Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 18:25

Motion adoptée le 28 avril 2011 par la section du PCF de Lavaur (Tarn)

Les camarades  ont  souhaité mettre par écrit leur analyse de la situation politique et leur avis sur la préparation de l’élection présidentielle :

Pour la 3ème fois consécutive, le Front de gauche n’a pas fait la preuve de sa capacité à rassembler puisqu’il fait 120000 voix de moins que le PCF en 2004 et 350 000 voix de moins par rapport à 2008.

Pourtant les communistes ne sont pas invités à faire un bilan sérieux de cette stratégie de fusion du PCF  au premier tour  dans le Front de gauche. La direction annonce  systématiquement après chaque élection que c’est un succès et qu’il faut continuer. Or aucun congrès n’a mis cette stratégie en discussion. Tout est fait pour forcer la main aux adhérents, et les contraindre à choisir lors de la consultation du mois de juin entre  Mélenchon et André Chassaigne, tous deux partisans du front de gauche.

Dans le même temps pour faire semblant d’être démocratique, la direction  nous demande de prendre des initiatives  pour  construire avec les citoyens  un “programme partagé”!

Ces méthodes choquent et démobilisent les militants.

Des luttes se mènent dans tous les secteurs, le mécontentement est profond en France, les peuples d’Afrique du Nord cherchent les chemins de leur émancipation dans des mouvements durement réprimés. Quel est le positionnement de notre direction, quelles actions fortes en rupture avec le capitalisme propose-t-elle? Aucune. La seule activité consiste à négocier avec les partenaires du Front de gauche  pour les législatives.

Il n’est pas étonnant que la moitié des électeurs s’abstiennent, que d’autres notamment des jeunes ne se fassent pas inscrire et que 36% (des votants) selon les sondages votent FN parmi les ouvriers.

C’est bien parce que notre Parti au plan national ne se pose plus comme le défenseur des plus exploités, ne cherche plus à rassembler sur des mots d’ordre en rupture avec le capitalisme, des mots d’ordre qui permettent aux salariés de se défendre, et d'acquérir la conscience politique nécessaire pour en finir avec la société capitaliste.

Le Front de gauche n’est qu’une machine électoraliste tournée vers le PS; c'est l'ossature même de la stratégie de compromis imposée aux communistes par notre direction.

La direction, ayant abandonné la théorie marxiste est en train d’opérer la métamorphose du Parti rejetée par les adhérents en le transformant en un parti comme les autres uniquement orienté vers les élections et les enjeux institutionnels.

Cette orientation politicienne contribue à l’abaissement du débat politique et le réflexe  « tout sauf Sarko » favorisant la social-démocratie et les désillusions.

Les camarades sont bouleversés à l’idée qu’ils ne pourront plus voter communiste si la direction continue d’imposer sa stratégie de front de gauche.

Nous n’avons rien à faire avec ce maastrichien qui est pour l’intervention militaire en Libye, ni avec tel ou tel dirigeant du PG, qui utilise notre logo le temps d’une élection pour tromper les électeurs tout en disant que nous sommes morts.

Nous demandons à notre direction d’abandonner cette stratégie du Front de gauche si éloignée de la raison d’être du PCF et toute stratégie d’effacement de notre parti.

La dilution-disparition du PCF dans le Front de gauche laisserait le champ libre à la droite et au PS. Ce serait catastrophique pour les travailleurs qui n’auraient plus d’outil idéologique et politique pour se battre.

La même stratégie en Espagne et en Italie a abouti à la quasi-disparition du PC que certains camarades essaient de reconstituer dans certaines régions d’Espagne.

En conclusion, nous voulons en finir avec une stratégie électoraliste : les élections ne doivent être qu’une  occasion de relayer la stratégie révolutionnaire du parti dans les luttes.  

Nous ne voulons pas d’une participation à un gouvernement de la gauche plurielle.

Nous voulons un Parti qui assume son rôle : rassembler les exploités sur des mots d’ordre de lutte dans le but de la transformation de la société ; se battre pour une société socialiste.

