Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 13:31

Congrès « Réaffirmer la raison d’être du PCF »

500 communistes signent un texte alternatif à celui de la direction en vue du congrès.

 

Article paru dans l'Humanité du 1er juin 2010 (voir le communiqué de presse)

 

 

« Face au capitalisme, aujourd’hui plus que jamais, notre peuple a besoin du PCF  ! » C’est le titre d’un texte alternatif que 500 adhérents de 41 fédérations entendent soumettre au congrès d’étape, les 18, 19 et 20 juin prochain, au même titre que le document de la direction, s’appuyant sur les statuts en vigueur. Une délégation se rend aujourd’hui au siège du Colonel-Fabien pour déposer les signatures et tenir une conférence de presse.


Tout en critiquant l’organisation du congrès, le texte souhaite que les assises réaffirment « toute l’actualité de la raison d’être du PCF », reprochant ainsi à la direction communiste d’œuvrer à « l’effacement du Parti » au bénéfice du Front de gauche. Il demande l’établissement du bilan de cette alliance, « en termes de renforcement du PCF et de l’efficacité de son action ». Nul doute pour les signataires que la stratégie du Front de gauche est à rejeter. Selon eux, il « a poursuivi et accentué la ligne politique précédente de la direction du Parti, dans la lignée de l’épisode des collectifs antilibéraux ». Le texte de 20 pages, qui analyse la crise du capitalisme et donne son point de vue sur le projet de société, estime que « le PCF doit redevenir pleinement indépendant dans son intervention, retrouver le discours d’un parti révolutionnaire sur des positions de classe ».

 

Dans ce sens, il se prononce pour une candidature communiste à l’élection présidentielle de 2012. La question devrait être posée « dès maintenant ». « Nous n’y échapperons pas, d’autant moins que la démarche du Front de gauche a déjà placé Mélenchon dans l’orbite de 2012 et qu’il ne manquera pas un instant de nous le rappeler », écrivent-ils. Éric Jalade, secrétaire départemental du Tarn, espère que ce texte, qu’il a paraphé, sera non seulement « discuté » mais « soumis au vote » des congressistes.

 

 

Mina Kaci

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 15:00

Congrès extraordinaire du PCF, 18, 19 et 20 juin 2010

 

A ce jour (2 juin - 15h00), 580 communistes de 54 fédérations ont signé le texte alternatif:

 

"Face au capital, aujourd'hui plus que jamais, notre peuple a besoin du PCF"

 

CONTINUONS!

Pour imposer un vote, statutaire, sur les textes. Sinon le "congrès" n'est pas un congrès du PCF.

Pour porter le débat sur le fond de la situation politique et des orientations stratégiques de la direction. Une résolution en forme de "fait accompli" ne doit pas avoir de valeur.

Le débat dans le PCF ne peut se réduire à quelques positions vagues de "personnalités".

 

Vive le PCF!

 

 

