Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 20:08

Le PCF aile gauche de la social-démocratie ? ça vous choque, vous ? Pas Pierre Laurent !

 

par vivelepcf (EDT), 24 juillet 2011

 

Il n’y a pas si longtemps, quand on nous traitait, nous communistes, de socio-démocrates, ce n’était pas loin de sonner comme une insulte. Même les éléments les plus « droitiers » du Parti, même ceux qui sont passés directement au PS, refusaient le compliment avec véhémence.

Nous-mêmes, nous ne manquerions pas de réagir vivement mais cela ne nous arrive jamais.

 

110724_PL_Finter-copie-1.jpgA la radio l’autre matin, le 4 juillet 2011 sur France Inter, Pierre Laurent est interviewé par les journalistes de la « Matinale » de la chaîne. Au bout d’une dizaine de minutes, l’éditorialiste, vieux spécialiste du communisme et des pays de l’est, Bernard Guetta pose une question. Il n’en revient pas :

« Vous ne prônez plus ou pas la sortie de l’euro, plus ou pas la sortie de l’Union européenne.

Vous ne rejetez plus, en tout cas pas entièrement, l’économie de marché au profit de l’économie dirigée. Finalement qu’elle est aujourd’hui la différence entre le Parti communiste et une aile gauche de la social-démocratie ? »

La question provocatrice est loin de faire bondir, même réagir, Pierre Laurent. Au contraire, il va dans le sens du journaliste :

« Mais nous n’avons jamais été des antieuropéens. En tout cas, il y a bien longtemps que nous ne le sommes plus. »

Et de continuer à bien assurer que la Parti a changé, a faire son mea culpa sur l’Europe, à se revendiquer défenseur de « l’idée européenne », à entonner cette pédagogie de l’acceptation de l’UE du capital qui est celle du « Parti de la gauche européenne » que préside justement Pierre Laurent.

Pierre Laurent ajoute quand même sur « nous », les communistes:

« Ce qui nous distingue, c’est une détermination, quand même farouche, qui reste notre identité, ou ce pourquoi nous existons, à penser qu’il va falloir passer à autre chose que le système capitaliste. Le système capitaliste ne répond pas aux défis du 21ème siècle, ni au plan social, ni au plan du développement planétaire. »

Resté sur sa faim, Bernard Guetta tend une perche à Pierre Laurent : « autre chose de quelle genre ? ».

Pierre Laurent précise: « Il faut que la solidarité devienne le système d’organisation de la société, à la place de la concurrence. … Les valeurs d’égalité et de solidarité doivent prendre la place de la compétition, du mérite, de la concurrence ». Bayrou ou Borloo y reconnaîtraient les leurs…

 

Interloqué Bernard Guetta lance : «  Bref, vous êtes un social-démocrate de gauche ? ».

 

Il en faudrait plus pour sortir Pierre Laurent de sa placidité. Gêné qu’on le classe dans les « antieuropéens », il n’est pas troublé d’être taxé de « social démocrate ».

Pierre Laurent répond donc : « Oui, mais ( !!!!), les socio-démocrates, ils se sont un peu trop accommodés du marché. … Il y avait des socialistes qui étaient sur les mêmes valeurs que nous et beaucoup s’en sont éloignés pour se convertir dans les 25 dernières années au marché capitaliste... Ceux qui ont maintenu un certain nombre de valeurs comme nous sont peut-être le pôle d’avenir et de stabilité de la gauche. »

Pierre Laurent assume ses choix politiques dans la lignée de Marie-George buffet et de Robert Hue. Le PCF, transformé en Front de gauche, a vocation à reprendre la flamme de la social-démocratie abandonnée par la plupart des dirigeants du PS. C’est exactement ce que Gysi et Lafontaine ont théorisé également pour leur parti « Linke » en Allemagne.

 

Que reste-t-il du PCF dans tout cela ? Le nom, l’appareil et ses élus locaux, hérités du temps où nous avions des positions révolutionnaires, une certaine force militante qui est appelée par Pierre Laurent à coller les affiches de Mélenchon.     

 

Les conceptions de Pierre Laurent correspondent tellement à ce que nous vivons dans le PCF : à tout prix « métamorphoser » le PCF et le fondre dans une « social-démocratie de gauche », en préservant, pour préserver les places.

 

Le contresens est total quand Pierre Laurent prétend peser sur la « gauche ». La question n’est pas d’ailleurs pour lui, dans la même interview, si elle doit se coaliser mais dans quelles conditions elle va se regrouper derrière le PS.

