Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 23:06

Proposition d’« Initiative citoyenne européenne » : le PGE fait la promotion de l’UE de Lisbonne ! Inacceptable pour le PCF !

 110123_pl_pge.jpg

Le Parti de la gauche européenne (PGE), maintenant présidé par Pierre Laurent, annonce le lancement d’une campagne européenne de signatures en vue de proposer une « initiative citoyenne » à la Commission de Bruxelles.

Sur la forme comme sur le fond, cette campagne va à l’encontre des positions défendues par les communistes au moment de la lutte contre Maastricht ou contre le TCE. Le PGE s’enfonce un peu plus dans une logique de légitimation de l’UE du capital.

 

Les « initiatives citoyennes européennes » désignent une disposition prévue par le Traité de Lisbonne.

 

Au plan national, le PCF a toujours, sauf dans des cas bien précis, condamné le recours au référendum, même d’initiative populaire. Loin d’être une avancée démocratique, il tend à caricaturer les vraies questions politiques et à rentrer dans une logique de plébiscite.

Au niveau de 27 Etats européens, c’est pire.

 

Les modalités d’application du « droit » d’initiative citoyenne, laissées à la définition du Parlement européen, confirment la mascarade que nous avions dénoncée en 2005. Mais le PGE rentre dans le jeu…

Les dispositions juridiques définitives ne seront adoptées qu’en 2012 ( !). On sait déjà qu’il faudra 1 million de signatures émanant, avec un minimum dans au moins 7 pays, pour, tenez vous bien amis démocrates, pour pouvoir demander à la Commission de Bruxelles de bien vouloir organiser un référendum. Libre à elle de refuser, à condition de donner ses raisons !

 

Toutes les précautions sont prises pour éviter que voient jamais le jour les seuls référendums que les peuples doivent être en droit d’exiger dans l’UE: les référendums qui remettent en cause les traités de l’UE, la dictature de l’UE du capital.

Le souvenir des victoires du NON au Danemark en 1992, en France et aux Pays-Bas en 2005, en Irlande en 2008, restent décidemment dans la gorge des dirigeants européens. Ils ont permis de montrer, au bénéfice des tous travailleurs de tous les pays, combien cette UE est illégitime, combien les peuples peuvent y résister dans le cadre national.

 

Mais le projet du PGE n’a pas du tout cet objectif politique. Il est parfaitement recevable par la Commission européenne. Il n’a rien à voir et est même contradictoire avec les belles campagnes en France du PCF pour obtenir un référendum contre Maastricht en 1992, contre la monnaie unique en 1996/7, contre la Constitution européenne en 2005.

 

Le PGE demande la création d’un fonds d’investissement européen qu’il souhaiterait voir dédier au financement d’investissement pour la recherche, la formation, l’emploi, les infrastructures et bien d’autres choses.

Mais pourquoi un fonds européen ? Comment laisser imaginer que les peuples obtiendront plus d’un échelon qui leur échappe que des gouvernements de leurs pays ?

 

L’illusion, ou plutôt la supercherie, apparaît encore plus nettement dans les ressources proposées par les spécialistes du PGE pour alimenter le fonds.

Il faudrait d’abord augmenter le budget européen ! Mais d’où viennent ses recettes sinon du prélèvement sur les budgets nationaux ! On voit parfois dans nos villes des panneaux de propagande indiquant que la réfection d’un trottoir a été financée « grâce » à l’UE : en fait c’est avec notre argent !

Il faudrait ensuite créer une taxe sur les transactions financières, les mouvements spéculatifs. Même ATTAC a relativisé sa proposition historique devenue une tarte à la crème, reprise régulièrement à leur compte par les dirigeants du G20. Outre son caractère irréaliste, elle présente une logique perverse : plus il y spéculation, plus il y a de ressources pour le « fonds ».

Enfin, le PGE compte sur la BCE pour abonder le fonds avec une autre politique monétaire. Un FMI de gauche, une BCE de gauche, plus à gauche que Strauss-Kahn et Trichet ? Impossible, la BCE et l’euro ont été conçus pour échapper aux peuples.

 

Sur tous ces sujets précis, il serait souhaitable que le débat s’ouvre dans le PCF et nous ne demandons qu’à y contribuer. Mais ils ne doivent pas non plus esquiver une question de fond, encore plus imminente.

La proposition du PGE, l’action du PGE, combinée ouvertement avec celle de la Confédération européenne des syndicats (la CES qui défend le Traité de Lisbonne) se placent dans l’acceptation, la promotion du cadre de l’UE. Pour le PGE, c’est même une condition inscrite dans ces statuts pour bénéficier du financement de la Commission européenne.

 

Les communistes français peuvent et doivent avoir la possibilité de refuser cette dérive, qui trahit toutes les positions historiques du PCF.

L’affiliation du PCF au PGE ne doit pas être une fatalité. Pour nous il est clair qu’il faut en sortir.

 

D’autres formations ou personnalités commencent à avancer des propositions « d’initiative citoyenne européenne ».

Ainsi, Christine Boutin, représentante de la droite la plus réactionnaire demande un référendum pour que les « racines judéo-chrétiennes » de l’Europe soient plus explicitement inscrites dans les textes de l’UE (tiens comme Gallo ou Gerin !). Voilà qui laisse présager des questions nauséabondes que les « initiatives citoyennes » vont charrier à l’instar des votations en Suisse.

De son côté, le premier ministre et « père la rigueur » socialiste grec Papandreou va lancer une « initiative citoyenne européenne » pour la création d’un fonds européen qui mutualiserait les intérêts d’emprunt et permettrait « de financer des infrastructures », des activités créatrices d’emplois etc.

