 € x 2 = 600 000 € d’argent public pour des devis !

Le directeur de la TAG annonce déjà les suppressions d’emplois. Il se veut rassurant, en affirmant que ces suppressions se feront par le non remplacement des départs à la retraite.

C’est inacceptable avec le niveau de chômage actuel de sacrifier plus d’emplois, nous avons besoin d’emplois stables pour nos jeunes ! Comme nous avons besoin de chauffeurs qualifiés et non surmenés.

Cela fait trois ans qu’aucune négociation sur les conditions de travail et les salaires ne se fait à la TAG au prétexte que Transdev/TAg doit rester compétitif pour obtenir le marché.

Par la mobilisation de la population et des travailleurs de la TAG comme de ceux des VFD tout est possible. 

Nous communistes nous proposons d’imposer le retour en gestion par une Régie publique.

Imposons ce retour en régie publique pour les transports comme cela a déjà été fait à Grenoble avec le retour en régie pour la gestion de l’eau ! 

La privatisation de la ligne 33 donne un avant-goût des conséquences pour les usagers en 2013 :

  • Bus en retard, arrêt non respecté, et suppression des lignes et arrêts « dit » peu rentables, salariés exploités.
  • Tarifs en augmentations pour satisfaire les appétits des entreprises ;
  • Toujours plus d’argent public pour les entreprises privées de transport ; L’entreprise qui aura, en tirant les prix, obtenu le marché (DSP) pourra sous-traiter. Les conséquences sont évidentes : Suppressions d’emplois, très bas salaires, conditions de sécurité bradées pour plus de profit, exploitation maximum des salariés.

On parle de fermer le centre-ville de l’agglomération aux véhicules polluants. Qui a des véhicules polluants ? Les petits revenus. On parle aussi d’interdire totalement les véhicules dans le centre de l’agglomération, il faudra prendre les transports en commun toujours plus cher. Qui sera encore pénalisé ? Les petits revenus. Demain Grenoble interdit aux pauvres ?? Vous dites : une caricature ?

Communistes réaffirmons comme prioritaire :

Description : - la nécessité du retour en régie publique pour garantir un service public de qualité, moins couteux et sécurisé. Une baisse importante de tarif sera alors possible des abonnements à prix faible jusqu’à gratuit pour les scolaires, les petits revenus, les privés d’emplois avec l’objectif d’aller vers une gratuité totale.

Description : - la nécessité pour les travailleurs des transports d’avoir un statut garantissant leurs emplois et un déroulement de carrière linéaire. Un service public de qualité ne peut être rendu que par des travailleurs sous un statut protecteur.

Description : - leur refus de la délocalisation des VFD vers Saint-Égrève : un autre gâchis économique, encore 500 000€ pour aménager le minuscule dépôt de 30 bus au VFD !

Description : - que les transports en commun, VFD, TAG et SNCF ne doivent pas s’ouvrir à la concurrence libre et non faussée comme le prescrivent les directives de l’Union Européenne.

Abrogation du traité de Maastricht parce que nous refusons de faire croire aux travailleurs que l’Union Européenne du Capital puisse être réorientée vers du « social ».

Oui aux monopoles publics des transports en commun dans les agglomérations, les territoires, comme au plan national (SNCF) !

P.-S.

Lire nos articles précédents sur les transports :

http://www.pcf-smh.fr/VFD-TAG-meme-...

http://www.pcf-smh.fr/Nous-soutenon...

http://www.pcf-smh.fr/VFD-perdent-d...

http://www.pcf-smh.fr/Solidarite-av...

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans FEDERATIONS: initiatives
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 23:49

A quoi joue-t-on?

