Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 17:07

Nouvelles des régions. Divisions, confusions dans le PCF : ne laissons pas le « Front de gauche » atteindre son but !

 

Les élections régionales auront lieu le 14 mars. La date limite de dépôt des listes de candidats est fixée au 15 février. Dans certaines régions, va-t-on laisser, du fait du « Front de gauche », le PCF se diviser et se discréditer, jusqu’à cette date ?

On peut se poser la question au regard de la situation dans plusieurs régions. Et force est de constater que les communistes sont plongés dans la confusion.

 

En Bretagne, les adhérents sont appelés à voter une nouvelle fois ce 14 janvier. Et ce n’est pas si simple de s’y retrouver, malgré les apparences.

 

D’un côté : pour ou contre la présence de 14 candidats PCF sur la liste conduite par le PS. De l’autre : pour ou contre une liste « pour une région à gauche, solidaire, écologique et citoyenne » autonome au 1er tour avec une série d’autres organisations.

 

Le président de région sortant, Jean-Yves Le Drian, est membre du PS et est connu entre autres pour son engagement forcené pour « l’Europe des régions ». Sa politique est loin d’être celle des communistes.

Mais si la première option refuse l’émancipation électorale vis-à-vis de lui et du PS, la deuxième prévoit tout autant la participation à l’exécutif PS et implique des partenaires « PG » et autres groupes, pour la plupart récemment issus de la social-démocratie et tout autant partisans, pour n’évoquer que cela, de « l’Europe des régions ».

Les défenseurs de la première option mettent en avant un bilan de l’action des élus PCF dans la majorité du Conseil régional sortant, notamment sur les transports, un bilan sans doute modeste et contestable, mais existant. Et la nécessité de faire élire le plus possible de conseillers communistes.

Dans le cas de la deuxième option, si la barre des 5% était franchie, les candidats, repris et finalement élus sur la liste du PS au second tour, seraient pour un tiers ou moitié issus des autres formations.

Difficile de s’y reconnaître, dans l’une ou l’autre des alternatives, pour les communistes des fédérations de Bretagne qui voudraient que le point de vue communiste soit porté d’une façon plus claire et combative avant et après le scrutin, que le PCF conserve et renforce ses points d’appui. Une option manque depuis le début : celle d’une liste de rassemblement conduite par le PCF.

 

 

En Franche-Comté, au dernier moment, les négociations nationales (et parisianistes) ont laissé la tête de liste au PdG. Cet arbitrage a pris les communistes francs-comtois complètement à contre-pied, suscitant leur réticence et leur réprobation.

Mme Franco, chef de file du PdG, ex-PS, qui dit s’être toujours « sentie de gauche », n’en a cure. Le PCF ne l’intéresse guère. Si les communistes ne veulent pas la suivre, elle pense avoir plus de possibilités d’être élue avec le NPA.

Dans une région où le PCF est traditionnellement relativement faible sur le plan électoral, la logique du « Front de gauche » apparaît sans fard.

Les partenaires actuels (PG, GU) ou éventuels (NPA) du « Front de gauche » veulent les voix et la caution du PCF mais pas les communistes et ce que représente leur parti.

Sans connaître ces développements, les communistes francs-comtois s’étaient, notamment la Fédération de la Haute-Saône, prononcés à 30% pour une liste PCF de rassemblement.

Les faits leur donnent raison.

 

En Ile-de-France, la position de tête de liste régionale pour Pierre Laurent a coûté cher dans les négociations. Mélenchon s’est permis de se moquer (de se « foutre de la gueule » pour parler juste) des communistes en annonçant entre Noël et le 1er de l’an qu’il était exaspéré par les négociations qui lui refusaient la tête de liste et qu’il « faisait ses valises » pour rentrer à Paris. Finalement, les dirigeants du PCF ont concédé 5 têtes de listes départementales aux « autres » sur 8 départements, en plus des contreparties dans d’autres régions. A cela s’ajoute que des « refondateurs » et autres « alternatifs » à qui on avait déjà cédé des places en 2004 se présentent avec les Verts : Gattignon, maire de Sevran en Seine-Saint-Denis, Perreux, vice-président du Conseil général, en Val-de-Marne… 

La situation de l’Ile-de-France constitue un cas d’école. Déjà en 2004, la formule de la « gauche populaire et citoyenne » anticipait sur le « Front de gauche ». Elle « rassemblait » et faisait élire des candidats divers « gauche » qui ont, comme un seul homme, suivi et cautionné jusqu’au sein de l’exécutif régional Jean-Paul Huchon, le président PS du Conseil régional, qui ne cède rien à Georges Frêche en termes de social-libéralisme.

