Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 18:52
DANS LE NUMERO DE RIZOSPASTIS DIMANCHE DATE DU 7 DECEMBRE 2008 - TRADUCTION EN FRANCAIS EN LIEN.

ΕΝΟΨΕΙ ΤΟΥ 34ου ΣΥΝΕΔΡΙΟΥ ΤΟΥ ΓΑΛΛΙΚΟΥ ΚΚ
«Επιτακτική η ανάγκη επιστροφής στην ταξική ανάλυση»

Ο «Ρ» συζητά με τον Εμμανουέλ Ντανγκ Τραν, μέλος της Εθνικής Επιτροπής και γραμματέα του 15ου Διαμερίσματος του Παρισιού, που προβάλλει την πρόταση στο συνέδριο για ένα πραγματικό Κομμουνιστικό Κόμμα

 

Η ρήξη με τις στρατηγικές επιλογές των ηγεσιών του Γαλλικού ΚΚ, από τις αρχές της δεκαετίας του '90 μέχρι σήμερα, που οδήγησαν στη συγκυβέρνηση με τους Σοσιαλιστές, στη συμμετοχή στο Κόμμα Ευρωπαϊκής Αριστεράς και τελικά στην απώλεια της αξιοπιστίας και της ίδιας της ταυτότητας του κόμματος, είναι περισσότερο από αναγκαία σήμερα, τονίζει στο «Ρ» ο Εμμανουέλ Ντανγκ Τραν, μέλος της Εθνικής Επιτροπής του Γαλλικού ΚΚ από το 33ο Συνέδριο (2006) και γραμματέας του τομέα του 15ου διαμερίσματος του Παρισιού.

 

Ο Εμμανουέλ Ντανγκ Τραν μιλά στο «Ρ», λίγες μέρες πριν το 34ο Συνέδριο του Γαλλικού ΚΚ που αρχίζει τις τετραήμερες εργασίες του την Πέμπτη 11 Δεκέμβρη, για το κείμενο - πρόταση υπό τον τίτλο «Να υπάρξει και να ενισχυθεί το Γαλλικό ΚΚ, απαίτηση των καιρών μας», το οποίο συντάχθηκε και κυκλοφόρησε από το 15ο διαμέρισμα και υιοθετήθηκε και από πολλές άλλες κομματικές οργανώσεις ανά τη χώρα, συγκεντρώνοντας το 25% των ψήφων των μελών του κόμματος κατά την προσυνεδριακή διαδικασία απέναντι στην εισήγηση της απερχόμενης ηγεσίας.

-- Τις επόμενες μέρες, διεξάγεται το συνέδριο του κόμματός σας. Ποιο είναι το κεντρικό σύνθημα του συνεδρίου και ο στόχος που τίθεται από την ηγεσία του κόμματος;

-- Το 34ο Συνέδριο του κόμματός μας πραγματοποιείται μετά από τρία χρόνια διαρκούς αποδυνάμωσης της επιρροής του. Μιας αποδυνάμωσης, χωρίς προηγούμενο, τόσο στις εκλογικές αναμετρήσεις (η Μαρί Ζορζ Μπιφέ, εθνική γραμματέας, συγκέντρωσε μόλις το 1,9% στις τελευταίες προεδρικές του 2007) όσο και ως προς τις οργανωμένες του δυνάμεις. Η ίδια η ύπαρξη του κόμματος αλλά και η ίδια του η φύση τίθεται υπό αμφισβήτηση.

Η απερχόμενη ηγεσία εκτιμά ότι η υποχώρηση αυτή είναι συνέπεια μιας «παγκόσμιας κρίσης του κομμουνισμού». Θεωρεί ότι είναι απόρροια της μη προσαρμογής της μορφής και της θεωρίας των ιστορικών κομμουνιστικών κομμάτων σ' έναν «καινούριο κόσμο». Θέτει, λοιπόν, στην ημερήσια διάταξη του συνεδρίου τη συνέχιση των «αλλαγών» του Κόμματος, που έχουν αρχίσει εδώ και αρκετά συνέδρια και συγκεκριμένα από το 30ό το 2000. Αυτές οι «αλλαγές» θα μπορούσαν να οδηγήσουν ακόμη και σε μια πλήρη «μεταμόρφωση» του Κόμματος.

Η σημερινή ηγεσία θέλει να οδηγήσει το Κόμμα σε νέες ιδεολογικές αποκηρύξεις και σε μια πολιτική ανασύνθεση, συνεχίζοντας ουσιαστικά την εξάλειψη αυτού που εκπροσωπεί ως μοναδικό κόμμα των μαζών και της εργατικής τάξης στην ιστορία της χώρας μας. Το Κόμμα της Ευρωπαϊκής αριστεράς (ΚΕΑ) και το γερμανικό κόμμα «Αριστερά» (Linke) είναι τα πρότυπα της απερχόμενης ηγεσίας του Κόμματός μας.

Και παρά το γεγονός ότι δεν έχει γίνει το συνέδριο και δεν έχει αποφασιστεί η θέση του απέναντι στην Ευρωπαϊκή Ενωση, η απερχόμενη ηγεσία αποφάσισε να προχωρήσει σε μια συμμαχία ενόψει των ευρω-εκλογών του Ιούνη, με ένα σοσιαλδημοκρατικό κόμμα. Ενα κόμμα που δημιουργήθηκε υπό την επωνυμία «Κόμμα της Αριστεράς» μόλις πριν από λίγες μέρες από ορισμένα ηγετικά στελέχη του Σοσιαλιστικού Κόμματος που αποχώρησαν από τους Σοσιαλιστές.

«Ανάγκη να υπάρχει ΚΚ, όχι μόνο ως όνομα αλλά και ως ουσία»

-- Ο τομέας του 15ου διαμερίσματος του Παρισιού ανέλαβε την πρωτοβουλία να κυκλοφορήσει ένα κείμενο όπου εκφράζονται διαφορετικές απόψεις ως προς τις στρατηγικές επιλογές που γίνονται από την ηγεσία του κόμματος. Το κείμενο αυτό εγκρίθηκε, στις προκαταρκτικές του συνεδρίου, διαδικασίες από το 25% των μελών του κόμματος. Ποιο είναι το ακριβές περιεχόμενό του;

-- Δεν είμαστε μόνοι μας! Ο τομέας μας είναι μέρος αυτών που είχαν την πρωτοβουλία για το κείμενο με τον τίτλο «Να υπάρχει και να ενισχυθεί το Γαλλικό ΚΚ, είναι απαίτηση των καιρών μας». Αλλά το κείμενο αυτό είναι αποτέλεσμα συλλογικής δουλειάς με άλλες οργανώσεις του Γαλλικού ΚΚ που, επίσης, είχαν αντιταχθεί στη γραμμή της ηγεσίας.

Η ανάγκη να διατηρηθεί και να αναπτυχθεί το κόμμα μας βρίσκεται στον πυρήνα αυτού του κειμένου. Προφανώς, δεν πρόκειται για μια ανάγκη να κρατήσουμε απλώς το όνομα «Γαλλικό ΚΚ» συνεχίζοντας να το αφήνουμε κενό ουσίας, όπως επιδιώκουν ορισμένες ομάδες της απερχόμενης ηγεσίας. Το κείμενό μας θέτει την αναγκαιότητα να έρθουμε σε ρήξη με τη στρατηγική που ακολουθήθηκε από τις αρχές του '90 μέχρι σήμερα, της οποίας τον απολογισμό οφείλουμε να κάνουμε χωρίς φιλοφρονήσεις και όμορφα λόγια.

Θεωρούμε ότι αυτή η στρατηγική είναι υπεύθυνη για την υποχώρηση του Κόμματος, τόσο στις εκλογικές μάχες όσο και στο κοινωνικό κίνημα. Για εμάς, η ρήξη θα έρθει μέσα από την επιστροφή στην ταξική μαρξιστική ανάλυση της οικονομίας και της γαλλικής κοινωνίας και μέσα από την επιστροφή στην αντίληψη για ένα κόμμα της πάλης.

Η πολιτική προοπτική που οφείλει να έχει το Γαλλικό ΚΚ δεν μπορεί να είναι απλώς μια νίκη της Αριστεράς στις εκλογές του 2012. Αυτή θα πρέπει να περνά από την υποχρέωση σε άμεση ήττα της πολιτικής που υπηρετεί το κεφάλαιο. Οι λαϊκές κινητοποιήσεις είναι πολύ ισχυρές στη χώρα μας και λαμβάνουν ολοένα και περισσότερο χαρακτήρα γενικού ενδιαφέροντος, για το δημόσιο τομέα, για το δικαίωμα στην εργασία, για την κοινωνική ασφάλιση, για την υπεράσπιση του βιομηχανικού τομέα...

Με την οικονομική κρίση, η κυρίαρχη ιδεολογία αποδυναμώθηκε. Είναι περισσότερο αναγκαίο από ποτέ άλλοτε, το Γαλλικό ΚΚ να ξαναβρεί το δρόμο των αγώνων και να αποκτήσει επαναστατική προοπτική αντί να συνεχίσει να μεταμορφώνεται σε θεσμικό κόμμα «όπως όλα τα άλλα».

Πιο συγκεκριμένα, το κόμμα μας πρέπει να έρθει σε ρήξη με τη στρατηγική των συμμαχιών κορυφής και της ευθυγράμμισης πίσω από το Σοσιαλιστικό Κόμμα. Η συμμετοχή σε μια κυβέρνηση «της Αριστεράς» ανάμεσα στο 1997 και στο 2000, η οποία υπηρέτησε πιστά τα συμφέροντα της εργοδοσίας, είναι μία από τις κύριες αιτίες της απώλειας της αξιοπιστίας μας.

Το κόμμα μας πρέπει να ανακαλύψει εκ νέου ένα πρόγραμμα ρήξης με τον καπιταλισμό, προτάσσοντας κυρίως την αναγκαιότητα κοινωνικής ιδιοκτησίας των βασικών μέσων παραγωγής και το πέρασμα κομβικών τομέων στα χέρια του κράτους. Πρέπει ν' απαλλαγεί από τη λογική της ευρωπαϊκής ολοκλήρωσης.

Η ΕΕ ήταν εξαρχής ένα καπιταλιστικό σχέδιο, αντίθετο με την ανάπτυξη της αμφίδρομης συνεργασίας προς όφελος των λαών, της συνεργασίας που θέλουμε. Το κόμμα μας δεν πρέπει να δεχτεί και πολύ περισσότερο να προωθεί την ευρωπαϊκή ολοκλήρωση, όπως το πράττουν ορισμένα ηγετικά στελέχη του σήμερα, αλλά να την αντιπαλεύει, να βοηθά το λαό μας ν' αρνηθεί τις συμφωνίες και τις ευρωπαϊκές κατευθύνσεις - οδηγίες. Η νίκη του «ΟΧΙ» στο δημοψήφισμα του 2005 για την ευρωπαϊκή συνταγματική συνθήκη, αρχικά στη Γαλλία και μετά στην Ολλανδία, και πολύ αργότερα στην Ιρλανδία, έδειξε τις δυνατότητες αντίστασης των λαών, σε μια διεθνιστική προοπτική.

