Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 14:48

Pas débat de diversion avec Gayssot !

 

Gayssot_hue_buffet.jpgPour beaucoup de communistes dont nous sommes, Jean-Claude Gayssot est disqualifié depuis longtemps comme dirigeant communiste, au moins depuis qu’il a aidé Jospin à faire passer la privatisation d’Air France et celle de France télécom en juin 1997.

Cela ne s’est pas arrangé depuis, ni au gouvernement, ni dans le PCF avec son coup de force (mis en échec par les camarades) pour prendre la section de Béziers après avoir lourdement contribué à faire perdre au Parti la municipalité de Drancy en Seine-Saint-Denis.

L’aventure de Jean-Claude Gayssot est un symptôme des effets du processus de mutation-liquidation du PCF. Il nous fait penser à ces anciens dirigeants des PC des pays de l’est qui ont si rapidement retourné leur veste.

 

Du coup, on ne peut regarder sans sourire l’embarras des directions départementales et régionale du PCF en Languedoc-Roussillon à traiter le « cas Gayssot » après les dernières élections régionales.

Gayssot, comme trois autres élus sortants et anciens dirigeants du PCF (Henri Garino de l’Aude, Jean-Paul Boré du Gard et Josiane Collerais de l’Hérault) se sont présentés sur les listes de Georges Frêche, ont été réélus et ont récupéré leurs vice-présidences, quand le PCF choisissait officiellement de constituer une liste du « Front de gauche » derrière le PG, ex-PS, René Revol.

Pour cela, les directions du PCF rendent publiques des discussions internes pour savoir si elles doivent les « suspendre » du PCF, les exclure, si le débat doit être mis à l’ordre du jour du « congrès d’étape » de juin.

 

Pourquoi tant de bruit ?

 

Il coule de source que Gayssot et ses collègues ne pourront pas représenter le PCF au Conseil régional. Peut-être cela va-t-il encore mieux en le disant.

 

Mais après ? Il n’y a pas de motifs d’exclusion dans les statuts du PCF, autres que : « la mise en cause délibérée des valeurs fondamentales d’intégrité et de dignité humaine, la corruption, ainsi que l’appartenance à un autre parti politique. » Rien qui permette d’exclure Gayssot.

 

Georges Frêche est un personnage répugnant, un social-libéral cynique, aux sorties malsaines (mais habilement calculées). Ceci dit, cela ne date pas de la dernière campagne électorale des régionales. Les insultes à des harkis, les hommages à l’OAS, les insinuations sur la composition de l’équipe de France de football, et sa politique régionale remontent à des années. La plupart de ceux qui mettent en situation de sanctionner Gayssot l’ont cautionné de la même façon, jusqu’il y a quelques mois… avant de faire leur mijaurées dans le Front de gauche avec d’anciens camarades de Frêche.

 

Les discussions sur l’éventuelle exclusion de Gayssot et cie sont infondées. Laissons le se disqualifier tout seul et redorons le blason du PCF dans les luttes !

 

Ces débats troublent les véritables clivages dans le PCF. Est-ce pour cela qu’on leur fait tant de publicité ? Sur quoi s’opposeraient Gayssot et ses amis d’hier ?

 

Josiane Collerais a annoncé sa démission du PCF (comme l’ancien président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, Jean-Louis Mons en soutien à Gayssot). Réélue vice-présidente de la Région, elle estime que le PCF de l’Hérault dans le « Front de gauche » pratique un « antisocialisme gauchisant » (Midi Libre du 23 avril). Elle en profite (là elle ne fait qu’une constatation évidente) pour dénoncer une construction politique qui fait le lit de Mélenchon et de ses amis. Gayssot, pour sa part, crie au procès stalinien, demande que la « métamorphose du PCF aille jusqu’au bout, à l’abandon de la matrice bolchévique », déplore que la stratégie du « Front de gauche » affaiblisse le PCF (ça, c’est vrai).

 

Le brouillage du débat dans le Parti atteint son comble. Est-ce pour cela que l’on va complaisamment laisser Gayssot jouer la vedette, le repoussoir ?

 

Le ralliement au PS est autant inscrit dans la ligne « Gayssot » que dans la ligne « Front de gauche » (avec des socialistes opportunistes, maastrichiens, à peine repentis du PS). L’affaiblissement du Parti, la suite de l’abandon de sa théorie, de son organisation révolutionnaires s’accroît encore avec le « Front de gauche », comme le demande Gayssot. Les « transformations » que la direction veut imposer au congrès extraordinaire et à celui de 2011 s’inscrivent exactement dans le processus de « métamorphose » demandé par Gayssot, en témoignent les appels du pied de la direction aux « refondateurs ».

 

Refusons les mises en scènes, les oppositions jouées entre anciens ministres de la gauche plurielle !

 

Communistes conséquents, laissons Gayssot et ses amis aux petits fours du Conseil régional (il n’est jamais gavé), évitons les débats de diversion et concentrons-nous sur l’objectif principal que la situation politique, l’intérêt des travailleurs exigent : faire vivre et renforcer le PCF, même contre la stratégie de sa direction !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans PCF
commenter cet article

commentaires

muzard patrice 09/05/2010 22:46


Jean-Claude Gayssot ,ministre du gouvernement Jospin 1997-2002 c'est aussi la privatisation des sociétés d'autoroutes ....


jb 08/05/2010 22:15


enfin, un site qui parle clair,


cotty 08/05/2010 18:44


gayssot et front de gauche! "bonnet blanc et blanc bonnet"
Salutations communistes. Jean-Louis