Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 09:31

L’enjeu des cantonales de mars 2011 pour le « Front de gauche » et pour le PCF

 

Dans la situation politique, après l’abstention record des élections régionales, les élections cantonales de mars 2011 ne sont guère une préoccupation pour les travailleurs et pour la plupart des militants communistes.

Les responsables départementaux du PCF, et c’est bien normal, commencent à songer aux candidatures. Ils savent que c’est un long travail. Il peut et doit être couplé avec l’action dans les luttes.

Trop peu de publicité a été fait sur le bon résultat du PCF aux cantonales de 2008 : 8,77% (1.152.000 voix). En 2004, dans l’autre moitié des cantons, celle qui est renouvelable en 2011, les candidats présentés par le PCF avaient obtenu 7,79% (957.000 voix).

Ces résultats montrent l’ancrage du vote communiste et de l’organisation du PCF, qui atténuent les effets des errements de la stratégie nationale du Parti.

 

Les cantonales seront la dernière élection d’ici 2012.

 

Pour l’instant, les tenants du « Front de gauche » éprouvent bien du mal à trouver une validation électorale, la principale qui vaille pour eux, à leur démarche dans les deux premières tentatives, les européennes et les régionales. Même en forçant le trait. Avec des différences locales, les résultats de 2010 sont souvent en retrait, encore plus nettement en voix, sur ceux du PCF aux élections équivalentes précédentes.

 

Il est donc bien tentant d’annexer le vote communiste aux cantonales de 2011 pour doper le « Front » et marquer un semblant de progrès.

 

Le Parti de gauche, qui ne représente à peu près rien localement, a évidemment tout intérêt à des candidatures « Front de gauche » en 2011. Les cantonales figurent ainsi dans le « paquet électoral » qui tient lieu de perspective politique à Mélenchon (des candidatures communes des européennes de 2009 aux législatives de 2012).

 

La direction du PCF, par exemple dans la lettre du 12 mai 2010 de Marie-George Buffet et Pierre Laurent aux organisations du Front de gauche, rentre implicitement dans la perspective de candidatures « Front de gauche », tout en affirmant « l’ambition nationale de réélire les sortants » et la nécessité « d’examiner les situations département par département ».

La diminution de moitié des élus communistes régionaux au nom du Front de gauche a en effet frappé les communistes et les fédérations du Parti sont (théoriquement) souveraines dans le choix des candidats aux cantonales.

 

Le risque est à nouveau que le PCF apporte les forces militantes et les voix du vote communiste à une « unité », où il passera pour le moins unitaire et qui profitera aux partenaires et à l’étiquette « Front de gauche » effaçant et supplantant progressivement notre parti.

 

Ce risque, ces calculs sont encore plus évidents localement pour les camarades.

Ils doivent nous amener à préparer, au contraire, des candidatures de rassemblement présentées ou soutenues par le PCF, selon les réalités locales, basées sur notre action dans les luttes. L’affirmation du PCF et des positions communistes n’est pas un obstacle mais une condition pour un rassemblement efficace qui affronte par exemple la réforme territoriale de la droite ou certains choix de gestion des exécutifs PS. 

 

Ne laissons pas le vote communiste aux cantonales et l’ancrage militant de notre parti être détournés dans la stratégie politicienne du « Front de gauche », fausse alliance, rassemblement illusoire mais vraie force d’appoint de la social-démocratie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans PCF - 35ème "Congrès"
commenter cet article

commentaires