Σε διεθνές επίπεδο, το κείμενό μας ζητά να επανεξεταστεί η συμμετοχή του Γαλλικού ΚΚ στο ΚΕΑ και να ενισχυθεί η συνεργασία μας με κομμουνιστικά και εργατικά κόμματα σε ολόκληρο τον κόσμο. Η συνάντηση στο Σάο Πάολο μεταξύ 21 - 23 Νοέμβρη (10η συνάντηση Κομμουνιστικών και Εργατικών Κομμάτων) αποσιωπήθηκε εντελώς από την εφημερίδα μας, την Humanite. Προτείνουμε να ξεκινήσει καμπάνια για την έξοδο της Γαλλίας από το ΝΑΤΟ και για την άμεση αποχώρηση των γαλλικών στρατευμάτων από το Αφγανιστάν. Ζητάμε να δοθεί νέα ώθηση στη διεθνιστική αλληλεγγύη, κατ' αρχάς απέναντι στην Κούβα.

Μεγάλο μέρος του κειμένου μας αφορά στην οργάνωση του Γαλλικού ΚΚ. Πιο συγκεκριμένα, ζητάμε να αναδομηθούν οι οργανώσεις βάσης των συνοικιών και των επιχειρήσεων με σαφή προσανατολισμό τον αγώνα, να ξαναγίνουν ο τόπος κυριαρχίας των κομμουνιστών μέσα στο Κόμμα.

Συνολικά, το κείμενό μας εναντιώνεται με συνέπεια και συνέχεια στις στρατηγικές επιλογές που έχουν γίνει από τα συνέδρια των αρχών της δεκαετίας του '90 και τις οποίες η απερχόμενη ηγεσία θέλει να προωθήσει περαιτέρω. Ενας μεγάλος αριθμός συντρόφων δεν ψήφισαν το κείμενό μας, κυρίως από φόβο μήπως αναδείξουν ένα νέο διχασμό στους κόλπους ενός, ήδη αποδυναμωμένου, κόμματος, αλλά συμμερίζονται, σε γενικές γραμμές, τις απόψεις μας.

«Η διαφορετική άποψη θα εκφραστεί στο συνέδριο»

-- Ποια πιστεύετε ότι θα είναι η αντίδραση των συμμετεχόντων στο συνέδριο;

-- Η απερχόμενη ηγεσία βρίσκεται, επί της ουσίας, σε πολύ δύσκολη θέση. Ακόμη και αν οι αντιπρόσωποι στο συνέδριο δεν αντανακλούν πλήρως όσα εκφράστηκαν μέσα στο Κόμμα (κατά τη διαδικασία που προηγήθηκε), θα είναι δύσκολο να μην ληφθούν όλα αυτά υπόψη.

Η πρόταση της ηγεσίας, που εσκεμμένα είναι θολή και συγκεχυμένη, αποφεύγοντας κάθε απολογισμό, δε συγκέντρωσε παρά 22.000 ψήφους από τις 134.000 των μελών, που συμμετείχαν στις προσυνεδριακές διαδικασίες. Η ηγεσία δεν έχει τη νομιμότητα να συνεχίσει τη «μεταμόρφωση» του Κόμματος. Για πρώτη φορά, τα εναλλακτικά κείμενα που κυκλοφόρησαν συγκέντρωσαν το 40% (δηλαδή 15.000 ψήφους) της προτίμησης των μελών που συμμετείχαν στις προσυνεδριακές διαδικασίες.

Εκτός από το δικό μας κείμενο, ένα ακόμη που δείχνει ν' αντιτίθεται στη γραμμή της ηγεσίας, κατατέθηκε από τα μέλη ενός τροτσκιστικού ρεύματος (ομάδας), άγνωστης μέχρι εκείνη τη στιγμή στα υπόλοιπα μέλη. Υποστηρίχτηκε από την ηγεσία, και χρησιμοποιήθηκε για να διασπάσει την ανοδική πορεία των δικών μας προτάσεων.

Η δική μας πρόταση συζητήθηκε από δεκάδες οργανώσεις του Κόμματος, τομείς, πυρήνες, ομοσπονδίες σε όλη τη χώρα. Είναι η πρώτη φορά που η αμφισβήτηση της στρατηγικής εξαφάνισης του Γαλλικού ΚΚ έφτασε τόσο πλατιά, σε τόσες μάχιμες οργανώσεις βάσης. Το αποτέλεσμα της ψηφοφορίας αντανακλά μια μεγάλη κινητοποίηση των κομμουνιστών σε περισσότερες από 50 πόλεις και διαμερίσματα. Το κείμενό μας υιοθετήθηκε στις δύο μεγαλύτερες ομοσπονδίες, στο Βορρά και στο Πα ντε Καλέ (Nord, Pas de Calais), που είναι και αυτές που απαρτίζονται κατά κύριο λόγο από εργάτες.

Αυτή η άποψη λοιπόν δεν μπορεί ν' απουσιάζει από το συνέδριο. Η απερχόμενη ηγεσία, ολοένα και περισσότερο διχασμένη από εσωτερικές διαμάχες, δε θα μπορέσει να προωθήσει τις «αλλαγές» μέχρι του σημείου που θα ήθελε. Η θεμελιώδης αμφισβήτηση που εκφράζουμε μαζί με τους συντρόφους από όλη τη Γαλλία, μπορεί να γίνει ορατή στο συνέδριο και να χρησιμεύσει ως σημείο αναφοράς για χιλιάδες απομονωμένους συντρόφους, των οποίων οι οργανώσεις βάσης δε λειτουργούν πια, για να δώσουν ζωή στην κομμουνιστική δραστηριότητα, να δώσουν ζωή στο Κόμμα, λίγο πολύ σ' όλη τη χώρα. Αυτό είναι το πιο σημαντικό ζήτημα για το μέλλον.


Ελένη ΜΑΥΡΟΥΛΗ
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 18:41

INTERVIEW D'EMMANUEL DANG TRAN PAR LE JOURNAL RIZOSPASTIS (EDITION DU DIMANCHE 7 DECEMBRE 2008), ORGANE CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE DE GRECE, A PROPOS DU 34ème CONGRES DU PCF


Emmanuel DANG TRAN est membre du Conseil national du PCF depuis le 33ème congrès de 2006 et secrétaire de la section du 15ème arrondissement de Paris. Il fait partie des initiateurs du texte « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps » qui a été approuvé par 25% des adhérents face à la motion de la direction sortante.

Dans les jours suivants, aura lieu le congrès de votre parti. Quelle est l'idée centrale du congrès et le but posé par les chefs du parti?

Le 34ème congrès de notre parti arrive après trois années d’affaiblissement sans précédent de son influence, aux élections (Marie-George Buffet a obtenu seulement 1,9% à la présidentielle de 2007) comme en forces organisées.

L’existence même du Parti et sa nature sont en débat.

La direction sortante analyse le recul comme la conséquence d’une « crise mondiale du communisme », de l’inadaptation à un « monde nouveau » de la forme et de la théorie des partis communistes historiques. Elle met donc à l’ordre du jour du congrès la poursuite des « transformations »  du Parti engagées depuis plusieurs congrès et notamment le 30ème en 2000. Ces transformations pourraient aller jusqu’à une « métamorphose ».

Elle veut engager le Parti dans de nouveaux reniements idéologiques et dans une recomposition politique continuant l’effacement de ce qu’il représente comme seul parti de masse et de classe révolutionnaire dans l’histoire de notre pays.

Le Parti de la gauche européenne et le parti allemand « Linke » sont les modèles. Alors même que le congrès n’a pas eu lieu et n’a pas fixé sa ligne sur l’Union européenne, la direction sortante a décidé de se fondre dans une coalition pour les élections européennes de juin avec une partie de la social-démocratie. Quelques dirigeants du Parti socialiste viennent de quitter leur parti pour créer un « Parti de la gauche ».

La section du 15ème arrondissement de Paris a pris l'initiative de faire circuler un texte, où sont exprimées des opinions différentes des choix stratégiques prises par les chefs du parti. Ce texte a été approuvé par 25% des membres du parti. Quel est son contenu exact

Nous ne sommes pas seuls ! Notre section fait partie des initiateurs du texte « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps », mais il est le résultat d’un travail collectif avec d’autres organisations du PCF qui s’étaient déjà opposées à la ligne de la direction.

L’exigence du maintien et du développement de notre parti est au cœur de notre texte. Mais il ne s’agit évidemment pas pour nous de garder simplement le nom et le sigle « PCF » tout en continuant à le laisser vider de sa substance, comme c’est le jeu de certains groupes de la direction sortante.

Notre texte pose la nécessité de rompre avec la stratégie suivie depuis les années 90 dont devons faire le bilan sans complaisance. Nous considérons qu’elle est la principale responsable du recul du Parti, aux élections mais aussi dans le mouvement social.

Pour nous, la rupture passe par le retour à une analyse de classe, marxiste, de l’économie et de la société françaises et par le retour à une conception de parti de lutte.

La perspective politique que doit porter le PCF ne peut pas être une victoire de la gauche aux élections de 2012. Elle passe par la mise en échec immédiatement de la politique au service du capital. Les mobilisations populaires sont très fortes dans notre pays et prennent de plus en plus un caractère d’intérêt général, pour les services publics, le droit du travail, la protection sociale, la défense de l’industrie… Avec la crise financière, l’idéologie dominante est affaiblie. Il est plus nécessaire que jamais que le PCF retrouve le chemin des luttes et porte une perspective révolutionnaire au lieu de continuer à se transformer en parti institutionnel « comme les autres ».

Précisément, notre parti doit rompre avec la stratégie d’alliances au sommet et avec l’alignement derrière le Parti socialiste. La participation à un gouvernement de « gauche » entre 1997 et 2002 qui a fidèlement servi les intérêts du patronat est une des premières causes de notre perte de crédibilité.

Notre parti doit retrouver un programme de rupture avec le capitalisme, notamment en remettant en avant l’exigence de l’appropriation publique des principaux moyens de production et d’échange, immédiatement de nationalisation de certains secteurs clés.

