Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 19:03
OUVERTURE DU SITE: http://vivelepcf81.over-blog.com/ (lien)

 

Aujourd'hui à quelques semaines des régionales, où en est-on? La situation est assez grave pour que nous jugions utiles de donner quelques informations afin que les Communistes s'engagent dans la bataille en toute connaissance de cause.


Après avoir passé un accord avec Mélenchon représentant le PG, notre direction nationale a décidé de lancer le Front de gauche et a fait ratifier son choix par les Communistes pour les Européennes.

Malgré un résultat très modeste (le FG n'a obtenu, dans un contexte de forte abstention, que 0,5% de plus que la liste PCF en 2004), elle a fait valider la poursuite de cette stratégie du front de gauche pour les régionales.

Une majorité de Communistes a validé ce choix parce qu’on leur a dit qu'ainsi on s'affranchirait du PS.


Qu’en est-il aujourd’hui, ?


Notre direction proclame qu’au 2ème tour on fusionnera avec la liste PS pour être dans les exécutifs des régions.


Mais il y a pire :


Depuis plusieurs mois, notre direction nationale subit les négociations au lieu de faire des propositions, elle s’est contentée de discuter des propositions des autres (alors que nous sommes le seul Parti à avoir des sortants présentant un bilan).

 

Avant même que le vote ait lieu, nous savons que dans le cadre de cette alliance, nous allons perdre la moitié de nos élus ( en Midi-Pyrénées, nous en avions neuf, combien en aurons-nous?).

Par contre le PG en aurait 40 au plan national alors qu’il n’en a aucun.


Financièrement, la campagne repose essentiellement sur nos ressources (le PG n'a pas payé complètement sa part pour les Européennes); le cadeau au PG s'élèverait à 1 million d'euros pour les deux élections.


En Midi-Pyrénées, notre direction nationale nous a envoyé , pour tirer la liste du FG, C.Picquet de la « gauche unitaire » (dissidents du NPA) qui représente 300 adhérents au plan national. (alors que les adhérents avaient plébiscité notre camarade Ch.Marziani).


La Direction a privilégié les accords en s'enfermant dans des tractations avec des micro-associations dont les électeurs ignorent l'existence.( les militants ont découvert leur existence au moment des négociations !)

Toutes ces organisations minuscules inconnues ont des prétentions exorbitantes jusqu’à revendiquer de faire part égale avec le PCF sur les listes.


Sans nul doute, l’attitude démissionnaire de notre direction nationale les a encouragées dans cette voie.

La seule préoccupation de ces micro-associations c’est de conquérir des places, acquérir un peu de visibilité et non de changer de société.


Nous sommes loin des préoccupations des gens, des salariés qui ne peuvent plus vivre de leur salaire !

Par exemple, lors d’une émission de radio, Mélenchon s’est livré à un véritable marchandage avec Cohn-Bendit : il lui propose un accord de 2ème tour pour dépasser le PS prêt à faire un accord avec le Modem…….sauf que Cohn Bendit (anti communiste notoire) est prêt à s’unir avec le Modem et vote à Bruxelles toutes les directives libérales.


La préparation des listes a créé malaise, colère et divisions chez les Communistes.

 

Comme la Direction ne joue plus son rôle de promotion du PCF, on trouve des communistes sur plusieurs listes dans plusieurs régions et …aucune liste communiste.

Même si nos dirigeants disent dans les meetings qu’ils veulent « casser la cabane », ils sont particulièrement muets depuis longtemps sur tous les sujets, y compris dans l’Humanité au point que Mélenchon (qui s’affirme social-démocrate) paraît plus offensif que MG Buffet.

 

   Avec le Front de gauche, notre direction est en train d’effectuer la « métamorphose » du Parti (fusion du Parti dans un conglomérat réformiste) rejetée par les Communistes lors du dernier Congrès… Cette « métamorphose-mutation » avait été lancée dès 1994 par Robert Hue (qui se compromet aujourd’hui avec le Modem)et JC Gayssot (qui maintient toujours son soutien à Frêche malgré ses déclarations nauséabondes).

On commence par faire passer l’idée qu’on ne peut plus se présenter seul puis peu à peu tente de nous suggérer que le PCF n’a plus lieu d’exister. Or le PCF seul a fait entre 9 et 10% aux dernières cantonales nationalement et localement.