AESCHELMAN  Daniel      02    Saint-Quentin

AHEE  Jeanne      75    XIX

AHEE  Yves  75    XIX

ALEC  Vasile      02    Saint-Quentin

ALI   Alain 02    Saint-Quentin

ALI   Jeanne      02    Saint-Quentin

ALLEG       Henri 91    Palaiseau

ALLEG-SALEM Gilberte    91    Palaiseau

ANORGA      Jacques     75    XIX

ANTOINE     Alain 54    Jarnisy

ANTOINE     Manuel      54    Jarnisy

ANTONIK     Jean-Pierre 54    Jarnisy

ANTRAYGUES  Aurelien    02    Saint-Quentin

ARNAULT     Pierre      75    XIX

ARNAULT     Michaella   75    XIX

ASPAR François    75    XIX

ASUERO      Evarista    75    XV

AURIOL      Stéphane    75    RATP

AVENEL      Marco 75    XV

BAGHOUMINA  Pascal      02    Saint-Quentin

BAILLARGEAT Mathieu     54    Jarnisy

BAKULI      Marcel      94    Fontenay-sous-Bois

BARBARA     Martial     75    XIV

BARDE René  81    Lavaur

BARNIER     Jean-Pierre 75    XV

BARRA Rémi  38    Saint-Martin-d'Hères

BARRE Albert      75    XV

BARRE Morane      75    XV

BARSOTI     René  38    Saint-Martin-d'Hères

BARTHELEMY  Pierre      77    Coulommiers

BAUER Roland      95    Villiers-le-Bel

BAUS  Elise 54    Jarnisy

BAUS  Jean  54    Jarnisy

BEAUFORT    Bruno 02    Saint-Quentin

BECOURT     Corinne     02    Saint-Quentin

BEDNARIK    Pascal      92    Malakoff

BEGARDS     Francine    81    Castres

BEGLIA      Hélène      83    Toulon

BELLEMIN    Maryvonne   38    Saint-Martin-d'Hères

BELLICHE    Karima      02    Saint-Quentin

BELLICHE    Nora  02    Saint-Quentin

BENABID     Chahid      38    Eybens

BENBARA     Abdellah    75    XIII

BERNABE     Frédéric    70    Vesoul

BERNABE     Jean-Luc    70    Vesoul

BERNARD     Nicole      75    XV

BERNARD     Guy   44    Couëron

BERNARDIN   Jacques     70    Héricourt

BERNATETS   Jean-Claude 02    Chauny

BERNATETS   Monika      02    Chauny

BERTRAND    Françoise   31    Verfeil

BERTRAND    Robert      31    Verfeil

BESSON      Jérôme      10    Romilly

BESTERO     Umberto     02    Saint-Quentin

BEUNE Albert      24    Jumilhac

BEYRAND     Michel      87    Cheminots

BEYRIES     Christine   75    XV

BIDAUD      Bernard     21    Beaune

BIDAUD      Annie 21    Beaune

BIGAND      Jean-Luc    02    Saint-Quentin

BILLEMONT   Raymond     02    Saint-Quentin

BISERRIER   Pierre      38    Saint-Martin-d'Hères

BISERRIER   Rolande     38    Saint-Martin-d'Hères

BLONDEL     Françoise   02    Saint-Quentin

BODIN David 79    Niort

BOISSARD    Fernand     24    Jumilhac

BOISSARD    Gilbert     24    Jumilhac

BOISSARD    Jean  24    Jumilhac

BONNET      Pierre      07    Ruoms

BOUIS Pierre      34    Florensac

BOUKHALFA   Pierre      74    Cran-Gevrier

BOULAY      Raymond     49    Montreuil-Juigné

BOUNE Myriam      75    V

BOYER Lucien      24    Lanouaille

BOYER Marcel      24    Lanouaille

BRANCOURT   Bruno 02    Saint-Quentin

BRANCOURT   Jean-Luc    02    Saint-Quentin

BREMOND     André 81    Castres

BRENIER     Henri 38    Saint-Martin-d'Hères

BROGNIART   Charly      75    RATP

BRULE Alfred      35    Redon

BRUNET      Jean-François     13    Fos

C.    Eugène      38    Saint-Martin-d'Hères

CAILLE      Anthony     75    XII

CAMILLINI   Jean-Pierre 54    Jarnisy

CAMILLINI   Marie-Thérèse     54    Jarnisy

CANCHO      Paul  75    XIX

CANU  Roger 92    Malakoff

CARPENTIER  Laurie      02    Saint-Quentin

CARPENTIER  Paulette    02    Saint-Quentin

CARPENTIER  Christine   75    XVIII

CARPENTIER  Jacques     81    Graulhet

CARRIER     Serge 02    Saint-Quentin

CASIER      Serge 02    Saint-Quentin

CASTEX      Jean  81    Les Bastides

CATHELAIN   Henriette   07    Sud-Ardèche

CATHELAIN   Victor      07    Sud-Ardèche

CATTEAU     Jean-Philippe     02    Saint-Quentin

CAUMONT     Pierre      32    Marciac

CESAR Jean-Claude 02    Saint-Quentin

CHABANNEAU  Alain 24    Lanouaille

CHABANNEAU  Nicole      24    Lanouaille

CHABERT     Pierrette   02    Saint-Quentin

CHANTRELLE  Jean  92    Malakoff

CHANTRELLE  Laurence    92    Malakoff

CHARLES     Frédéric    75    XIII

CHATAIN     Jocelyne    83    Carqueirane

CHATAIN     Monique     83    Carqueirane

CHATEIL     Daniel      75    XV

CHATELIER   Suzanne     24    Lanouaille

CHAUVET     Robert      75    XV

CHERRUAULT  Yann  75    XIV

CHICOINE    Louis 23    Flayat

CHICOINE    Patricia    23    Flayat

CHINAULT-PAYEN    Marie-France      94    Ivry

CHOMONT     Guillaume   21    Dijon

CHOQUEL     Gilles      58    La Charité

CHOULY      Stéphane    75    XV

CHRISTOFORIDES    Catherine   75    XVIII

CIALDELLA   Vincent     38    Grenoble

CLAUD Camille     24    Lanouaille

CLAUD Jacqueline  24    Lanouaille

CLAUD Véronique   24    Lanouaille

CLAUD Xavier      24    Lanouaille

CLAVEL      Evelyne     92    Malakoff

CLAVEL      Jean  92    Malakoff

CLAVIER     Albert      38    Saint-Martin-d'Hères

CLET  Franck      38    Saint-Martin-d'Hères

CLOCHEY     Yvan  70    Jussey

COLLAS      Evelyne     80    Camon

COLLAS      Georges     80    Camon

COLLET      Joël  74    Annecy

COPIN Joël  62    Rouvroy

COPIN Nadine      62    Rouvroy

CORADIN     Régine      75    XV

CORBONNOIS  Sebastien   02    Saint-Quentin

CORONA      Ana   38    Saint-Martin-d'Hères

CORZANI     Joelle      54    Jarnisy

COSKUN      Alexis      67    Strasbourg-Centre

COSTANTINI  Alain 54    Jarnisy

COSTE Etienne     21    Dijon

COSTE Gérard      24    Lanouaille

COSTE Noël  24    Lanouaille

COSTE Renée 24    Lanouaille

COTTEVERTE  Gérard      93    Noisy-le-Sec

COTTY Jean-Louis  77    Mitry-Mory

COULON      Roger 18    Vierzon

COVACHO     Camille     75    XV

COVACHO     Paul  75    XV

CREVOISIER  Thérèse     70    Héricourt

CREZEGUT    Anthony     75    XV

CRISTINA    Gérard      75    XV-RATP

DA SILVA    Horracio    02    Saint-Quentin

DAIMEZ      Chantal     02    Saint-Quentin

DALET Magali      13    Aix

DALVARD     Gilbert     70    Vesoul

DAMBRAINE   Christophe  81    Lavaur

DAMIANI     Jacques     94    Fontenay-Sous-Bois

DANG TRAN   Jacqueline  35    Rennes

DANG TRAN   Emmanuel    75    XV

DARDENNES   Gérard      35    Rennes

DAVID Roland      70    Vesoul

DAVOISE     Olivier     75    RATP

DE FINFE    Marcelle    75    XIX

DE MATTEIS  Mireille    54    Jarnisy

DE POILLY   Alain 94    Fontenay-sous-Bois

DEBEAUVAIS  Fabienne    80    Amiens

DECOMBLE    Josette     02    Saint-Quentin

DEFFONTAINE Claude      75    XVI

DEGAUGUE    Arlette     75    XV

DEGUISE     Loic  02    Saint-Quentin

DEL MASCHIO Gérard      75    XV

DEL RIZZO   Olivier     70    Héricourt

DELAIRE     Elisabeth   02    Saint-Quentin

DELETANG    Laure 92    Malakoff

DELIGNY     Michel      02    Saint-Quentin

DELMAS      Gilbert     38    Echirolles

DELPRAT     Gérard      31    Revel

DENIS Guy   02    Saint-Quentin

DENIVET     Françoise   02    Saint-Quentin

DERMIEN     René  02    Saint-Quentin

DERRIEN     Henri 75    XV

DESMIDTS    Jean-MArie  02    Saint-Quentin

DESVALLOIS  Laurent     24    Jumilhac

DESVALLOIS  Liliane     24    Jumilhac

DETRE Eddy  02    Saint-Quentin

DIA   Maamadou    02    Saint-Quentin

DICONNE     Daniel      75    XV

DICONNE     Stéphane    75    XV

DIFFALAH    Nasser      70    Héricourt

DOIX  Bernard     75    XV

DONDON      Yvette      24    Lanouaille

DRELON      Jean-Pierre 18    Vierzon-Ville-SNCF

DREYFUS     Charles     92    Clamart

DROUARD     Georges     70    Héricourt

DUBOIS      Nicole      24    Jumilhac

DUMONT      Gérard      07    Sud-Ardèche

DUQUESNOY   Gérard      62    Avion

DURAND      Raymond     81    Lavaur

DURIN Annie 70    Champagney

DUVAL Nicole      75    XIX

EL MAHDI    Karroum     02    Saint-Quentin

EMERY Claude      24    Lanouaille

EMONOT      Marcel      70    Vesoul

EVELOY      Jean-Marie  02    Aubenton

FADY  Guy   70    Champagney

FAINZANG    Nathalie    72    Le Mans

FAINZANG    Claude      75    XIX

FAINZANG    Fabien      75    XIX

FEBURIER    Thérèse     02    Saint-Quentin

FERRON-LEROY      Gervaise    94    Nogent-sur-Marne

FIGUERES    Gilles      40    Pouillon

FONCY Jean  24    Jumilhac

FONTAINE    Annie 02    Saint-Quentin

FONTAINE    Jeannot     02    Saint-Quentin

FONTAINE    Bernard     02    Saint-Quentin

FONTAINE    Marc  02    Saint-Quentin

FONTAINE    Ghislaine   02    Saint-Quentin

FORGUES     Simonne     75    XV

FOURNIER    Marcellin   81    Castres

FRANCESCHI  Félix 2A    Ajaccio

FRASSIN     Marie-Ange  81    Castres

FRICOUT     Hélène      24    Jumilhac

FRICOUT     Serge 24    Jumilhac

GABELLONI   Anette      75    III

GABERT      Jean-Jacques      02    Saint-Quentin

GABERT      Michèle     02    Saint-Quentin

GALANTINI   Pascal      54    Jarnisy

GARCIA      Jacqueline  10    Romilly

GARCIA      José  10    Romilly

GARCIA      Tenessee    21    Dijon

GASSANE     Pierre      75    XV

GAUTHE      Marc  75    XV

GAWSEWITCH  Josette     75    XV

GAWSEWITCH  Stéphane    75    X-SNCF

GELLEE      Janine      40    Aire-sur-Adour

GENY  Lison 13    Pays d'Aix

GEOFFRAY    Jean-Paul   75    XV - RATP

GERARD      Nicolas     02    Saint-Quentin

GERMAIN     Benoît      70    Champagney

GERMAIN     Roland      70    Champagney

GIACOMO     Francis     70    Vesoul

GIMENEZ     Gisèle      81    Albi

GIORDANA    Jacques     38    Saint-Martin-d'Hères

GIORDANA    Alice 38    Saint-Martin-d'Hères

GIRARD      Joelle      75    XIII

GIRARD      Alain 94    Valenton

GIROD Jean-Louis  70    Héricourt

GORIN Christophe  78    Mantes

GOULLON     Alain 94    Vitry

GOY   Justine     38    Saint-Martin-d'Hères

GOY   Ezio  38    Saint-Martin-d'Hères

GRAGNANO    Jean  83    Saint-Maximin

GRAND Roger 38    Saint-Martin-d'Hères

GRAPPE      Jean-Jacques      38    Saint-Martin-d'Hères

GRAUX Christian   94    Créteil

GUERRIN     Fabienne    70    Vesoul

GUERRIN     Françoise   70    Champagney

GUERRIN     Hubert      70    Champagney

GUIDI Pierre      38    Saint-Martin-d'Hères

GUILBAUD    Serge 95    Argenteuil

GUILLET     Laurent     38    Saint-Martin-d'Hères

GUILLOIS    Françoise   92    Malakoff

GUILLOIS    Géraldine   92    Malakoff

GUILLON     François    75    XV

GUIRAUD     Elise 75    XIX

GUZZO Saverio     54    Jarnisy

HAGE  Odile 59    Douai

HAREL Guy   37    Montlouis

HAUDEGOND   Nicolas     02    Saint-Quentin

HAUDEGOND   Valerian    02    Saint-Quentin

HAYS  Alain 95    Villier-le-Bel

HAZEBROUCK  Pierre      38    Saint-Martin-d'Hères

HEBRARD     Catherine   81    Lavaur

HELSEN      Geoffrey    59    Seclin

HERGOTT     Christian   70    Vesoul

HERNANDEZ   José  81    Albi

HERNANDEZ   Marie-Lou   81    Albi

HEROT Jean-Pierre 92    Boulogne-Billancourt

HERRERO     Alfred      93    Bagnolet

HERRERO     Gisèle      93    Bagnolet

HEUCLIN     Sylvie      02    Saint-Quentin

HONG  Yong Bin    75    XV

HOTE  Michel      73    Moûtiers

HOTTE-HUILLARD    Nicole      75    XV

HURTEBISE   Dominique   02    Saint-Quentin

IACONANTONIO      Santos      38    Saint-Martin-d'Hères

IACONANTONIO      Sylvie      38    Saint-Martin-d'Hères

ILLE  Pierre      78    Plaisir-Les Clayes

JADE  Jessica     13    Aix

JAILLET     Remi  34    Sète

JALABERT    Gilbert     31    Verfeil

JALADE      Eric  81    Castres

JAMELOT     Joran 75    XV

JAMELOT     Gérard      91    Orsay-Fac

JANSSEN     Edmond      75    XIII

JARRY Raymond     24    Jumilhac

JAVANNEAU   Paul  24    Jumilhac

JEAN  Danielle    2B    Cap Corse

JEAN  Robert      2B    Cap Corse

JIMENEZ     Jeanne      81    Castres

JOINEAU     Christian   93    Bagnolet

JORQUERA    Christophe  38    Saint-Martin-d'Hères

JORQUERA    Roger 38    Saint-Martin-d'Hères

JOUY  Yvon  51    Loivre

JUPIN Maryse      02    Saint-Quentin

KDOUH Diana 38    Saint-Martin-d'Hères

KERENFLECHE Corinne     02    Saint-Quentin

KOCZANSKI   Joseph      54    Briey

KOCZANSKI   Jacqueline  54    Briey

KOLLI Anne-Marie  33    Bassin d'Arcachon

KOZUCH      Véronique   54    Jarnisy

KUPERSTEIN  Armand      75    XIX

LABOUREUR   Alain 94    Fontenay-sous-Bois

LAFLEUR     Marie-France      81    Lavaur

LAFLEUR     Michel      81    Lavaur

LAMBERT     Jacques     13    Vitrolles

LANDAIS     Benjamin    75    V

LANDELLE    Christian   07    Sud-Ardèche

LANDOIS     Florence    38    Saint-Martin-d'Hères

LAROSIERE   Jean-François     59    Douai

LARTIGUE    Guy-Robert  33    Bègles

LATCHER     Jean-Pierre 81    Lavaur

LATREILLE   Michel      75    XV

LAURENT     Denis 70    Vesoul

LAVEANT     Colette     75    XII

LAVEILLE    Georges     02    Saint-Quentin

LE GLOAHEC  Yves  38    La Tour de Beauvoisin

LE LIGEOUR  Yvon  93    Montreuil

LECHERBOURG Gaston      92    Malakoff

LECLERCQ    Michel      75    XIX

LECLERCQ    Gabrielle   75    XIX

LECOQ Armand      34    Béziers

LEFEVRE     Léonie      02    Saint-Quentin

LEGER Jean  75    XIX

LEGRAND     Bernadette  02    Saint-Quentin

LEGRAND     Christian   02    Saint-Quentin

LEGRAND     Linda 02    Saint-Quentin

LEONE Elena 38    Saint-Martin-d'Hères

LEONE Guiseppe    38    Saint-Martin-d'Hères

LEONE Joséphine   38    Saint-Martin-d'Hères

LEPINE      Lyonnelle   02    Saint-Quentin

LEQUEU      Bernard     92    Malakoff

LESIEUR     Roger 02    Saint-Quentin

LESTRAT     Ernest      75    XV

LESUR Alexandre   02    Saint-Quentin

LIEVIN      Fabienne    70    Jussey

LIEVIN      Patrick     70    Jussey

LIGLET      Michel      70    Vesoul

LINIKOFF    Serge 92    Chaville

LISON Gény  13    Pays d'Aix

LOPIN Assumpta    69    Lyon

LORA  Ignace      38    Saint-Martin-d'Hères

LOTH  Walter      02    Saint-Quentin

LOUBOUTIN   Yannick     29    Brest

LOUIS Marie-Madeleine   02    Saint-Quentin

LUBRINA     Antoine     03    Montluçon

LUCAS Fabrice     75    XV-RATP

LUNEAU      Emmanuel    75    La Poste

MACHERET    Alain 70    Vesoul

 