Nous voulons un Parti de lutte qui organise des actions pour les renationalisations en premier lieu  celle des banques.  

Nous voulons un Parti qui rejette l’UE du capital et l’illusion de l’Europe sociale.

Nous voulons un Parti qui affirme sa solidarité internationaliste par des actions.

Des camarades se souviennent des actions menées en solidarité avec le peuple algérien et le peuple vietnamien.

Les révolutions arabes nous interpellent, notre devoir est de mobiliser le peuple français et d'organiser la solidarité avec les peuples arabes en marche vers la démocratie contre l'alliance entre l’impérialisme, les régimes réactionnaires arabes et Israël.

Au delà des déclarations de foi. On ne doit pas laisser ces peuples seuls face aux régimes arabes en place et aux anciennes puissances coloniales, qui veulent établir un nouvel ordre impérialiste au niveau mondial, en l'occurrence en Afrique du Nord. La lutte des classes est aussi internationale.

Pour nous le renforcement du PCF sur le plan idéologique et politique est une priorité.

C’est  pourquoi les animateurs de notre section ont décidé de soutenir la candidature d’Emmanuel Dang Tran pour l’élection présidentielle de 2012.

Nous demandons que le bulletin de vote comporte les noms de tous les candidats et que le texte expliquant les raisons de la candidature d’Emmanuel soit envoyé à tous les adhérents.

Motion de la section de Lavaur réunie le 28/04/11

Partager cet article
Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 17:48

Mélenchon en off : courtois avec Marine Le Pen et complice avec Rachida Dati

 

 

Est-ce que cette vidéo ne donne vraiment, vraiment pas l'impression qu'en dehors du théâtre politique, les protagonistes, le masque tombé, sont amis et complices ?


"Je veux, compte tenu de ce qu'est mon projet politique, détruire l'autorité des grands appareils qui contraignent à l'idéologie dominante. Il y en a deux : les médias et les instituts de sondage. Après, il y a le reste : la publicité et le divertissement", dit Mélenchon aux caméras de Direct 8, cité par cet article du Point.

 

Détruire leur autorité... au delà de ce que le projet peut avoir de "Don Quichottesque" (et de sympathique), que se passerait-il alors si les médias montraient l'envers du théâtre politique ? L'envers des postures, des dramatisations spectaculaires des grands thèmes de l'actualité et des convictions apparentes ? Derrière le pourfendeur des médias, ne découvrirait-on pas un Mélenchon acteur parmi d'autres, riant avec ses collègues, en off, dans les coulisses du théàtre qu'on nous donne à voir ?

 

Regardez cet extrait où Mélenchon parle avec Marine Le Pen sans agressivité et tutoie Rachida Dati dans les couloirs du Parlement européen. Une vidéo extraite de l'émission "Portraits de campagne", diffusée le 2 avril et présentée par Valérie Trierwieler, la compagne de François Hollande.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 21:30

Pourquoi nous soumettons la candidature d’Emmanuel Dang Tran au vote des communistes de juin 2011

L'intégralité du texte EN PDF

Ils s'associent à la lettre de candidature : liste complète en lien

 

Pour signer, renvoyer un mail à vivelepcf@orange.fr

 

34 : Raymond CUBELLS, Béziers ; 57 : Jean-Yves SCHAAF, Hayange, conseiller municipal délégué ; 61 : Dominique VAUJOIE, Tinchebray, candidat PCF aux cantonales ; 75 : Régine CORADIN, XVème, hôp. Necker ; Camille COVACHO, XVème ; Paul COVACHO, XVème ; Daniel DICONNE, XVème ; Stéphane DICONNE, XVème ; Pierre GASSANNE, XVème ; Edmond JANSSEN, XIIIème ; Paule PETIT, XVème ; Monique ROUGIEUX, XXème ; Nicole SOLET, XVème ; 87 : Daniel CHATEIL, Limoges ;  93 : Alfred HERRERO, Bagnolet ; Gisèle HERRERO, Bagnolet ; 94 : Raymond LEBERRUYER, Fontenay ; Etranger : Régis ROULLET, Hô-Chi-Minh-Ville

Partager cet article
Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 17:59

Serge FRICOUT

Membre du CD

 

 

 

 

A l'attention de Laurent PEREA

Secrétaire Fédéral

PCF 24

 

 

 

Cher Camarade,

 

 

Après la lecture à tête reposée des comptes-rendus du CN des 8 & 9 avril dernier, des débats qui ont suivi et de la résolution, de nombreuses questions se posent aux membres du PCF ; pour ma part, je t'informe de ma position.