Il doit se dégager de la logique de l’intégration européenne. L’UE est un projet capitaliste depuis le départ, contradictoire avec le développement de coopérations mutuellement avantageuses entre les peuples que nous voulons. Notre parti ne doit pas accepter et même promouvoir l’intégration européenne, comme le font certains de ses dirigeants, mais la combattre, aider notre peuple à refuser les traités et les directives européennes. La victoire du NON en 2005 à la constitution européenne en France puis aux Pays-Bas puis en Irlande a montré les possibilités de résistance des peuples, dans une perspective internationaliste.

Au plan international, notre texte demande la remise en question de l’adhésion du PCF au PGE et un renforcement de la coopération avec les partis communistes et ouvriers du monde entier. La réunion de Sao Paulo du 21 au 23 novembre a été tout simplement passée sous silence dans notre journal l’Humanité. Nous proposons de lancer une campagne pour la sortie de la France de l’OTAN et pour le retrait immédiat des troupes françaises d’Afghanistan. Nous appelons à une relance de la solidarité internationaliste, notamment avec Cuba.

Une grande partie de notre texte concerne l’organisation du PCF. Nous demandons en particulier que les cellules de quartier et d’entreprise, directement orientées vers la lutte, soient reconstituées et qu’elles redeviennent le lieu de souveraineté des communistes dans le Parti.

Au total, notre texte s’oppose dans toute sa cohérence aux choix stratégiques engagés depuis les congrès des années 90 et que la direction sortante veut prolonger jusqu’au bout. Un grand nombre de camarades n’ont pas voté pour notre texte, de peur notamment de montrer une nouvelle division dans un parti affaibli, mais en partagent de grandes lignes.

Selon vous quel sera la réaction des participants au congrès?

La direction sortante est en grande difficulté sur le fond. Même si les délégués au congrès ne reflèteront pas entièrement ce qui s’est exprimé dans le parti, il sera difficile de ne pas en tenir compte.

Le texte de la direction, délibérément flou et confus, esquivant tout bilan, n’a obtenu que 22.000 voix sur 134.000 adhérents revendiqués. La direction n’a pas de légitimité pour continuer à « métamorphoser » le Parti. Pour la première fois les textes alternatifs réunissent 40% des votes exprimés (15.000 voix). A côté de notre texte, un autre semblant s’opposer à la ligne de la direction, avait aussi été déposé par les adhérents d’un groupuscule trotskyste, inconnus de la plupart des camarades. Soutenu par la direction, il a servi de diversion devant la montée de notre démarche.

Notre texte a été porté par des dizaines d’organisations du Parti, cellules, sections, fédérations à travers le pays. C’est la première fois que la contestation de la stratégie de disparition du PCF part aussi largement d’organisations militantes de base. Le résultat du vote traduit une mobilisation des communistes dans plus de 50 villes ou départements. Notre texte l’a emporté dans les deux plus grandes fédérations, le Nord et le Pas-de-Calais, qui sont aussi les plus ouvrières.

Cela ne pourra pas être absent du congrès. La direction sortante, de plus en plus divisée par des luttes internes, ne pourra pas pousser les « transformations » jusqu’où elle veut.

La contestation sur le fond que nous portons avec ces camarades de toute la France, peut devenir plus visible pour servir de point de repère à des milliers de camarades isolés, dont les organisations de base ne fonctionnent plus, pour relancer l’activité communiste, la vie du Parti, un peu partout dans le pays.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 21:03

Compte-rendu du Congrès départemental du PCF Paris, 28, 29 et 30 novembre 2008 

 

Au nom de la délégation de la section du 15ème

 

 

Paris n’est pas la France. Le PCF Paris n’est pas une fédération comme les autres.

 

La composition du congrès départemental en témoigne.

Sur les 150 délégués assidus, on comptait plus d’une vingtaine de dirigeants nationaux. Tous les principaux groupes dirigeants étaient directement représentés par des leaders (de Nicole Borvo, Patrice Cohen-Seat à Yves Dimicoli en passant par Pierre Laurent, Patrice Bessac, Jean-François Gau…) ou par des premiers couteaux (Gérald Briant…).

Cet élément a pesé sur l’ensemble des débats et expliquent l’hypertrophie des discussions sur la future direction nationale. La lutte des places a fait rage.

Dans les délégations, on comptait aussi une bonne vingtaine d’élus sur les listes municipales ou régionales de Delanoë et Huchon.

 

En revanche, la particularité traditionnelle de notre fédération, la forte représentation des cellules d’entreprise et des quartiers populaires s’est au contraire largement estompée au fil des congrès. Président une séance, Ian Brossat est allé jusqu’à affirmer que la classe ouvrière ne comptait plus que pour que 3% à Paris, révélant une certaine conception du nouveau parti et du monde du travail.

En ce qui concerne notre délégation, elle était composée de 4 ouvriers, une technicienne, une infirmière et un employé.

 

Le niveau de filtrage politique des délégations a été différent selon les assemblées de section. Dans certains arrondissements comme le 14ème, toute contestation a été éliminée administrativement. Les représentations des sections RATP ou SNCF étaient unicolores. Notre section a été privée de deux délégués sur neuf auxquels elle avait droit. D’autres délégations semblaient au contraire artificiellement gonflées. Impossible de vérifier puisque, contrairement aux statuts, personnes n’a pu consulter la liste départementale des cotisants avant le vote des 29 et 30 octobre. 

 

Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas du résultat du vote final : la base commune, amendée sans en changer du tout la portée sinon pour l’aggraver, a été votée par 109 voix contre 19 et 21 abstentions. Les 29 et 30 octobre, les textes alternatifs avaient atteint plus de 35% des votes.

 

Pour autant, les directions sortantes sont apparues en grande faiblesse, incapables de porter la poursuite de leur projet de dilution du PCF sans escamoter le débat et biaiser.

En grande faiblesse aussi du fait des luttes de clans intestines qui les traversent.

C’est un premier enseignement d’un week-end bien peu enthousiasmant. Comme l’a résumé un camarade : le débat était « plat, usant et crispant », à des lieux du débat ce que la situation politique et la crise du capitalisme faisaient attendre.

L’autre enseignement, positif, vient du résultat du vote pour le nouveau conseil départemental. La volonté de tenir à l’écart, de pointer du doigt ceux qui se prononcent depuis toujours pour « faire vivre et renforcer le PCF » s’est retournée contre la direction sortante. Elle voulait évincer plusieurs camarades du CD, tenir à l’écart des militants pourtant incontestables dans leur section. Elle a refusé l’ajout de 8 noms dans ce sens. Finalement 14 ont été élus sur une liste alternative, dans la clarté, reflétant pour la 1ère fois depuis le 30ème congrès de façon un peu plus juste l’état de la vie et des débats dans le Parti à Paris. Cela sera un véritable point d’appui pour l’activité du CD et du Parti dans les arrondissements.

 

Quelques gages pour mieux continuer la stratégie qui sape les fondements du PCF

 

D’une façon générale, les luttes à Paris, l’activité militante des communistes ont été évacuées que ce soit du rapport d’introduction ou des discussions. Ceux qui auraient espéré revenir de ce congrès avec une ligne de lutte sont déçus.

 

L’essentiel a porté sur le parti et ses transformations.

Les prises de positions des dirigeants, les amendements la Commission du texte, directement descendu « d’en haut » ont confirmé la logique de la base commune qui nous a amenés à défendre le texte alternatif « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ».

Le calendrier et le scénario de la poursuite de la stratégie d’effacement de l’identité communiste et de reclassement idéologique se précisent : dilution du Parti dans une coalition de gauche, avec une prochaine étape aux européennes.

 

Dans le même mouvement, les directions sortantes se sont évertuées des gages aux communistes parisiens, plus qu’aux congressistes eux-mêmes, sur le maintien de l’existence du PCF, au moins du sigle et ont pris la précaution de maintenir un certain flou.

 

« Je me prononce pour le parti communiste » ; « je fais partie des camarades qui ont voté pour le parti communiste [en interne] ». Patrice Bessac, secrétaire départemental reconduit, s’est senti obligé de répéter à plusieurs reprises des affirmations de ce type. Comme si ce n’était pas une évidence !

Dans le même ordre d’idée, un vœu sur le maintien du PCF a été adopté, et quelques amendements comme l’ajout de la phrase : « le PCF aura une présence visible dans la campagne des européennes ».

 

Destinés à rassurer les communistes, ces formules de principe ont plutôt de quoi inquiéter, tant l’orientation du texte de base commune s’est confirmée.

Elles n’en reflètent pas moins une des données les plus importantes du congrès : la poursuite de la stratégie d’effacement du PCF n’est pas validée par les communistes dans leur grande majorité et les directions sont obligées de louvoyer.

 

La base commune, qui cultive la confusion, n’a été approuvée, seulement comme base de discussion, officiellement que par seulement 16% des adhérents au plan national comme à Paris (638 voix sur 3764 adhérents revendiqués).

 

 

Relevé dans la discussion :

 

Dans l’ensemble, les conditions du débat, mal préparé dans les sections, précipité, animé d’une façon outrageusement partiale (Nicole Borvo s’est déconsidérée par morgue!) étaient très défavorables. Vieille astuce de congrès, la tribune a empêché les votes sur les amendements qui la gênaient en faisant voter systématiquement sur le texte retenu par la Commission du texte.

Nous avions décidé d’intervenir sur 6 ensembles de questions, à travers notamment 32 amendements mettant en cause la cohérence du texte.

 

1- Sur la question du bilan des stratégies décidées aux derniers congrès, l’esquive et la confusion sont restées de mise.

Comment expliquer l’affaiblissement sans précédent du Parti depuis 2002 ? Un jeune délégué a expliqué comment toutes les campagnes depuis 2003 (électorales) avaient été menées sous des étiquettes différentes. Un camarade du 12ème, plein d’humour, a comparé les dernières années à un match de football où nos joueurs auraient systématiquement tiré contre leur camp. Bien vu ! En réponse : maintien du texte initial qui se défausse sur la « crise du communisme » et mélange toutes les expériences passées, qui invite à poursuivre et accélérer les « transformations ». C’est pourtant là que se trouve la cause du déclin.

 

2- Sur la question du projet, le débat a été, là aussi, largement escamoté, au nom du caractère « non programmatique » du texte.

Un seul de nos amendements avait été retenu par la Commission, sans doute par peur des réactions des syndicalistes : celui demandant la renationalisation intégrale d’EDF et de GDF, leur fusion et le retour du monopole public de l’électricité et du gaz. Tir de barrage de plusieurs délégués, dont Yves Dimicoli, voulant retirer le mot « nationalisation » et/ou mettre en avant prioritairement la notion de « service public européen ».