 

La social-démocratie française n’a conservé, ou retrouvé un langage vaguement anticapitaliste – Mitterrand ayant atteint les sommets de l’hypocrisie au congrès d’Epinay de 1971 – que parce qu’il y avait un PCF puissant sur des bases révolutionnaires.

Elle peut continuer presque en roue libre avec une telle capitulation communiste derrière Mélenchon !

Une vague « gauche de la gauche », une « aile gauche de la social-démocratie » ne fera que canaliser pour la social-démocratie, partie prenante de la gestion européenne du capitalisme.

 

Le mérite véritable de Pierre Laurent est bien de dire ce qu’il pense même à la radio. Son tort, c’est de tout faire pour continuer à l’imposer dans le PCF !

 

Camarades, posons nous chacun la question ? Voulons-nous être des sociaux-démocrates de gauche ?

Pour nous, c’est non !

Même un Bernard Guetta, professionnel de l’anticommunisme, n’y retrouve plus ses petits !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans PCF
commenter cet article

commentaires

Social-Democrate 15/10/2011 16:23


L'avenir de l'empire colonial russe , c'est de crever . Et le plus tôt sera le mieux pour la Liberté des Ukrainiens , des Géorgiens , des Tchètchènes et des très nombreux peuples dans la détresse
sous le joug russe .

Le vieux Putin goûtait la bouffe du tueur de masse Staline. Alors le fils Putin devint chef des services secrets soviériques . Puis ce fut le tour du petit-fils Putin d'occuper les mêmes fonctions
avant de devenir chef du KGB qu'il a rebaptisé FSB , puis de devenir dictateur de l'empire russe avec sa flicaille kagébiste.

Les dictatures policières et familiales s'accrochent un maximum mais elles finiront bien par crever .

Vive la révolution démocratique et socialiste


Social-Democrate 15/10/2011 15:29


Robert Hue est un homme de gauche , un authentique marxiste européen , un social-démocrate , et c'est tout à son honneur .

Contrairement à la fille du cyclope nazi et aux rouges-bruns qui fricotent avec les mêmes "idées" nauséabondes , il ne veut pas du retour au franc Clovis et autres joyeusetés passées.

Robert Hue est un homme de gauche , pas un nationaliste réactionnaire.

Non à l'extrême-droite et à ses avatars post-soviétiques.


Xuan 17/09/2011 13:22


Pierre Laurent ne peut pas être gêné par la social-démocratie, c'est son monde.
Interrogé sur TF1 à propos de la séquestration des cadres dirigeants d'Alcan, il déclare : « Les modes d’action sont discutables » !!!
Fameux "communiste" qui sape l'action des grévistes.
S'il ne voulait pas les soutenir il pouvait au moins fermer son clapet ce briseur de grève !


ZAPATA 16/09/2011 22:04


Devant le bid retantissant qui attendent les prmaires sociales traitres, Les frères Laurent, Hue, Buffet, et Braouezec ont prévu de faire une pub monstre des primaires droitières du PS, à la fête
de l'Huma.
Avec la clique stalinienne et droitière qui tient le PCF, les militants sont assurés de servir de carpette aux trolls milliardaires violeurs du PS....


TomF 01/08/2011 14:14


"un peu trop accommodés du marché." "des socialistes qui étaient sur les mêmes valeurs que nous" "Ceux qui ont maintenu un certain nombre de valeurs comme nous sont peut-être le pôle d’avenir et de
stabilité de la gauche."

Un peu trop, des socialistes mais lesquels? un certain nombre de valeurs mais lesquelles? "peut-être..."

C'est ça qu'on appelle une réponse précise à une question précise? Je dirais plutôt que PL maîtrise à merveille le flou argumentatif qui caractérise la "visée communiste" qu'on veut nous faire
passer pour une idéologie. La direction du parti est incapable de produire plus qu'un projet vague, aux contours incertains, conçu pour ne fâcher personne mais surtout pas pour être efficace ou
porteur de quoique ce soit. Ce flou, cette indétermination, ce caractère vague se retrouve partout, dans les discours, dans les textes qui nous sont proposés en congrès, dans les réponses à la
presse, dans les définitions...

A croire que le fondement idéologique du parti est le plus petit dénominateur commun et le brassage de concepts les plus larges et les moins précis possible.

Dites adieu au parti révolutionnaire, bienvenue dans "la gauche", une version de ce qu'était le mouvement communiste acceptable par l'europe du capital (pardon, l'Europe Sociale dans le nouveau
jargon).