 

Déclaration de communistes de sections du PCF du nord de la Dordogne (Comité des communistes de Nord-Dordogne) 


120629_Dordogne.pngC’est la réflexion que nous avons eue lors de notre dernière réunion des communistes du Nord-Dordogne, en voyant fleurir un peu partout des situations qui pourraient faire rire, si elles ne mettaient pas en cause le travail que nous mettons en place dans la difficulté, mais avec pugnacité,  pour refaire vivre l’envie du véritable changement qu’il faudrait à notre peuple. En premier lieu, nous trouvons plus que limite le fait d’avoir participé à un meeting PS d’entre les deux tours présidentiels en y impliquant tout le PCF, ses organisations, ses militants, etc.

Nous étions, il nous semble, sur une ligne claire. Appel à voter Hollande, battre la droite, et faire tout notre possible pour qu’aux législatives un fort groupe PCF/Front de Gauche soit élu pour peser sur les décisions. Pour rappel, c’est ce qui était ressorti du débat du dernier Conseil Départemental.

Bien sûr, nous ne voulons participer en rien à la polémique mise en place par les soi-disant autres partis politiques du FDG qui sautent sur tout ce qui bouge pour se payer du communiste, mais tout de même, le respect des décisions prises dans les instances devrait être respecté et mis en avant.

Notre deuxième réflexion concerne les législatives et les manœuvres électorales et politiciennes qui les entourent.

Nous ne vous ferons pas l’insulte de vous rappeler les positionnements plus qu’incohérents du Parti de Gauche concernant la bataille à mener contre les idées fascistes du Front National, et le fait que ceux-ci ont fait avorter plus d’un accord.

Mais revenons à notre Dordogne : le feuilleton du bergeracois en est le plus bel exemple. Le fait de ne pas permettre dans cette circonscription un deuxième tour de droite doit-il nous amener à des accords à la petite semaine? Car, s’il est un fait certain,  c’est que rien de politiquement réfléchi n’est mis en avant.

Est-ce comme cela que nous amènerons les citoyens à s’éloigner des fausses lunes de la droite et de l’extrême-droite? D’autant que les souvenirs mémorables de 1997 à 2002 sont encore dans les mémoires. D’ailleurs, le résultat en est plus qu’inquiétant. Une charrette de candidats « à gauche », mais surtout, pas de débat pour mettre à bas le fléau d’une droite revancharde. Comment vont s’y retrouver les électeurs? Et n’est-ce pas là le jeu dangereux que certains « à gauche », y compris au FDG ont joué, plutôt que de voir Armand être élu?

Pas ou peu de contenu amène souvent au grand n’importe quoi. D’autre part, l’accord, dit national de sommet, ne confirme-t-il pas que le marchandage fait partie de la volonté première de certains partis, qui font primer la personnalisation (la venue de Mélenchon dans le 62 en est le plus bel exemple)? Les communistes de ce département n’ont même pas été consultés, au mépris de leur souveraineté et de leurs statuts. Nous critiquons les parachutages à juste raison.

Il n’y aurait-il pas là un sujet de réflexion pour l’avenir? Quelle efficacité supplémentaire cela apporte-t-il sur le long terme? Il suffit de nous rappeler les manœuvres lors des élections régionales dans notre département pour avoir la réponse. L’argument de la lutte contre le Front National amène à des accords de sommet sans contenu. La question de celui-ci, de son rôle pour le système et de la façon de le contrer ne doit-il pas être discuté et creusé au PCF? D’autres exemples devraient nous inquiéter au plus haut point.

En Haute-Saône, deux candidats PCF sont présents lors de ces élections. Le PG leur opposera deux candidats. Dans le 93, la 11ème circonscription tire le pompon. Asensi  (ex-PCF) et Autain se voient opposer un candidat commun PS-Verts, Gatignon, ex-PCF. Comme cela se dit, on a les amis que l’on mérite. Ceci s’appelle de la tambouille électorale. Pas de contenu, pas de perspective, rien qu’une lutte au service des places.