 

En 1er lieu, je crois que le débat a montré dans la diversité des interventions qu'y compris dans le CN, nombre de camarades ont des difficultés à concevoir qu'on leur enlève leur droit premier qui est celui de décider en toute connaissance de cause.

 

D'aucuns dans la discussion disent refuser de signer un chèque en blanc, d'autres n'admettent pas que les orientations du Front de Gauche aient été signées avant le CN (ce qui devient une pratique récurrente) d'autres encore refusent le chantage à la candidature.

 

Enfin, certains affirment que la démarche de l'accord FdG n'est pas acceptable mettant en avant le fait que la souveraineté des communistes doit être assurée sur l'accord et les candidatures ; d'ailleurs, le vote de la résolution marque bien s'il en était besoin les difficultés dans lesquelles se trouvent nos dirigeants.

 

En second lieu, je voudrai aborder la question du contenu. A sa lecture, on comprend mieux les déclarations ci-dessus.

 

En effet, dans cette déclaration, on nous parle d'alternative mais toujours pas de changement comme si nos concitoyens avaient besoins de parti politique marchant sur des oeufs, acceptant le système actuel ou ne cherchant qu'à l'améliorer à la marge en ces temps de difficultés de tous ordres.

 

Ensuite, celle-ci aborde le programme partagé sachant que celui-ci est encore une fois négocié au sommet dans des tractations qui n'en finissent pas et n'est pas définitif, on nous propose qu'il soit mis à l'appréciation du PCF.

 

Une telle opacité  déconcerte mais au fait, avec quels documents votés et actés la délégation du PCF intervient-elle dans ces réunions ? En fait, avec quel programme ?

 

Car il me semble en dernier lieu que la maitrise des enjeux, du sens et des objectifs doit porter l'engagement communiste et non pas celui de quelques personnalités.

 

Il est également demandé que le PCF et ses adhérents investissent pleinement la démarche FdG. Y aurait-il chez certains dirigeants du PCF des doutes à ce sujet ?

 

Seraient-ils en train de sous-entendre qu'après les expériences européennes, régionales etc... une certaine défiance s'installe. Préviendraient-ils une remise en cause ou tout simplement auraient-ils peur du débat de fond ?

… / …

 

D'autant qu'on nous annonce après les comités, les forums et tutti quanti la création de « collectifs de circonscription » ou « ateliers législatifs ». Cela n'irait-il pas dans le sens d'une organisation parallèle qui supplanterait le PCF ?

 

Il est écrit noir sur blanc plus loin que l'objectif essentiel est d'aboutir à un groupe FdG à l'Assemblée et bien entendu au Sénat avec une composante du PCF.

 

Cela ne sous tend-il pas de fait la fin des groupes PCF et donc de son expression politique au niveau de la représentation nationale ?

 

Le 3ème point aborde le sujet des élections, une petite observation en introduction : l'on peut dire que les présidentielles sont imposées dans le débat public par les autres partis et les médias.

 

Sachant que notre direction rentre dans ce jeu, cela ne peut que nous inquiéter concernant notre engagement politique s'appuyant sur l'avis des adhérents, le débat sur les idées.

 

Cette façon de faire de la politique est-elle aussi remise en cause aux risques d'avoir des conséquences déterminantes sur l'avenir du PCF pendant cette période jusqu'en 2012 ?

 

Pourquoi dans ce cadre avoir annulé la tenue du congrès ordinaire qui aurait permis d'aborder les questions de fond en mettant en avant la souveraineté des adhérents ?

