Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 18:37

Un compte-rendu du 11ème congrès du Parti communiste vietnamien

 

Compte-rendu du compte-rendu par EDT pour solidarité-internationale-PCF

 

110310_drapeau_vietnam.jpg

L’ambassade de la République socialiste du Vietnam en France organisait le 10 mars 2011 une réunion d’information sur le 11ème congrès du Parti communiste du Vietnam qui s’est tenu à la mi-janvier à Hanoï.

 

M. HONG Vinh, ancien rédacteur en chef du Journal Nhan Dan et ancien vice-président de la Commission de l’information et de l’éducation du PCV conduisait une délégation du Parti en France. M. DAO DUY Quat, du Comité de propagande et de formation du Comité central, vice-président du Comité central de théorie et de critique littéraire et artistique, a dressé une synthèse détaillée, minutieuse et d’un haut intérêt des conclusions du congrès.

L’assistance était principalement composée de membres d’associations de Vietnamiens en France et d’associations de coopération avec le Vietnam, d’obédiences diverses, dont l’Association d’amitiés franco-vietnamiennes (AAFV). 

 

La présentation de M. Dao Duy a porté sur la stratégie globale de développement du pays fixée pour la période allant de 2011 à 2020, partant du bilan des 5 dernières années et allant de pair avec une réflexion sur l’approfondissement de la démocratie dans le pays.

 

M. Dao Duy a tenu à exposer le processus démocratique qu’a représenté nationalement la préparation du congrès. Le Comité central du PCV a mis en débat plusieurs textes qui ont été discutés largement dans les structures de base organisant les 3,6 millions d’adhérents du PCV et au-delà dans les différentes institutions populaires. Les 50.000 contributions recueillies ont enrichi les textes qu’elles soient prises en compte ou rejetées dans le processus menant au congrès.

L’extension de la démocratie populaire, directe et indirecte, est une préoccupation essentielle exprimée par le congrès. Elle vaut dans l’ensemble des structures du pays comme dans le parti.

Le renouvellement des directions du Parti a donné lieu cette année à un débat très large. Jamais encore autant de candidatures n’avaient été enregistrées pour le Comité central, 800 d’abord, 400 maintenues après discussion sur les critères politiques, pour 175 membres titulaires et 25 suppléants élus finalement. Chaque délégué a été invité à se prononcer personnellement sur le nom du secrétaire général. L’expérience d’élection directe de dirigeants locaux du Parti dans certaines provinces continue d’être étudiée. Les statuts du Parti vont être modifiés.

La participation la plus large de la population est une recherche constante.

De façon assez surprenante pour nous, correspondant vraisemblablement à une étape, M. Dao Duy a cité à plusieurs reprises des enquêtes d’opinion attestant du niveau d’approbation des orientations économiques du Parti dans la population. 82% des Vietnamiens se disent optimistes pour l’avenir. 92% ont confiance dans les dispositions prises pour la défense de la patrie dans la période. 71% cherchent à acheter de préférence des produits nationaux.

Dans la période qui s’ouvre, le « renouveau » est le mot d’ordre dans les institutions, dans le Front de la patrie, dans les organisations professionnelles, pour améliorer la démocratie socialiste. La démocratie est pensée encore davantage comme le moteur du développement humain et de celui de la société.

 

Le 11ème congrès du PCV est parti du bilan socio-économique des 5 dernières années depuis le précédent congrès, qui se situent elles-mêmes dans les 25 années depuis le renouveau intégral du pays.

Globalement, ce bilan est très positif. Malgré les difficultés majeures qu’ont représenté la crise financière, plusieurs catastrophes naturelles, le pays a réussi à maintenir un haut niveau de croissance (5,2% par an en moyenne, 6,9% en 2010), dans la stabilité, avec un développement assez homogène des différents secteurs de l’économie, une amélioration sensible du niveau de vie de l’ensemble de la population (avec un PIB par habitant de 1200 dollars, le Vietnam est sorti de la liste des pays sous-développés). Cette évolution tranche avec la situation de pays voisins comme la Thaïlande, l’Indonésie ou les Philippines.