Nous n’avons pas été les seuls à démonter cette argumentation fumeuse : pas de coopérations au niveau international entre services publics sans entreprises nationalisées et sans rejet de l’application des directives de concurrence. L’expérience des nationalisations de la Libération parle pour elles. Une camarade du 8ème a dénoncé en particulier la prise de position de la direction nationale se réjouissant l’opération capitalistique de rachat de British Energy par EDF.  Au final, la tribune a choisi de dénaturer notre amendement.

Un débat un peu similaire a eu lieu sur le « pôle public financier ». Comment pourrait-il fonctionner, condition nécessaire même si elle n’est pas suffisante, sans la renationalisation des institutions financières ?

Nos amendements proposant des axes de luttes prioritaires, notamment pour le financement de la Sécurité sociale, ont été évacués.

 

3- Sur l’Union européenne, les défenseurs du texte initial se sont trouvés un peu en difficulté.

 

Le texte initial fait en effet de la « mise en chantier d’un nouveau traité fondateur de l’UE » l’objectif final du « changement de cap très profond » de l’UE. Une formulation trop explicite de l’adhésion, fondamentalement réformiste, à la logique de l’intégration européenne, c'est-à-dire, comme l’a rappelé un camarade du 5ème à un projet capitaliste depuis toujours, dirigé contre les peuples, contre les travailleurs de chaque pays.

Défendant nos amendements, nous avons souligné combien la victoire du NON en France, aux Pays-Bas et en Irlande constituaient des points d’appui réels, au plan national, pour la lutte de chaque peuple, au contraire de l’illusion dangereuse d’un nouveau traité, même rédigé par le prochain Parlement européen.

Au final la discussion a été vite expédiée. Elle est revenue, sous une autre forme un peu plus tard, au moment de l’examen du passage sur les élections européennes. Un camarade du 20ème soulignant les profondes ambiguïtés des positionnements sur l’UE de certains partisans du « non de gauche », en fait très favorables à l’intégration européenne.

4- Sur les questions internationales, la tribune s’est trouvée encore plus en difficultés et  devant ses contradictions.

Dans la partie 1 du texte, un vote a imposé, par 58 voix contre 54, de spécifier notre solidarité avec Cuba, au grand dam de certains dirigeants.

Un amendement, voisin du nôtre, pour la solidarité avec la Palestine, contre la colonisation israélienne, a été également adopté.

A propos de nos amendements pour le retrait de la France de l’OTAN et celui des troupes françaises d’Afghanistan, la tribune (Pierre Laurent en l’occurrence) a estimé que, puisque nous étions tous d’accord, nous pouvions passer à la suite du texte sans les examiner…

 

Dans le chapitre sur le « nouvel internationalisme », Pierre Laurent a dû reconnaître (par son silence après notre intervention) que, pour la 1ère fois, le congrès du PCF aurait lieu en l’absence de délégations étrangères. Quel signe d’ouverture internationaliste ! De même : l’absence de tout compte-rendu de la rencontre, dont nous avons seuls signalé la tenue, des partis communistes et ouvriers à Sao Paulo du 21 au 23 novembre.

L’évocation de coopérations avec d’autres partis communistes a été gagnée dans le texte. Pour donner le change ?

 

5- La question des alliances et du « rassemblement » a occupé une grande part des discussions.

Nous avons dénoncé la manière sournoise de forcer la main aux communistes et le calendrier savamment étudié.

Avec d’autres, nous nous sommes scandalisés que les orientations pour la campagne et les candidatures aux élections européennes aient été décidées par le CN le 24 octobre, en pleine préparation du congrès, en évitant de demander leur avis aux communistes.

Pierre Laurent a alors répondu usant d’une langue de bois que l’on croyait révolue : maintenant que le vote est passé, les congrès départementaux et le national peuvent décider.

L’opération Mélenchon était bien téléphonée, pour qui en aurait douté. La Commission est arrivée avec des amendements de commande : « la création du parti de la gauche témoigne de la persistance des valeurs de gauche… ».

Les européennes : première phase de recomposition. Nous avons rappelé comment Mélenchon, suivant l’exemple allemand de « die Linke », s’est répandu sur le thème «  je ne peux pas demander au PCF de se saborder tout de suite ». Même s’il a corrigé le discours depuis. Une « Linke » à la française ?  

Un attelage réformiste, niant le Parti de classe et de masse qu’a été le PCF mais restant bien accroché au PS et intégré dans les institutions. En témoigne la phrase maintenue et défendue contre les critiques de plusieurs délégués: « notre objectif demeure une majorité, un gouvernement, une présidence de la République » de gauche.

L’intervention de Ian Brossat sur le Conseil de Paris a été supprimée. Mesure de précaution ? Nous avions prévu d’intervenir contre le suivisme sur Delanoë et Huchon, jusqu’à l’acceptation d’éventuelles alliances avec le Modem en 2007.

Patrice Cohen-Seat a tenté de faire passer un très long amendement pour définir les transformations du PCF dans le sens (suicidaire) de son livre. Nous avons vivement réagi contre ce « cavalier » qui, malgré ou grâce à l’attitude de la présidente Borvo, a été rejeté.

 

6- Le débat sur l’avenir du PCF a synthétisé les discussions précédentes.

Le camarade plein d’humour du 12ème  a été aussi plein de bon sens. Montrant la pleine page du Parisien accordée à Hue, il s’est demandé pourquoi ceux qui suivent exactement la même analyse que Hue au congrès départemental jusqu’à reprendre exactement les mêmes mots (Ainsi Gabriel Gau, élu délégué pour le congrès national au prix d’un malaise perceptible)  ne le suivent pas aussi en cohérence : vers la sortie du CN du PCF voire du PCF.

Comme une illustration, Véronique Sandoval (de la section « 15ème bis » - sic), qui a choisi l‘étiquette « gauche » aux législatives, a exprimé la crainte, du plus profond du cœur, que les transformations du Parti n’aillent pas jusqu’au bout.

 

Toutefois, vu l’attachement massif des communistes à leur parti, le PCF, il est apparu nécessaire de maintenir un flou sur les « transformations » bien que nous ayons été plusieurs à demander des éclaircissements…

La suppression par amendement dans le texte du mot très signifiant de « métamorphose » est finalement allée à l’opposé de notre souci de clarté, puisque cela ne changeait des « profondes transformations », dont on retrouve le sens à d’autres passages : - le procès sans nuances de l’histoire du mouvement communiste au 20ème siècle, ou dans le chapitre intitulé « une force ouverte et renouvelée ».

Comme nous l’avons rappelé, le choix de « l’ouverture » depuis la mutation a conduit à une restriction sans précédent de l’influence de notre parti. Le texte prévoir de continuer à « ouvrir » le PCF à des gens de « gauche » à qui on ne demanderait pas de devenir communistes, dont on respecterait les « cultures » différentes. En somme, un Parti communiste ouvert aux non-communistes, à ceux qui ne veulent pas être communistes, ou même qui s’affichent anti-communistes (Noël Mamère dans le groupe à l’assemblée…)? La « transformation » trouve sa signification : le PCF transformé en « parti de gauche » dont ceux qui voudraient continuer à se dire communistes seraient cantonnés dans une réserve d’Indiens comme un camarade du 20ème l’a décrit.

Nos amendements sur le retour de la cellule comme structure de base souveraine de la vie du Parti, orientée vers la lutte, ont été évacués, le mot cellule étant rappelé, de façon significative, mais sans son sens. De même que l’activité à l’entreprise est déconnectée de la lutte des classes.

 

La fin de la discussion sur le texte a ouvert à la discussion sur les candidatures. La thèse « officielle » est que la représentation de la diversité dans les instances de direction aurait paralysé le Parti. Nous sommes intervenus pour rétablir la vérité : les instances, tant le conseil national que le conseil départemental sont entièrement dessaisies des décisions, prises on ne sait plus où depuis qu’il n’y a plus de bureau politique officiel.

Le « respect des décisions majoritaires », rappelé dans la base commune, a été régulièrement bafoué par ceux-là même qui veulent bétonner encore davantage les directions.

En 2006, les communistes se sont prononcés, malgré les « collectifs antilibéraux » pour une candidature PCF assumée aux présidentielles. En décembre 2007, ils se sont exprimés définitivement sur la question de l’existence du PCF. La direction nationale sortante n’a eu de cesse de les ignorer et de les contrecarrer. Comme elle décide sans eux pour les élections européennes.

Pierre Laurent, dernier inscrit, s’est permis une attaque personnelle contre notre secrétaire, Emmanuel Dang Tran que le président de séance Michel Rizzi n’a pas autorisé à répondre. Nous lui avons répondu quand même : à chaque CN, comme Claude Fainzang, qui est intervenue précisément sur ce point l’a rappelé, Emmanuel et elle-même ont, au-delà de nourrir le débat, fait quantité de propositions d’action précises, pendant que d’autres étaient, par exemple, exclusivement obnubilés par la création de « collectifs antilibéraux ». Emmanuel et Claude ont été d’ailleurs soigneusement écartés des collectifs de travail où ils s’étaient inscrits…

A la fin du texte, a été rajouté, par les dirigeants nationaux eux-mêmes, comme nous leur avons fait dire, un paragraphe instituant une « commission nationale » chargée d’impulser les transformations du PCF. Après le congrès, sans les communistes.  

Cela commence bien !

 

Au total cependant, les dirigeants ne sont vraiment pas sortis confortés de la discussion !

 

L’élection des directions : la lutte des places !

 

Le congrès départemental a procédé dimanche entre 11h00 et 16h30 au renouvellement de son Conseil départemental, à la désignation de ses candidats au Conseil national puis enfin à celle de sa délégation au congrès national. Ces discussions se sont déroulées sur la base de deux réunions de la Commission des candidatures dont une consacrée au renouvellement du CN s’est prolongée jusqu’à 4 heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche : une sorte de nuit des longs couteaux…

 

1- Le renouvellement du Conseil départemental :

 

Nous avons rappelé dans la discussion combien le CD sortant avait été réduit au rang de chambre d’enregistrement, comment plus de la moitié de ses membres élus n’y assistaient quasiment jamais, combien la vie réelle, la lutte des classes y étaient rarement évoquée…

Nous avons indiqué ci-dessus comment la tentative de bétonner le futur CD s’est retournée contre ses instigateurs. Les 14 élus de la liste alternative, qui ne se laisseront pas classés « à part », aideront sans aucun doute à rendre au CD son rôle véritablement dirigeant, sa capacité de prise d’initiative en lien avec l’activité militante dans les sections, les quartiers populaires et les entreprises.