D’aucuns nous proposent des lectures plus qu’instructives. Un article du Monde, du 10 mai dernier, met en avant le FDG : par sa façon de faire de la politique, du partage des savoirs, d’un pari de la culture populaire… Il ferait revivre le militantisme, l’émancipation individuelle et collective. En fait, il rendrait la « raison populaire ». Il est même écrit que la bataille des idées « a enfin commencé »! Nous croyons de ce fait que lire l’article de Pena-Ruiz Henri serait utile à tous les membres du PCF, car il laisse à penser que rien avant la création du FDG -aussi bien politiquement et socialement- n’a été fait, écrit, construit etc.

Oubliées les luttes du siècle passé! Marx, Engels, Gramsci etc. Cette façon de réécrire l’histoire n’apporte que la confusion, et en faire la propagande n’est que faire montre d’un irrespect total des luttes du passé. Car il nous semble que nous participons à cette bataille depuis des années, et d’autres l’ont fait bien avant nous, dans notre parti. Effacer l’histoire, le vécu, n’a rien de bon pour l’avenir des peuples. Depuis des décennies, les communistes sont traités d’utopistes. La vie actuelle démontre qu’ils ne sont vraiment pas en tort de se battre pour ces idées.

N’en déplaise à tous ceux qui, en 2005, nous ont fait avaler des couleuvres mais ne veulent surtout pas que nous les recrachions. Ces quelques réflexions, chers camarades, nous l’espérons, participeront au débat très important qui nous attend, jusqu’au prochain congrès de notre parti, et encore après.

Pour que vive encore longtemps, non pas seulement dans l’imaginaire, mais dans le quotidien, l’envie d’un autre monde : Celui de la solidarité, de la camaraderie, et de l’efficacité sociale.


Signataires :Claud Camille, Maire honoraire de Sarlande (24) ; Marsaud Pierre, Président de la FNACA, Lanouaille (24) ; Marsaud Marie-Louise, Savignac-Lerdier (24) ; Coste Noël, Sarlande, Secrétaire de section de Lanouaille (24); Emeri Claude, Maire adjoint PCF de Sarlande (24) ; Chabannaud Alain, Lanouaille (24) ; Claud Jacqueline, Sarlande (24) ; Granger Pierre, ancien maire PCF, Maire honoraire, Sarrazac (24) ; Verseier Nicole, Nanthiat (24) ; Verseier Paul, Nanthiat (24) ; Boyer Marcel, Sarrazac (24) ; Delplanque Claude, Conseiller municipal PCF, membre du CD 24, Lanouaille (24); Boyer Lucien, La Coquille (24) ; Sauret Thierry, Montcigoux (24) ; Sauret Armelle, Montcigoux (24) ; Roche Xavier, Jumilhac-Le-Grand (24) ; Coste Gérard, Ancien membre du BF de l’Oise, Jumilhac-Le-Grand (24) ; Desvallois Jean-Yves, Secrétaire de section de Jumilhac-Le-Grand, Maire-Adjoint (24) ; Desvallois Laurent, Jumilhac-Le-Grand (24) ; Foncy Jean, St Pierre de Frugie (24) ; Fricout Hélène, Montcigoux (24) ; Fricout Serge, Membre du CD 24, Montcigoux (24); Genet Edouard, Ancien maire adjoint PCF, St Priest-Les-Fougères (24) ; Jarry Raymond, Ancien conseiller municipal, Jumilhac-Le-Grand (24) ; Lacaud Karen, Lisle (24); Lacaud Amy, Lisle (24), membre du CD MJCF 69 ;...

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans FEDERATIONS: vie du PCF
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 20:45

BREVE : Nicolas Hulot a voté Mélenchon. Mélenchon est ravi. Les mêmes se retrouvent !

vivelepcf, 22 juin 2012

 

Nicolas Hulot a révélé aux médias qu’il avait voté Mélenchon au premier tour de la présidentielle.

L’ancien compétiteur d’Eva Joly à la primaire des Verts progresse vite en politique politicienne.