Manifestement, le Front de gauche est destiné à diluer et à supplanter progressivement le PCF. Il le remplace par une formation électoraliste vaguement de gauche, en fait entièrement inscrite dans la gauche d'accompagnement du système ; c’est ce qui s’est passé dans d’autres pays d’Europe (voir encadré ci-dessous).

 

Chers camarades, voulons -nous que notre parti devienne une machine électorale social-démocrate ou voulons-nous qu’il redevienne un parti de luttes lié aux travailleurs et aux chômeurs , les élections n’étant qu’un moment de notre bataille?

Faisons entendre notre voix.

 

Les luttes se développent partout pour résister aux attaques du gouvernement ; le capitalisme est condamné par une majorité d’électeurs et le marxisme est l’objet de nombreuses études et articles intéressants publiés assez régulièrement dans l’humanité quotidienne. Les salariés ne savent plus vers qui se tourner. C’est ce moment-là que notre direction nationale choisit pour effacer le Parti !


Le rôle du PCF ce n’est pas se contenter d’être auprès de ceux qui luttent. Il faut contribuer sur la base d’un contenu politique à faire converger les luttes et à ce qu’elles construisent une alternative politique.

Les cheminots, les enseignants, les postiers, les chômeurs, les salariés du privé, les petits retraités ont besoin d’un Parti révolutionnaire pour retrouver l’espoir.


Notre Parti est rassembleur quand il propose des actions qui correspondent aux préoccupations des gens.


C’est pourquoi, nous invitons les communistes à s’investir sur ce qui devrait fonder le vote communiste. Dans le domaine des régions, contre la marchandisation des transports et contre la réforme des lycées. Contribuons à éclairer les luttes et à faire connaître nos propositions en matière de retraites pour faire reculer le pouvoir. Dans le Tarn, faisons en sorte que le PCF s’en sorte le mieux possible en menant une campagne communiste en faisant élire Jeanne Jimenez ; elle peut être élue si elle fait le score des cantonales ;ce sera un appui sûr pour mener les luttes futures et pour faire rayonner le PCF.

 

 

 

Des exemples à méditer :

 

Une expérience du même type que le Front de gauche a été menée avec les mêmes arguments en Espagne et s’est soldée au bout de 23 ans par l’effacement du PCF  ;on a commencé à dire aux adhérents que chaque parti garderait son identité et que cette stratégie électoraliste serait revue à chaque élection : c’est le contraire qui s’est produit. Le PCE s’est coupé de sa base ouvrière et n’a que 12000 adhérents aujourd’hui. Et Izquierda unida (le front de gauche espagnol) ne fait plus que 3,5%; l’Arc en ciel (front de gauche italien) a abouti en quelques années à la disparition du PCI et à sa propre disparition ; quant à Die Linke (en Allemagne) il est en train d’exploser après quelques succès électoraux.

 

 

 

 

 

Christiane Odetti

Secrétaire de la section

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

chère camarade Christiane!
Ton analyse très pertinente, s'appuie sur des réalités incontournables, la lutte de classe acharnée entre le capitalisme mondialisé et l'immense majorité de notre population laborieuse dans sa
grande diversité. La guerre économique sans pitié livrée avec une incroyable férocité, à démontrée toute l'acuité d'un parti communiste fort idéologiquement, allant au fond des problèmes de notre
société.
Oui le système capitaliste à fait son temps, et il y'a urgence de réagir en conséquence:
Nationalisation du secteur bancaire immédiate sans compensation financière.
Arrêt des licenciements dans la fonction publique qui est voie de privatisation.
La première liberté du citoyen(e) étant de travailler, mise hors la loi des patrons voyous et des hauts fonctionnaires qui sont coupables d'incitation à la haine raciale,suppression immédiate du
ministère de l'identité nationale aux relents pétainistes.Les multinationales doivent payer et non les peuples concernés.A bas le capitalisme! vive le socialisme.Accolade fraternelle.
Jean-Louis


Répondre
R

Ch. Marziani plébiscité? Je peux rire ou bien? C'est peut être là la raison de la tête de liste Picquet...

M'enfin bon, chacun sa vérité.


Répondre