 

Quand à la façon dont la déclaration aborde les candidatures pour cette élection, elle me laisse un goût amer dans la bouche. D'un coté, on affirme que l'essentiel des discussions des communistes doit porter sur le choix entre 2 candidats étiquetés FdG, donc on ne parle plus de contenu, de perspectives, d'idées.

 

Ces deux « favoris » seraient-ils d'accord sur tout ?

 

Alors, pourquoi deux candidatures pour les mêmes choix stratégiques ? Voudrait-on tromper nos camarades sur la marchandise alors qu'il nous faudrait baser notre réflexion sur 3 axes importants pour l'avenir de la population et d'un véritable changement :

 

  • le PCF  pour une rupture avec la politique du capital s'appuyant sur les luttes, pas pour une nouvelle gauche plurielle derrière le PS
  •  
  • le PCF contre l'UE du capital, la tromperie réformiste de l'Europe sociale donc un PCF pour la sortie de l'UE
  •  
  • le rassemblement avec un PCF renforcé et non dilué et transformé dans un FdG à dominante sociale-démocrate

 

d'autant qu'on écrit plus loin qu'il faut une exigence claire : respecter l'adresse aux communistes de janvier qui ne met en avant qu'une stratégie électoraliste de bon ton dans le débat actuel.

 

Pour finir, on nous dit que tous les documents seront à notre disposition, j'attends cela avec impatience, espérant que les 4 candidats voire moins seront traités sur le même pied d'égalité et que nous pourrons nous déterminer en ayant tous les éléments.

 

Comme tu peux le voir, ce débat n'est pas terminé ; Laurent DOUSSEAU me dit souvent que j'ai tendance à noircir le tableau mais il vaut mieux prévenir que guérir d'autant que ces dernières années le vécu de notre Parti  doit nous laisser sur nos gardes.

 

Si quelque chose n'existe plus, on ne peut rien faire pour le sauver ; la nature a horreur du vide et à force d'effacer l'image du PCF du paysage politique, on laisse tout loisir aux autres partis de dessiner l'avenir de nos concitoyens pour le pire et surtout pas pour le meilleur.

 

Reçois, Cher Camarade, mes fraternelles salutations.

 

Serge FRICOUT

Partager cet article
Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 17:22

Remettre en cause le « Pacte pour l’euro » sans remettre en cause l’euro : impossible !

 

par vivelepcf

 

Le PCF n’a rien à faire avec le PS et la CES pour justifier l’euro du capital

 

Le 24 mars 2011, les gouvernements des pays de l’UE, de droite ou sociaux-démocrates, ont adopté le « Pacte pour l’euro ».

Les travailleurs ne seront pas surpris de son contenu, conforme à tout ce qui vient de l’UE. Le Pacte vise à engager les pays membres à aggraver la politique d’austérité, de gel ou de baisse des salaires, de réduction des dépenses publiques et sociales, de remise en cause des systèmes publics de retraites etc. C'est-à-dire la politique que chacun des gouvernements met déjà en œuvre dans les conditions de son pays.

 

Plusieurs voix se font entendre pour contester le Pacte. En France, les dirigeants du Front de gauche, dont ceux du PCF, organisent un meeting « européen » le 3 mai pour « arrêter le pacte de super-austérité de Sarkozy-Merkel dit Pacte pour l’euro ». Le PS s’y oppose aussi, dénonçant l’austérité, regrettant que rien ne soit prévu, dit Martine Aubry, « pour mieux réguler le capitalisme, faire participer les profits à la solidarité ou taxer le capital ».

La gauche française rejoint la Confédération européenne des syndicats, la CES, qui réclame un « pacte en faveur de plus d’équité, contre l’austérité » et organise des « europrotestations paisibles » dans plusieurs capitales d’Europe.

Le Front de gauche et le Parti de la gauche européenne, présidé par Pierre Laurent y appellent avec insistance.

 

Evidemment, les communistes doivent être les premiers à combattre les politiques d’austérité au service du capital. Mais la question est de savoir à quel niveau doit se placer l’action. Pouvons-nous nous exprimer avec et sur la base des positions de ceux, PS et CES, qui sont des promoteurs de Maastricht et du Traité de Lisbonne que le Pacte ne fait que prolonger ?