Dans l’élégance et le fair-play, il rejoint Bernard Kouchner, autre globe-trotteur, qui, à peine élu député européen en 1994 sur la liste de Michel Rocard, se répandait sur son vote pour une autre liste, celle, alors en vogue, de Bernard Tapie.

nicolas-sarkozy-nicolas-hulot_Hulot.jpgHulot, voyeur héliporté de la planète, a été propulsé conseiller universel en matière de développement du capitalisme « environnemental ». Sarkozy a été le premier client de ses prestations.

Maintenant Hulot se retrouve dans le discours de Mélenchon : « Pendant la campagne, j'ai trouvé chez Mélenchon plus de pédagogie sur ces sujets, sur la régulation de la finance, sur la planification écologique. Je l'ai trouvé plus performant sur ces sujets".

Rien d’étonnant !

Les plus ardents partisans du Front de gauche d’aujourd’hui s’étaient déjà rangés derrière le réactionnaire José Bové en 2007.

Depuis quelques années, Mélenchon s’est saisi du créneau environnemental. Dans une interview aux Echos, publiée le 16 mars 2012, il estime : «  La planification écologique est un défi scientifique et technique lancé à toute notre industrie. Elle lui donne une ligne. Plutôt que la règle d'or, appliquons la règle verte qui consiste à mobiliser toutes nos capacités pour apurer la dette écologique. Les investisseurs n'ont aucune raison d'avoir peur. » Le capitalisme vert avec les étoiles de l’UE !

Certains n’ont pas vu, n’ont pas voulu voir, ont voulu oublier, les offres indécentes de Mélenchon à l’anticommuniste viscéral Cohn-Bendit, qu’il tutoie, avant les élections régionales de 2010 (notre article en lien avec une vidéo savoureuse).

Il règne une profonde communauté d’esprit chez tous ces opportunistes : Hulot,  Bové, Cohn-Bendit, Cochet (ex président du groupe GDR où siégeaient les députés PCF), Mélenchon…  

Que cherchent les dirigeants du PCF avec ces politiciens teintés de vert, avec leur Front de gauche ?  Nous ne le savons que trop !  

Le cancer de la planète, de notre « environnement » social, économique et écologique, c’est le capitalisme et ceux qui le servent !   

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans POLITIQUE
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 09:34

Remaniement ministériel : Robert Hue finalement recalé !

Vivelepcf, 22 juin 2012

120621_Hue_meeting_hollande.jpgRobert Hue devra se contenter de son siège de sénateur (élu en 2011 sur la liste PS/Front de gauche), son mouvement, le MUP du siège de député du Val d’Oise que le PS vient de lui octroyer. Finalement, il ne figure pas dans la liste des nouveaux du 21 juin.

Sa nomination au gouvernement Ayrault était annoncée. Mais il semble qu’il ait souffert de la contrepartie de qualité principale pour le PS.

Avec son passé d’ancien secrétaire national du PCF, Robert Hue aurait apporté une caution « communiste » au gouvernement.  Mais son image est restée trop proche du PCF. Or la direction du Parti s’est trouvée, après son échec électoral, dans l’obligation d’adopter une posture plus à gauche dans la majorité et de décliner l’offre de rentrer au gouvernement.

L’arrivée de Hue au gouvernement aurait gêné le Front de gauche, un allié qui s’est avéré efficace pour Hollande et qui pourrait être amené à contenir à gauche les réactions que la politique d’austérité du gouvernement Ayrault ne manqueront pas d’entraîner.

Voir notre article sur R. Hue en lien.    

 

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans POLITIQUE
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 09:17

Robert Hue successeur, 10 ans après, de Mélenchon au gouvernement ?

Vivelepcf, 20 juin 2012

 

Robert Hue devrait faire son entrée au gouvernement Ayrault lors du remaniement limité qui aura lieu ces prochains jours. Ce ne serait pas une surprise. Il s’est affiché comme l’un des plus francs soutiens de François Hollande depuis des mois.