MAIGROT     Yolaine     75    XIV

MALCLES      Robert      30    Nîmes

MALFAIT     Patrick     59    Roubaix

MALLIERE    Jean  92    Antony

MANGANO     Joseph      38    Saint-Martin-d'Hères

MANIETTE    Jacky 02    Saint-Quentin

MARCHAND    Claude      94    Villejuif

MARIE Arlette     02    Saint-Quentin

MARIE Roger 02    Saint-Quentin

MARION      Fabien      13    Durance Trévaresse

MARLIN      Serge 75    V

MARLIN      Ginette     75    V

MARQUES     Camille     75    XIV

MARSAUD     Marie-Louise      24    Lanouaille

MARSAUD     Pierre      24    Lanouaille

MARTINEZ    Gaby  81    Graulhet

MAUROY      Lois  02    Saint-Quentin

MAURY Nicolas     13    Istres

MAZABRAUD   Marie 24    Jumilhac

MEGE  Daniel      75    XV

MERINO      Marie 31    Verfeil

MERINO      Yvan  31    Verfeil

MERY  Jean  24    Bergerac

MICHEL      David 02    Saint-Quentin

MIGNEAU     Gilbert     24    Jumilhac

MIGNONI     Jean-Louis  13    Marseille - Centre Ville

MIGNOT      Henri 24    Jumilhac

MOINE Sabrina     70    Vesoul

MOLITOR     Georges     70    Lure

MOLITOR     Odile 70    Lure

MONNERON    Yvette      92    Malakoff

MONNINI     Eric  54    Jarnisy

MONVILLE    Aymeric     75    XIV

MOREAUX     Jeoffroy    13    Marseille V

MORILLON    Guy   75    XV - RATP

MORLOT      Claudine    70    Lure

MORLOT      René  70    Lure

MORVAN      Pierre-Yves 80    Amiens

MOUREAUX    Pierre      70    Vesoul

MOUTON      Muriel      13    Salon de Provence

MUZARD      Patrice     70    Gray

NADEAU      Christian   40    Haute-Lande

NARDARI     Yves  81    Verfeil

NEGRI Dominique   38    Saint-Martin-d'Hères

NEGRI Jean-Louis  38    Saint-Martin-d'Hères

NICOLAS     Chantal     70    Héricourt

NOWACK      Dominique   02    Saint-Quentin

ODETTI      Christiane  81    Lavaur

ODOUL Alain 75    XV

OUKZIZ      Moha  81    Albi

OUZEAU      Marcel      24    Lanouaille

PACLET      Michel      75    XV

PAGE  Nathalie    02    Saint-Quentin

PAGE  Raymond     02    Saint-Quentin

PANIGHETTI  Norma 75    XV

PAQUIS      Muguette    70    Champagney

PASSOT      Bruno 75    XVIII

PATE  Jean-Claude 50    Briquebec-Valognes

PAYEN Roger 07    Sud-Ardèche

PAYEN Bernard     94    Ivry

PEINTRE     Junon 75    XV-RATP

PEPIN Jean-Claude 38    Saint-Martin-d'Hères

PEPIN Albert      38    Saint-Martin-d'Hères

PEPIN Pierre      38    Saint-Martin-d'Hères

PERRIN      Michel      87    Cheminots

PETIT Paule 75    XV

PEYRAUD     Janine      75    XV

PEYRAUD     Jean-Claude 87    Cheminots

PICCARETA   Majorie     38    Echirolles

PICCARETA   Nathalie    38    Fontaine

PICCARETA   Savino      38    Echirolles

PIERIN      Francis     02    Saint-Quentin

PILLEUX     Jacqueline  75    XVIII

PILLON      Marie-Thérèse     37    Descartes

PINONT      Léonie      24    Jumilhac

PLAT-DIOT   Christiane  02    Saint-Quentin

PLE   Aurélie     02    Saint-Quentin

PLE   Christian   02    Saint-Quentin

PLE   Lucette     02    Saint-Quentin

PLE   Sabrina     02    Saint-Quentin

POINSOT     Jean-Pierre 70    Gray

POINT Jean-Pierre 02    Saint-Quentin

POLLE Valérie     02    Saint-Quentin

POUPON      Olivier     02    Saint-Quentin

POUPON      Ghislaine   02    Saint-Quentin

POUPON      Pascal      02    Saint-Quentin

POURCIN     Alain 70    Rioz

PRUVOST     Benjamin    42    Saint-Etienne

PUDEPIECE   Didier      02    Saint-Quentin

PUDEPIECE   Jean-Jacques      02    Saint-Quentin

PUYGRENIER  Claudine    38    Saint-Martin-d'Hères

PUYGRENIER  Henri 38    Saint-Martin-d'Hères

PUYGRENIER  Juliette    38    Saint-Martin-d'Hères

QUARRE      Gisèle      38    Saint-Martin-d'Hères

QUEIROS     David 38    Saint-Martin-d'Hères

QUERTELET   Philippe    02    Saint-Quentin

RAIN  Yannick     77    Meaux

RAKOTONDRAHAJA    Gérard      75    XV

RATINAUD    Jean  75    XV

RAYNAUD     Jean-Paul   87    Cheminots

REDOIS      Joëlle      95    Argenteuil

REIGNIER    Chantal     54    Jarny

REIGNIER    Claude      54    Jarny

REZAÏ Hamid 38    Saint-Martin-d'Hères

RIBOULET    Philippe    34    Béziers

RICHARD     Georges     38    Saint-Martin-d'Hères

RICHARD     Laurent     38    Terres Froides

RICHARD     Josette     70    Héricourt

RICHARD     Simone      75    XV

RICHET      Jean-Luc    02    Saint-Quentin

RIGAUD      Philippe    75    XV-RATP

RIO   Paul 58    Guérigny

RIVES Jean-Max    89    Auxerois

RIVIERE     Nicole      33    Deux-rives

RIVOALLAN   Gilles      75    La Poste

ROBIN Arlette     81    Castres

ROCHE André 24    Lanouaille

ROCHE Claude      24    Lanouaille

ROCHE Liliane     24    Lanouaille

ROCHE Xavier      24    Jumilhac

ROLLO Stéphane    38    Saint-Martin-d'Hères

ROMERO      Roger 33    Bassin d'Arcachon

ROQUIN      François    38    Saint-Martin-d'Hères

ROSALIE     Christian   31    Verfeil

ROUGERIE    Daniel      59    Lille

ROUGIEUX    Monique     75    XX

ROUQUETTE   Géraldine   81    Castres

ROUQUETTE   Jean-Marie  94    Créteil

ROUTIER     Eliane      75    XV

RUIZ  André 70    Champagney

RZEPKA      Christian   02    Saint-Quentin

RZEPKA      Raymonde    02    Saint-Quentin

SABATIER    Evelyne     31    Verfeil

SABATIER    Michel      31    Verfeil

SABATTIER   Claudine    07    Sud-Ardèche

SABATTIER   Henri 07    Sud-Ardèche

SABATTIER   Liliane     92    Bagneux

SABBE Didier      75    RATP

SADIN Claude      60    Noyon-Ribécourt

SAHAL Francis     81    Lavaur

SALEM Jean  75    XV

SALVADOR    Pascal      54    Jarny

SANCHI      Luigi-Alberto     75    XIX

SANTALUCCIA Albert      92    Bagneux

SANTAMBROGIO      Jean-Marc   54    Jarnisy    

SANTAMBROGIO      Véronique   54    Jarnisy    

SAURET      Thierry     24    Jumilhac   

SAUVET      Bruno 02    Saint-Quentin    

SAVARIN     Jean-Louis  70    Rioz 

SAVARY      Jean-François     02    Saint-Quentin    

SEGOUFFIN   Ygor  31    Saint-Lys  

SEGOUFFIN   Stéphanie   31    Saint-Lys  

SERMET      Brigitte    70    Vesoul     

SEVERAC     Dimitri     02    Val d'Origny      Maire-adjoint de Saïx CD

SIGURET     "Andrée ""Pépée"""      75    XIX  

SIMON Jean-Louis  70    Champagney 

SOLET Nicole      75    XV   

SPAETER     Didier      54    Hussigny   

SPLET Antoine     67    Strasbourg-Centre

SUBRA Roger 80    Amiens     

TALLOT      Jean-Claude 93    Montreuil 

TARDE Pierre      03    Neuilly-le-Réal

TASSERIT    Brigitte    02    Saint-Quentin

TAVERNIER   Michèle     02    Saint-Quentin

TEBOURBI    Belgacem    75    XV

TENEZE      Gilbert     28    Voves-ParisXIII

THEBAULT    Josiane     24    Jumilhac

THOMAS      Michel      33    Bassin d'Arcachon

THOMAS      Michel      81    Castres

THOMAS      Claudine    92    Malakoff

TIXIER      Georges     02    Saint-Quentin

TIXIER      Laurence    02    Saint-Quentin

TOLLET      Gérard      60    Méru

TORNER      Emile 75    XV

TOURNAY     Jean-Luc    02    Saint-Quentin

TOURNAY     Mauricette  02    Saint-Quentin

TOURNAY     Olivier     02    Saint-Quentin

TOURNAY     Alain 83    Toulon

TOURNAY     Josette     83    Méounes

TRANNOIS    Catherine   02    Saint-Quentin

TRANNOIS    Luc   02    Saint-Quentin

TRIGO Emmanuel    83    Toulon

TRITRE      Michel      70    Champagney

TROCME      Michel      02    Saint-Quentin

TROVERO     Jean-Paul   38    Fontaine

TURCO Cédric      83   

TUTIN Baptiste    02    Saint-Quentin

VACHE Jeannette   80    Amiens

VAGO  Gabrielle   70    Héricourt

VAN BERVESSELES   Jean-Charles      08    Charleville-Mézières

VANDROMME   Huguette    83    Draguignan

VANDROMME   Pierre      83    Draguignan

VANROCKEGHEM      Jean-Marc   02    Saint-Quentin

VARENNE     Georges     02    Saint-Quentin

VATIN       Maud  70    Jussey

VAUJOIE     Dominique   61    Flers

VENDEVILLE  Marie-Christine   75    XI

VIEVILLE    Joel  02    Saint-Quentin

VIGNIER     Luc   75    XV-RATP

VILLAIN     Julien      75    V

VILLARD     Denise      38    Saint-Martin-d'Hères

VILLAUME    Marie-Claire      02    Saint-Quentin

VILLAUME    Pierre      02    Saint-Quentin

VILLETTE    Marie-Jeanne      70    Héricourt

VINCI Christiane  34    Béziers

VINCI Claude      75    XX

VOVARD      Jacques     95    Argenteuil

WEINMANN    Gautier     62    Evin-Leforest

YAGHLEKDJIAN      Pierre      75    XV

YAGHLEKDJIAN      Marc  89    Auxerois

YAGHLEKDJIAN      Marie-Christine   89    Auxerois

YAHIAOUI    Marcel      75    XV

YAN   Joël  64    Nay

YATES Russel      77    Meaux

YUNG  Véronique   70    Gray

ZABALETTA   Carlos      87    Cheminots

ZANET Walter      75    RATP

ZIEGLER     Pierre      52    Saint-Dizier

Partager cet article
Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 18:14

« Congrès » extraordinaire du PCF du 18 au 20 juin

 

Plus de 500 communistes déposent un texte alternatif et demandent le respect des statuts du parti pour qu’un débat démocratique ait lieu et que le « congrès » en soit un.

 

Communiqué de presse, vendredi 28 mai 2010

 

Conformément aux statuts du PCF, un « collectif de plus de 200 adhérents, issus de plus de 10 fédérations » a déposé place du Colonel Fabien un texte alternatif pour le « congrès » extraordinaire des 18, 19 et 20 juin. Ce texte est intitulé : « Face au capital, aujourd’hui plus que jamais, le peuple a besoin du PCF ».

Nous sommes maintenant plus de 500 de 41 fédérations à l’avoir signé, dont plusieurs secrétaires de section, de fédération, neuf membres du Conseil national.

Un congrès du PCF est un événement important. Aussi nous ne pouvons pas accepter les conditions dans lesquelles la direction du parti l’organise. Le processus est réduit à 7 semaines pour réfléchir sur un ensemble de 2 textes qui ne sont pas soumis à amendement des communistes.

D’où sortiront les résolutions que le congrès va finalement adopter et qui doivent engager l’avenir de notre parti jusqu’en juin 2011 ?

L’ordre du jour de ce qui est présenté comme un congrès « d’étape » est lourd. Il dépasse largement le simple remplacement de Marie-George Buffet, et de fait, la désignation officielle de Pierre Laurent comme chef de file du Parti. Il s’agit d’installer le « Front de gauche » comme stratégie du Parti et de poursuivre « les transformations » du Parti lui-même dans cette perspective.

Début avril, 5 secrétaires de fédération ont demandé le report du « congrès » sans être entendus.

Nous avons déposé un texte alternatif pour ne pas laisser passer un « congrès » bâclé qui engage les communistes tout en les écartant de la décision.  

Nous ne voulons pas que soit entérinée la poursuite d’une stratégie d’effacement du PCF, en contradiction avec la décision des communistes au 34ème congrès de maintenir, faire vivre et renforcer leur parti.

Nous refusons de laisser notre parti être enfermé dans la perspective des élections de 2012, dans des négociations politiciennes sans fin, aussi bien avec JL. Mélenchon qu’à l’intérieur même du parti, pour, en fin de compte, ne servir que de force d’appoint à une alternance social-libérale.

Le rejet croissant du capitalisme, le développement et l’extension des luttes appellent l’existence et le renforcement du PCF, validé dans ses fondements théoriques, son identité révolutionnaire, sa forme d’organisation qui a permis l’intervention politique des travailleurs de notre pays.

Le renforcement du PCF sur ces bases n’est pas un obstacle au rassemblement. Au contraire c’est un atout, une condition du rassemblement qui peut et doit mettre en échec la politique au service du capital et du patronat, à partir des luttes, et ouvrir la perspective d’alternative politique en 2010, en 2011, en 2012.

Nous demandons à la direction du PCF de respecter les statuts du Parti, d’organiser un vote pour le choix de la base de discussion du congrès entre son texte et celui que nous proposons.

Sans quoi le « congrès d’étape » ne pourra pas prétendre être un « congrès du PCF » mais ne sera qu’une simple assemblée nationale extraordinaire.

Nous déposerons mardi 1er juin 2010 à 11h15 l’ensemble des signatures rassemblées au siège du Parti, 2 place du Colonel Fabien.

Contacts : Corinne Bécourt, section de Saint-Quentin, membre du CN (corinnebecourt@hotmail.fr) ; Frédéric Bernabé, secrétaire de la Fédération de la Haute-Saône, CN (pcf70@wanadoo.fr) ; Emmanuel Dang Tran, secrétaire de la section de Paris 15ème, CN (pcf15@wanadoo.fr); Fabienne Debeauvais, section d’Amiens, CN ; Claude Fainzang, section Paris 19ème , CN (claude.fainzang@wanadoo.fr) ; Eric Jalade, secrétaire de la fédération du Tarn, CN (eric.jalade@orange.fr); Dominique Negri, secrétaire de la section de Saint-Martin-d’Hères, CN (d.negri@wanadoo.fr); Christian Tabaglio, section de Jarny, CN (christian.tabaglio@wanadoo.fr)

Partager cet article
Repost0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 11:07

 

henri-martin.jpg"Portrait d'un militant de Pantin - Henri Martin et la lutte contre la guerre d'Indochine"
Projection du film de Raymond Mourlon
mercredi 26 mai à 18 h 30 à l'auditorium de l’Hôtel de ville de Paris
(5, rue Lobeau, 4e - métro Hôtel de Ville),
suivie d'un débat en présence d’Henri Martin, de l’historien Alain Ruscio et du réalisateur.
Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 22:40

A propos d’un congrès qui n’en est pas un, tout en étant un

Par Bernard Trannoy (section Bassin d’Arcachon)

Le 21 mai 2010

Extrait du « Texte N°2 - Pistes de travail pour un Parti communiste français transformé » : « En bref, il s’agit ensemble de mettre à plat l’organisation de la direction nationale et de la soumettre à la discussion du Congrès avant la discussion sur les noms. La Commission fera rapidement une proposition d’organigramme soumise au débat. Par cette méthode, nous voulons poser une première pierre, concrète, de changement de notre direction. »


Là encore le flou, le chèque en blanc. Les transformations du parti envisagées sont déconnectées du projet et de la perspective dont le parti se devrait d’être le porteur. Une évidente articulation parti/Projet est à penser. Le parti au service du projet, un projet pour le parti. Alors que ce qui nous ai proposé c’est un parti au service des visées purement électorales d’une nomenklatura.