Notre réponse, c’est non.

 

Avant le Pacte pour l’euro, nous avons connu le Pacte de stabilité, également conçu pour la mise en place de la monnaie unique.

Il n’a quasiment jamais été respecté par les pays de la zone euro mais a toujours fonctionné dans un sens unique contre les travailleurs. Les gouvernements nationaux ont bien su l’utiliser comme prétexte pour couper dans les dépenses publiques et sociales, pour privatiser. Jamais au contraire, ils n’ont autant augmenté les cadeaux fiscaux et les déductions de cotisations sociales qui, pourtant, creusent les déficits publics et alimentent la dette publique dont le Pacte devait prémunir.

Le Pacte pour l’euro servira, de même, de prétexte « d’en haut » pour imposer les politiques antisociales, combattues dans tous les pays par des luttes puissantes, comme celle que nous avons connue pour les retraites.

Ces luttes, au niveau national où existe et se construit le rapport de force, sont les seules décisives, toute victoire dans un pays aidant un autre comme on le voit dans le monde arabe.

 

Le Pacte va n’être qu’un prétexte de plus pour mettre en œuvre les politiques d’austérité, l’UE du capital dispose d’un instrument pour les imposer : l’euro, la monnaie unique.

On ne devrait pas dire le « Pacte pour l’euro » mais plutôt « l’euro pour le pacte » !

 

Au moyen de quoi, le capital mondial saigne le peuple grec, le peuple portugais ou le peuple irlandais : avec l’euro !

L’euro renforce la mise en concurrence directe des travailleurs des différents pays et écrase le développement des activités les plus faibles. L’euro « fort » est conçu dans l’intérêt des entreprises les plus puissantes, structurellement exportatrices, et qui y gagnent considérablement à délocaliser leurs sous-traitants.

 

Ceux qui disent que sortir de l’euro, retrouver une souveraineté monétaire, amènerait au nationalisme, devraient voir les campagnes, réellement nationalistes, de haine entre les peuples, que le capital fomente avec l’euro et qui ont déjà amené aux résultats considérables de l’extrême droite par exemple en Finlande. « Les Grecs sont des fainéants. Pas question de payer pour eux » disent les fascistes finlandais comme les journaux allemands à grand tirage.

 

Que le PS et la CES s’opposent au « Pacte pour l’euro » pour mieux faire accepter l’euro aux travailleurs, c’est logique. Que Mélenchon, Maastrichien convaincu, annonce un SMIC européen grâce à l’euro (un SMIC à 300 euros ?), c’est logique. Que la CES vante la fiction d’une Europe sociale, c’est logique.

Tous ceux-là font partie de ceux qui s’efforcent de relégitimer l’UE, ses traités, ses directives, sa monnaie aux yeux des peuples qui les rejettent massivement, comme en France en 2005.

La BCE pourrait être à l’origine d’un « Pacte social et écologique » : on rêve. Toutes les institutions de l’UE ont été conçues, depuis le départ, contre les peuples, les droits démocratiques qu’ils ont arrachés dans leur pays.

 

Le PCF, jusqu’à une date récente, s’est toujours prononcé contre l’UE du capital et pour des coopérations mutuellement avantageuses entre les peuples et les pays. Ces positions font toujours de lui un repère politique dans notre pays.

 

Pour les Grecs ou les Irlandais, la bataille pour le non-paiement des usuriers capitalistes, favorisés par les gouvernements, à l’image de l’Islande, est primordiale. N’allons pas demander des prêts moins chers à la BCE !

Pour combattre les spéculateurs, pour se doter d’un instrument stable de coopération monétaire et de crédit, reprenons notre proposition de monnaie commune, composée d’un panier de monnaies nationales !

Cessons de suivre les socialistes du PS ou du PG sur les voies qui nous séparent historiquement de l’acceptation de l’Europe atlantiste du capital !

Ne laissons pas non plus le FN récupérer et caricaturer l’opposition de classe à l’UE du capital !