Sa nomination attendue devait attendre les législatives dont le résultat allait fixer l’étendue de la caution « communiste » du gouvernement.

Réduit à 7 députés, la direction du PCF a découvert lundi 18 juin que les conditions n’étaient pas rassemblées pour y aller. Du côté des « ex », Patrick Braouezec (de la FASE – 2 députés rescapés) et Jean-Pierre Brard, tous les deux battus dans les circonscriptions dont ils étaient sortants, ne peuvent plus prétendre à rentrer au gouvernement.

Ne reste donc que Robert Hue.

Depuis 2009, il est à la tête d’une nouvelle formation politique groupusculaire, le « MUP », Mouvement unitaire pour le progrès. Mais il continue de se prétendre communiste et doit sa notoriété à son passé de secrétaire national du PCF de 1993 à 2001 (puis président du PCF jusqu’en 2003).

Le PS aide le MUP à avoir une existence minimale en termes d’élus et de moyens. Le successeur de Robert Hue comme maire de Montigny-lès-Cormeille, Jean-Noël Carpentier, vient d’être élu député du Val d’Oise. Il était soutenu par le PS au 1er tour. Le PS avait déjà octroyé au MUP quelques places de conseillers régionaux en 2011.  

En revanche, Patrice Carvalho, qui vient de retrouver un siège de député dans l’Oise l’a été sous l’étiquette Front de gauche et non MUP. Il avait adhéré au mouvement de Robert Hue en 2009 puis figuré sur la liste PS aux régionales en Picardie (ni sur la liste Front de gauche, ni sur la liste communiste conduite par Maxime Gremetz). Mais il a choisi cette année de faire campagne pour Mélenchon au 1er tour et, dans sa circonscription, le PS a fini par désigner un candidat « divers gauche » à côté de lui.

On aurait tort de penser que Robert Hue et la direction du PCF n’ont plus du tout de rapport.

Jusqu’il y a quelques semaines, il était encore président de la fondation politique du PCF, la fondation « Gabriel Péri ». En septembre 2011, il était candidat désigné par le Front de gauche et le PCF sur la liste socialiste aux sénatoriales. Sa nomination au gouvernement fera d’ailleurs perdre un siège au groupe CRC-SPG au Sénat.

120620_hue_senat.jpg  

Robert Hue, Marie-George Buffet, Pierre Laurent ont initié ensemble le processus de « mutation » du Parti à partir de 1994 qui s’est poursuivi jusqu’aux transformations actuelles, en passant par la participation au gouvernement Jospin. Après l’effondrement électoral de 2002, la personne de Robert Hue a été disqualifiée, sinon sacrifiée. Après le 1,9% de Buffet en 2007, il a pu resurgir mais plus comme avant dans le PCF.

Buffet a été ministre entre 1997 et 2002. Sans doute au poste de ministre délégué à la formation professionnelle, occupé 10 ans auparavant par Mélenchon, Robert Hue le sera à partir de 2012.

A son tour de bénéficier de la récompense de son action politique !

(la photo à droite remonte à 2002)

120620_Hue_JLM.jpg

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans POLITIQUE
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 15:14

Conseil national du PCF du 18 juin 2012

Intervention d’Emmanuel DANG TRAN, fédération de Paris

 

manu-96pppLe texte de résolution que nous présente Pierre Laurent est irrecevable. Il n’a rien à voir avec un « bulletin de vote ».

Voilà un texte de 53 lignes communiqué aux membres du CN à 10h30 pour être ratifié avant 13h00, puis expédié aux sections dans l’après-midi pour que les communistes se prononcent en 24 heures chrono. Cette précipitation est injustifiable et inacceptable.

Il n’y a pas que ça. La méthode ne permet pas aux communistes de se prononcer sur les questions en jeu. Elle les manipule.