Des directions qui par ailleurs ne répondent plus ou pas de leurs activités ou de leur non activité.

 

Quelle production ?

 

Les seuls dont on a un écho nous parviennent en bas. (La commission agriculture, pêche et forêt – Le collectif entreprises et de temps à autre Communisme et écologie) pour les autres c’est encéphalogramme plat, la mort clinique.

Le site du PCF qui devrait être un lieu de ressources, ne remplit pas son rôle. Mal foutu, mal organisé, son intérêt est faible, voir quasi nul. Heureusement, il y a un certain nombre de site animé par des camarades ou des collectifs de camarades ou proche de ce qui devrait être nos fondamentaux qui présente plus d’intérêt et de richesse.

 

En fin de compte un congrès pourquoi faire ??? Peut-être une invitation à poursuivre dans la Mélenchonade. Si certains nous proposent de nous limiter au rôle de porteurs de valises du PS, d’autre nous proposent de nous faire les porteurs de valise du très populiste Mélenchon. Quelle différence ??? sur le fond aucune dans les 2 cas c’est la transformation du PCF en auxiliaire.

Le rassemblement pourquoi faire ? Pour quels objectifs ? Ayons un PCF qui s’assume, qui porte un projet. Et là nous créons les conditions de rassemblements. La condition même de rassemblement possible, porteurs de contenus, est à rechercher dans un travail des communistes pour doter notre peuple de l’outil révolutionnaire qui lui fait défaut.

 

C’est une visée collective que nous devons porter. Pour le moment le FdG n’est qu’un assemblage hétéroclite d’individualités aux visées électoralistes se cantonnant dans une posture de refus, aux visées les plus contradictoires.

 

Peut-on faire l’impasse sur ce type de rassemblement d’appareils ? Ne justifie-t-il pas un droit d’inventaire. Voyons les résultats hors de l’hexagone :

 Italie « Arco Bello » variante FdG italienne. Résultat bingo, plus de gauche au parlement italien.

 Espagne « Izquierda » variante FdG espagnol. Résultat en baisse. Un processus de désengagement qui ne dit pas son nom, est en cours dans le PCE.

 Allemagne « Die Like » variante FdG allemande, toujours pas de programme.

 

Non le rassemblement n’est pas une fin en soi. Mais le résultat d’un travail aux niveaux des quartiers et des entreprises, pour faire connaitre, partager et co-élaborer des solutions de sortie de système. Et pour cela l’outil PCF est indispensable.

 

Regagnons la confiance du monde du travail qui a le sentiment justifié que nous les avons abandonnés dès 1983. Pour cela faire resurgir une identité forte.

 

Et aidons à sortir d’une culture du refus, du contre, de l’anti Sarko cache sexe. Pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie de sortie de système. En fait les gens ne votent pas PS mais contre SARKO.

Le vote PS n’est qu’un vote par défaut, tellement nous avons affadi nos positionnements. Nous ne sommes même plus capables d’hurler aux scandales.

 

Battre la droite en 2012 Mais pour quoi faire ???????? La gauche est-elle en capacité et en volonté de se doter des moyens de faire autrement ? Pour aujourd’hui la réponse est NON.

Et cela nous devrions avoir le courage de le dire. Il n’est pas question de refuser toutes alliances avec le PS. Mais encore faut-il que le PS assume pleinement ses choix et leurs conséquences ? Notre attitude ne doit en aucun cas lui servir de cache sexe.

Que nous soyons capables devant l’inacceptable de claquer les portes. Il y a des couleuvres que nous n’avons pas à avaler.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 21:51

LE TEXTE ALTERNATIF EN PDF


LE FORMULAIRE DE SIGNATURE (ou renvoyer les mêmes infos à  besoin-du-pcf@laposte.net )

 

formulaire courriel

 

 


Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 21:48

INTRODUCTION/RESUME

 

UN CONGRES EXTRAORDINAIRE : POUR QUOI FAIRE ?

 

PCF : bilan et analyse des 18 mois depuis le 34ème congrès.

 


Les conditions anormales dans lesquelles est organisé le congrès « d’étape » des 18, 19 et 20 juin 2010 suffiraient à expliquer que nous déposions un texte alternatif.

Tout dirigeant du PCF sait qu’il est impossible en 7 semaines de créer les conditions d’une participation réelle des communistes, des sections, à une réflexion collective. De surcroît, l’ordre du jour est lourd, comprenant l’évaluation de la stratégie actuelle du Parti et des transformations du Parti lui-même.

La direction a également fait le choix de ne pas soumettre à amendements les textes adoptés par le Conseil national du 16 avril, qu’elle propose comme base de discussion.

Sur quoi les communistes vont-ils pouvoir discuter réellement ensemble, se prononcer nationalement ? D’où vont sortir les résolutions finales, proposées au Congrès national, qui auront force de textes de congrès ? Leur orientation est déjà connue puisque la direction part du postulat que la stratégie qu’elle mène depuis 2008 est validée et qu’il n’y a lieu que d’envisager sa « prochaine phase ».

Cette démarche n’est pas qu’anti-statutaire, elle est antidémocratique.

C’est la première raison pour laquelle, conformément à l’article 11.1 des statuts du PCF, nous proposons un texte alternatif aux textes du CN du 16 avril, visant à devenir la base commune amendable du 35ème congrès du PCF, convoqué de façon extraordinaire par le CN des 27 et 28 mars 2010.

Au 34ème congrès, fin 2008, les communistes ont exprimé une volonté claire et incontestable : celle de maintenir le PCF. Cette clarification a été vécue par beaucoup comme un soulagement après la mise en question de l’existence même de notre parti par la direction après les élections présidentielles de 2007.

La première évaluation à faire des choix du 34ème congrès, c’est celle de la stratégie mise en œuvre au regard des objectifs de renforcement du PCF et de son action dans cette période d’aiguisement de la lutte des classes au plan international et national.

Le congrès extraordinaire peut et doit réaffirmer toute l’actualité de la raison d’être du PCF que l’évolution de la situation politique internationale et nationale est venue encore souligner.

La crise actuelle du capitalisme, système étendu à la quasi-totalité des pays, sans véritable contrepoids malgré les résistances de plusieurs Etats (dont Cuba), est l’expression de toutes ses contradictions. La recherche effrénée du profit l’amène à détruire le développement économique qu’il a engendré, à menacer la planète. Sans opposition organisée, il utilise sa propre crise contre les travailleurs. De façon perceptible pour un plus grand nombre, la théorie marxiste, qui est un des fondements de notre parti, est validée comme la perspective révolutionnaire qu’il porte.

En France, l’offensive du capital, relayée par le gouvernement et l’UE, tente d’imposer des reculs sociaux, économiques et démocratiques sans précédent depuis des décennies. Elle suscite une très large contestation parmi notre peuple qui souffre de plus en plus. Des luttes très importantes se développent dans des secteurs de plus en plus larges du monde du travail. Elles recherchent les voies de la convergence et de l’alternative politique.

La forme d’organisation des partis communistes, qui leur a permis, à eux seuls, d’être des partis de classe et de masse, revient d’autant plus d’actualité. L’exemple de l’action du Parti communiste grec (KKE), fer de lance de la riposte à l’agression encore plus violente du capital dans son pays, est probant à cet égard.

Le monde du travail se souvient que le PCF a joué un rôle décisif dans toutes les conquêtes sociales que le gouvernement s’applique à détruire, notamment celles qui sont issues du programme du Conseil national de la Résistance. Le pouvoir aussi n’oublie jamais la menace que représente le communisme pour les intérêts des exploiteurs. Il tente soit de banaliser l’histoire communiste comme Sarkozy avec Guy Môcquet, soit d’accentuer sa campagne de criminalisation du communisme. Le véritable échec de la « célébration » du 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, orchestrée par nos responsables politique et destinée à légitimer leur UE du capital, montre qu’ils n’arrivent pas à tirer un trait l’histoire du socialisme et du mouvement communiste au 20ème siècle, dont l’analyse par notre parti reste largement à faire.  

L’existence et le rayonnement des partis communistes est un enjeu de la lutte des classes.

Il n’y a pas de fatalité à l’affaiblissement du PCF, de « déclin inéluctable ». Il y a le résultat d’un affrontement entre le capital, nécessairement anticommuniste, et notre parti lui-même. La direction du PCF continue à faire l’impasse sur le bilan de 15 ans de stratégie d’abandons et de reniements des fondements du Parti, mettant le recul du Parti sur le seul compte de « la vague néolibérale de la fin du XXème siècle ». C’est trop facile ! Comment expliquer que le plus grand recul, en forces organisées et en voix, s’est produit à partir de 1997 et du choix de l’alignement sur la « gauche plurielle » ?

Après le 34ème congrès, dans la suite de l’Assemblée nationale extraordinaire de décembre 2007, le choix majoritaire des communistes aurait dû couper définitivement court aux tentatives de « métamorphose », de « dépassement », de dilution du PCF, « d’expérimentations » dans ce sens, engagées depuis des années par la direction du Parti. Plusieurs des principaux dirigeants du PCF n’avaient pas caché en 2007 que ce processus devait mener pour eux à la disparition du Parti en tant que tel.

Depuis le dernier congrès, la stratégie politique conduite par la direction du PCF se confond avec le « Front de gauche ».

La constitution du « Front de gauche » n’est pas une décision du congrès. L’accord fondateur avec Mélenchon a été décidé en novembre 2008, à son départ du PS, au moment et en marge du congrès mais sans que les communistes puissent se prononcer. La résolution de congrès prévoyait, au pluriel, des « constructions unitaires avec des cadres, des fronts, des alliances adaptés aux contenus portés et aux échéances affrontées ». Le Front de gauche est né sans contenu, ni projet fixés.

Notre congrès extraordinaire doit faire le bilan de 18 mois de « Front de gauche » en termes de renforcement du PCF et de l’efficacité de son action.

On ne peut pas se contenter de le mesurer par des résultats électoraux. Mais ceux-ci sont peu concluants et il faut le reconnaître. Aux européennes et aux régionales, avec des disparités régionales, les résultats sont équivalents ou inférieurs, parfois nettement, à ceux des listes du PCF aux élections précédentes correspondantes. Le Front de gauche a très peu capté la volonté de sanction de la politique du gouvernement qui s’est dirigée aux régionales vers l’abstention, puis vers la gauche social-démocrate (écologistes compris).  Le recul est souvent net en voix, notamment dans les quartiers les plus ouvriers et les plus pauvres. L’élan des luttes ne s’est pas reporté sur le vote Front de gauche. Ce doit être une de nos premières préoccupations.

Les régionales ont aussi abouti à la perte de près de moitié des élus communistes sortants, malgré la fusion, dans la quasi-totalité des régions, avec les listes PS. 

Le Front de gauche a pu être vécu de façon différente selon les régions. Dans certaines, notamment à tête de liste communiste, les partenaires ont agi en alliés loyaux. Certains ont cru voir un début d’émancipation du PS.

Mais globalement, le Front de gauche a accentué le malaise, les divisions à l’intérieur de notre parti. L’élaboration des listes de candidats, à la suite d’interminables négociations politiciennes, a été paralysante et démobilisatrice pour les communistes.

Le Front de gauche, dont le PCF représente au moins 90% des forces, a donné une importance politique démesurée aux « partenaires », parfois pourtant groupusculaires. Jean-Luc Mélenchon, avec sa petite fraction de la social-démocratie, a pu être érigé comme le principal porte-parole du Front incluant le PCF. Il lui donne les moyens d’imposer ses méthodes politiciennes et son calendrier, notamment d’ici les présidentielles.

Le Front de gauche accentue également le processus d’effacement du Parti. Les campagnes électorales, structurantes (par exemple avec le matériel politique) s’effectuent sous les couleurs du Front de gauche. De plus en plus, l’expression du Front supplante celle du PCF. Les directions du PCF qui s’étaient prononcées pour le « dépassement » et la « métamorphose » de notre parti, choisissent progressivement de faire fonctionner leurs organisations sur le mode du Front de gauche, avec des campagnes électorales et des candidats systématiquement « Front de gauche », des comités « Front de gauche », des groupes d’élus « Front de gauche ».

