Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 09:51

Les questions sont du journaliste. On remarquera quelques différences avec le retraitement final en article dans l'Humanité datée du 3 juin 2011.

 

Question n°1 : Si votre candidature est retenue, quelle campagne pensez-vous mener ?

 

Emmanuel Dang Tran.

Ne soyons pas naïfs ! La décision est prise depuis longtemps par la direction du PCF : en 2012, ce sera le Front de gauche et par conséquent Mélenchon.

Pierre Laurent l’a annoncé lui-même. Les marchandages avec le Pg ont lieu en dehors du Parti, même du CN.  Les communistes ne disposent pas des éléments du débat dans une consultation ficelée d’avance. Le congrès a été reporté et aucun programme communiste n’a été élaboré. Comme « nouvelle façon de faire de la politique », le Front de gauche, c’est d’abord la négation du point de vue communiste et de la démocratie !

Mais, visiblement, la direction du Parti se défie de l’avis des communistes. S’effacer derrière le Mitterrandien, le Maastrichien, le politicien Mélenchon serait le choix de la raison ? En effet, nous avons déjà donné !

Ma candidature, présentée collectivement, qui sera maintenue jusqu’au vote interne, entend montrer aux communistes, mais aussi aux travailleurs qui sont à l’avant-garde des luttes, aux jeunes à la recherche d’une alternative anticapitaliste, que des forces existent pour faire vivre leur parti, le PCF, suivant sa raison d’être dans la lutte des classe. L’attente est forte d’un langage clair et offensif: je l’ai constaté dans tous mes déplacements. La référence à Georges Marchais revient souvent. 

 

Question n°2 : Si votre candidature n’est pas retenue, quelle attitude allez-vous observer ?

 

Emmanuel Dang Tran.

Il ne sera pas question pour nous de nous intégrer dans le dispositif de campagne de Mélenchon, de nous fondre dans les structures électorales du Front de gauche, constituées pour supplanter le PCF. Pas question non plus de suivre tel ou tel autre aventuriste. Mélenchon, c’est du « gauchisme institutionnel », du « réformisme radical » : rien qui permette de faire vraiment reculer la politique au service du capital.

Dès 2011, avant 2012, la priorité pour les communistes est de faire progresser des propositions de rupture pour transformer le rapport de force qui existe dans le pays et dans les luttes.

On l’a vu pour la défense de la retraite à 60 ans, s’enfermer avec le Front de gauche dans la perspective de l’alternance, d’une nouvelle gauche plurielle « tirée à gauche », bloque le rassemblement populaire. Pour les salaires, pour la réponse aux besoins, pour les services publics, il faut briser le consensus Droite/Ps, tel qu’il se manifeste pour l’UE du capital. Nos propositions, nos actions doivent fondamentalement la remettre en cause, remettre en cause l’euro, la PAC… et non s’y résigner avec le PGE et la CES.

Les communistes, malgré le choix imposé du Front de gauche, doivent pouvoir travailler à un programme communiste partant des luttes.

Faire vivre le parti historique des travailleurs en France, sa théorie, sa forme d’organisation révolutionnaires: c’est une nécessité d’aujourd’hui. Donc, d’ici 2012, notre choix, c’est de renforcer le PCF.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans 2012 : Consultation PCF
commenter cet article

commentaires

marcel raym 18/06/2011 06:15


On est passé progressivement du souhait d'avoir un candidat vraiment communiste à l'élection présidentielle de 2012 (et ce communiste là pouvait être membre du parti ou pas selon moi), à un
candidat ayant sa carte du parti sans tenir compte de ses positions politiques. Aujourd'hui il est consternant de voir ceux qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour faire signer 1300 militants
contre la candidature JLM, soutenir désormais un homme dont les positions politiques sont celles de la droite du PCF. La candidature EDT est une opportunité pour que les communistes dans et hors du
parti dans la lignée du Séminaire de Marseille (où es-tu Barbazange!)ou du voyage à Lisbonne (où es-tu Gérin !)se parlent et parlent de ce qu'ils ont en commun: Le oui à l'Internationalisme, Cuba,
le KKE, le PCP, le passé socialiste, le non à l'euro, à l'UE, à l'OTAN, à la gauche plurielle, au syndicalisme d'accompagnement etc . Tout ce à quoi Chassaigne est étranger.En ce sens les demandes
d'éclaircissement du PRCF sur l'UE à André Chassaigne (prélude à un soutien?)ne vont pas dans le bon sens.
Je ne connais pas EDT, seulement ses positions. Et elles sont correctes.


Ségouffin 18/06/2011 01:16


Compte-rendu de la rencontre avec Emmanuel Dang Tran le mercredi 15 juin 2011 à Verfeil (31) .