Dans un courrier aux secrétaires fédéraux, la direction promettait une « question simple et claire sur la participation au gouvernement ». La résolution ne pose même pas de question explicite. A quoi doit-on répondre « oui » ou « non » ?  

Le texte touffu, embrouillé, de Pierre Laurent mélange tous les sujets, et notamment la participation au gouvernement et la poursuite de la stratégie du Front de gauche qui vient de réduire à 7 le nombre de députés membres du PCF (+ 2 ex, « refondateurs » et 1 PG).

L’intention est claire : faire plébisciter par la confusion la ligne de la direction du Parti en esquivant tout débat de fond.

Le texte proposé égrène des lieux communs pour rassurer les camarades: « mener des campagnes appropriées », « faire appel à l’intervention populaire ».

La question des conditions de la participation au gouvernement aurait dû être posée depuis des mois comme plusieurs d’entre nous l’avons demandé. Maintenant, avec l’effondrement parlementaire du Parti, elle est caduque. Elle est devenue politiquement indéfendable dans le Parti comme en dehors. Pierre Laurent découvre aujourd’hui que les « conditions ne sont pas rassemblées », « en dépit de nos appels répétés à Jean-Marc Ayrault » (nos supplications ?).

Le soi-disant « bulletin de vote » est ainsi piégé. Si on vote « non », on passe pour partisan d’une participation au gouvernement, hypothèse à laquelle s’oppose un très grand nombre de communistes et que plus aucun dirigeant n’osera défendre maintenant. Si on vote « oui », on souscrit à la « l’amplification du Front de gauche », de ses orientations et de sa structuration doublant celle du Parti.

Le fil est gros. Quelle défiance vis-à-vis des communistes !

Ne pas avoir été clair sur la participation a coûté cher au Parti. Avant des présidentielles, le socialiste Mélenchon a pu faire illusion en adoptant une posture critique vis-à-vis du PS manifestée par des déclarations grandiloquentes et une surenchère systématique. En fait, ses propositions et le programme « partagé » étaient profondément compatibles avec celui du PS. Mais le soir du 1er tour, il est apparu pour ce qu’il est et a été le Front de gauche : des rabatteurs, « sans conditions » pour Hollande et le PS.

Entre les présidentielles et les législatives, les dirigeants du Parti n’ont cessé dans les media de saluer les premières mesures du gouvernement Ayrault.

Comment s’étonner ensuite, que même dans des bastions hérités du vote communiste, le PS supplante les candidats du Front de gauche sur fond d’abstention massive et d’inquiétante confirmation de la poussée de l’extrême-droite ?    

Ce que le CN aurait dû faire, devrait encore faire, c’est de caractériser la politique que Hollande et le PS ont annoncée, celle qu’ils s’apprêtent à mener. Non, elle ne va pas insuffisamment dans le bon sens, elle ne mérite pas d'être « infléchie ». Elle va dans le mauvais sens et nous devons préparer la riposte à ses mesures. L’austérité « juste » prépare la super-austérité. La « renégociation » du traité budgétaire prépare une aggravation de la tutelle de l’UE du capital. Hollande a déjà marché sur les pas de Sarkozy en imaginant une guerre en Syrie.

Tant que cette clarté ne sera pas faite, les quelques inflexions gauchistes du Front de gauche, telles je les entends proposer, ne seront ni comprises, ni constructives. Se placer dans la majorité présidentielle, par-delà la nécessité passée de dégager Sarkozy, c’est servir de caution à une politique contraire à l’intérêt des travailleurs et du pays.

Le soufflé électoral du Front de gauche s’est déjà affaissé. Il ne peut plus faire illusion comme débouché politique au mouvement populaire. Au contraire, il entrave le développement des positions de rupture que le PCF devrait défendre à partir des luttes. Le Front de gauche a placé le PCF sous la tutelle d’une personnalité socialiste qui fait ce qu’elle veut. Comme d’autres l’ont dit, il a monté de toutes pièces, à partir de l’influence communiste, y compris financièrement, de nouvelles formations politiques, PG, GU qui ne pensent qu’à tailler des croupières au PCF et à combattre son identité.

