Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 11:42

Nous reproduisons le texte de l'interview donnée le 9 juin 2010 par Noël Zicchina, communiste de Corse du Sud, ancien secrétaire de l'UD CGT, à la radio "Alta Frequenza".

 

(texte retranscrit par vivelepcf)

 


Sur le site de la radio:

Noel Zicchina : Rouge et pas grenadine

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) - Le rouge du drapeau communiste ne doit pas être couleur grenadine ! C’est l’affirmation massue, pardon marteau, assénée par Noël Zicchina sur le Front de Gauche. L’ancien leader de la CGT de Corse-du-Sud n’en démord pas : la dilution de tous les fondamentaux du Parti Communiste dans une sorte de mosaïque, fût-elle de Gauche, est très préjudiciable à un parti qui se situe de manière incontournable dans le camp anti-capitaliste.  Ecoutez Noël Zicchina.

 

  noel_zicchina_rouge_et_pas_grenadine_line_actu.jpg

 

Noel Zicchina. Lorsque vous allez dans un bar prendre une grenadine, vous ajoutez de l’eau. Vous avez dilué la grenadine dans l’eau. Et le goût n’est plus celui que vous attendiez par rapport à l’eau. Je pense que dans cette stratégie d’effacement, de dilution du parti communiste au profit en plus en Corse d’un front de gauche qui n’a jamais existé. Vous n’êtes pas sans ignorer que le Front de gauche est constitué du Parti communiste français au niveau national, du Parti de gauche et de la Gauche unitaire. En Corse, le Front de gauche pour les élections régionales n’était composé que d’un seul parti qui était le Parti communiste français. Il aurait été tout à fait logique et normal que la liste présentée soit présentée par le Parti communiste français. Or la direction du Parti a préféré la présenter comme le Front de gauche. Pourquoi ? Au détriment de qui ? Je pense qu’ils ne sont pas convaincus que le Parti communiste peut être une force de changement, véritablement de changement à gauche afin de permettre aux citoyens, aux retraités, aux chômeurs, à ceux qui ont de plus en plus de mal à vivre de pouvoir s’investir dans l’action revendicative en la matière.

 

Est-ce qu’il y a risque, selon vous, de voir, à terme, disparaître le PCF en tant qu’entité propre, c'est-à-dire en tant que parti politique marxiste ?

 

Noel Zicchina. Je crois. Je crois que les conditions ne sont pas tout à fait réunies aujourd’hui mais je crois qu’il y a au niveau national et au niveau local un certain nombre de dirigeants qui s’inscrivent dans une démarche d’effacement du Parti. Ça veut dire concrètement de disparition du Parti communiste français. Oui, je pense qu’il y a cette volonté politique qui existe parmi un certain nombre de dirigeants.

 

Il s’agit d’enjeux extrêmement importants pour la vie politique, pas seulement ici, au niveau national également.  Le PC a toujours représenté une force politique incontournable dans ce que l’on appelle le paysage politique général. Sa disparition à terme, si elle intervient, quelles seraient les conséquences ?

 

Noel Zicchina. Ecoutez, le problème est simple. Le parti communiste doit s’inscrire dans une démarche de dépassement du système capitaliste. Certains veulent s’inscrire dans une démarche d’accompagnement du système capitaliste, comme le Parti socialiste, par exemple. S’ils sont d’accord pour s’inscrire dans une démarche d’accompagnement du système capitaliste, je pense, honnêtement, qu’ils ont un choix à faire, politique. Mais, ce choix, cela ne peut pas être la destruction du Parti communiste français. Je crois que, à l’heure actuelle, il y a une nécessité importante, plus que jamais, d’avoir un parti communiste français, un parti sur des positions d’intérêts de classe parce que l’on est bien dans cette situation : le système capitaliste a démontré sa nocivité. Je crois qu’il faut qu’on arrive à avancer, à renforcer le Parti communiste, à l’ouvrir, à ce qu’il soit plus démocratique à l’intérieur et en direction des citoyens pour en faire des acteurs et des décideurs de la société dont ils veulent.

 

Vous évoquiez le parti socialiste. Vous pensez qu’aujourd’hui, ce serait finalement, entre guillemets, autour du PC de ne plus être une opposition formelle contre le capitalisme, voire le libéralisme, voire aussi la social-démocratie.

 

Noel Zicchina. Ecoutez, c’est simple. On va rester dans le domaine concret. Un exemple concret : depuis des années et des années, les retraités, les chômeurs, les précaires, les gens qui ont de plus en plus de difficultés réclament une réduction de 50% des tarifs maritimes, aériens et ferroviaires pour ces gens qui vivent en Corse. Nous pensons honnêtement que pour faire une véritable politique de gauche en Corse, il faut que la nouvelle majorité satisfasse cette revendication pour permettre à un certain nombre de gens qui n’ont pas les moyens de pouvoir se déplacer librement. Je crois qu’il fait qu’on arrête de faire de la philosophie. Il faut être concret sur des objectifs précis. Un exemple : il serait tout à fait logique et normal que la présidence de la CCM revienne à un communiste. C’est tout à fait logique et normal puisque le Front de gauche a fait 10 et quelques, on aurait dû avoir deux représentants à l’exécutif. Il me semble que, là aussi, c’est des choix qui se font. On verra en marchant, mais au-delà des débats idéologiques, je crois qu’il faut que nous aidions cette majorité à faire une véritable politique de gauche. Pour cela, il faut que les citoyens s’investissent dans la lutte à partir de leurs problèmes concrets qu’ils rencontrent quotidiennement dans la vie au niveau de la région Corse afin de les aider à faire véritablement une politique de gauche. Dans le cas contraire, il va y avoir là un accompagnement de la crise. Il faut que la région devienne un lieu de résistance à la politique de Sarkozy et à la politique du patronat. Est-ce que c’est cette voie qui est prise ? Je me pose encore la question.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans PCF
commenter cet article

commentaires

cotty 09/06/2010 19:05


Le camarade Noel a raison, aussi il serait urgentissime de revenir à un parti qui n'a pas honte d'avoir la faucille et le marteau comme drapeau rouge! et avoir des objectifs anti-capitalistes
concrets.
Merci à ce camarade de s'exprimer. Salutations fraternelles. Jean-Louis