 

Voici pour information leurs noms (qui s’insèrent dans la liste générale):

5ème ardt :     Benjamin Landais

10ème ardt :   Brahim Ben Jilani

11ème ardt :   Marie-Christine Vendeville

13ème ardt :   Joëlle Girard

14ème ardt :   Camille Marques

15ème ardt :   Anthony Crézégut

                   Emmanuel Dang Tran

                   Josette Gawsewitch

16ème ardt :   Claude Deffontaine

18ème ardt :   Christine Carpentier

19ème ardt :   Jonathan Chenal

                   Claude Fainzang

20ème ardt :   Gilles Goulot

                   Pascale Noizet

 

On pourrait rire de l’intégrisme de la parité et du respect de la « diversité ». Notre délégation, qui refuse cette théorie anti-républicaine des quotas, représentait bien la moitié des représentants des « minorités visibles ». Quant à la parité, pour la contourner, la commission des candidatures a prévu d’adjoindre au CD onze invités masculins…

 

2- La délégation au congrès national :

 

La tribune nous a appris que la fédération de Paris avait le droit à 17 délégués au Congrès national. La liste retenue par la Commission des candidatures a été votée en bloc, suivant les statuts.

Dans la discussion préalable, nous avons dénoncé comment les 26% de vote pour le texte alternatif « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps », les votes encore supérieurs contre la base commune amendée dans les sections, se trouvent réduits dans la délégation au congrès à 2 délégués sur 17 (12%): Emmanuel Dang Tran et Claude Fainzang.

Le texte alternatif n°2 est représenté par un délégué.

On n’aura pu que constater combien les deux principaux dirigeants nationaux du groupuscule entriste « Riposte », qui se trouvaient derrière ce texte alternatif, présents au congrès départemental, s’y sont peu fait remarquer, aussi bien dans les débats que dans la discussion sur les candidatures. S’insérer à la vie militante du PCF ne semble pas les intéresser.

 

3- Les candidatures proposées pour le prochain CN

 

Cette partie de la discussion a été interminable. Ce qui pourrait sembler paradoxal alors que le congrès départemental n’est pas décisionnaire.

La discussion de la commission des candidatures dans la nuit du samedi jusqu’à 4 heures a été le théâtre d’un affrontement féroce entre les clans dirigeants, comme Josette Gawsewitch qui représentait notre section ou Claude Fainzang peuvent en témoigner. Avant le congrès national, il s’agissait pour chacun de négocier au mieux le maintien de ses places, l’équilibre des groupes. Le compromis passé, la séance plénière du dimanche après-midi était presque totalement apaisée. Comme Henri Malberg l’aura presque radoté tout le long du congrès, faisant semblant d’ignorer les différends de fond : « aimons-nous les uns les autres ! »

 

La plupart des intervenants n’avaient à la bouche que le « respect de la diversité » pour justifier l’équilibre trouvé.

Etonnamment, les trois membres du CN sortant, Auriol, Dang Tran et Fainzang signataires du texte alternatif ont été écartés des propositions, sans autre motif que leur élection en 2006 sur la liste alternative.

Comme d’autre, nous avons fait remarquer qu’il est bien contradictoire, au nom de la diversité, de retenir les noms de ceux (Borvo, Cohen-Seat, Relinger, Sandoval, Briant…) qui veulent métamorphoser le PCF, le dépasser dans la suite de leur bilan mais de laisser de côté ceux qui depuis des années se battent pour renforcer le PCF et auxquels les communistes ont donné raison à l’assemblée extraordinaire de décembre 2007.

Les sortants « refondateurs » qui ont boycotté le congrès départemental n’ont pas non plus été retenus.

Le vote à bulletin secret a reflété la persistance de fortes tensions : sur 127 exprimés, Briant a été rayé 62 fois, Cohen-Seat 55 fois, Dimicoli 30 fois, Mazet 37 fois, Relinger 35 fois, Brossat 28 fois, Borvo 32 fois… Bessac 12 fois se situant au point d’équilibre des groupes et s’étant gardé de trop afficher de couleur.

 

Dans l’Union sacrée de façade des directions sortantes, qui ont voté la base commune ou se sont abstenues (Dimicoli), doit-on voir l’union sacrée de ceux qui portent à des titres divers mais solidairement la responsabilité de l’affaiblissement sans précédent du Parti ?

 

A Paris comme ailleurs, dans leurs sections, les communistes ont commencé à bousculer cette logique, à inverser dans l’action la stratégie qui mène le parti au déclin, qui prive le monde du travail de sa force politique la plus conséquente dans la lutte des classes qui fait rage.
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 21:49

Nous reproduisons ci-dessous un article paru dans Var-Matin le 30 novembre. Quand un quotidien résolument réactionnaire apporte des encouragements aux communistes !

 

Le congrès départemental a adopté une grande partie des 200 amendements remontés des sections qui ont radicalement modifié le texte national pour affirmer, sans ambiguïté, le maintien du PCF et l’exigence de son retour sur une démarche de lutte de classe. 

58% des communistes varois avaient refusé la base commune du CN lors du vote des 29 et 30 octobre.

Dans une fédération qui a été sinistrée par la ligne politique droitière et sans principe d’un ancien secrétaire fédéral, passé au PS depuis (un précurseur ?), le travail rigoureux des camarades continue de reconstruire l’unité du Parti et l’organisation sur des bases de classe. Un exemple très intéressant.

 

 

 

« Ni changement de nom, ni dilution dans l’extrême-gauche, ni rapprochement avec un Parti socialiste « attaché à la social-démocratie voire au libéralisme ». La volonté des cadres varois du PCF réunis en congrès hier à Brignoles, aujourd’hui à Carnoules, est au contraire de recouvrer une identité historique, en se positionnement, comme par le passé, au plus près du monde ouvrier. « Il faut retrouver les bases, oser les fondamentaux », entendait-on à la tribune, où avaient notamment pris place, près du maire de Brignoles, Claude Gilardo, le secrétaire départemental Alain Bolla. Il sera ce soir candidat à la succession du premier à la tête de la fédération varoise. Oser les fondamentaux, c’est, dans la sémantique militante, rétablir des mots, des expressions plus guère usités ces dernières années.

« La référence au marxisme, à la lutte des classes est plus que jamais d’actualité. Il faut replacer l’individu au centre du débat politique », affirmait hier William Mathevet. Pour le porte-parole des congressistes, il ne s’agit en aucun cas d’un retour en arrière mais, au contraire, d’asseoir les bases d’un PCF contemporain, qui serait celui des propositions transformatrices en rupture avec le capitalisme.

Un parti en évolution.

Et de saisir l’opportunité de la crise pour redorer le blason ? « Nous partons de très loin mais dans le Var par exemple, les signes perçus lors des élections locales, comme ce fut le cas notamment aux cantonales, à Cotignac et au Luc, sont encourageants. Et les nouvelles et régulières adhésions confirment cet espoir. »

Alors, quelle stratégie pour demain ? C’est l’enjeu du congrès, qui devra examiner plus de 200 amendements au document national de référence. « Preuve que le débat existe chez nous. » Aujourd’hui, l’assemblée doit en outre élire neuf représentants au congrès qui se tient à partir du 11 décembre à Paris. »

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 20:59

UNE 41ème CONFERENCE  FEDERALE REUSSIE


La Fédération du Pas-de-Calais du PCF tenait ce weekend à Divion sa 41ème Conférence Fédérale, dans le cadre du 34ème Congrès du PCF.

256 délégués venus des différentes sections de notre département se sont réunis pendant deux jours, dans la salle des fêtes Georges Carpentier de Divion pour débattre de l'avenir du PCF et de notre fédération.

Après le mot d'accueil de Danièle Seux, Maire de Divion et l'élection du bureau de la conférence fédérale, Bertrand Péricaud, secrétaire fédéral, a présenté le premier rapport de la matinée, consacré à la situation internationale. Thomas Boulard, secrétaire de la section de Divion et membre du Bureau Fédéral, a présidé le débat qui a suivi. C'est ensuite Hervé Poly, secrétaire de la section d'Avion et membre du Bureau Fédéral, qui a présenté un rapport sur l'Europe et les services publics, suivi d'un temps de débat présidé par David Noël, secrétaire de la section d'Hénin-Beaumont et membre du Bureau Fédéral.

Après le mot d'accueil de Danièle Seux, Maire de Divion et l'élection du bureau de la conférence fédérale, Bertrand Péricaud, secrétaire fédéral, a présenté le premier rapport de la matinée, consacré à la situation internationale. Thomas Boulard, secrétaire de la section de Divion et membre du Bureau Fédéral, a présidé le débat qui a suivi. C'est ensuite Hervé Poly, secrétaire de la section d'Avion et membre du Bureau Fédéral, qui a présenté un rapport sur l'Europe et les services publics, suivi d'un temps de débat présidé par David Noël, secrétaire de la section d'Hénin-Beaumont et membre du Bureau Fédéral.

Avant la pause du midi, Jean-Claude Danglot, sénateur et premier secrétaire de la Fédération a accueilli chaleureusement une délégation cubaine conduite par l'ambassadeur de Cuba, qui s'est réjoui de l'accueil chaleureux des communistes du Pas-de-Calais avec qui Cuba entretient depuis longtemps des liens privilégiés. Durant le repas fraternel du samedi midi, les militants communistes ont pu revoir l'émission La Voix est Libre, que nous avions enregistrée, avec Hervé Poly et Fabien Roussel, membre de la direction de la Fédération du Nord.

L'après-midi, Jean-Claude Danglot a présenté un rapport sur la stratégie politique, le rassemblement et les alliances. Revenant sur la gauche plurielle, Jean-Claude Danglot a appelé à un PCF qui porte fièrement ses valeurs et les défende partout et à tous les niveaux, à la région comme dans les municipalités, dans la majorité comme dans l'opposition. "Quand on est dans une majorité d'union, même minoritaire, il faut toujours clarifier parce que ce qui compte, c'est l'intérêt de nos populations. L'union, c'est la clarification permanente, y-compris publiquement". Daniel Dewalle, maire de Houdain et membre du Bureau Fédéral, a animé le débat qui a suivi et qui a été particulièrement riche.

Le dimanche matin, notre conférence fédérale accueillait Alain Bocquet, député du Nord et Jacky Hénin, député européen.
La matinée a débuté avec un rapport de Cathy Apourceau-Poly, secrétaire fédérale, sur l'activité de la fédération et des sections. Laurence Zaderatzky, membre du Comité Fédéral, a présidé les débats qui ont permis à plusieurs secrétaires de section de s'exprimer et de montrer tout le travail qu'ils accomplissent au quotidien. Dominique Watrin, secrétaire fédéral, était chargé de présenter un rapport sur la base commune et les amendements.

Les délégués se sont ensuite prononcés sur le texte de la base commune non amendée et sur la motion proposée par la Fédération PCF 62. Très majoritairement, les délégués présents ont rejeté le texte de la base commune à plus de 80 % et adopté la motion fédérale.