STOP !

Engageons dès maintenant les campagnes nationales de lutte rassembleuses contre la continuité de l’austérité. Dans deux semaines, le peuple subira une nouvelle augmentation du gaz. Sur les retraites, le PS a déjà relégué ses promesses. Ne l’admettons pas ! Pour la Poste, exigeons l’abrogation de la loi de 2009 contre laquelle l’ensemble de la « gauche » a prétendu s’opposer ! Contre l’UE du capital, combattons réellement les nouveaux textes, en dénonçant le texte fondamental, le Traité de Maastricht!

Un dernier mot. Continuer à monter en épingle la coalition Syriza en Grèce est encore moins acceptable depuis que son leader Tsipras s’affiche comme défenseur d’un « plan B pour sauver l’euro » et ne demande même plus l’annulation de mémorandum européen mais sa « renégociation ».

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Interventions au CN du PCF
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 15:00

ASSEMBLEE GENERALE DU 18 juin 2012 à 18 h

avec CONSULTATION DES COMMUNISTES

 

120619_Jarny.png31 camarades de la section du Parti Communiste du Jarnisy en Meurthe et Moselle se sont réunis en assemblée extraordinaire pour répondre aux questions posées par le Conseil national de notre parti.

Après un large débat sur les orientations du conseil national et du rapport de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF qui suivent immédiatement les élections législatives, il en ressort que la stratégie Front de Gauche, ce cheval de Troie, pulvérise de l'intérieur nos forces vives. Il ne satisfait que les ambitions personnelles malgré les échecs successifs à chaque élection (pertes de représentation aux régionales, cantonales, sénatoriales, législatives). La Direction nationale porte aujourd’hui l’entière responsabilité de ces échecs.

 

Cette volonté de rassemblement sans ivresse et sans excès, cette volonté de polir nos fondamentaux, est incompatible avec la lutte de classe et étouffe les ambitions de tout un peuple. Une analyse critique des choix et orientations de ces 15 dernières années qui nous ont amenés aux résultats catastrophiques de ces législatives,  nous ont éloignés des victimes de la crise et de ces millions de salariés dans la désespérance.

Notre Parti a pour vocation, pour essence, la volonté de diriger à tous les niveaux de l'état, mais aujourd'hui les conditions ne sont pas réunies pour y participer et construire une gauche forte et puissante pour être utile à notre peuple.

 

La section PCF du Jarnisy considère par conséquent que cette consultation est une mascarade, que les conditions extrêmement contraignantes ne permettent pas de donner à tous les communistes, le recul nécessaire à la réflexion.

Cette consultation précipitée représente un déni de démocratie dans notre Parti.  Par leur vote les 31 camarades présents rejettent  à l'unanimité ce texte.

Il devient urgent de reconstruire le PCF.

 

Cela impose un congrès constructif à l’issue du débat lancé dans les semaines et les mois à venir. De là, émergera le projet communiste qui sera porté par ses militants

Pour rassembler le monde du travail et le mouvement social qui émerge dans les entreprises, les services publics, il lui faut un soutien sans faille et sans compromission de classe. Cela nécessite des communistes organisés et rassemblés sur un projet et une identité commune. Nous avons donc, en tant que communistes, un travail politique à mener. Nous devons être prêts à initier des luttes et à nous inscrire dans les mouvements sociaux qui ne manqueront pas à se développer dans l’avenir, et plus que jamais à diffuser les idées communistes dans le monde du travail.

Reste pour les communistes français une question d’actualité : comment poursuivre le combat révolutionnaire ?