Tout cela a-t-il permis de dégager la perspective politique ?

Le Front de gauche, avec sa raison d’être d’origine électorale et sa perspective rivée vers 2012, accentue encore la dérive institutionnelle et électoraliste du parti, formalisée au Congrès de Martigues.

Le Front, constitué principalement avec des ex-PS, ne porte pas de rupture avec l’alignement sur le PS dans les institutions. L’idée d’émancipation du PS s’est avérée une illusion. Le ralliement au PS, y compris dans les exécutifs, s’est effectué dans pratiquement toutes les régions (sauf Nord-Pas-de-Calais et Limousin).

La perspective politique est plus que jamais la victoire de la « gauche unie » en 2012. En témoignent les meetings communs, la recherche de déclarations communes, même sur des sujets où les positions sont peu conciliables (ex : retraites).

En aucun cas le PS, où les écologistes, ne sont sortis pourtant du consensus des forces de l’alternance européenne, dont leur approbation des plans de renflouement de la finance ou leur soutien au Traité de Lisbonne sont des éléments fondamentaux.

Mélenchon, ouvertement réformiste, s’est prononcé pour le non à la Constitution européenne mais a été aussi l’un des plus chauds partisans de Maastricht. Le Front de gauche, suivant la ligne du Parti de la gauche européenne (PGE), poursuit l’évolution vers l’acceptation, même critique, de la légitimité de l’UE du capital et de ses traités, dont le rejet de plus en plus vif par les peuples porte une perspective anticapitaliste.

Ces orientations politiques empêchent notre parti de jouer pleinement son rôle d’impulsion des luttes, de proposition pour contribuer à leur extension et à leur convergence, pour rassembler et dégager la perspective politique.

L’ensemble de ces constats nous amène à reconsidérer le choix du « Front de gauche », dans sa conception même, à chercher des formes de rassemblement, non politiciennes, pas d’abord électorales, mais partant du mouvement populaire et des luttes.

Loin d’être une « innovation », le Front a poursuivi et accentué la ligne politique précédente de la direction du Parti, dans la lignée de l’épisode des Collectifs antilibéraux dont on se souvient de l’échec et de ses conséquences.

Il en va des responsabilités historiques de notre parti.

« PCF », « communistes », voilà des identifiants forts, redoutés des capitalistes. « Gauche », voilà un identifiant large mais vague, dont ils savent s’accommoder !

Le deuxième point mis à l’ordre du jour du congrès extraordinaire par le CN est le projet de « transformations » du PCF.

Au 34ème congrès, le texte initial, proposé par la direction, envisageait une « métamorphose » du PCF. Devant le rejet par les communistes, on a laissé l’expression de « transformations profondes ».

La structuration en cours du Front de gauche, stratégie à laquelle la direction subordonne les « transformations », montre qu’il s’agit d’aller dans la même voie, celle de la dilution du PCF et de l’identité communiste.

Des « transformations » à venir, les 18 derniers mois ont donné un avant-goût inquiétant de centralisme autoritaire des directions pour accompagner ce choix. Les directions ont forcé la main des communistes, pour la constitution du « Front de gauche » comme pour le choix de ses candidats aux élections, le plus souvent imposés aux communistes, malgré leurs décisions. Le 34ème congrès avait prévu l’instauration d’une commission pour envisager les « transformations ». Elle ne s’est réunie qu’une seule fois avant la convocation du congrès extraordinaire dont le texte a été élaboré ailleurs. Enfin, quel précédent représente le choix de la convocation d’un « congrès » extraordinaire non statutaire ! Ces méthodes ne sont pas acceptables.

Des « transformations profondes », notre parti en a subi de manière quasiment incessante depuis le 28ème congrès de 1994 et notamment au 30ème congrès de Martigues. La première exigence est de tirer le bilan de cette déstructuration méthodique de notre organisation de classe, de la réparer, non de poursuivre la fuite en avant.

Souvenons-nous qu’après avoir cessé d’impulser la vie des cellules (et même des sections), on a supprimé la souveraineté de cet organe fondamental. On a privilégié le cadre institutionnel, les positions électives, les alliances politiciennes sur l’action dans les luttes (et non seulement la présence « à côté » d’elle). Ces transformations ont poussé le Parti vers la régression aux formes d’avant le congrès de Tours, le parti d’élu, le club de discussion. Notre journal, que nous continuons à défendre, est transformé de plus en plus en « journal de la gauche » et de moins en moins en outil de lutte communiste. Il n’y a même plus de carte annuelle du Parti à remettre aux adhérents !

La nécessité de faire vivre et de renforcer le PCF, affirmée au 34ème congrès, implique des ruptures avec la stratégie à l’œuvre depuis au moins 15 ans et non son accommodement pour faire passer le même projet destructeur. Dans le cadre de ce congrès précipité, nous soumettons à la discussion des communistes, outre cette analyse en forme de bilan, des propositions de rassemblement sur des axes de lutte que doit porter le PCF, une position sur les échéances politiques à venir, en lien avec les évolutions de la lutte des classes en France et dans le monde. Nous proposons une autre base pour les transformations du PCF visant lui rendre sa structure de parti de classe qui lui a permis d’être un parti de masse.

Mais, communistes, nous ne pourrons pas faire, au congrès de 2011, l’économie d’un débat sur notre projet de société et le chemin à suivre pour y arriver dans la lutte anticapitaliste. Depuis le 29ème congrès, nous sommes passés de la « visée communiste » au projet « d’émancipation humaine », encore plus vague et œcuménique. Du « dépassement du capitalisme », on est passé au « post-capitalisme » comme si le capitalisme allait s’écrouler de lui-même, sans action organisée sur ses contradictions. Un dirigeant, s’exprimant au nom du PCF (Francis Parny, dans le supplément « Communistes » de l’Huma du 5 septembre 2009), a repris à son compte l’objectif « d’altercapitalisme ». Le contresens est total avec la raison d’être de notre parti.  

Le congrès d’avril 2010 du Mouvement de la jeunesse communiste de France vient de réintroduire dans ses textes l’objectif du « socialisme », de l’appropriation publique et sociale des principaux moyens de production et d’échange, comme « phase transitoire permettant de dépasser le système d’exploitation de l’Homme par l’Homme et de construire les bases économiques, sociales et politiques d’une société d’émancipation individuelle et collective ».

Quel signe d’espoir pour les communistes, pour le monde du travail, qu’à la veille du 90ème anniversaire de la fondation de notre parti, le rétablissement de ses fondements vienne de la jeunesse !

Sur ces bases, notre congrès pourrait lancer un appel national fort à l’adhésion et à la réadhésion des centaines de milliers de communistes qui se sont écartés du Parti ou dont le Parti s’est écarté depuis notamment 2000 et le congrès de Martigues.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 21:45

« Crise » du capitalisme :

la machine à broyer le droit des peuples et les acquis DES TRAVAILLEURS s’emballe

 


« Crise » du capitalisme :

la machine à broyer le droit des peuples et les acquis DES TRAVAILLEURS s’emballe

 


De « crise » en « crise » : le capitalisme

A l’automne 2008 éclatait la « crise financière ». Elle suivait la « crise des « subprimes » et la faillite de la banque Lehman Brothers aux Etats-Unis. Les économies des principales puissances capitalistes (Etats-Unis, Europe, Japon…) ont connu en 2009 une récession d’une gravité souvent inédite depuis 1945. Ce mouvement de repli continue en 2010. On parle maintenant de la « crise des dettes publiques ».

Cette crise ne résulte pas d’excès du capitalisme, du « néolibéralisme », c’est la crise du capitalisme lui-même. L’affaiblissement, puis la disparition du contrepoids que représentait, dans le rapport de classe mondial, l’existence de l’URSS et des pays socialistes d’Europe de l’est laissent apparaître la logique de ce système dans toute sa brutalité. Notamment en Europe de l’ouest, la période du « compromis social » est révolue.

La réalité du capitalisme, c’est la recherche du profit maximal confrontée à la baisse tendancielle du taux de profit. Ce qui est décrit comme la financiarisation de l’économie, l’explosion de la dette privée, notamment dans les pays anglo-saxons, puis de la dette publique est un instrument pour renforcer l’exploitation du travail.

Dans la période, la nouvelle étape de la mondialisation du capitalisme continue de se caractériser par une extension géographique du système, par une mise en concurrence accrue des travailleurs des différents pays, toujours par une âpre lutte, entre puissances capitalistes et multinationales, pour le contrôle des richesses naturelles et des marchés.

Des économies dites « émergentes » semblent échapper à la crise, en premier lieu, la Chine, devenue en 2009 la deuxième économie capitaliste du monde.

Le développement économique de la Chine, gouvernée par un parti qui porte le nom de communiste, sur les bases d’acquis du socialisme mais clairement suivant un mode de production capitaliste, doit être un sujet d’étude prioritaire pour notre parti.

La persistance et la montée de résistances, au nom du socialisme, notamment en Amérique Latine, à la domination du capitalisme mondialisée doit continuer à susciter notre intérêt et notre soutien. Notre solidarité avec le peuple cubain doit en particulier continuer à se renforcer, alors que l’avènement du Président Obama n’a pas modifié l’agression des Etats-Unis.

La crise est inhérente au système. Le capitalisme sait utiliser sa propre crise pour renforcer sa domination en l’absence d’un mouvement révolutionnaire suffisamment fort.

On assiste ainsi à un affrontement terrible entre le capital et le travail, à l’échelle planétaire, les uns pour maintenir et accroître leur taux de profit, les autres pour s’assurer des conditions d’existence décentes. Les gouvernements au service du capital entreprennent d’accélérer et d’aggraver brutalement, à la faveur de la crise, toutes leurs politiques antisociales qui sont pourtant à l’origine de la crise. Les mêmes recettes s’appliquent dans tous les pays, notamment d’Europe, où tous les acquis sociaux et démocratiques des peuples sont attaqués.

La Grèce sert de véritable cobaye, avant peut-être le Portugal, l’Espagne, la France. De concert, la finance internationale, les gouvernements, l’UE, le FMI, les « agences de notation » auxquelles le système donne une importance factice, veulent faire un exemple de recul social rapide, d’écrasement d’un peuple et de sa résistance. Les sacrifices exigés des travailleurs, des retraités, des jeunes grecs rejoignent toutes les mesures annoncées par les gouvernements de tous les pays d’Europe (de droite comme de « gauche ») et les dirigeants de l’UE : recul de l’âge de légal de départ à la retraite, attaques contre les droits sociaux, les salaires, contre les services publics, la santé, l’éducation…

Ils sont dans le droit fil de la stratégie du Traité européen de Lisbonne. Au nom de la « concurrence libre et non faussée », de la recherche de « compétitivité », l’UE sert de prétexte et d’instrument aux gouvernements nationaux en vue d’augmenter le profit capitaliste, par le renforcement de l’exploitation des travailleurs et par l’extension du marché capitaliste à tous les domaines qui lui échappent, services publics, protection sociale.

Devant l’aggravation rapide de cette politique, son passage à une nouvelle phase avec la situation grecque, notre congrès extraordinaire tombe à point pour affirmer notre solidarité active avec les travailleurs grecs, revoir nos positions sur l’UE, envisager, d’une façon nouvelle, la coopération internationale avec les autres partis communistes et ouvriers.

Notre congrès pourrait adopter une adresse au peuple grec. Depuis des mois, les travailleurs, leurs organisations syndicales et politiques, scandent: « Nous ne paierons pas leur crise ! ». Ce slogan apparaît plus juste que jamais avec les sacrifices exigés pour combler les dettes publiques, précisément creusées pour renflouer le capital. « Plus un sou pour la finance ! ». Exigeons l’annulation de la dette grecque ! La solidarité française peut s’exprimer de façon concrète en mettant en cause les banques françaises. Selon la Banque des règlements internationaux, elles constituent le plus gros créancier de la Grèce, à hauteur de 74 milliards de dollars. Notre revendication de nationalisation des banques rejoint ainsi l’intérêt du peuple grec. Notre solidarité s’exprime également à travers nos propres luttes contre la même politique et par la contestation de l’UE du capital.

L’UE dévoile encore plus clairement sa raison d’être, qui remonte au Traité de Rome, en faveur de la finance et des trusts. Avec le FMI et les gouvernements nationaux, elle est à la barre pour imposer les plans de recul social aux pays, similaires aux plans d’ajustements structurels qu’impose le FMI.

