Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 19:44


« Le philistin social-démocrate a été récemment saisi d'une terreur salutaire en entendant prononcer le mot de dictature du prolétariat. Eh bien, messieurs, voulez-vous savoir de quoi cette dictature a l'air ? Regardez la Commune de Paris. C'était la dictature du prolétariat. »
 
Londres, pour le 20ème anniversaire de la Commune, 18 mars 1891.
Friedrich Engels.
 
images.jpg Aujourd'hui le 18 mars 2011, 140 ans après, nous devons voir dans la Commune de Paris une première expérience, à célébrer parce qu’elle est toujours riche d’enseignements, de prise du pouvoir par les travailleurs.
 
L’occultation de cet épisode majeur des programmes d'histoire de première et de terminale n'est pas anodine. La Commune fait toujours peur aux tenants du pouvoir d’aujourd’hui comme aux possédants de 1871.
 
La Commune est toujours féconde à l’heure où, par millions, nous refusons la vie de misère, l’exploitation effrénée pour le compte du profit capitaliste. La jeunesse doit surtout ignorer ces combats héroïques et leur sens.
 
Car rien ne fait plus peur aux capitalistes qu'une jeunesse décidée à changer radicalement la société, à se saisir de leur pouvoir.
Le capitalisme d'il y a 140 ans et celui que nous connaissons aujourd'hui ont de commun de n’être ni amendables, ni réformables.
 
La Commune doit nous rappeler aujourd'hui que la lutte pour de nouveaux droits est indissociable d’une perspective révolutionnaire. Le crétinisme électoraliste, dans lesquels le système veut nous enfermer n’amènera rien.
La libération de notre société viendra des travailleurs. Nous avons besoin d’une stratégie et d’un parti révolutionnaire pour faire reculer et mettre en échec le capital et l’Etat qu’il a façonné à son service.
 
La mémoire de la Commune de Paris n’appartient pas aux réformistes « de gauche » qui gèrent loyalement les affaires du capital aujourd’hui. Elle n’appartient pas aux rejetons aventureux de la bourgeoisie en quête d’émotions « révolutionnaires ».
 
Elle appartient aux travailleurs, aux jeunes, aux travailleurs en formation, pour lesquels elle constitue plus que jamais un exemple à méditer pour leur combat émancipateur, pour leurs luttes quotidiennes, nos luttes.
 
Pour alimenter notre action quotidienne, nous vous proposons des morceaux choisis d'analyse de Marx, Engels et Lénine sur la Commune de Paris.
cliquer sur le lien :

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Assumons l'histoire du PCF
commenter cet article

commentaires