 

Jean Baus

Secrétaire de section

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans FEDERATIONS: vie du PCF
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 13:14

  

 

Section PCF – Saint-Quentin

 

PROCES VERBAL DE L’ASSEMBLEE GENERALE DU 18 JUIN 2012

 

29 présents- 8 excusés

 

120618_affiche.jpgEn introduction, Corinne BECOURT, membre du Conseil National nous a fait le compte rendu du CN réuni le matin même et nous transmet le texte soumis au vote.

 

Un débat s’engage d’où il en ressort une certaine amertume des camarades. Ils déplorent la situation grave dans la quelle se trouve notre parti. Avec seulement 7 députés communistes et sans doute la fin du groupe communiste à l’Assemblée Nationale, cela confirme l’échec de la stratégie du Front de gauche. Ils dénoncent les stratégies politiques mortifères initiées en 2000 par Robert Hue et sa mutation, suivies par M.G Buffet dans la même lignée et confirmées par Pierre Laurent. Il est temps que tous les communistes ouvrent les yeux et reprennent en main leur Parti.

 

L’objectif de cette AG et de la consultation des communistes initiée par le CN du 11 mai 2012 avait initialement pour objet la question de la participation au gouvernement par le biais d’une question simple et claire.

 

Nous constatons que ce n’est plus le cas, le bulletin de vote devient un texte d’orientation du Parti sur des questions importantes qui ne peuvent être tranchées que par un congrès. De plus, un grand nombre de camarades ne pourront se prononcer avec le texte reçu à 15h ce 18 juin et devant être voté en 24H. Il est rappelé que tous les adhérents n’ont pas internet et que les animateurs de la section, en activité professionnelle, ne pourront pas faire la tournée des adhérents en 1 journée.

 

Concernant la partie du texte : « Nous estimons que les conditions de notre participation au gouvernement Ayrault ne sont pas réunies. Ce qui ne préjuge pas de l’avenir, nous restons disponibles au cas où elles se créeraient. »Les communistes de Saint-Quentin à l’unanimité affirment leur opposition à toute participation à un gouvernement social démocrate.

 

Concernant la partie du texte sur le Front de Gauche : «  Les résultats des campagnes électorales du Front de gauche, la mise en mouvement populaire et citoyenne qui les a portées, nous invitent à poursuivre et à amplifier la démarche engagée avec le Front de gauche. » et « à travailler à associer dans la durée toutes celles et ceux qui, non membres d’un des partis du Front de gauche, souhaitent en être des acteurs à part entière. » Les communistes de Saint-Quentin refusent que cette question soit réglée sans une réflexion approfondie et un débat avec l’ensemble des communistes.

 

Ils réaffirment :

-       Que compte tenu de l’échec du Front de Gauche, en France et particulièrement dans l’Aisne et dans notre circonscription ou le candidat FDG fait moins que les candidats PCF en 2007, la question de la stratégie de notre parti doit être complètement revue et que la nécessité du Congrès s’impose.

-       Que la phrase : « travailler à associer dans la durée toutes celles et ceux qui, non membres d’un des partis du Front de gauche, souhaitent en être des acteurs à part entière »  induit d’une façon ambiguë la possibilité d’adhérer directement au Front de Gauche, comme nouvelle structure, ce que les communistes avaient rejeté fortement à la Conférence nationale

 

Le « bulletin » de vote est piégé:

O  Si nous votons OUI, nous validons le "succès du fdg »

O  Si nous votons NON, notre vote pourrait être assimilé à un accord pour une participation au gouvernement.

 

Nous refusons donc de cautionner cette parodie de consultation.

 

POUR LE TEXTE : 1 VOIX

REFUS DE VOTE : 27 VOIX

ABSTENTION : 1 VOIX

NB : Les camarades n’ayant pas pu participer à cette AG, peuvent encore voter jusque demain 19h.

 

En

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans FEDERATIONS: vie du PCF
commenter cet article