Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 00:29

Décès de Philippe Robrieux : un anticommuniste est mort, nous n’allons pas le pleurer !

 

Les communistes ont des adversaires, des ennemis, notamment parmi les historiens, dont ils savent reconnaître les qualités pour mieux les combattre.

 

Philippe Robrieux, décédé le 1er octobre 2010, n’était pas de ceux-là.

 

A défaut de faire carrière dans le PCF, après avoir été secrétaire de l’Union des étudiants communistes à la fin des années 50 et avoir laissé maints mauvais souvenirs dans sa section du PCF du 15ème arrondissement de Paris, Robrieux a ensuite eu plus de succès dans l’anticommunisme professionnel.

L’idéologie dominante a laissé une place de choix à son « Histoire intérieure du parti communiste » à la fin des 70 qui tombait juste en pleine campagne de dénigrement de Georges Marchais.

 

Dans l’historiographie anticommuniste, Robrieux a développé une pratique : la boue, la collecte de ragots plus douteux et haineux les uns que les autres émanant de toutes les générations de renégats morts ou vivants. Sur ces bases fangeuses, Robrieux s’est exercé, dans un style pesant et déplaisant, à l’art de la psychologie à deux sous.

 

Des milliers de pages de petites histoires mal écrites pour arriver une thèse qui tient qu’il aurait pu se contenté d’écrire en quelques lignes : le PCF et sa direction se sont toujours trompés, ont toujours trompé, toujours trahi, toujours été complices du pire, même dans les heures les plus glorieuses que d’autres que Robrieux n’avaient pas osé calomnier.

Seuls les renégats d’abord ou certains militants, forcément naïfs et égarés, trouvent grâce individuellement dans le drame collectif.

 

Le Figaro rend hommage à cet individu, dans un esprit logique de reconnaissance. On ne voit vraiment pas pourquoi Pierre Laurent se sent obligé de « s’incliner devant sa mémoire », sans parler de Roger Martelli, le nouvel « ex » (autrefois mieux inspiré), qui croit voir une « référence » dans son œuvre.

 

Quant à nous, en connaissance de cause, nous ne pleurerons ni le piètre historien, ni l’anticommuniste aigri. 

 

101004_Robrieux.jpg     

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Assumons l'histoire du PCF
commenter cet article

commentaires

Eric L. 09/10/2010 00:35


Je ne suis plus communiste depuis bien longtemps, pour différentes raisons. Néanmoins, lycéen dans les années 80, j'avais lu les différents tomes de "L'histoire intérieure du parti communiste" de
P. Robrieux. Il faut bien reconnaître qu'il s'agissait - sous le couvert d'un travail universitaire - d'une somme bien documentée mais insupportable par ses partis pris et ses jugements de valeur
sur de nombreuses personnalités communistes.


cotty 07/10/2010 13:18


La direction du pcf persiste et signe par la voix de son secrétaire national! le front de gauche est un échec mais il n'est pire sourd qui ne veut entendre...


Solidaire27 07/10/2010 07:55


Solveig a probablement raison côté copinage idéologique de la direction du Parti.
Peut-être peut-on y voir également la continuité de la période de contrition issue de l'ère Hue : "le bilan globalement négatif" et la culpabilité revendiquée de la direction du PCF ?


Solveig 06/10/2010 18:48


"Pas vraiment anti-communiste", Robrieux?
Mr Courtoisie, vous êtes sans doute étudiant en histoire pour asséner une telle énormité!
En parlant de tact, je me souviens de la une de Libé à la mort de Marchais: "Globalement négatif". C'est leur droit. La mort n'efface pas les oppositions politiques.
Il serait puéril de se réjouir de la mort d'un adversaire, mais il est révoltant de lire le secrétaire général du PCF rendre un hommage appuyé à ce soit-disant historien mû par la haine contre le
PCF.
Le compagnonnage idéologique d'une partie de la direction du PCF avec ses détracteurs se révèle.


cotty 06/10/2010 11:52


Merci pour le commentaire, je l'accepte en toute démocratie, la liberté d'expression permet de confronter ses opinions pour rechercher une certaine vérité relative!A chacun sa personnalité, les
mots peuvent êtres blessants! mais qui a le monopole des mots......