Clôturant la dernière matinée de travaux, Claude Vanzavelberg, secrétaire fédéral, a présenté la nouvelle liste du comité fédéral proposée au vote des délégués. Le Comité Fédéral est notre direction fédérale, le "parlement" de la fédération. Le Comité Fédéral sortant, élu en mars 2006, comptait 74 membres et 3 membres de la Commission de Contrôle Financier. Le nouveau comité fédéral comptera 79 membres et 3 membres à la Commission de Contrôle Financier.

En tête de liste, Jean-Claude Danglot ne se représentait plus, après seize ans à la tête de la Fédération communiste du Pas-de-Calais. Les militants communistes lui ont réservé une ovation bien méritée. C'est Hervé Poly, secrétaire de la section d'Avion et membre du Bureau Fédéral, qui avait été choisi comme tête de liste pour succéder à Jean-Claude Danglot comme premier secrétaire fédéral.

Agé de 44 ans, Hervé Poly a dirigé les Jeunesses Communistes du Pas-de-Calais avant d'entrer au Comité Fédéral et au Bureau Fédéral. Directeur politique de Liberté 62, Hervé Poly est le collaborateur parlementaire de Jacky Hénin depuis 2004 où il s'est notamment chargé du travail en direction des entreprises de la grande région Nord-Ouest. Secrétaire de la section d'Avion, Hervé Poly sillonne depuis longtemps les sections du département. Il était notamment chargé, pour le Bureau Fédéral, de suivre les sections d'Arras et d'Hénin-Beaumont. Depuis 2006, Hervé Poly a rarement manqué un Comité de Section héninois et il connaît parfaitement la situation héninoise.
Hervé Poly est un marxiste convaincu, partisan d'un PCF qui porte fièrement ses valeurs communistes, des positions qu'il entend bien porter au Comité National.

La liste unique présentée par la direction fédérale sortante a obtenu 246 voix sur 256. Hervé Poly devient donc le nouveau premier secrétaire fédéral. Lors de sa prochaine réunion, le comité fédéral élira un nouveau Bureau Fédéral et un nouveau Secrétariat Fédéral.

Deux autres votes ont permis de désigner d'abord une délégation de 25 adhérents du Pas-de-Calais qui se rendront au Congrès National, du 11 au 14 décembre à La Défense, puis les 4 représentants de la Fédération du Pas-de-Calais au Comité National : il s'agit d'Hervé Poly, de Jean-Claude Danglot, de Jacky Hénin et de Cathy Apourceau-Poly.

Après cette Conférence Fédérale, réussie, la Fédération communiste du Pas-de-Calais est désormais en ordre de bataille. Loin du microcosme politique parisien, les militants communistes du Pas-de-Calais sont fiers de leur parti et sont présents au quotidien dans les luttes. Ils le montreront à nouveau à Lens le 6 décembre prochain avec notre grande manifestation départementale pour l'emploi et la défense de l'industrie dans notre région.
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 20:57

Conférence départementale de l’Hérault  29.11.2008

 

Compte rendu, par Paul Barbazange, section de Béziers

 

La direction départementale ayant renoncé depuis des années à tout effort de compte rendu de ses activités  vous trouverez ci dessous un bref compte rendu de la conférence fédérale du 34 ème congrès.

Une centaine de délégués a participé à des travaux réduits à une journée.

Le texte amendé  a été finalement voté par 56 voix, (57.7% ) , 28 (28.91%) contre et 13 soit (13.4 % ) abstentions  après un débat nouveau dans le PCF du département.

Le premier filtre visant à éliminer les opposants à la direction nationale a partiellement

fonctionné puisque les 42 % des communistes du département ont voté contre la base soutenue par l’actuelle direction, ont été ramené à environ 30 % mais ce sont eux qui ont

fait le contenu de la conférence.

Loin d’être marginalisés, sous la menace permanente d’être ghettoïsés, comme aux précédents congrès, les camarades qui ont appelé à voter pour le texte N° 3 ( 30 % des voix exprimées au plan départemental) ont constamment été au cœur des débats que ce soit par les interventions des sections de Béziers, de l’ouest biterrois ou c’est nouveau de camarades encore minoritaires à Sète et d’autres sections du département ; la  délégation de la section de Montpellier montrant pour la première fois des signes de diversité… de ceux qui ont parfois voté avec nous à ceux qui ont défendu comme Jean Claude Gayssot la fin historique du parti !

Malheureusement le rapport d’activité présenté par Jean Louis Bousquet n’avait aucun contenu départemental (qu’il s’agisse d’actions de luttes, de résultats du travail d’organisation de la direction départementale, du contenu des batailles idéologiques ou même de résultats électoraux locaux… rien sur le niveau d’organisation, rien sur l’état financier…) se bornant à un très vague exposé général portant sur le passé ancien et non ces dernières années, exposé recherchant un « consensus mou à minima ».

Quelques thèmes que nous avons pu, en conjonction avec d’autres délégués parfois se vivant encore comme éloignés de nos positions, mettre dans les débats : le caractère de classe de notre politique, avec les exploités contre les exploiteurs, les ravages de la crise sur les pauvres et cela n’a pas commencé il y a 3 mois !; le refus des alliances démentes avec les grands patrons du MODEM comme à Montpellier ; l’étalement ridicule de « la gauche »  comme « solution » à la une des l’Humanité et de « l’Hérault du jour » et dans bien des chapitres de la « Base commune » ; l’internationalisme en particulier avec Cuba et l’Amérique du Sud ; la nécessité de retravailler les fondamentaux du marxisme, le travail d’actualisation que nous en avons fait et que nous poursuivrons. La nécessité de travailler des questions comme l’avenir écologique et la question de l’autogestion… ce n’est donc pas un hasard que sur ces deux questions « essentielles au futur » deux amendements proposés par l’opposition sur ces thèmes ont été adoptés majoritairement.

Ce n’est certainement pas un hasard si la conférence a également retenu et débattu avec rigueur les questions d’organisation et de démocratie interne que plusieurs sections ont soulevé -rôle des cellules, lieu de souveraineté à reconquérir,

- délégations au comité départemental et au congrès  sur cette question nous devons relever l’incapacité dont a fait preuve la direction sortantes : (bulletins anti- statutaires c’est eux même qui l’ont reconnu, absence même de bulletin pour l’élection au congrès, tentative en échec d’élimination des deux représentant(e)s de la JC et des minorités à Sète..). S’agit il d’une incompétence réelle ou voulue ?  Sur ce point nous ne voulons que poser la question.

Le mouvement que nous avions ressenti dans la préparation de ce congrès s’est donc poursuivi lors de la conférence fédérale.

Certes le changement d’orientation politique fédérale n’est pas obtenu, mais il est maintenant un objectif réaliste que peuvent se donner tous les communistes de l’Hérault au delà de leurs choix antérieurs.

Rappelons nous que d’ici le prochain congrès rien n’est figé.

L’action politique de chaque camarade dans les cellules, les sections, l’effet de nos actions avec la population conduiront à de nouvelles modifications.

Pour ceux qui douteraient de ce qui s’est réellement passé et nous pouvons le comprendre ! :

En fin de débat, le camarade Jean Claude Gayssot, représentant de la section scissionniste, anti-statutaire, très minoritaire de Béziers a été contraint de sortir de son silence pour expliciter que le PCF en tant que parti n’a plus d’avenir (même s’il affirme encore lui accorder sa fidélité sentimentale) et qu’il faut passer à une autre forme d’organisation.

Si bien que pour la première fois Michel Passet (organisateur lui même à Montpellier de l’alliance PCF- PS - MODEM) a été contraint de s’opposer à Gayssot… Les noms d’oiseaux ont volé bas entre eux !

Fermons le ban et occupons nous d’un avenir qui n’est plus chez ces camarades là.

Il ne leur reste plus grand chose.

A nous tous il reste un PCF, encore bien implanté dans nos entreprises, quartiers et villages, continuons à travailler pour lui redonner son contenu de classe.

Les nouveaux élus au comité départemental de toutes les sections nous y aideront.

 

Rappel : le CD est public, ouvert  à tous les camarades à jour de leurs cotisations.

Chacun peut y assister, même s’il a été éliminé dans une démarche bureaucratique par la direction de sa section.

L’action à venir sera complexe pour chacun d’entre nous, il reste que ce qui est déjà construit dans le déroulement départemental du 34ème congrès est acquis et aidera beaucoup.

 

*Paul Barbazange, secrétaire de la section de Béziers.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 11:12

L’article 10 des statuts du PCF précise que « les congrès départementaux élisent leurs délégués au niveau supérieur selon une base fixée par le Conseil national ». A notre connaissance, le CN n’a pas été consulté pour « fixer cette base ».

 

Des directions ont décidé seules que chaque congrès départemental élirait 5 délégués de droit et un supplémentaire par tranche de 300 adhérents. On notera que ne sont plus pris en compte les « cotisants » (80.000 selon le tableau du vote des 29 et 30 octobre) mais les « adhérents » (134.000).

 

Pourquoi ce choix cette fois ci ?


Le même tableau laisse constater que l’écart est beaucoup plus grand entre cotisants et adhérents dans certaines fédérations que dans d’autres. Notamment dans les « grosses » fédérations de banlieue parisienne dont les délégations importantes sont fortement augmentées avec cette base de calcul.


En moyenne nationalement, les cotisants sont 59,6% des adhérents. En Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne respectivement de 45,3% et de 40,1%. Ces fédérations sont les plus nombreuses de France en adhérents mais arrivent loin derrière le Nord et le Pas-de-Calais en cotisants. Les délégations des Hauts-de-Seine (31,0% de cotisants) ou de Seine-et-Marne (34,2%) sortent bien gonflées de cet arbitrage.

Nous savons ce qu’ont donné les votes sur la base commune dans ces fédérations.

 

Au total, le nombre de délégués au congrès devrait tourner aux alentours de 950.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 10:19

''Proclamation de  Sao Paulo – Le socialisme est l’alternative!''

São Paulo, 23 novembre 2008
Dixième Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers


Traduit par A.C. depuis le Portugais pour vivelepcf.com

'' Le monde est confronté à une grave crise économique et financière de grande ampleur. Une crise du système capitaliste, indissociable de sa nature propre et de ses contradictions insolubles, qui est probablement la plus grave crise depuis la Grande Dépression commencée avec le krach de 1929. Comme toujours ce sont les travailleurs et le peuple qui en sont les principales victimes.


La crise actuelle est l’expression d’une crise plus profonde, intrinsèque au système capitaliste qui démontre ses limites historiques et l’exigence de son dépassement révolutionnaire. Elle représente aussi un danger de régression sociale et démocratique et constitue, comme l’Histoire l’a démontrée, une base pour des mouvements autoritaires et militaristes, ce qui nécessite une vigiliance accrue des partis communistes et des forces anti-impérialistes.


