Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 11:27

Repris du site de la section du PCF de Mantes-la-Jolie: http://pcfmanteslajolie.over-blog.com/

Quand Jean-Luc Mélenchon appelait de ses voeux la candidature de ...."tonton"

C'était en septembre 1987. Sous couvert d'un discours très à gauche, Jean-Luc Mélenchon affirme son désaccord avec la direction nationale du Parti socialiste qui veut attendre la décision personnelle de François Mitterrand de se représenter ou non.

Sur l'air de "le Parti n'a pas à attendre la décision d'un homme seul pour se prononcer", il appelle le PS à décider dès aujourd'hui que son candidat sera ... François Mitterrand!

Un bon candidat, "ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle "Tonton" croit-il bon de préciser.

 

Le bon candidat "Tonton" entendra l'appel sans varier sur le fond (c'est lui qui décidera avant la position du PS). Le 22 mars 1988, il annoncera sa candidature au nom de "La France unie" qui "ne veut plus se déchirer".

 

C'est ce qu'on appellera alors "l'ouverture" avec la nomination au gouvernement, notamment, d'anciens ministres de Giscard, Lionel Stoléru, ancien secrétaire d'Etat aux "travailleurs manuels" ou Olivier Stirn. Nomination éphémère que cette dernière puisque dans les mois qui suivirent Stirn fut obligé de démissionner suite à un scandale. Certains chômeurs qui avaient participé à une initiative très médiatique avaient été rémunérés pour cela.

 

Jean-Luc Mélenchon n'imagine alors aucune raison de démissionner du PS (même pendant les épisodes de la première guerre en Irak ou du référendum sur le traité de Maastricht. C'est vrai qu'il l'approuva chaudement).

Non seulement Mélenchon n'est pas né au moment de la création du Front de Gauche mais il n'est pas tombé ... de la dernière pluie.

Vous trouverez, ci-dessous, les liens vers les archives INA (Institut national de l'audiovisuel) concernant ces deux déclarations:

 

APPEL À CANDIDATURE MITTERRAND : INTERVIEW JEAN-LUC MELENCHON, SÉNATEUR

Actualités régionales Ile de France - 09/09/1987 - 01min50s

Le jeune sénateur de l'Essonne, Jean-Luc MELENCHON, entend incarner la nouvelle génération du PS. Il est bien décidé à imposer une nouvelle candidature du président Mitterrand aux prochaines élections présidentielles. Il s'agit d'un de ses premiers passages à la télévision.

http://www.ina.fr/presidentielles/les-candidats/video/PAC01001602/appel-a-candidature-mitterrand-interview-jean-luc-melenchon-senateur.fr.html

 

FRANÇOIS MITTERRAND "JE SUIS CANDIDAT À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE"

JA2 20H - 22/03/1988 - 02min29s

En direct sur le plateau du journal de 20h, François MITTERRAND répond "oui" à la question d'Henri SANNIER concernant sa candidature à l'élection présidentielle.

http://www.ina.fr/politique/partis-politiques/video/I04281857/francois-mitterrand-je-suis-candidat-a-l-election-presidentielle.fr.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Mélenchon sans nous!
commenter cet article

commentaires

pascal 11/04/2012 10:43

Humble réaction en passant....Il est toujours bon de savoir d'ou on vient, pour savoir ou on est et ou on va...certes, mais les réalités et les personnes ne sont pas statiques...ou alors à quoi bon
militer-oeuvrer pour "aider" à des prises de conscience politique si nous considérons que les personnes sont figées à partir de leur positions passées? Salut.

Jegouzo Joël 02/04/2012 13:36

"Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage." Pour décrier le formidable mouvement qui s'opère aujourd'hui avec la campagne du Front de Gauche, vous tentez de décrier son candidat. C'est
lamentable. En plus en allant fouiller dans un passé de plus de 20 ans. Vous le savez, en faisant ça, vous aidez de manière offensive, tous ceux qui voudraient que perdure le capitalisme que vous
dîtes pourtant combattre.
Si notre campagne Front de Gauche porte c'est d'abord et avant tout du fait des militants qui multiplient les initiatives partout autour du programme, autour de son contenu, et c'est bien cela qui
fait peur à nos adversaires. Jamais nous ne personnalisons sur Mélenchon. Les communistes majoritairement ont décidé le Front de Gauche et le candidat qui porterait la candidature, et vous
n'arrêtez pas de décrier ce que même les communistes les plus réticents au départ, ont rejoint maintenant. Il est dommageable que vous continuez sur cette voie, alors que se crée enfin un espoir
solide du, non pas à la personnalité de Mélenchon, mais aux milliers de gens qui déploient les idées du programme. Et n'en déplaise à nos adversaires, on continue après les élections. Alors
camarades, venez rejoindre cet élan qui, j'en suis persuadé ira très loin, jusqu'à donner beaucoup d'espoir en Europe.

a.nonyme 30/03/2012 11:40

je me met a votre niveau les fractionnistes

Joran JAMELOT 29/03/2012 22:08

Anne Onyme s'expose avec courage pour insulter des communistes conséquents, et ne pas répondre sur le fond.

a.nonyme 29/03/2012 12:17

c'est tout ce que vous avez trouvé pour sortir de votre isolement sectaire ?