 

Donc soyons cohérents : NON aux politiques de casse sociale ! NON au Pacte pour l’euro ! NON à l’euro !

Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 14:18

Résultats de « Haute-Vienne, terre de gauche » aux cantonales: rétablir les faits.

 

Lettre aux rédactions de l’Huma et de l’Echo du Centre, par Michel Perrin

 

 

Monsieur le Rédacteur en Chef de l’Humanité,

Monsieur le Rédacteur en chef de l’Echo du Centre,

 

Suite à l’interview de Christian AUDOIN sur les élections cantonales de 2011 sur le Limousin [Huma du 22 avril], et à son appréciation sur le fait qu’elles sont démonstratives de la validité de la démarche d’un Front de Gauche élargi, il me semble utile de rappeler les faits.

 

La stratégie Front de Gauche élargi, initiée lors des élections régionales en Limousin à été reprise en Haute-Vienne lors des élections cantonales de mars 2011. Une coalition électorale a été mise en place rassemblant le PCF, l’ADS (scission du PCF en 1987), le PG, le NPA, les alternatifs, appelée « Haute-Vienne Terre de Gauche ».

 

Il est utile de citer quelques chiffres qui permettront de se faire une opinion sur la validité d’une telle alliance électorale.

 

En 2004 les élections cantonales sur les mêmes cantons donnaient les résultats suivants :

 

I=  148926

V= 102078

E=   96205

PCF+ADS= 15224 (alliance de l’époque)

Ext.G = 3005

 

 

En 2011 :

 

I=  151779

V=   77250

E=    73827

PCF+ADS+NPA+ALTERNATIFS+PG = 14073

 

Ces résultats montrent que cette coalition n’a pas permis de faire progresser le nombre de voix, bien au contraire, puisque l’on constate une perte de 1151 voix sur l’électorat ADS+PCF et de 4156 voix si l’on considère qu’une grande partie des voix d’extrême gauche auraient pu s’y ajouter, puisque seul le NPA représentait cet électorat.

 

L’abstention, il est vrai, est dramatiquement plus forte qu’en 2004 et cette coalition perd nettement moins de voix que le parti socialiste (- 4905 voix) ou l’UMP, mais il est clair qu’elle n’apparaît pas comme un recours. On ne peut en aucun cas parler d’un succès électoral, sinon à admettre que pour le Front national, il s’agit d’un triomphe (+1580 voix).

 

Comme le dit Christian AUDOIN,  « nous avons assisté à une véritable mobilisation militante de ceux qui croient à l’intérêt et à la validité de notre démarche », mais cela reste un peu court face aux impératifs de la situation politique en France.

 

Quant au Parti Communiste dont ne parle pas Christian AUDOIN alors qu’il en est un des responsables, il ne sort pas grandit de cette expérience bien qu’il en soit la force principale.

 

Le groupe communiste- ADS n’existe plus au conseil général. Il s’intitule désormais : « Haute-Vienne terre de gauche – ADS – apparentés ». Il est vrai que déjà dans la campagne le mot communiste a peu été prononcé, aucun candidat ne s’est revendiqué de cette étiquette (apparemment les candidats UMP ne sont pas les seuls à se présenter masqués).

 

Dans une période ou les repères de classe ont été perdus, ou l’affrontement de classe s’exacerbe, il est désolant de voir que la force politique capable de relancer le débat pour des solutions radicales de changement soit délaissée au profit de rassemblements hétéroclites de personnalités qui souvent ne représentent qu’elles mêmes.

 

Quant à savoir ce que deviendra l’alliance dans le futur lorsque l’on sait que dés la première session du nouveau conseil général les votes (PCF et de l’alliance) se sont dispersés sur certains dossiers dans une incohérence parfaite …???....