Emmanuel a commencé son intervention en rappelant que sa candidature est issue d’une démarche collective pour rétablir la raison d’être du parti. Ainsi la priorité que devrait avoir le parti c’est
de s’intégrer dans l’actualité nationale et internationale. Notamment en favorisant le lien avec le parti communiste grec, par exemple, qui participe activement à la lutte en cours. Selon lui, les
partis communistes doivent se nourrir de l’expèrience des uns et des autres pour coordonner leurs actions au niveau européen et mondial. Au niveau national un enjeu majeur est celui de la
privatisation de la SNCF où le parti doit prendre toute sa place comme force d’action et de proposition en réaffirmant sa volonté de nationalisation des transports ferroviaires mais aussi de
l’ensemble des secteurs publics ! Le parti doit remplir son rôle moteur dans la lutte, l’organiser et l’éclairer. Or pour ce faire il doit élaborer un projet et un programme communiste et le
défendre. Mais cela est refusé par la Direction qui favorise l’électoralisme. Pour Dang Tran il est toujours temps d’élaborer ce projet, un programme pour changer la stratégie et redonner sa place
motrice au parti. Et ce d’autant plus que la population devient de plus en plus anti-capitaliste, ou du moins de plus en plus critique à l’égard de ce système, que ce soit en France où dans le
monde. D’ailleurs on constate de plus en plus de luttes dans le pays et une volonté croissante de convergence de ces dernières. Or tout ce rapport de force se heurte à une absence de déboucher
politique révolutionnaire. Et le système ne s’y trompe pas et met en avant le FN pour écraser le débat et l’émergence de la gauche anti-capitaliste. Quant au FdG, il occulte toute discussion sur le
fond, il recherche le consensus en rassemblant autour du plus petit dénominateur commun de façon à ratisser large, y compris au PS, et cela en taisant les propositions communistes !! Dans ces
conditions pas étonnant que de plus en plus de personnalités de la social-démocratie “adhèrent” au FdG...

Dang Tran propose 3 axes de réflexion:

1° Où se situe la perspective politique ? Le FdG mise tout sur l’électoralisme dans une croyance en une majorité de gauche. Mélenchon parle de révolution par les urnes . Quant à Chassaigne il
qualifie le programme du PS “d’un peu timide”. Timide ? Mais il va carrément dans le mauvais sens en ne proposant aucune rupture avec le système comme à son accoutumée. Et le FdG “fricotte” avec
lui en espérant le “tirer à gauche”...on a déjà donné en 1997 avec les conséquences que l’on connait ! Ainsi le FdG, dans cette logique de tentative de séduction, entretient le flou et participe au
blocage d’une perspective politique de lutte. Le PCF doit exprimer autre chose que le plus petit dénominateur commun à gauche ! Au lieu de cela le FdG évite de trop contrarier le PS et s’engage
dans une stratégie d’union.

2°la question européenne: le non au TCE (Traité Constitutionnel Européen) avec 55% témoigne d’un désaveu croissant du peuple envers l’Europe qui est mise en place et le PCF doit s’opposer à
l’Europe du capital avec la plus grande fermeté. Or le FdG refuse de toucher à l’Euro alors que le parti a toujours été par le passé le fer de lance contre cette Europe : celle des délocalisations,
de la concurrence entre les travailleurs et les peuples ! Défendre notre position ne signifie pas être nationaliste au sens où le disent nos détracteurs. Le retour au Franc doit être associé à la
réappropriation collective des moyens financiers et la maîtrise budgétaire.

3°L’avenir du parti:
Le processus lancé par la direction remet en cause l’existence du parti en s’attaquant notamment à ses structures de fonctionnement. Cela a commencé avec la mutation de R.Hue suivi par les
collectifs anti-libéraux et, désormais, se prolonge avec le FdG...Mélenchon succédant à Bové...l’effacement du parti se fait au travers de la paralysie de son action par le manque de perspective,
de débats de fond...qui plus est ce processus se fait sans les adhérents. Le débat est toujours fait en amont et les instances sont devant le fait accompli, mises au pied du mur. Le FdG devient un
moyen de remplacement du parti et cela se fait progressivement avec une parodie de démocratie participative. Ainsi on apprend que MGB a négocié de son côté avec les groupuscules que sont le PG et
GU et cela pendant deux interventions lors de la CN. On constate la mise en place de comités de coordination du FdG indépendants des partis. Tout ce ci se rajoute aux divers passages en force lors
des précédents CN où tout était plus ou moins décidé d’avance....

C’est donc pour combattre cette démarche suicidaire, pour porter le choix d’une démarche communiste, révolutionnaire, que Dang Tran a maintenu sa candidature, tout en condamnant ce fonctionnement
semblable à des primaires. Il a rappelé l’ambiguité de Chassaigne qui au début du fdG s’opposait à une candidature issue du parti pour au final soutenir la CN tout en prétendant être
différent....il apporte ainsi une caution communiste au FdG. Tout est fait alors pour maintenir la confusion, jouer sur le vote utile et sauver le FdG et sa perversité. C’est pour cela que la
candidature Dang Tran dérange car non seulement elle dénonce les magouilles politiques mais elle appelle à une alternative communiste autour de laquelle un rassemblement serait possible ensuite.
Cette candidature correspond à une attente des communistes qui sont en déshérence face à cette cacophonie orchestrée !
Bcp de salariés syndiqués sont en attente de positions communistes pour pousser les revendications. La jeunesse aussi ne s’y trompe pas et les JC aspirent à de réelles perspectives communistes .
N’ont-ils pas inscrit lors de leur dernier Congrès le socialisme transitoire comme étape vers le communisme !! De plus en plus de camarades refusent et condamnent la politique politicienne à
laquelle se livre le FdG. La priorité doit être de faire vivre et renforcer le PCF dans sa raison d’être au travers de la lutte des classes en redonnant le pouvoir à la base.