Papandreou, Pierre Laurent, les esprits se rencontrent !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans PCF et UE - PGE
commenter cet article

commentaires

allegre 26/01/2011 14:09


Dans le même numero de l'hum dimanche la chronique hebdomadaire de wurtz vaut son pesant d'or et montre bien ou on veut nous enmener. O n y voit en photo p laurent en tant que nouveau president du
pge entoure par une representante espagnole de izquierda unida (!) ,un depute de blog de la gauche portugais (blog de la gauche qui appele a vote socialiste des le premier tour des presidentielles
) un reprsentant grec de synaspismo, un representant du linke allemand, une "progressiste hongroise"(le parti communiste hongrois a quitte le pge en 2009),une "rouge et vert" danoise(!),les seuls
communistes du lot sont un communiste autrichien et comme l'ecrit wurtz "LE communiste italien" (le pci n'existe plus)
P Laurent semble ravi sur la photo d'etre si bien entoure de reformistes et d'anticommunistes.


Michel Gourmel 24/01/2011 12:39


Réponse à Marie-George Buffet
Sur son interview par F. Perrier : « La question n’est pas de sortir de l’Euro mais à quoi sert la monnaie »

Remarque préliminaire : En un moins d’un mois les 2 principaux dirigeants du PCF on rédigé un article sur la monnaie unique(¹,²). Serait-ce une étrange coïncidence ? C’est peu imaginable. Actualité
brûlante ? Pas officiellement ; à part la vraie gauche, peu de monde en parle. Le fait qu’André Gérin, un des principaux candidats à la candidature (présidentielles) ait repris l’idée de sortir de
l’Euro est sans doute pour quelque chose, et peut-être que Marie-George estime, elle aussi, que l’article de Pierre Laurent ne valait pas grand-chose.

L’article de Marie-George semble à priori plus crédible. Il est plus court. Mais en regardant dans le détail, il n’est pas mieux. Elle nous assène dans la même phrase, que :
1°) « la sortie de l’Euro entraînerait la dévaluation de la monnaie nationale, une hausse de la dette » sans aucune preuve de sa part !
2°) « une pression supplémentaire sur le pouvoir d’achat des français » ce qui signifie que Marie-George suppose ici que les français achètent essentiellement à l’étranger, sinon ce serait le
contraire !
3°) « concurrence effréné entre les états européens à la plus grande satisfaction des marchés financiers ». Là c’est le bouquet ! Marie-George a oublié qu’elle défendait, il y a 6 ans, le NON au
référendum du TCE (vote victorieux pour le peuple du 29 mai 2005). Le TCE et son avatar de Traité de Lisbonne contiennent Bolkestein et la mise en concurrence féroce des peuples de l’Union
Européenne. Il est particulièrement scandaleux de voir Marie-George retourner cet argument au profit de l’Euro !

------ Ainsi en y allant crescendo, elle part d’une affirmation très douteuse à une assertion contraire à la réalité ! A-t-elle tout oublié du Traité de Lisbonne et des 715 parlementaires criminels
de forfaiture qui ont voté contre la France le 4/2/8 ?

Marie-George réclame « un pole financier public » alors que la commission européenne dispose en matière de « concurrence libre et non faussée » des 3 pouvoirs, donc d’une dictature dont elle a usé
et abusé en faussant toujours la concurrence au profit du privé !

Marie-George réclame « un fond de développement régional ». Il est surprenant qu’elle ignore l’existence du « fond de développement régional » le FEDER créé le 18 mars 1975, lors du Conseil
européen de Dublin ; Marie George a 36 ans de retard !

En fait, si Marie-George se plante magistralement, c’est parce qu’elle fait une périphrase pour ne pas réclamer comme Pierre Laurent : « un fonds européen de développement social » (³)
Pourquoi ? Dans l’Union Européenne (UE), le social est supposé être du ressort des états, car l’UE n’a pas de commissaire pour le social, elle n’a que des commissaires chargés de détruire tout ce
qui est social. Donc même si on réunit une somme importante pour le social, elle ne pourra pas servir au social et sera donnée en cadeau au privé sous une forme ou sous une autre. La grande
campagne que nous proposent le PCF et le Parti de la gauche Européenne est donc un bluff complet. Les 2 principaux dirigeants n’arrivent même pas à trouver un vocabulaire adapté ! ! !

La conclusion de Marie-George : « sortir de l’euro serait une fausse bonne solution » n’est donc pas du tout prouvé par son texte, bien au contraire, elle a bien fait de la donner dans le titre,
car sinon ce ne sont pas ses explications qui pourraient le faire deviner et encore moins le faire comprendre !

(¹) Pierre Laurent 17/12/10 : http://www.humanite.fr/17_12_2010-pierre-laurent-%C2%AB-l%E2%80%99urgence-de-refonder-l%E2%80%99europe-%C2%BB-460377
(²) Marie-George Buffet H.D. 20.577 du 2/01/11 : La question n’est pas de sortir de l’Euro mais à quoi sert la monnaie.
(³) Nous allons au contraire, avec le Parti de la gauche européenne (PGE) que je préside désormais lancer une bataille à l'échelle du continent pour la création d'un fonds européen de développement
social abondé par une taxation des transactions financières et par la création monétaire d'une BCE démocratisée.
Vœux à la presse : Discours de Pierre Laurent
Source et suite : http://www.pcf.fr/7430


cotty jean-louis 24/01/2011 11:30


La descente du PCF EN TANT QUE FORCE ANTI-CAPITALISTE CONTINUE.... Cela me donne la nausée...