Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 16:13

NOUVELLE RUBRIQUE : "BILLETS D'HUMEUR"

 

Qu’est-ce qui se trouve derrière l’autocollant « Je lutte des classes » ?


Depuis plusieurs années, les manifestations sont devenues un peu la foire aux autocollants. C'est à l'organisation qui aura le slogan le plus prenant ou le visuel le plus accrocheur que puissent afficher les militants, les manifestants (ou les collectionneurs…).

 

Dans les grands défilés de ces dernières semaines pour les retraites, un autocollant a été très largement diffusé, notamment à Paris : le badge portant l’inscription « Je lutte des classes ».

D’une certaine façon, on peut comprendre son succès. Le concept de la « lutte des classes » a été tellement tu, nié, décrié par les tenants de l’idéologie dominante. La bataille pour les retraites est aussi le reflet d’un aiguisement de cet affrontement de classes.

 

Mais cet autocollant a quelque chose d’ambigu qui me dérange.

 

101118_jelutte.jpg

D’abord, il n’est pas signé, bien qu’il ait été diffusé par milliers sous le ballon PCF en bordure de manifs. L’Huma l’a repris aussi en pleine page dans son édition du 6 septembre 2010.


Mais il provient d’un collectif d’artistes qui se situe à la lisière de la politique, le collectif « Ne pas plier ». Ce dernier avait déjà produit les autocollants « Rêve générale » et, sur le même thème qu’aujourd’hui, « La lutte c’est classe… contre classe », suivant le même procédé graphique. Dans les deux cas, des concepts historiques du mouvement ouvrier étaient déjà déformés, repris depuis une forme gauchiste, vers un slogan publicitaire, politiquement démobilisateur.

 

Le « flyer » « Je lutte des classes » se situe dans leur continuité.

 

Mon premier problème, c’est le « je » (et pas seulement parce qu’il est incorrect en français !). La lutte des classes pourrait donc être menée individuellement. Voilà qui est en contradiction avec la, notre, conception même des classes, de la prise de conscience de classe, de l’importance des organisations dont la classe ouvrière s’est dotée.

 

Il n’est à ce titre pas étonnant que Mme Clémentine Autain  ou M. Patrice Braouezec, dans une tribune publiée dans l’Huma le 16 novembre 2010, voient dans ce slogan « la nouvelle articulation entre l’épanouissement individuel et l’émancipation collective ». Les mêmes en sont à attendre sagement le « post-capitalisme » sans révolution, sans rupture, sans socialisme.

 

Mon second problème, c’est l’usage du « badge ». Quel est l’intérêt politique de l’arborer dans une manifestation, entre manifestants ? Les immenses manifestations que nous venons de vivre constituent un acte de lutte important, partagé par tous les manifestants. Mais nous venons de voir qu’il n’a pas encore suffi à gagner contre le pouvoir au service du capital.

 

Les grèves, affrontement direct avec l’exploiteur, sont restées limitées. On n’imagine pas tellement l’intérêt du gréviste sur son piquet de grève à s’orner du fameux autocollant, sinon à titre de défi. En situation, c’est évident qu’il mène la lutte des classes, qu’il sait ce que cela va lui coûter comme pression, perte de salaire, qu’il sait aussi ce que cela va rapporter à son équipe de travail, à ses collègues, à sa classe : le maintien, la conquête de droits, la dignité.

 

Le concept de lutte des classes, acquis du marxisme, revient avec l’évidence des contradictions du capitalisme. Quand l’idéologie dominante n’arrive plus à l’étouffer parmi les travailleurs, où est l’intérêt à le dévaluer au rang de slogan publicitaire dans des pratiques de lutte qui, malgré tout, restent limitées. 

 

Porter le badge dans une manif, c’est en fin de comptes un acte gratuit d’affirmation individuelle. 

 

Avec tous ceux qui ont la tentation de le porter, je souhaite participer pleinement à la lutte des classes pour mettre en échec le gouvernement, renverser le capitalisme. Pour cela, j’affiche un autocollant plus radical :

 

« Faire vivre et renforcer le PCF ! ».


Robin Matta, jeune militant communiste

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Tribunes - Livres
commenter cet article

commentaires

Victor, jeune militant communiste 23/11/2010 00:39


Déçu de ne pas avoir de réponse.


Victor, militant communiste 18/11/2010 17:54


J'aurais plein de choses à répondre à cet article... mais je vais être succin.

Faire tant de théorie pour un tel autocollant est déjà à la base très discutable.
Ensuite, quitte à jouer sur les mots, on peut interpréter le "je", comme une l'affirmation, dans un système capitaliste et individualiste, que c'est chaque personne, individuellement, qui en se
mobilisant, construit la mobilisation et la conscience de classe. On en dira ce que l'on voudra, mais le concept de classe n'a aucun intérêt si personne n'en a conscience, et dans la société
actuelle, il est bon de rappeler que c'est chaque personne qui forme un groupe. Sinon, pourquoi distribuerions-nous des tracts, à quoi bon le vote universelle ?
C'est pas le mouvement collectif que l'on arrive à l'émancipation individuelle, encore faut-il que les individus soient conscients et mobilisés.

Ensuite, concernant le collectif "Ne pas plier", renseigne toi, il est composé notamment de Gérard Paris-Clavel, membre du collectif d'artistes "Grapus", tu sais, ces artistes qui ont dessinés les
logos de la CGT, du Secours Populaire et ont confectionné des centaines d'affiches pour le PCF : http://www.aubervilliers.fr/rubrique113.html
Leur opinion politique n'est donc pas à remettre en cause.

Enfin pour finir et parler un peu plus de forme (parce que c'est aussi important que le fond, surtout aujourd'hui), cet autocollant est simple, mais efficace. Il plaît aux jeunes, il touche de par
son jeu de mot, et de par son esthétique qui en fait penser ce qu'il veut à n'importe qui : certains le trouvent "light" et gentil, donc parfait pour les jeunes ou autres pas forcément radicaux.
D'autres le trouvent simple mais radical de par sa référence, donc parfait pour eux, etc.
L'intérêt pour qu'une idéologie parvienne à ses fins, c'est que les populations soient unis et rassemblées pour gagner et vaincre.
Cet autocollant y parvient tout à fait, mais c'est à cause de ce genre d'article que les citoyens aujourd'hui se divisent et se dispersent, voir s'individualisent. Il faut compter sur tous le monde
pour gagner, mais avec de telles remarques contre-productives, les artistes de gauche et communistes ont déserté la scène politique, et les collectifs d'artistes comme Grapus, Ne pas plier et
d'autres, disparaissent au détriment d'une politique de comm' très au point pour la droite et l'impérialisme capitaliste.

Laissez-donc ceux qui le souhaitent s'identifier à de telles techniques artistico-politiques, qu'ils remobilisent nos rangs. La question n'est pas d'être radical, mais d'être utile.