Profitant de la crise, l’UE tente un pas de plus dans la remise en cause des démocraties nationales. La Commission européenne prétend maintenant placer les budgets nationaux directement sous sa tutelle pour imposer le carcan de Maastricht.

Les effets de l’euro, pour lequel devraient être consentis toutes les régressions sociales, apparaissent de façon flagrante.

Ce que nous dénoncions dans les années 90, dans nos campagnes contre le traité de Maastricht, celui d’Amsterdam et la monnaie unique, se réalise exactement.

L’euro est conçu dans l’intérêt de la finance européenne. L’euro fort l’aide à spéculer, à délocaliser.

Au sein de sa zone, l’euro accentue la mise en concurrence des économies et des travailleurs. Il écrase les activités économiques en développement, notamment dans les pays périphériques, mais favorise les groupes capitalistes les plus forts, notamment en Allemagne (mais pas les travailleurs allemands). L’exemple grec illustre combien l’euro place les peuples sous la dépendance du capitalisme européen.

Comme nous mettions notre pays en garde, l’euro, loin d’unir les peuples, les dresse les uns contre les autres et attise le nationalisme. Les campagnes de dénigrement, de haine, reprenant tous les clichés xénophobes, auxquelles nous assistons, l’attestent.

Le mythe européen, celui de l’Europe « qui protège, qui unit », a de plus en plus de plomb dans l’aile, malgré les campagnes idéologiques incessantes, à tous les niveaux, pour forger un nationalisme européen.

Le rejet de l’UE unit de plus en plus fortement les peuples, après les victoires du NON aux référendums de 2005 en France et aux Pays-Bas. Nous pouvons et nous devons le caractériser comme un rejet du capitalisme européen que les peuples identifient comme source de recul économique et social et de souffrance. Les tenants de l’UE du capital tentent de canaliser cette réaction dans des partis nationalistes. Communistes, il est de notre responsabilité, en France, de ne pas laisser faire.

Aussi fermement qu’il s’est toujours battu pour le développement de coopérations mutuellement avantageuses entre les nations d’Europe (et d’ailleurs), devenu encore plus nécessaire, notre parti s’était opposé à l’Europe supranationale du capital, depuis le Traité de Rome, jusqu’à ceux de Maastricht en 1992 et Amsterdam en 1998, en passant par l’Acte unique de 1986. Nos positions, fortement ancrées dans le Parti et le pays, ont alimenté l’action décisive des communistes dans le rejet par notre peuple en 2005 du projet de constitution européenne.

Après 1997, la direction de notre parti a opéré un virage appelé alors « euroconstructif ». Le gouvernement de la gauche plurielle venait d’approuver le Traité d’Amsterdam et allait signer les conclusions du sommet de Barcelone. Ce revirement a amené la direction du PCF à abandonner la défense de la souveraineté nationale et à envisager une réforme de l’UE, allant dans le sens de « l’Europe sociale », indépendamment du droit de notre peuple à disposer de lui-même. L’adhésion au PGE, puis la collaboration avec la Confédération européenne des syndicats, CES (favorable à Lisbonne), a accentué cette évolution.

La situation présente doit nous amener, avec encore plus d’urgence, à revenir sur ces orientations, sous peine d’être en porte-à-faux avec les aspirations de notre peuple et nos propres propositions.

L’UE souffre d’un déficit croissant de légitimité. C’est tant mieux ! Elle n’est pas réformable. Ce discrédit est un point d’appui pour mettre en échec les politiques menées en son nom dans l’intérêt du capital. En France, les traités, directives et règlements européens, par exemple ceux de marchandisation des services publics n’ont pas à s’appliquer, à servir de prétextes à la politique du pouvoir.

La coopération entre les peuples ne se fera pas dans le cadre de l’UE. L’UE, mais aussi la BCE et l’ensemble de ses institutions sont conçues pour imposer un niveau supranational où les trusts sont tout puissants mais sur lequel les peuples n’ont aucune prise. Affirmons clairement que « l’UE sociale » est un leurre ! Comme la victoire du Non en France en 2005 ou la lutte héroïque des travailleurs grecs en 2010 le montrent, les luttes de chaque peuple s’enrichissent des batailles nationales et de l’internationalisme, mais non de l’acceptation du cadre supranational du capital.

L’euro avec la BCE, la seule politique européenne réellement intégrée (avec la PAC), fait la preuve de sa nocivité pour le développement économique des pays. Notre proposition d’établissement d’une monnaie commune, outil de coopération monétaire pour les échanges internationaux, contre la spéculation et pour une politique du crédit, reprend toute son actualité. Elle signifie le rétablissement des monnaies nationales et la fin de l’euro.

En parallèle avec ces changements d’orientation, doit se reposer la question de l’adhésion de notre parti au Parti de la gauche européenne.

La crise grecque oblige les media à mettre en avant une réalité : le rôle crucial joué par le Parti communiste grec dans l’intervention des masses. Le KKE a refusé d’adhérer au PGE.

L’adhésion du PCF s’est faite dans la précipitation et la confusion en 2001, avec l’avis de moins d’un quart des communistes français. Le Parti communiste portugais a également exclu d’adhérer au PGE pendant que le Parti tchèque ne souhaite pas en devenir membre à part entière.

Les communistes français doivent disposer de tous les éléments. Le PGE est un « parti européen », parrainé et financé par la Commission européenne. Au Portugal, en Grèce et ailleurs, il soutient structurellement des organisations ouvertement anticommunistes. Son adhésion à la « construction » européenne est originelle. Est-ce le meilleur cadre de coopération international pour le PCF, alors qu’il existe déjà un groupe au Parlement européen beaucoup plus ouvert, GUE-NGL, et que d’autres formes de travail communiste international se font jour ?

Depuis plusieurs années, les partis communistes de plusieurs pays d’Europe (dont le KKE et le PCP) et d’ailleurs développent des cadres d’échange et diffusent des déclarations communes sur les sujets les plus importants. La direction du PCF, sauf exception, a choisi de boycotter ce cadre sans s’en expliquer. Il est temps de réviser cette position, eu égard au développement rapide de la « crise ».

La crise du capitalisme au niveau mondial, la constitution de nouvelles puissances exacerbent la concurrence entre puissances impérialistes dans le monde. La course aux marchés, aux matières premières, minérales, énergétiques ou agricoles renforcent les tensions internationales.

La menace sur la paix mondiale que fait peser le capitalisme ne doit pas être éludée. Elle doit être une de nos préoccupations premières.

La Palestine et Israël continuent d’être un lieu de polarisation des tensions. Malgré la politique agressive d’Israël, notamment en termes de colonisation, le soutien des Etats-Unis d’Obama ne se dément pas. Notre solidarité avec le peuple palestinien et les pacifistes israéliens en faveur d’une paix juste et durable est plus que jamais d’actualité.

Les Etats-Unis s’enfoncent dans la guerre en Afghanistan. Le pays est sinistré. Les enjeux pétroliers sont évidents. La France de Sarkozy a réaffirmé son soutien à l’intervention US, décidé en 2001. Le gouvernement vient de faire réintégrer notre pays au commandement de l’OTAN. Les menaces d’agression sur l’Iran demeurent et la France a établi une base militaire à Abu-Dhabi en prévision.

Notre congrès extraordinaire doit prendre pleinement en considération ces évolutions récentes. Plus que jamais, notre parti doit exiger le retrait des troupes françaises d’Afghanistan, la fermeture des bases militaires à l’étranger, la sortie de la France de l’OTAN, de toute forme de défense « européenne » intégrée.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 21:28

Des axes politiques pour faire converger les luttes, rassembler le peuple de France, faire échec tout de suite à la politique au service du capital

 

 

La politique au service du MEDEF tente de prendre de vitesse le développement des luttes

 

 


Le capitalisme français se sert de la crise pour accélérer sa restructuration dans le cadre de la mondialisation capitaliste.

Le contraste est frappant entre le quasi maintien des profits des entreprises du CAC 40 en 2009, celui des dividendes servis à leurs actionnaires (35 milliards d’euros pour 2009) et les 600.000 suppressions d’emplois depuis 2008.

La stratégie du capitalisme pour la France, c’est le déclin des activités productives répondant aux besoins, en premier lieu industrielles.

En 15 ans, la part des produits manufacturés importés est passée de 29 à 46%.

Les choix des patrons de l’industrie automobile illustrent dramatiquement l’emballement de ce processus. La balance commerciale de la France en biens automobiles est passée d’un excédent de 12,3 milliards d’euros en 2004 à un déficit de 4,7 milliards d’euros en 2009. Malgré, ou avec, la coûteuse prime à la casse et le plan de renflouement de la trésorerie de Renault et PSA, 54.000 emplois ont été détruits en 2009 chez les constructeurs et les équipementiers français qui sont les premiers à délocaliser leurs productions.

Les grandes entreprises accentuent leur choix de l’internationalisation, le capitalisme français globalement celui de la financiarisation, mouvement qui reflète la course au taux de profit maximal à court terme par une délocalisation de la création de plus-value.

L’illusion entretenue par le pouvoir que des activités de pointe, de haute technologie, pourraient échapper à la concurrence mondialisée est contredite par les faits.

Les banques sont les premiers acteurs de ce mouvement. La crise, le déballage de milliards d’euros de pertes, a fait apparaître au plus grand nombre comment elles ont pu développer ce rôle grâce aux privatisations et aux déréglementations. Le pouvoir, soutenu par l’opposition social-démocrate, a consacré des dizaines de milliards d’euros pour leur permettre de continuer.

Dans le même temps, des groupes financiers, des fonds de pension étrangers continuent à s’emparer du capital d’entreprises françaises dans le même objectif dévastateur (fusion, reprise…). L’éloignement des centres de décision stratégiques affaiblit la position des salariés et permet au gouvernement de se défausser plus facilement de ses responsabilités.

La pression sur les conditions de travail et de rémunération des travailleurs en France s’accentue durement.

Le mouvement de filialisation et d’externalisation se poursuit. Une grande partie des PME ne sont en fait que des sous-traitants dépendant d’un seul ou de quelques donneurs d’ordre. Les bas salaires, la précarité, les difficultés d’organisation des salariés dans ces petites structures permettent une exploitation plus forte, le chantage à la délocalisation. Elles permettent aussi de capter plus facilement des aides publiques alimentant en définitive les profits des grandes entreprises.

Aujourd’hui, le capital et le MEDEF voient leur principal espace de développement sur le territoire national dans la prédation des activités qui échappent encore, totalement ou partiellement, à la loi du marché (services publics) et dans la captation des grands monopoles publics, financés par la Nation, ou de leurs activités (transports, énergie, communication…) pour en faire des multinationales capitalistes.

Toutes ces évolutions du capitalisme sont directement soutenues par l’Etat, très loin du dogme néolibéral du « moins d’Etat ». A bien des titres, nous sommes amenés à revisiter nos théories élaborées sur le Capitalisme monopoliste d’Etat.

L’avenir de l’économie nationale est dangereusement compromis. L’accélération de la désindustrialisation, sous les coups du libre-échangisme et des délocalisations, menace des filières entières. La PAC, demain sa réforme, n’en finit plus d’étrangler les petites et moyennes exploitations agricoles, pendant que Bruxelles condamne à disparaître la plus grande partie de la pêche.

Les bases du développement du pays sont attaquées avec la marchandisation et la privatisation des grands services publics, y compris la santé, l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche.

Le sous emploi, la baisse du pouvoir d’achat des salaires et des retraites, sapent les conditions d’une croissance saine, basée sur la réponse aux besoins.

 

Une vie plus dure pour le plus grand nombre

La dégradation du niveau de vie, la paupérisation de franges très larges du monde du travail, des retraités, des jeunes s’accentuent rapidement.

15 millions de foyers terminent le mois avec moins de 100 €. De plus en plus de ménages, y compris de salariés, sont confrontés à des difficultés pour faire face aux dépenses les plus quotidiennes, aux coupures d’électricité ou de gaz, aux impayés de loyer. Plus de la moitié ne part pas en vacances.

Les statistiques, même officielles, l’observent. Entre 1975 et 2008, la part des revenus du travail dans la richesse nationale est passée de 70 à 58%. Une étude de l’INSEE vient de montrer que les revenus salariaux des ménages sont retombés au niveau de la fin des années 70. Les retraites ont perdu 20% de pouvoir d’achat depuis la « réforme » Balladur de 1993.

Des territoires entiers tendent à devenir des zones de relégation et de sous-développement relatif.

Cette situation est directement liée aux choix politiques du pouvoir.