Alors que des milliards d’argent public sont mobilisés pour sauver les responsables de la crise – le grand capital, la haute finance et les spéculateurs – ce qui s’annonce pour les ouvriers, les paysans, les couches moyennes, tous ceux qui vivent de leur travail et qui étouffent sous le poids des monopoles, c’est plus d’exploitation, de chômage, de baisses de salaires et de retraites, d’insécurité ; la faim et la pauvreté.

De puissantes campagnes idéologiques de diversion cherchent à cacher les causes réelles de la crise et à barrer la voie à la recherche de solutions qui seraient dans les intérêts des masses populaires, qui favoriseraient l’émergence d’un nouveau rapport de force, un nouvel ordre international en faveur des travailleurs, des forces populaires, basé sur la solidarité internationale et l’amitié entre les peuples. Les grandes puissances capitalistes, à commencer par les Etats-Unis, l’Union Européenne et le Japon, au moyen d’organisations internationales qu’ils contrôlent – le FMI, la Banque mondiale, la Banque Centrale Européenne, l’OTAN entre autres – et aussi en se servant de l’ONU pour poursuivre leurs intérêts particuliers, travaillent frénétiquement sur des « solutions » qui ne font que semer les germes des crises à venir, et cherchent à sauver le système à court-terme et à renforcer les mécanismes de l’exploitation et de l’oppression impérialiste

En ayant recours à des boucs-émissaires, et en insistant sur des solutions éculées de « régulation », d’ « humanisation » et de « réforme » du capitalisme, ils veulent changer les apparences pour que rien ne change. Les partis du Capital se sont empressés d’adopter les dogmes du « Consensus de Washington » qui ont alimenté la brutale financiarisation de l’économie. La social-démocratie, masquant sa capitulation devant le néo-libéralisme et sa transformation en un pilier de l’impérialisme, tente un retour tardif à des modes de « régulation » de type keynésien qui laissent intact la nature de classe du pouvoir et les rapports de propriété, et qui visent objectivement à éluder la question de l’affirmation d’alternatives révolutionnaires pour les travailleurs et les peuples.


Mais cette perspective n’est pas une fatalité.

 

Comme d’autres moments dans l’histoire l’ont déjà démontrés, les travailleurs et les peuples peuvent, s’ils sont unis, déterminer le cours des événements économiques, sociaux, et politiques, arracher d’importantes concessions au capital dans l’intérêt des masses, empêcher une évolution vers le fascisme et la guerre et ouvrir la voie à de profondes transformations de nature progressiste et même révolutionnaires

Sur le plan international, le tableau est celui de luttes de classe toujours plus aigues. L’humanité traverse un des moments les plus difficiles et les plus complexes de son histoire, une crise économique globale, qui coincide simultanément avec une crise énergétique et alimentaire et une sérieuse crise environnementale ; un monde avec de profondes injustices et inégalités, des guerres et des conflits. Ce tableau nous laisse à un carrefour de l’histoire, où deux tendances contradictoires se manifestent. D’un côté, de grandes menaces sur la paix, la souveraineté, la démocratie, les peuples et les droits des travailleurs et de l’autre côté un immense potentiel de luttes et d’avancées pour la cause de l’émancipation des travailleurs et des peuples, la cause du progrès social et de la paix, la cause du socialisme et du communisme.

Les partis communistes et ouvriers réunis lors de cette dixième rencontre, à Sao Paulo, saluent les luttes populaires qui se développent partout dans le monde contre l’exploitation et l’impression impérialistes, contre les attaques croissantes sur les conquêtes historiques du mouvement ouvrier, contre l’offensive militariste et anti-démocratique de l’impérialisme.

En soulignant que la faillite du néo-libéralisme ne représente pas seulement l’échec d’une politique de gestion du capitalisme mais l’échec du capitalisme lui-même, et sûrs de la supériorité des idéaux et du projet communistes, nous affirmons que la réponse aux aspirations émancipatrices des travailleurs et des peuples peut seulement se trouver dans la rupture avec le grand capital, avec les blocs et les alliances impérialistes, dans de profondes transformations de nature émancipatrice et anti-monopoliste.

Avec la conviction profonde que le socialisme est l’alternative, la voie vers une indépendance véritable et totale des peuples, pour l’affirmation des droits des travailleurs et le seul moyen de mettre fin aux crises destructrices du capitalisme, nous en appelons à la classe ouvrière, aux travailleurs et aux peuples du monde entier pour qu’ils se joignent à la lutte des communistes et des révolutionnaires et, unis autour de leurs intérêts de classe et de leurs justes aspirations, qu’ils prennent en main la construction d’un futur de prospérité, de justice, de paix pour l’Humanité. En ce sens, les conditions émergent pour une convergence des résistances, des luttes populaires en un grand mouvement contre les politiques capitalistes mises en oeuvre dans cette crise et les agressions impérialistes qui menacent la paix.

Certains qu’un autre monde est possible, libre de l’exploitation et de l’oppression de classe du capital, nous proclamons notre engagement à poursuivre la voie historique pour la construction d’une société nouvelle libérée de l’exploitation et de l’oppression de classe : le Socialisme.


São Paulo, 23 novembre 2008
Dixième Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 02:58

L’avenir du PCF

 

Par Gilles Mercier (94), extrait du n°58 de la revue « Réflexions »

 

Les élections cantonales et municipales ont été pour les communistes riches d’enseignement. Il n’y eut aucune campagne nationale pour ces élections. Chacun faisait comme il voulait. Partout où le PCF s’est présenté avec son identité et un contenu politique, il a progressé et ceci quelle que soit son implantation.

Ailleurs, il s’est dilué dès le premier tour dans des listes social-démocrates incluant ou non le MODEM continuant la stratégie d’effacement imprimée par l’actuelle Direction nationale, J Cl Gayssot fidèle lansquenet de G. Frèche, soutenu par la Direction fédérale de l’Hérault, appelant même à voter PS à Béziers contre la liste présentée par la section du Parti.

Contrairement aux affirmations des liquidateurs du Conseil national, le sigle PCF n’est pas un boulet et le vote communiste n’est pas un vote de nostalgie.

Partout où il a progressé, il a fallu aller chercher les suffrages des électeurs. Le progrès du Parti est le résultat d’une bataille politique qui a été menée à la base qui a permis de retisser des liens distendus depuis fort longtemps avec l’électorat. Cette bataille, la Direction nationale ne la mène plus depuis longtemps. Les Français veulent que les partis politiques prennent en compte leurs énormes difficultés de vie, qu’ils soient porteurs de leurs problèmes, ils se moquent de savoir si c’est l’UMP, le PS, le PCF qui va le faire pourvu qu’il y en ait un qui le fasse. Bien sûr, ce ne peut être que le PCF, encore faut il qu’il sorte de l’Union de la gauche, c’est la condition sine qua non.

Mais le chemin sera long pour sortir de cette ornière stratégique. L’OPA menée par le PS dans le Val de Marne et la Seine Saint Denis a en partie réussi. S’il a échoué dans le Val de Marne, le PS a pris au PCF le conseil général du 93. Il ne semble pas que la Direction du Parti en tienne rigueur au PS, pourtant la campagne électorale fut sévère. Pas d’esprit de revanche a dit MG Buffet ! Le PS bon prince a contenté le PCF en lui donnant quelques lots de consolation au Conseil général. Pour le Val de Marne ce n’est que partie remise, rendez vous pour les prochaines cantonales, dans 3 ans.

Le succès du PS en Seine Saint Denis est la conséquence de la stratégie du Parti dans ce département. Michel Laurent a dirigé la fédération pendant plusieurs années, c’est bien lui qui dirige « l’Atelier » cette structure informelle composée de communistes et de non communistes visant à faire évoluer (traduire liquider) le Parti !! C’est bien dans ce département qu’officient Braouézec et d’autres élus qui se sont commis avec J Bové, le Savonarole de la campagne, sans oublier MG Buffet qui avait refusé de porter le sigle PCF pour l’élection présidentielle. A telle enseigne qu’il y avait deux groupes communistes au Conseil Général !!

Reconquête d’un coté, effacement et absorption par la sociale démocratie de l’autre. Le problème est que les tenants de l’effacement sont majoritaires au Conseil national !

On peut toujours leur rétorquer que si le PCF est si dépassé qu’attendent ils pour le quitter pour aller vers d‘autres rivages ! N’est pas « camarades » Gayssot, Wurtz, Braouzec, Zarka, etc… Il leur faut rester dans le Parti, sans lui ils ne peuvent être élus, et infléchir de plus en plus la ligne opportuniste de la Direction. Les résultats des élections les obligent à garder le nom du Parti. De fait la bataille pour le congrès devrait porter sur l’orientation, mais faisons confiance à la Direction pour qu’il n’en soit pas ainsi. Lénine disait en 1923 à Monmousseau « La transformation du vieux type de parti européen parlementaire, réformiste à l’oeuvre et légèrement coloré d’une teinte révolutionnaire, en un nouveau type, vraiment communiste, est chose extraordinairement difficile, c’est certainement en France que cette difficulté apparaît le plus nettement » il poursuivait « Si les ouvriers révolutionnaires comme vous entraient au Parti communiste, vous le changeriez. Il deviendra un parti prolétarien, il ne sera plus dirigé par des politiciens. Il n’y a que vous qui puissiez faire cela ». Monmousseau, leader syndicaliste révolutionnaire, adhéra au PCF.

La description par Lénine du jeune PCF est tout à fait transposable au PCF actuel. Le PCF n’existe plus qu’à travers ses élus. Il ne vise plus à conquérir des sièges mais à les garder. N’est ce pas ce qui définit un parti social démocrate ? Comme le PCF n’a plus aucun lien avec le salariat, ses revenus viennent de ses élus. En conséquence c’est eux qui déterminent la stratégie. Comme du temps des féodaux, quand le pouvoir central est affaibli, ces derniers jugent qu’ils n’ont pas de compte à lui rendre. Bien entendu, tous les élus ne sont pas ainsi, mais la stratégie mène à cela. L’électoralisme est devenu la ligne de conduite, il n’y a plus aucune analyse théorique, le PCF ne cesse d’accompagner tout ce qui est un tant soit peu contestataire quel que soit le

contenu. Ce qui l’amène dans la fange de l’obscurantisme. Après avoir été le porte parole

d’Attac, il est en train de devenir sans aucune honte le porte parole des associations

environnementalistes !