Les marchandages continuent, laborieux, pour la composition des listes départementales. Les communistes, illusionnés un temps par un « Front de gauche », vraiment à gauche et respectueux du PCF, n’en finissent pas d’être détrompés par l’arrogance des PdG et par la pusillanimité des dirigeants PCF.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans régionales 2010
commenter cet article

commentaires

section du Cap Corse 22/01/2010 10:45


Chez nous, le problème ne se pose guère: c'est le Parti qui tient la liste et c'eest beaucoup mieux comme ceci.


jan 21/01/2010 01:33


Un accord en vue pour « L’autre Gauche » Burito-Salamentaise
jeudi 21 janvier 2010 (00h56)

De notre correspondant en Buriterie-Salamentaise

Ce vendredi, les représentants du Parti Comiste, du Garbi de Tauche et de la Gauche Locale Unitaire (GLU), des Alternatifs, du PLOF et de la Prise de Terre (FASE) se rencontraient pour la 176e fois
pour finaliser un accord sur l’ensemble de la région Burito-Salamentaise.

Malgré quelques crispations, ça avance.

Les représentants du Parti Comiste ont proposé une position éligible en 17e place (si la liste dépasse les 25%) pour les Alternatifs ainsi qu’une "forte lisibilité" pour leur porte-parole (en
dernière position sur la liste).

Ils ont proposé au PLOF d’intégrer gratuitement leur logo sur les tracts et affiches (qui sont d’ailleurs déjà disponibles dans les locaux régionaux du Parti Comiste).

Les 14 représentants de la Prise de Terre (FASE) ont exigé la moitié des têtes de listes, eû égard à la nécessité de montrer l’ouverture et la diversité des listes. Ils ont souligné que ces têtes
de listes putatives étaient d’ailleurs toutes présentes dans la pièce.

Le représentant du PLOF s’est interrogé sur un usage qui lui paraissait inapproprié du terme "putatif".

Pour le Parti Comiste, il n’est pas question de laisser quoi que ce soit à la Prise, qui d’ailleurs n’existe pas. "Et même, je ne vois même pas à qui je parle, là. En fait, je parle tout seul." a
conclu le représentant du Parti Comiste, debout sur la table.

Le représentant du Garbi de Tauche s’est interrogé sur la répartition des têtes de listes départementales (9 têtes de listes PC, 2 GLU, rien pour les autres). Il a continué son intervention couvert
par le brouhaha général.

Le représentant du PLOF s’est, quant à lui, interrogé sur l’absence de représentant de la GLU dans cette réunion.

Pour le PC, la GLU étant en voie de constitution dans le département, il ne doutait nullement qu’ils enverraient des représentants dès qu’ils auraient des adhérents burito-Salamentais. "De toute
façon" a-t-il ajouté "leurs 2 têtes de listes sont conditionnées à l’existence d’au moins deux adhérents, ou sympathisants, dans la région".

Les Alternatifs réservent leur réponse après consultation de leurs adhérents.

Le représentant du Garbi de Tauche annonce que face à la menace de mise sous tutelle de son groupe local, il quittait le Garbi de Tauche pour créer la Tauche en Nouvement. Cette nouvelle
organisation est disponible pour un accord.

Pour la Prise de Terre, si c’est comme ça, ils vont écrire un billet cinglant sur leur blog.

Pour le porte-parole du Parti Comiste, "on va pas commencer à se faire emmerder par des vipères lubriques".

Les Alternatifs réservent, quant à eux, leur réponse.

La Tauche en Nouvement annonce sa dissolution. Ses "principaux animateurs" locaux rejoignent les "Obtempéreurs de Plaisance".

Pour la PdT, "on va pas se laisser traiter de vipères lubriques par des staliniens à la con".

Pour le PLOF, faudrait finir la réunion, là.

Le représentant du PC empoignant à la gorge celui de la Prise, le PLOF entonne "A Tirana, on l’aime bien Enver Hoxha !" (les Alternatifs refusent de se prononcer en l’état sur ce débat).

Les Obtempéreurs de Plaisance se disent disponible pour une tête de liste.

La réunion se finit en pugilat.

trouvé chez http://petaramesh.org/post/2010/01/...

jan