La crise a amené encore une augmentation du chômage. Plus de 7 millions de salariés sont touchés, bien au-delà des chiffres officiels, par une forme de chômage. Entre 400.000 et un million de nouveaux chômeurs vont se retrouver sans aucune indemnité.

La pression sur les salaires directs, au nom de la compétitivité ou de la dette publique, est maximale. Salaires, traitements et pensions progressent officiellement moins vite que l’inflation. Le SMIC stagne.

L’augmentation rapide des prix des biens et services de première nécessité, l’envolée des tarifs suite aux privatisations atteignent le pouvoir d’achat. Les attaques contre la Sécurité sociale et son financement par les cotisations sociales entraînent des déremboursements de soins, des hausses des mutuelles…

Les attaques aux droits du travail affaiblissent la position des salariés dans l’entreprise. L’aggravation de l’exploitation se manifeste aussi par la dégradation des conditions de travail, les atteintes à la santé au travail.

Notre action politique doit absolument prendre mieux en compte de cette évolution, chercher davantage à donner à la souffrance et à la colère croissantes une expression et des possibilités d’action politique de classe, bien au-delà du discours compassionnel et de la « fonction tribunicienne » à laquelle on voudrait cantonner notre parti dans la « gauche ».

 

La politique cohérente, entièrement au service du capital. L’austérité a préparé l’hyperaustérité.

La politique du pouvoir, qui a choisi de s’incarner dans la personne de Nicolas Sarkozy, est toute entière au service du patronat et du capital.

L’ancien vice-président du Medef, Denis Kessler, l’ancien conseiller de Mitterrand, Jacques Attali en ont donné la visée globale, la cohérence structurelle : la destruction systématique de tous les acquis sociaux et démocratiques arrachés par notre peuple depuis la Libération et l’application (partielle) du programme du Conseil national de la Résistance, sinon depuis la Révolution.

A un rythme déjà accéléré après l’élection de 2007, le pouvoir sarkozyste a aggravé la politique des gouvernements précédents.

Les classes possédantes se sont vu notamment octroyer dès l’été 2007 un « paquet fiscal » de 12 milliards d’euros qui va très au-delà du seul « bouclier fiscal ».  

Le dogme de la « baisse du coût du travail », c'est-à-dire l’attaque contre les salaires, a prétexté de nouvelles exonérations de cotisations sociales au bénéfice du patronat. Elles ont atteint 32 milliards d’euros en 2009.

Cette politique a creusé les déficits du budget de l’Etat et de la Sécurité sociale, la dette publique. Avec la récession, les comptes publics se sont encore très fortement dégradés en 2009.

Le plan d’aide massif aux banques début 2009, le soi disant « plan de relance » et le « grand emprunt », dont nous contestons les finalités, maintenant le plan de soutien à l’euro ont encore massivement aggravé cette situation.

Elle sert maintenant de prétexte et d’instrument pour aller encore plus loin dans la politique de casse sociale et économique pour justifier des coupes claires dans les budgets publics et sociaux.

Avec la RGPP (révision générale des politiques publiques), dans la suite de la LOLF de 2001 (Loi organique relative aux lois de finance), le pouvoir s’est doté d’un outil pour tailler dans le vif de la fonction publique, détruire des dizaines de milliers d’emplois par an, saboter les missions publiques dans tous les domaines. Des pans entiers des secteurs publics, y compris des services de l’Etat, sont livrés aux appétits des groupes privés.

D’une manière générale, il s’applique à limiter les moyens d’action, financiers et humains, de la collectivité et à la placer sous la dépendance des milieux d’argent. C’est ainsi de plus en plus le cas des activités du nouveau « Pôle emploi ».

La réforme territoriale va dans le même sens avec un contenu gravement antidémocratique. Comme la remise en cause du statut de la fonction publique.

La politique de marchandisation et de privatisation des services publics se poursuit, notamment ceux de l’électricité, de la SNCF, menacée d’éclatement. Le gouvernement a réussi, fin 2009, à changer le statut de La Poste ouvrant la voie à la privatisation et précipitant, en pleine crise, l’une des dernières grandes institutions financières publiques vers la finance privée.

La banalisation du Livret A, livrant l’épargne populaire au privé, est allée dans le même sens. Avec la loi Boutin, elle mine les fondements du logement social.

La Loi Bachelot a préparé la nouvelle attaque, violente, contre l’hôpital public, au bénéfice du secteur marchand.

La nouvelle étape de démantèlement du système de retraite par répartition est l’un des grands projets de la fin du quinquennat.

Par tous les bouts, il s’agit de faire payer les travailleurs, de faire pression sur leurs salaires et leurs acquis. Cette attaque menace la cohésion sociale et nationale du pays et va de pair avec la remise en cause de l’égalité républicaine, de la laïcité…

Confronté à une large opposition populaire, le pouvoir accentue sa campagne idéologique pour diviser les travailleurs.

Sur des questions de société, il développe des campagnes de haine, nauséabondes et dangereuses.

Il renforce gravement l’appareil répressif, dirigé notamment contre le mouvement social.

Dans le même temps, la politique du gouvernement se caractérise aussi par une volonté renforcée d’intégrer les salariés et les organisations syndicales dans une logique de cogestion, au nom du « dialogue social », au moyen notamment de la réforme de la représentativité syndicale.

Il recherche des consensus, une union sacrée contre la crise. C’est précisément l’idée que nous voulons briser.

 

La contestation grandit - Les luttes se développent et cherchent les voies de leur convergence

Le pouvoir sarkozyste ne remporte pas la bataille idéologique.

La domination capitaliste et ses effets, encore davantage avec les scandales de la crise financière, suscite une opposition massive dans le pays, une conviction de plus en plus large que ce système est incapable de répondre aux besoins et est dangereux.

Selon plusieurs enquêtes, pour 71% de la population, le terme « capitalisme » évoque quelque chose de négatif, un sentiment qui transcende les générations et les catégories sociales. Une majorité de Français jugent le capitalisme comme un système inégalitaire. Notre peuple identifie donc très clairement quels sont les bénéficiaires du système – de l’économie de marché - les actionnaires, et les principales victimes  - le monde du travail, les salariés.

Dans ses limites, cet état de l’opinion ouvre objectivement la voie à une plus grande adhésion aux fondements théoriques de notre parti, à nos idées communistes, à la dénonciation du caractère de classe de l’ensemble de la politique du pouvoir.

Les élections régionales ont montré l’absence de soutien populaire au gouvernement mais aussi l’absence de débouché politique au mouvement social.

Nous avions déjà pu caractériser la victoire électorale de Sarkozy en 2007 comme une victoire par défaut plus que comme un soutien à sa politique. Trois ans plus tard, l’UMP vient de subir un véritable désaveu aux élections régionales. Moins de 1 électeur inscrit sur 7 a voté pour le seul parti qui soutient le gouvernement.

Mais la sanction s’est exprimée avant tout par l’abstention, en particulier de ceux qui sont le plus frappés par la politique du pouvoir, plus de 60% en moyenne mais jusqu’à 75 ou 80% dans certains quartiers.

Ensuite seulement, le bénéficiaire politique du vote-sanction est le bloc PS-Europe écologie qui gagne les élections mais qui recule en suffrages exprimés sur 2004. Il gagne les élections sans avoir réussi ni cherché à représenter une véritable alternative.

L’autre bénéficiaire est le FN qui connaît une inquiétante remontée. Les campagnes de haine propagées par le gouvernement, contre les immigrés notamment, ont directement alimenté ce vote déversoir de la colère populaire.

Comme nous l’avons constaté plus haut, notre parti, dans le cadre du Front de gauche, n’a pas réussi à représenter un relais à la contestation et aux luttes. Là où la comparaison est possible avec le PCF en 2004, le plus souvent le Front de gauche stagne en pourcentage, recule en voix, en particulier dans les couches populaires.

Notre préoccupation constante doit devenir une priorité absolue : comment retisser à nouveau les liens avec les habitants des quartiers populaires, les jeunes, premières victimes de la « guerre économique » que nous livrent les forces du capital ? Comment notre parti contribue-il à construire l’alternative politique à partir des luttes, à les renforcer, à réaliser leur convergence pour mettre en échec la politique au service du capital ?  

Le 21 mars 2010, le deuxième tour des régionales se déroulait sans enthousiasme dans une grande indifférence des masses. Le 23 mars, 800.000 salariés, jeunes et retraités manifestaient dans les rues pour les retraites, l’emploi et les salaires. Cette contradiction doit être au cœur de nos préoccupations.

Les luttes sociales portent la contestation politique

La persistance et le renforcement du mouvement populaire sont un trait marquant de la situation du pays. Il se situe dans la continuité notamment des grandes grèves de 1995, de la bataille de 2003 pour les retraites, de 2004 contre la privatisation d’EDF et GDF, de 2007 contre le CPE.

Depuis 2008, les luttes se développent dans des secteurs d’activité de plus en plus diversifiés : industrie, commerce, transports, énergie, éducation, hôpital ou encore culture, justice, petite enfance, audiovisuel… 

De très nombreuses luttes ont lieu dans les usines, souvent contre les délocalisations. Molex, Goodyear, Continental, Total-Dunkerque, Caterpillar… sont devenus des symboles de la résistance ouvrière. Les media se sont évertués à en réduire le résultat aux primes de licenciement arrachées aux patrons pour masquer la revendication fondamentale : celle du maintien de l’appareil productif.

Dans les services publics, des luttes dures, de haut niveau ont été menées par exemple à la SNCF contre la privatisation rampante, dans la distribution d’électricité et de gaz.

Les luttes pour la régularisation des sans papiers placent de plus en plus au centre la solidarité entre travailleurs.

L’autre trait marquant, c’est le caractère d’intérêt général de la plupart des luttes : pour les services publics, la protection sociale, pour le droit du travail, pour les salaires…

Elles revêtent objectivement un caractère politique de contestation de la domination capitaliste et de ses effets. Les convergences d’intérêt sont de plus en plus flagrantes. L’aspiration à des convergences de lutte devient une exigence.

Au printemps 2009, l’opposition à la Loi Bachelot a commencé à rassembler largement tous les personnels hospitaliers, médecins compris, et des usagers pour la défense de l’hôpital public.

L’opposition à la transformation de la Poste en société anonyme, à l’automne, a montré les possibilités de rassemblement des salariés et des usagers pour combattre la privatisation.

La bataille qui s’annonce pour défendre les retraites peut et doit rassembler très largement.

Pour autant, nous devons analyser l’échec des grands rassemblements de 2009. Le 29 janvier 2009, puis le 19 mars 2009, près de deux millions de salariés, retraités et jeunes ont fait grève et manifesté ensemble. Mais le mouvement s’est ensuite essoufflé jusqu’en juin sans obtenir de résultat. L’unité des organisations syndicales, c’est un constat, ne garantit pas le rassemblement dans la lutte et les convergences décisives pour gagner.

Surtout le mouvement social se heurte à l’absence de débouché politique. Face à la contestation populaire, le pouvoir ruse, esquive, recule parfois d’un pas mais parvient à continuer à avancer sa politique. Dans les media, tout est renvoyé à un hypothétique changement en 2012.

Les luttent butent sur l’absence de perspective d’alternative politique et, en même temps portent l’alternative politique, elles-mêmes, et tout de suite. Cette contradiction est au centre des responsabilités considérables, historiques du PCF.

 

Quel rassemblement devons-nous contribuer à construire ?

Notre perspective de rassemblement ne peut pas être la victoire de la « gauche unie » en 2012.

Les luttes se heurtent précisément au consensus persistant des forces politiques de l’alternance sur les questions économiques et sociales principales. Le PS a approuvé le plan de renflouement des banques. Sur les retraites, le PS peine à se différencier du gouvernement et envisage à terme un financement entièrement fiscalisé (fusion CSG et impôt sur le revenu), exonérant entièrement le patronat. Etc.  Au cœur du consensus avec l’UMP se trouve le vote au Parlement, le 4 février 2008, bafouant l’expression souveraine du peuple, en faveur du traité de Lisbonne.

Le système politique, aggravé par le quinquennat, essaie de structurer toute la vie politique autour de l’élection présidentielle et de la bipolarisation entre les deux forces de l’alternance. Nous devons nous écarter entièrement de ce modèle. Pouvons-nous imaginer nous rallier à l’actuel président du FMI, au nom du choix le moins mauvais ? Non !

