Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 09:42

Où va le NPA ?

 

Contrairement à feue la LCR, le NPA ne se dit ni communiste, ni révolutionnaire. C’est sans doute pour cela que ces premiers mois d’existence sont obnubilés par des préoccupations électorales, loin de la priorité affichée aux luttes.

 

Il faut dire que l’opportunité de créer le NPA est venue directement d’un résultat électoral, celui d’Olivier Besancenot aux présidentielles de 2007, et des espoirs de développement rapide qu’une exceptionnelle publicité ont suscités.

Les européennes de 2008 et les derniers « baromètres du JDD » ont commencé à traduire les limites de cette dépendance médiatique.

 

Le pari de la transformation rapide en parti de masse a clairement échoué pour l’instant. La LCR revendiquait 3500 adhérents en 2008. Le NPA annonce 8000 adhérents en novembre, après 9000 au congrès fondateur de février. Mais seulement 4000 à 4500 ont participé au récent vote interne sur la stratégie électorale aux régionales.

Parmi les « nouveaux » qui participent à la vie du NPA, on retrouve des adhérents de toute une série de groupes ou groupuscules préexistants, de la fraction « Etincelles » de LO à d’obscurs « prométhéens », en passant par certains écologistes ou « alternatifs ».

Ce n’était peut-être pas la cible première de la recherche de renforcement. Cela n’aide pas à devenir un parti de masse et à sortir de l’art, typiquement gauchiste, de la division interne.

 

Trois tendances, à peu près égales, sont ressorties du vote sur les régionales, tel que ses résultats ont été communiqués le 7 décembre 2009. Le point commun aux trois positions, A, B et C soumises au vote, est la condamnation impitoyable du PCF. Sans surprise, dans aucune des trois motions, on ne trouvera d’opposition à l’Europe des régions ou au principe de supranationalité européenne.

 

Les positions B et C ont le mérite de la clarté.

 

La position B, défendue notamment par les « Etincelles », proposait de présenter des listes autour de la LCR, actant l’échec des négociations unitaires.

Dans son programme « anticapitaliste », elle met en avant, entre autres, les positions les plus identitaires de l’extrême-gauche : l’interdiction des licenciements, la régularisation de tous les sans papiers et leur droit de vote à toutes les élections, aussi, l’opposition à la légalité de l’Etat, la recherche de formes « d’auto-organisation des travailleurs et populations en lutte ». On en passe, des propositions acceptables comme d’autres dont on connaît la nocivité gauchiste dans les luttes.

Cette motion 100% trotskyste a obtenu 28,5%.

 

La position C rejoint très précisément celle de Christian Piquet qui a déjà rejoint le Front de gauche sous le nom de « Gauche unitaire ». Dure uniquement envers le PCF, indulgente vis-à-vis du PG, elle proposait au NPA « d’aboutir à des listes unitaires de la gauche antilibérale », à l’unité « à gauche du PS », se satisfaisant du résultat des négociations « unitaires ». Quasiment aucun axe programmatique n’est avancé. Visiblement, l’unité des organisations tient lieu de ligne. La ligne politique est donc celle du Front de gauche : être l’aile gauche d’une gauche institutionnelle à vocation majoritaire dans la perspective de 2012.

Cette motion, 99% « front de gauche », a obtenu 31,5%.

 

La position A était défendue par Besancenot, Krivine et la majorité de la direction. Elle n’obtient que 36,3% officiellement.

Ce résultat traduit un vrai désaveu.

La direction du NPA a probablement souffert de son ambiguïté, sinon de sa contradiction interne. Très proche sur le fond de la position C, elle portait malgré tout l’idée de candidatures NPA indépendantes dans toutes les régions.

La direction du NPA a participé à toutes les négociations « unitaires » qui ont animé le microcosme des organisations de la « gauche de la gauche » dont elle souhaite l’unité.

Mais elle estime ne pas pouvoir aller jusqu’à des listes unitaires aux régionales à cause de « déclarations hostiles » du PCF et de la nécessité de rompre avec les pratiques de cogestion avec le PS dans les régions.

Pourtant dans les négociations, elle a consenti à peu près à toutes les concessions qu’on lui demandait, notamment à ne pas exclure d’emblée la participation à des exécutifs régionaux de « gauche ».

Difficile à suivre, d’autant que les quelques axes de programme avancés « anticapitalistes et écologiques » ne vont pas très loin (jamais le mot « nationalisation » par exemple) et ne sauraient heurter les autres composantes du Front.

 

C’est sûr : aller d’ores et déjà avec le Front de gauche aux élections, ce serait vider le NPA de sa raison d’être, ne pas lui laisser le temps de capitaliser ses positions « anticapitalistes ».

Mais le manque de souffle et de conséquence de l’aventure NPA risque de transparaître déjà aux régionales.


Le NPA se dirige, suite au vote, vers des listes unitaires avec le PG dans les régions où le PCF fera alliance dès le 1er tour avec le PS : Lorraine, Bretagne… S’émanciper du PS avec les socialistes du PG qui viennent de le quitter mais refuser d’aller avec le PCF là où il se présente dans le « Front de gauche » ? Voilà qui n’est pas bien lisible non plus !

Ne pas suivre la même ligne nationale dans toutes les régions pourra coûter aussi cher au NPA qu’au PCF.

Contrairement à l’épisode des collectifs antilibéraux, à tort ou à raison, le NPA va aussi endosser le mauvais rôle de diviseur Et puis Besancenot ne pourra pas être candidat dans toutes les régions à la fois et les media semblent attirés maintenant par Mélenchon.

 

Depuis 25 ans au moins, la LCR de Krivine a fait le choix de « l’autre gauche », de la « petite gauche », à gauche du PS et toujours contre le PCF historique.

En 1988, elle soutenait Juquin. Très tôt, elle a pris le virage de la priorité aux questions « sociétales ». Dès 1992, la direction de la LCR a avancé l’idée d’abandonner la référence communiste pour passer ensuite au « 100% à gauche ». Ces dernières années, la crise et la défaillance du PCF lui ont ouvert un espace politique du côté du monde du travail. Avec Olivier Besancenot, elle l’a un peu occupé médiatiquement. Mais l’évolution de fond, que l’ont peut qualifier de réformiste, n’a pas changé.

 

A peine né, le NPA fait face à une crise existentielle prévisible. La position B ramène au petit parti trotskyste. Les positions A et C, dans la suite de l’évolution de la LCR, conduisent tout droit à l’intégration dans le « Front de gauche ».

 

Parions que le NPA, dès le lendemain des régionales, se transformera en caution « anticapitaliste » d’un « Front de gauche », lui-même caution électorale d’une social-démocratie recomposée.

On est loin du parti de classe et de masse que seul le PCF a été et doit redevenir.

 

Rédaction de vivelepcf

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans gauche en recomposition
commenter cet article

commentaires

Virlouvet Francis 02/07/2012 16:25

Vous devenez vraiment chiant en tirant à vue sur le front de gauche le résultat c'est que je m'éloigne de vous. F Virlouvet

cotty 13/12/2009 19:20


Belle analyse camarades, la vérité révolutionnaire est en marche! merci à toutes et tous pour ce banquetfraternel du 15ème.
Salutations communistes.
Jean-Louis