 

 

Michel PERRIN

Compreignac

 

110427_Limousin_TdG.jpg

Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 13:44

Pourquoi nous soumettons la candidature d’Emmanuel Dang Tran au vote des communistes de juin 2011

L'intégralité du texte EN PDF

Ils s'associent à la lettre de candidature : liste complète en lien

 

Pour signer, renvoyer un mail à vivelepcf@orange.fr

 

21: Annie BIDAUD, Beaune; Bernard BIDAUD, Beaune; 24 : Lydia CHARLET, Bergerac; 38 : Anne-Célia BENSALOUDJI, Saint-Martin-d’Hères ; Pierre BISSERIER, Saint-Martin-d’Hères ; Rolande BISSERIER, Saint-Martin-d’Hères ; Henri BRENIER, Saint-Martin-d’Hères ; Eugène CORAL, Saint-Martin-d’Hères; Vincente MANGIONE, Saint-Martin-d’Hères ; 42 : Hélène VIALLETON, Saint-Etienne ; 64 : Joël YAN, Nay ; 70 : Muguette PAQUIS, Champagney, CD ; André RUIZ, Champagney, CD ;Gabrielle VAGO, Héricourt CD; 75: Pierre ARNAULT, XIXème ; Jean SALEM, XVème ; Jean-Claude SCHMIDT, XVème ; 78 : Pierre ILLE, Plaisir-Les-Clayes ; 81 : René BARDE, Lavaur ; Claude CAHORS, Lavaur ; Claudette CAHORS, Lavaur ; Claudine FRASSIN, Saint-Paul-Cap-de-Joux ; Catherine HEBRARD, Lavaur ; Marie-Rose LAFLEUR, Lavaur ; Michel LAFLEUR, Lavaur ; Gaby MARTINEZ, Graulhet ; Moha OUKZIZ, Albi, CD ; Jean-Marc PETIT, Lavaur ; 85 : Jean-François GRIVAUD, le Poiré-sur-Vie ; 92 : Serge LINNIKOFF, Chaville ; Aymeric MONVILLE, Courbevoie ; 94 : Guy NIEL, Gentilly

 

Contact : 06.31.37.50.87

Partager cet article
Repost0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 10:07

Consultation PCF 2012 : la bataille de l’information ! Moins les communistes seront informés, mieux on leur fera avaler le « Front de gauche » et JL.Mélenchon.

 

Vivelepcf, 26 avril 2011

 

Imagine-t-on une élection où les électeurs n’entendraient parler que d’un seul choix, ne recevraient qu’une seule profession de foi ?

C’est ce qui est en train de se passer dans le PCF avant la Conférence nationale des 4 et 5 juin et le vote des adhérents des 16,17 et 18 juin sur les présidentielles.

Pourtant, 4 candidats ont répondu à l’appel à candidatures que la direction nationale a été obligée de lancée suivant les statuts du Parti… 

  

1°- Dans son rapport au Conseil national, prononcé en tant que secrétaire national, Pierre Laurent choisit le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon.

2°- Dans sa résolution du 9 avril, la majorité des membres du CN décrète que « compte-tenu de l’engagement très majoritaire des adhérents dans la stratégie du Front de gauche, l’essentiel de la discussion porte déjà sur le choix entre les candidatures de JL.Mélenchon et d’André Chassaigne ». Mais d’où tiennent-ils ça ? Jamais les communistes n’ont pu se prononcer sur le Front de gauche. La direction a réussi le tour de force de sortir son choix stratégique fondamental des discussions des 34ème et 35ème congrès, le 36ème étant reporté après la consultation.

3°-  Encore mieux maintenant, un grand nombre des fédérations, chargées de diffuser les informations aux communistes avant la conférence nationale, évitent d’envoyer les déclarations de candidatures des candidats et même le résumé de la discussion du CN.

 

Les fédérations d’Ile-de-France notamment ont fait très fort.

Elles ont édité à plus de 10.000 exemplaires une brochure comprenant : le rapport de Pierre Laurent au CN du 8 avril pour le Front de gauche, la résolution du CN pour le Front de gauche, le texte d’accord du Front de gauche, déjà signé 3 jours avant la tenue même du CN et le programme soi-disant « partagé » du Front de gauche.

 

Vive la démocratie avec le « Front de gauche »!