Nous avons aussi l’expérience de la « gauche plurielle » entre 1997 et 2002 quand, au nom du « tirer le PS à gauche », notre parti s’est si gravement et durablement discrédité par son alignement sur le PS et sa politique de gestion loyale des affaires du patronat.

L’alliance avec le Modem, dans ne nombreuses villes, aux municipales de 2008, était un signe inacceptable de l’orientation « social-libérale » du PS. L’absence d’alliance avec le Modem, après l’effondrement électoral de celui-ci, n’est en rien gage de réorientation du PS.

Nous devons aussi analyser le rôle joué par Europe Ecologie, partenaire privilégié du PS, menée par l’anticommuniste pro-UE, Cohn Bendit, dans la canalisation de l’électorat en 2012 vers le « social-libéralisme ».

En aucun cas, ces ne considérations signifient que nous mettons un trait d’égalité entre le PS et la droite. Des alliances locales existent sur une base contractuelle, au bénéfice des populations.

Nous souhaitons aussi l’unité d’action à la base sur des sujets précis, mais pas à n’importe quel prix, sinon elle devient nuisible.

Comment défendre les services publics avec ceux qui les ont privatisés et soutiennent les directives européennes de marchandisation de ces activités essentielles ?

Nous devons tirer les enseignements de la « votation citoyenne » contre le changement de statut de La Poste. Grâce notamment à l’action des militants communistes, elle a permis à des centaines de milliers d’usagers de s’exprimer contre le processus de privatisation. Dans le même temps, refusant de mettre en cause la marchandisation du courrier, pour ne pas gêner le PS, renvoyant, par le vote, à des échéances électorales, elle n’a pas permis de contredire le gouvernement entièrement sur le fond et de consolider le mouvement des postiers.  

Le « Front de gauche » ne peut pas porter le rassemblement efficace contre la politique du pouvoir.

Comme nous l’avons analysé plus haut, aujourd’hui, le Front de gauche s’inscrit dans une perspective et une problématique essentiellement électoralistes et politiciennes, dénuées d’un projet initial de transformation de la société et alignée sur la social-démocratie.

Le Front de gauche ne peut pas non plus devenir un « Front populaire du 21ème siècle ».

Le Front populaire était un mouvement alliant de grands partis, ayant un ancrage de masse. Le regroupement hétéroclite de groupuscules et de la petite fraction du PS, détachée au PG, dans le Front de gauche ne présente pas ce caractère.

Aucune autre formation politique ne s’impose comme partenaire potentiel d’une telle coordination. Le résultat du NPA aux régionales a montré combien, sans complaisance médiatique, il se réduisait à une organisation peu nombreuse, profondément divisée, venant d’abandonner ses références communistes et révolutionnaires, tout en restant dans les faits fidèle à l’engagement anti-PCF historique de la LCR.

Ces constats n’empêchent en rien la possibilité d’unité ponctuelle sur des actions précises.

Le Front populaire s’était aussi constitué sur la base de la progression dynamique du PCF. Au contraire, le Front de gauche marque la suite du processus d’effacement du Parti, sans compter les ambitions d’OPA électorale de Mélenchon.

Le 34ème congrès a réaffirmé la validité de la forme parti et la nécessité de l’existence du PCF. En tant que communistes, nous portons une attention particulière aux militants et dirigeants syndicaux dont les combats rejoignent les nôtres. Mais en cohérence avec notre analyse, nous leur proposons, sur le plan politique, de travailler avec nous, de nous rejoindre mais non de constituer un autre type d’organisation ou un autre parti, le « Front de gauche » qui supplanterait le PCF. 

Le « Front de gauche » poursuivant la stratégie d’effacement du PCF et de son identité révolutionnaire ne représente en rien une forme de rassemblement efficace pour contribuer à mettre en échec la politique du pouvoir.

Nous pensons, que sur la base de lutte et de campagnes de masse, d’une organisation communiste revivifiée, il y a un avenir pour un renouveau de l’influence du PCF.

Faire vivre et renforcer le PCF, ce n’est pas le choix de l’isolement au contraire. Aujourd’hui, c’est même notre priorité pour contribuer au rassemblement des travailleurs, du peuple de France contre la politique du pouvoir.

Ce choix implique de faire l’analyse des raisons du recul de notre parti depuis les 90, du naufrage de la candidature Hue en 2002 puis de celle de la « gauche populaire et antilibérale » aux présidentielles de 2007.

Mais un parti comme le nôtre, avec ses fondements de parti de classe, son histoire de parti de masse – et les expériences auxquelles nous avons contribué depuis les années 30 – peut et doit avoir l’ambition de construire les rassemblements populaires larges, majoritaires pour résister et pour gagner une politique en rupture avec l’aménagement du capitalisme.

 

Lancer des campagnes de lutte nationale rassembleuses

Notre parti a vocation à intervenir sur tous les sujets politiques pour construire, par ses propositions, ses actions dans les luttes, les rassemblements qui mettent en échec le pouvoir au service du capital.

Pour les mois qui viennent, notre congrès extraordinaire pourrait annoncer des initiatives de masse sur plusieurs batailles prioritaires.

- Sur la question des retraites : pour la défense de la retraite à 60 ans (55 ans pour les métiers pénibles), la diminution de la durée de cotisation (retour sur l’application de la loi Fillon de 2003 et abrogation de la loi Balladur-Veil de 1993), le maintien du code des pensions de la fonction publique, pour la suppression des exonérations de cotisations sociales patronales, pour la défense du financement solidaire des retraites par la cotisation sociale, la part socialisée du salaires, prélevée directement, sans accumulation financière, sur la création de richesse. La priorité du Medef est précisément la remise en cause de la cotisation sociale.

- Pour la défense et la reconquête des services publics, des entreprises nationalisées avec la (re)nationalisation des secteurs clefs de l’économie, la reconquête et l’extension (ex : l’eau) des monopoles publics acquis à la Libération, contre l’application des directives européennes de mise en concurrence, illégitimes. Nous devons être plus clairs et plus offensifs qu’avec l’objectif vague de création de « pôles public ». Nous pourrions par exemple décider d’une action nationale contre l’augmentation des tarifs du gaz et de l’électricité en lien avec l’exigence de renationalisation d’EDF et de GDF et de fusion de ces entreprises.

- En particulier, nous voulons mobiliser pour la nationalisation des banques et des établissements de crédit.

- Nous voulons engager une vaste campagne contre la RGPP, pour la défense du statut de la fonction publique, pour une réforme de la fiscalité.

- Nous voulons être à l’offensive contre la réforme des collectivités territoriales, c’est un enjeu décisif pour la démocratie, notamment pour la défense des communes.

- Nous voulons construire des mobilisations globales pour la défense des filières productrices, industrielles et agricoles, réunissant salariés, travailleurs des grandes entreprises et des sous-traitants, populations.

Notre congrès extraordinaire pourrait décider de l’élaboration d’un programme du Parti d’ici le congrès ordinaire de juin 2011.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 21:26

un point d’appui irremplaçable pour les luttes :

le vote communiste

 


Des élections cantonales auront lieu dans la moitié du pays en mars 2011. Après notre congrès de juin 2011, des élections sénatoriales se tiendront en septembre, puis les présidentielles et législatives en avril et juin 2012.

Pour les communistes, les luttes sociales ne s’opposent pas au moment électoral, les élections étant une étape dans le combat politique. Le développement des luttes doit pouvoir trouver un débouché politique, c’est tout le sens et la spécificité du vote communiste. Le mouvement populaire et toutes celles et ceux qui luttent aujourd’hui seraient plus forts avec un PCF plus influent, avec davantage d’élus communistes. Ils sont un point d’appui incontournable pour le développement des luttes et leur convergence.

 

Ne pas semer d’illusions pour 2012 !

L’établissement du quinquennat en 2000 a renforcé la polarisation de la vie politique autour de l’élection présidentielle. Le premier objectif recherché par les partis de l’alternance était de laisser des périodes de 5 ans aux gouvernements sans sanction populaire possible par les urnes. Le second était de réduire la vie politique à une élection bipolarisée et biaisée par le choix d’un individu.

Adversaire depuis l’origine de l’élection du Président de la République au suffrage universel, le PCF doit continuer à dénoncer avec force ce système dans le cadre de ses propositions de réformes des institutions.

La personnification du pouvoir et de sa politique est mise en scène à outrance derrière la figure de Nicolas Sarkozy. Ses méthodes personnelles y contribuent.

Mais nous devons nous opposer à ce que l’aspiration au changement de politique se réduise à l’objectif de battre Sarkozy en 2012 et même à celui de battre la droite. C’est nécessaire mais loin d’être suffisant.

Ne renvoyons pas tout au rendez-vous électoral de 2012 ! L’alternative politique part des luttes de 2010 et de 2011.

Ne cultivons pas d’illusion sur la « nouvelle ère politique, sociale et démocratique » qui pourrait s’ouvrir en 2012 ! Elle est inimaginable à partir de l’unité derrière le PS des formations de gauche et des Verts.

L’idée prétendant peser pour « tirer à gauche » la social-démocratie en allant avec elle a montré qu’elle aboutissait au contraire à notre alignement sur elle comme caution de gauche et à notre décrédibilisation. Nous nous souvenons de la période 1997-2002 et de l’état dans lequel en est ressorti le Parti.

Aussi préparer un « projet de gouvernement » pour l’après 2012 avec le « Front de gauche », c’est aller dans la même impasse. Bien sûr, le PCF a besoin d’un programme qui mette en cohérence ses axes de lutte, ses propositions et son projet révolutionnaire.

Mais nous avons tiré les enseignements du programme commun de gouvernement, combien il avait favorisé le PS et détourné les travailleurs du premier lieu de la bataille politique, les luttes.

De surcroît, il ne s’agit plus d’ici 2012 avec le projet du Front de gauche, de jouer un rôle majeur dans un futur gouvernement, comme on l’imaginait dans les années 70, mais celui d’une force d’appoint. Cette démarche reproduit donc l’expérience en pire en canalisant électoralement à gauche vers le PS et en faisant le jeu au sein du Front des éléments non communistes, Mélenchon en tête.

 

Annoncer dès maintenant une candidature présentée par le PCF

C’est dans l’ensemble de ce contexte, à côté de notre action prioritaire dans les luttes, que nous devons envisager la candidature que nous soutiendrons aux présidentielles. Même malgré nous, la question est déjà posée, omniprésente. Nous n’y échapperons pas, d’autant moins que la démarche du « Front de gauche » a déjà placé Mélenchon dans l’orbite de 2012 et qu’il ne manquera pas un instant de nous le rappeler.

En premier lieu, notre réflexion n’a de sens qu’en relation avec nos axes de luttes que l’élection doit prolonger et avec la perspective politique que nous portons.

Cela implique déjà d’écarter toute hypothèse de candidature unique de la gauche, derrière la social-démocratie.

Les méfaits du système présidentiel s’étendent à toute la vie politique. A la « gauche de la gauche », nous avons déjà vécu avant 2007 la concurrence lamentable que se sont livrée plusieurs « personnalités ». Pour 2012, Mélenchon n’est pas le seul prétendant sur les rangs.

Cette logique de « concours de miss » rabaisse le combat politique à des combines politiciennes et laisse en définitive la décision aux sondages et à la complaisance des media.

Après l’échec interminable et paralysant des « Collectifs antilibéraux », la candidature tardive, presque à contre cœur de Marie-George Buffet, candidate de la « gauche populaire antilibérale », alors en congé de direction du PCF, en 2007, a abouti au désastre que l’on sait.

On l’a vu aussi plus haut, la question de l’affirmation du PCF, en tant que tel, est également une question majeure, contre le processus d’effacement. Nous refusons que des élections servent de moyen pour forcer un processus de recomposition politique effaçant et affaiblissant le PCF et son expression.

Pour toutes ces raisons, dans cette situation précise, notre parti doit annoncer la présence d’une candidature du PCF, de rassemblement, aux présidentielles de 2012, dont il choisira le nom au congrès ordinaire de juin 2011.

Pour les mêmes raisons, pour les élections cantonales et législatives, dans le respect des prérogatives statutaires des organisations du Parti, nous nous prononçons pour des candidatures de rassemblement, communistes ou apparentées, présentées par le PCF.

L’existence d’un groupe communiste à l’Assemblée nationale est un enjeu primordial. Le nouveau règlement a ramené à 15 le nombre d’élus nécessaire pour constituer un groupe. Il n’y a plus aucun prétexte possible pour que le groupe où siègent actuellement les députés communistes ignore toute référence communiste et fasse la part belle aux Verts.

Partager cet article
Repost0