 

La stratégie pour la période 2011/2020 est envisagée dans la consolidation des conditions de ce développement.Elle est toujours caractérisée comme une période de « transition vers le socialisme ».

 

Plusieurs axes demeurent, éventuellement infléchis.

 

La croissance reste une priorité, mais une croissance qui se veut durable car fondée sur l’équité et le progrès social, le développement culturel et la protection de l’environnement et du cadre de vie.

Le perfectionnement du marché, son organisation sur la base d’une concurrence équitable restent à l’ordre du jour dans cette période. Une grande réforme administrative est prévue.  

Le renouveau intégral du système éducatif, avec la nécessité de développer des qualifications pointues, est une priorité.

Le développement des infrastructures, notamment de transports, est essentiel.

Le développement de l’immense potentiel maritime du Vietnam sous tous ses aspects, pêche, matières premières, commerce, tourisme, remise en ordre et développement de la construction navale (Vinashin) est un des défis posés par le congrès d’ici 2020.

 

L’économie de « marché à orientation socialiste » continuera à faire appel aux investissements directs étrangers (IDE). Dans la période 2006-2010, ils ont été 5 fois plus importants que dans les 5 années précédentes : 147 milliards de dollars et ont contribué de façon importante aux exportations et à la baisse du déficit commercial.

Dans les prochaines années, le congrès entend que l’attribution des licences soit plus sélective avec le développement durable, les transferts de technologie comme critères. Le gouvernement a déjà commencé à montrer sa détermination en ce sens en recalant des investissements non prioritaires et qui tardaient. 

Le développement, dans des zones particulières, du tourisme, de casinos n’est pas rejeté.

Plusieurs questions ont été posées par les participants français (élus de droite ou patrons) sur le développement de « partenariats public-privé », la sécurisation en termes de droit de propriété des investissements français. En réponse, M. Dao Duy a mis l’accent sur la réforme administrative, la réduction des délais de traitements des dossiers, le développement de la qualification de la main d’œuvre. Le secteur privé continuera d’être soutenu comme composante majeure de l’économie.

 

La question du renforcement, sous tous les plans, de l’indépendance et de la souveraineté nationale, en même temps que l’intégration croissante dans l’économie mondialisée est point sur lequel M. Dao Duy a insisté.

 

Face à la crise mondiale, le congrès et le gouvernement adoptent une politique économique stricte marquée par le resserrement de la politique monétaire, la prévention de l’inflation, la réduction des dépenses publiques de 10% pour 2011.

Dans un contexte très différent, ces méthodes ne sont pas sans rappeler le discours dominant dans notre pays… M. Dao Duy a assuré que les économies budgétaires, malgré la croissance, seraient liées à la réforme administrative (notamment sur les dépenses de réception !) et ne toucheraient pas les programmes de lutte contre la faim et la pauvreté.

 

Cette politique est un axe primordial. Elle a déjà porté ses fruits.

Des programmes d’aide à l’accès gratuit aux soins, à l’éducation, à des tarifs sociaux de l’énergie sont en cours en direction des populations les plus pauvres, pour compenser les chocs de la période de transition sur ces acquis fondamentaux.

 

Au plan international, le Vietnam a depuis 25 ans normalisé ses relations avec tous les pays importants du monde. Il poursuit des partenariats stratégiques avec la Chine, la Russie, le Japon et recherche des partenariats basés sur la confiance avec l’Europe et les Etats-Unis.

 

Nous pouvons remercier M. Dao Duy pour son exposé qui montre la volonté du PCV de ne pas cacher les contradictions économiques et politiques de la phase transitoire qu’il impulse pour son pays.

Forte croissance, amélioration générale relativement homogène des conditions de vie, défense de la souveraineté du pays mais recours à une économie de marché concurrentielle, pénétration massive des capitaux étrangers, persistance de poches de pauvreté : le PCV confirme la voie choisie dans ce moment transitoire, sans ignorer les difficultés et le défi démocratique : celui d’arriver au socialisme après la transition.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Mouvement communiste international
commenter cet article

commentaires