 

Une option est décidément insupportable à la direction du Parti. Tout lui est bon pour occulter entièrement la voix de ceux qui proposent une candidature clairement présentée par le PCF sur des choix de fond : un rassemblement partant des luttes plutôt qu’une nouvelle « gauche plurielle », le rejet sans ambiguïtés de l’UE du capital, le refus de la métamorphose du PCF avec le Front de gauche.

 

La direction nationale craint le débat ouvert et la position, informée, des communistes.  

 

Exigeons des directions fédérales, de la direction nationale la communication à tous les adhérents de toutes les déclarations de candidature et notamment du texte collectif proposant celle d’Emmanuel Dang Tran !

 

Utilisons tous les moyens pour cela !

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 14:36

Lien vers la liste complète

 

 

02 : Marie ARLETTE, St Quentin, vétéran ; Jean Luc BRANCOURT, St Quentin ; Serge CARRIER, St Quentin ; Jean-Jacques GABERT, Gauchy ; Michèle GABERT, Gauchy ; Dominique HURTEBISE, St Quentin ; Alexandre LESUR, St Quentin ; Georges LAVEILLE, St Quentin ; Sabrina PLE, St Quentin ; Martine PISSETTE, secr. Cellule Gauchy ; Marie ROGER, St Quentin, Vétéran ; Brigitte TASSERIT, St Quentin ; Pierre VILLAUME, St Quentin ; Marie-Claire VILLUME, St Quentin ; 10: Jacqueline Garcia, Romilly; 13: Raymond MATTA, Salon-de-Provence ; 17: Guy CONSTANT, Royan 28: Yolande PIOT, Epernon ; Gilbert TENEZE, Voves ; 34 : Jacques CLER, Montpellier ; 46 : Arsène CAZES, Saint-Paul ; 75: Christine BEYRIES, XVème ; Olivier BOUCHARD, XXème ; Bernard DOIX, XVème ; Ernest LE STRAT, XVème ; Gérard RAKOTONDRAHAJA, XVème ; 93: Michel MANNKER, Saint Denis ; 94: Christian GRAUX, Créteil 95 : Jacques VOVARD, Argenteuil

 

 

Face à la volonté de la direction du PCF d'imposer la stratégie de dilution , de disparition du PCF dans le "Front de gauche", avec Jean-Luc Mélenchon, marquons notre volonté de faire vivre et renforcer le PCF et sa raison d'être dans la lutte des classes !


Pour joindre sa signature :


vivelepcf@orange.fr

 

06.31.37.50.87

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 22:30

Décès de Gilberte Salem-Alleg

 

Nous apprenons le décès ce dimanche 17 avril 2011 de notre camarade Gilberte Salem. Notre tristesse est immense.

Notre première pensée va à Henri Alleg, son époux et compagnon de plus de soixante ans, à ses fils, Jean et André.

Tous nos souvenirs de Gilberte reviennent d’un coup.

- Ceux de la communiste qui a combattu jusqu’au dernier moment pour l’existence d’un vrai parti communiste en France, qui a soutenu et animé activement toutes les initiatives contre le processus liquidateur du PCF.

- Ceux de la militante inlassable qui de Malakoff à Palaiseau s’est battue en France avec la classe ouvrière.

- Ceux de la communiste réfléchie, à l’avis si posé, à la rigueur si exigeante, à la détermination si solide, qui n’a jamais éprouvé d’appréhension à remettre ses convictions en question.

- Ceux de la militante anticolonialiste, née à Mostaganem, dont le courage a tant marqué et bien au-delà des cercles militants, au destin si étroitement lié à celui d’Henri Alleg.

 

Même s’ils ne veulent pas qu’on le dise, Gilberte Salem et Henri Alleg sont des modèles d’engagement pour des milliers de communistes jeunes et moins jeunes.

 

Leur peine est d’autant plus grande, leur affection d’autant plus profonde, leur détermination à se battre d’autant plus forte.

 

Merci Gilberte.

 

Section du PCF Paris 15ème, Emmanuel Dang Tran, mardi 19 avril 2011

Partager cet article
Repost0