Interventions du public:
La candidature de Dang Tran fait du bien et encourage à rester au parti tant elle demeure combattive et défend les fondamentaux communistes pour garantir la rupture avec le capitalisme.
Méfiance de l’appel au vote utile (preuve que la mutation tend à copier le PS) ! le vote Dang Tran accusé de diviser les communistes.....mais voter Chassaigne ou Mélenchon c’est voter pour le FdG,
désormais perverti et discrédité...quant à ceux qui espèrent tirer le FDG à gauche, ils devraient le condamner tel qu’il existe aujourd’hui plutôt que de le rêver et le cautionner.
Réhabiliter le pouvoir de la base: celui des adhérents. Le pouvoir de décision des cellules et sections doit être réhabilité et garanti.
Le Fdg cherche à s’élargir sans être de classe.
Rétablir un fonctionnement honnête, sincère, et rompre avec la politique politicienne.
Les présidentielles doivent être l’occasion de promouvoir les idées communistes et le présidentialisme doit être dénoncé et combattu.
Le PCF a oublié les éléments fondateurs du Congrès de Tour: l’émancipation des travailleurs doit se faire par le peuple et pour le peuple. Le FdG n’aurait dû être éventuellement qu’un moyen...il
est devenu une fin dans une démarche électoraliste.
Lutter pour un programme social c’est bien, réformer, il le faut. Mais rester dans la réforme c’est être réformiste. Le PCF doit demeurer révolutionnaire et internationaliste.
Le monde est extrêmement complexe et cela nécessite une étude politique révolutionnaire pour éclairer le peuple et ne pas faire à sa place.
Le parti sombre dans des pratiques anti-démocratiques en haut lieu: plusieurs camarades présents à la dernière Conférence Nationale, ou actifs dans la Direction Nationale, ont apporté des arguments
et des exemples.
La sortie de l’Euro pour rompre avec la monnaie Unique est une urgence. Doit être étudiée la mise en place d’une monnaie commune de coopération entre les pays. Dans le contexte actuel il est
illusoire de croire que l’on peut amender les institutions financières européennes, il faut les supprimer. Tout ceci nécessite à minima un débat dans le parti. La sortie de l’Euro se fera par la
nationalisation des secteurs financiers. Cette démarche s’inscrit dans une logique internationaliste qui nécessite une coopération intense entre les PC de chaque pays européens ce qui est aux
antipodes d’un éventuel supra-nationalisme ! La victoire nationale c’est celle qui permet aux autres peuples d’en faire autant !
La force du vote utile correspond à une désillusion entretenue par les instigateurs du FdG. Beaucoup de camarades sombrent dans l’auto-flagellation et se contentent du moindre mal.
Il y a une attente d’un parti qui tienne tête et qui soit la locomotive !


Emmanuel conclue sur la nécessité d’élaborer un programme et un projet communiste. Il inscrit sa démarche sur le long terme et rappelle que la meilleure défense face à l’effacement du parti c’est
de maintenir et de renforcer l’organisation et les pratiques structurantes du parti en redonnant le pouvoir aux adhérents !!

Ygor Ségouffin, Saint Lys (31)


van bervesseles 07/06/2011 12:41


J'ai soutenu la candidature de EDT , mais maintenant , compte tenu des débats du CN , il faut qu'il participe au rassemblement de tous les communistes de la base en se désistant pour notre camarade
CHASSAIGNE , une candidature qui servira l'avenir du PCF et des travailleurs !


polnareve83 06/06/2011 18:59


ohé camarades souvenez vous de 2007...
non je n'ai plus envi de revoir des scores pareilles!!!
avec un anti communiste primaire depuis des lustres...
rangeons nous derriere melanchon avec nos yeux de communistes bien ouvert...lui peut nous redresser et n'ayons pas peur de lui...
il est présent et bagareur meme et surtout contre ses anciens amis comme il dit...
il a nos valeurs et défois est plus communiste que nous meme!!!
il est lucide c'est un vrai pro et ne se laissera pas faire comme ...marchais a son époque
et puis quel talent au moins il connait tous ces dossiers...
j'ajoute que je suis né communiste et mourrai communiste et personne me guide ni ne soumet sa volonté...
c'est le seul a mon avis qui va bouger beaucoup de choses et nous devons soutenir le front de gauche qui va de gains en gains (voir les medias qui nous ont snobés) pour comprendre la réalité...
vive melanchon vive le communisme...


Nicolas 70 04/06/2011 09:30


Mélenchon est peut-être un gauchiste institutionnel, mais sa base est gauchiste tout court et pour certains anti-communiste.

C'est vous les communistes qui allaient avaliser ou non la candidature de Méluch'. C'est votre responsabilité.