Jusqu’où iratil dans cette déchéance ? Le fiasco de Bertinotti en Italie avec son alliance Arc en Ciel devrait éclairer sur l’avenir du PCF à persévérer dans l’opportunisme. Mais pour sortir de l’Union de la Gauche encore fautil avoir une perspective à proposer ! Parler de dépassement du capitalisme ne mange pas de pain, quelle autre société construire en lieu et place du capitalisme ? Aborder cette question amène immédiatement à s’interroger sur les raisons de

l’effondrement du socialisme, sujet que l’on se refuse à aborder. Hormis des voeux pieux et des lieux communs, le PCF n’a aucun projet politique à proposer. Il ne lui reste que l’alliance avec la social-démocratie pour se maintenir à flot.

La conclusion s’impose, pour que le PCF redevienne un Parti communiste, il faut que les élus soient subordonnés au Parti, en plagiant Lénine dans son adresse à Monmousseau, je dirais « Si les salariés ayant une conscience de classe entraient au parti communiste, ils le changeraient. Il deviendrait un parti prolétarien (de ceux qui vivent en vendant leur force de travail), il ne sera plus dirigé par des politiciens, il n’y a qu’eux qui puissent faire cela ».

C’est tout l’enjeu de la bataille en cours à l’intérieur du Parti entre ceux qui dans l’appareil national et les fédérations veulent poursuivre l’orientation socialedémocrate à l’ombre du PS et ceux qui veulent le réorienter sur le chemin de la lutte de classe.

Gilles Mercier

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 13:02

Motion de la conférence de section des communistes de la cinquième circonscription du Nord  _ Seclin les 15  et 16 novembre 2008

 Pour un Parti Communiste Français  offensif, fraternel et constructif

Les communistes de la 5ème circonscription du Nord réunis en conférence de section ont pris acte du résultat de la consultation des textes préparatoires au 34ème Congrès. Comme dans le département du Nord, la base commune a été rejetée majoritairement par les militants communistes des cantons de Seclin Nord, Seclin Sud et d’Haubourdin.

De ce fait ils considèrent que la base commune est inamendable.

Ni sectaires ni archaïques, les adhérents, forts de leur expérience de terrain, affirment à travers ce vote qu’ils ont de l’ambition, et qu’ils sont attachés aux valeurs du Parti Communiste Français : être utile au  le peuple de France.

Cela doit se traduire par :

- un vrai projet communiste pour changer la société capitaliste,

- un parti au plus près des préoccupations populaires,

- des directions locales, départementales et nationales  audibles qui impulsent une ligne politique claire et ambitieuse,

- Une volonté de changer les statuts pour une réelle démocratie interne,

- le refus des tendances,

- la construction d’un nouvel internationalisme,

Il s’agit de porter un espoir à construire sur des bases révolutionnaires de notre temps… Voilà l’aspiration profonde des communistes de notre secteur.

Vouloir un monde nouveau, le construire au quotidien

Il est grand temps d’affirmer que le capitalisme, qui porte le désastre, relève de la préhistoire de l’Humanité. En effet, quelle est la morale et la justification d’un système mondial dont le seul objectif est de se préoccuper de la finance et non des Hommes ?

Le système capitaliste dévoile au grand jour sa véritable nature au travers, notamment, de la crise financière. Cela se traduit par des émeutes de la faim aux quatre coins de la planète. Nous sommes face à une paupérisation grandissante où  de plus en plus de salariés et leurs familles, y compris en France, sont amenés à survivre ! Les entreprises privées ne cessent de délocaliser mettant ainsi des milliers de salariés sur le carreau. Les services publics sont liquidés au nom des directives européennes transposées au plan national par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis 1992 (depuis la mise en place du Traité de Maastricht).

Observons ce qui bouge dans le monde : des peuples résistent et explorent des voies originales d’alternative au capitalisme (Bolivie, Venezuela, Cuba, Brésil…). Les valeurs et les idéaux du socialisme et du communisme sont plus que jamais d’actualité.

Nous refusons de sombrer dans le fatalisme et le renoncement.  Au contraire nous sommes convaincus qu’il existe une alternative politique pour mettre fin au système capitaliste. Nous considérons que le « dépassement du capitalisme » est une notion abstraite qui  n’est pas de nature à mobiliser les victimes de ce système. Nous proposons l’abolition pure et simple du capitalisme, et la construction d’un rassemblement populaire majoritaire pour aboutir à une autre  société fraternelle, juste et solidaire : une société communiste.

Un nouveau projet, un nouveau chemin pour le changement

Nous devons affirmer notre originalité, être visible, ne pas accepter les compromissions et garder le cap du combat anticapitaliste pour replacer l’Homme au cœur de nos préoccupations

Le Capital de Marx n’a rien perdu de sa pertinence !

Sifflons la fin de la récréation, il est urgent de travailler à l’unité du parti et à la mobilisation de toutes nos forces militantes. Le Parti Communiste Français n’a pas pour vocation de tirer toute la gauche, nous devons être porteurs d’un projet communiste progressiste. Revenons à nos fondamentaux avec la volonté du rassemblement populaire au plus près des préoccupations quotidiennes : emploi, salaire, santé, logement… L’avenir n’est pas dans une répétition des collectifs antilibéraux concoctés avec les partis ou groupuscules politiques, mais bien dans une construction permanente avec le peuple. Il faut tirer les enseignements des périodes passées et ne pas réitérer les stratégies calamiteuses qui nous ont progressivement amenés à ne plus parler en notre nom propre et de ce fait, ont jetés le doute dans la population qui a intégré le Parti Communiste Français comme une « tendance » de la gauche, représentée, pour le peuple de France par le Parti Socialiste. Notre action principale, ne réside pas dans la recherche systématique de l’union à n’importe quel prix. Cependant, nous pensons que les accords électoraux sont nécessaires pour accéder à des responsabilités mais à condition de préserver notre autonomie et notre expression propre. Nous ne pouvons accepter les alliances douteuses. C’est pourquoi, pour la constitution des listes électorales  européennes, nous refusons de partir sur la même stratégie qui a animée la campagne « Bouge l’Europe ». Nous demandons  que dans les régions où nous avons des députés sortants, les têtes de liste soient des candidats communistes, notamment Jacky HENIN pour la grande région nord. .

L’Europe et l’internationalisme

Nous voulons confirmer le Non au Traité Constitutionnel Européen, auquel nous avons largement contribué, et travailler à la construction de coopérations pour promouvoir une Europe des peuples. Au lieu de s’enfermer dans une petite gauche européenne plus ou moins réformiste, le Parti Communiste Français devrait également être le fer de lance en Europe de la coordination des mouvements de résistance au capitalisme. Il faut rompre avec la construction d’une Europe supranationale et nationale. Reconquérons la souveraineté nationale et impulsons les luttes sociales et démocratiques.

Renouons avec la Solidarité internationale et notre combat pour la paix et le désarmement. Ce sont deux aspects structurants et identitaires de l’histoire du Parti Communiste Français.

La jeunesse

Il nous faut également réaffirmer la nécessité de développer, à nos côtés, un grand mouvement de jeunesse communiste, la  jeunesse communiste étant l’organisation la plus apte à répondre aux problématiques de la jeunesse.

La formation et la presse communiste

Dans la bataille idéologique quotidienne, nous mesurons l’importance de permettre à tous les adhérents de bénéficier d’une formation politique. Il faut revenir à des pratiques de formation systématiques. Dans ce cadre, la bataille pour le développement de la presse communiste est un acte majeur.

Il faut s’en donner les moyens !

Les communistes de la 5ème circonscription notent les insuffisances des directions du Parti, et ce à tous les niveaux, des cellules jusqu’au Conseil national, et souhaitent qu’elles retrouvent l’esprit offensif nécessaire à l’animation de la vie du Parti. Le Conseil national doit retrouver un rôle de direction et pas de simple club de discussion où chacun s’exprime trop souvent en son nom personnel sans esprit de réflexion collective débouchant sur des propositions concrètes d’action.

 

34è congrès : Résultats du vote à Seclin & environs

Nombre d'inscrits :
Nombre de votants : 133
Votes nuls : 11
Base commune : 13  voix
Texte alternatif 1 : 33 voix
Texte alternatif 2 : 76 voix

En rejetant très majoritairement et largement la base commune proposée par le CN, les Communistes de Seclin et environs ont confirmé leur volonté d’un Parti Communiste Français audacieux.

La direction de cellule avait appelé les Communistes à rejeter la base commune et on peut se féliciter de ce résultat. Cette décision est le fruit de plusieurs assemblées générales des adhérents, de nombreuses discussions, d’un effort de direction pour que ce congrès soit l’affaire de tous les Communistes. Avec le collectif nous nous félicitons de ce résultat, de ce vote des adhérents. C’est la preuve, s’il en fallait, qu’une direction doit prendre ses responsabilités tout en respectant l’opinion des adhérents, qu’une direction se doit de donner son opinion et d’agir avec les Communistes.

Ni sectaire, ni archaïque, les adhérents forts de leur expérience de terrain affirment avec force à travers ce vote qu’ils ont de l’ambition, un attachement réaffirmé pour leur parti.

Un vrai projet Communiste pour changer la société, un parti au plus près des préoccupations populaires, une direction nationale audible qui agit, une volonté de changer les statuts pour une vraie démocratie interne, le refus des tendances, un nouvel internationalisme, un espoir à construire sur des bases révolutionnaires de notre temps…. Voilà l’aspiration profonde des Communistes de notre secteur.

Ce vote est une étape, nous allons maintenant tout mettre en œuvre pour bâtir ce projet Communiste dont notre peuple a besoin, pour créer les conditions d’un grand Parti Communiste Français qui soit de masse,  de classe et populaire. Nous avons l’intime conviction qu’il est possible de devenir cette force au service du changement. Cela ne se décrète pas mais se construit et le 34e congrès de ce point de vue doit être à la hauteur.

Ce refus de la base Commune, le vote pour les textes alternatifs est la volonté exprimé par les Communistes de ne pas donner un chèque en blanc à la direction nationale, cela marque également le refus d’un texte marqué par de graves insuffisances. Il est impératif de monter d’un cran politique pour proposer au peuple de France une réelle alternative, un projet Communiste capable de rassembler très largement les Femmes et les Hommes de ce pays.

Il y a un avenir pour un PCF audacieux, révolutionnaire, sans complexe.

Pour les Communistes de Seclin et environs, ce 34e congrès ne doit pas être un rendez-vous manqué. C’est le moment de faire la clarté sur nos choix politiques. Avec notre conférence de section, avec tous nos adhérents, nous allons nous employer à faire de ce congrès un moment fort. Nous allons y mettre notre volonté, notre sens des responsabilités, nos convictions profondes, notre générosité.

 Fait à Seclin le 30/10/08

Partager cet article
Repost0