Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 14:48

Motion  adoptée à l’unanimité

par les Communistes de la Section de Carqueiranne, lors de leur conférence de Section,

les 19 et 31 mai 2010

 

Préambule

Les communistes carqueirannais tiennent à réaffirmer d’abord leur opposition quant à la tenue d’un congrès, fut-il d’étape, dans une démarche de temps qui ne laisse pas suffisamment la place  à la réflexion  et à l’élaboration de pistes et de décisions. Un congrès dans l’action, oui, mais à condition que soit laissé le temps de véritablement développer des actions, en y consacrant le maximum de nos moyens. Un congrès d’étape annoncé, oui, mais où l’objectif initial de changement de secrétaire général se trouve maintenant noyé dans un ordre du jour   fondamental pour la vie même de notre Parti, et  où les réflexions apparaissent déjà comme des prises de position  qui verrouillent le  35eme  congrès.

Les communistes carqueirannais regrettent donc que la position qui était la leur de  ne tenir ce congrès que dans quelques mois n’ait pas été prise en compte. Une fois de plus nous est imposée, par le haut, une démarche  volontariste qui ne tient pas compte de la réalité de terrain ni de la nécessaire démocratie dans le parti.

Evaluation..

C’est dans un contexte de crise pour les peuples que  le « Congrès d’étape » se tient. Le  capitalisme fait donner toutes les armes dont il s’est doté, en particulier dans les dernières décennies pour accentuer sa recherche de profits à tout prix, et cela maintenant dans la sphère européenne pour ce qui nous concerne. Les évènements se déroulant en Grèce, Portugal, Espagne,  comme  en France,   éclairent, si cela était nécessaire, sur les réelles ambitions du capital, mais aussi sur le rôle des différentes structures politiques ( Communauté Européenne, Fond Monétaire International) et le rôle des formations politiques (Partis de droite, mais aussi Partis Socialistes, Sociaux Démocrates) soutenant ou accompagnant le système. Le Parti Communiste grec (KKE), quant à lui, souligne par son action, toute l’importance et l’utilité de l’existence d’une organisation révolutionnaire, qui ne renonce pas à ses idéaux.

Oui, plus que jamais, face à un capitalisme dévastateur, les peuples ont besoin de Partis Communistes susceptibles de lutter avec eux, pour un changement radical de société, pour l’abolition du capitalisme, pour l’instauration du socialisme démocratique. Face à la mondialisation capitaliste, l’internationalisme communiste se doit d’être puissamment développé.

Plus que jamais, en France, nous avons besoin d’un Parti Communiste Français offensif, clairement anticapitaliste,  internationaliste, rassembleur, unitaire, ne négligeant rien sur sa nécessaire existence et son nécessaire développement.

Cette exigence souligne combien il est urgent de se ressaisir, en mettant un terme aux stratégies (mutation, collectifs antilibéraux, front de gauche de sommet, transformation … ), qui depuis le Congrès de Martigues (30ème Congrès), nous conduisent à un effacement progressif du PCF, ne pouvant qu’aboutir à sa disparition.

Les communistes carqueirannais tiennent à souligner combien la tactique de front de Gauche de sommet pour les régionales , bien loin d’être une stratégie offensive de front de lutte, a été contreproductive et néfaste, appliquée à la région Paca et au département du Var. La perte d’identité et de repère associée à une campagne  tardive et «  tiédasse »  au niveau régional n’a pas permis, malgré une campagne dynamique et identitaire de la Fédération  et des communistes du Var, de s’ancrer dans la volonté exprimée  sur le terrain, et pour laquelle on était attendu, de proposer et de faire autre chose , face à la droite et à la social-démocratie  sortante.

 De plus le déni de démocratie qui a consisté à imposer une tête de liste  Parti de Gauche  dans le Var contre l’avis de plus de 80% des communistes ( les autres s’étant ralliés à une candidature avec le PS dès le premier tour)  et de surplus sans véritable surface politique dans le département ( entreprises et quartiers )  a fortement contribué au résultat que l’on ne peut  sincèrement qualifié de positif  pour le premier tour ni  pour le Parti communiste, ni pour ce qui était appelé Front de Gauche . Et pourtant, dans le même temps,  les socialistes et les verts ne sont pas parvenus à décoller  par rapport à 2004 et après 12 ans de mandat !!

Beaucoup de potentialités de changer les choses n’ont donc pas été travaillées et n’ont pas pu  donner du souffle et des résultats tangibles à ce qui aurait du être un front de lutte  offensif .

L’évaluation de la stratégie de front de gauche, telle qu’elle a été ressentie et concrétisée par les électeurs et surtout par tous ceux qui ne sont pas aller voter, dans les quartiers populaires comme dans les entreprises du département, a le mérite d’être très  claire. Que cela ait été ressenti douloureusement dans l’esprit et dans le cœur des militants communistes qui se sont investis dans la campagne  est un autre volet de cette leçon. Le Front de Gauche de sommet, tel qu’il a été imposé par la Direction nationale pour les régionales est un échec et mène à l’impasse politique par rapport aux besoin exprimés par les gens .

 

Les communistes de Carqueiranne  réaffirment  leur volonté de  la nécessité de mise en place et en œuvre de fronts de lutte,  pour avancer et agir face à des enjeux sociaux fondamentaux, comme l’emploi, les retraites  etc . Fronts qui ont vocation de rassembler dans l’action très largement, avec les partis politiques, toux ceux qui dans le mouvement social, le mouvement associatif et les citoyens veulent avancer sur ces enjeux et contribuer ainsi à changer les choses dans notre société.

En aucun cas, pour les communistes carqueirannais, la stratégie de front passe par la construction d’un pseudo parti politique nouveau à la Die linke, ou  par l’éclatement et le redéploiement du parti communiste comme on a pu le voir en Italie ou en Espagne…

 

Le Parti communiste Français

 

Mais cette stratégie de front de lutte ( rassemblement majoritaire)  ne pourra être efficace sans un outil politique  conséquent et cet outil est le Parti communiste français.

Plus que de « transformation », notre Parti a besoin de redevenir lui même, pour ses adhérents d’aujourd’hui et ceux qui l’ont quitté et qui doivent y revenir, pour ses électeurs, ceux d’aujourd’hui et ceux d’hier qui ne le reconnaissent plus et doivent le retrouver, ceux de demain surtout et en particulier les jeunes.

Identité et repère sont des mots forts , chargés de sens pour qui veut bien les entendre sans œillères et parti pris.

 Les  jeunes  ne sont-ils pas ceux-là mêmes pour qui un projet de société résolument communiste, peut parler , réhabilitant les nécessaires socialisations des moyens de production et des principales banques, la gestion démocratique des services publics, reprenant les principes forts tels qu’a pu les concevoir le Conseil National de la Résistance dans son contexte de lutte et d’émancipation des peuples,  comme les acquis de mai 68. Un projet de justice sociale, fraternité, solidarité, ici et partout dans le monde.

Un PCF porteur de cela , qui retrouve ainsi son identité révolutionnaire, a toute sa place dans une société moderne comme la notre.

Aussi,  le PCF doit-il être présent, es qualité, dans la construction des fronts de luttes  indispensables  face à la crise et aux attaques sans précédent que subit notre peuple.

Aussi, le PCF doit-il être présent, es qualité, dans toutes les élections à venir, cantonales, législatives et présidentielle. L’élection présidentielle doit à l’occasion du premier tour, constituer une opportunité de visibilité nationale.

 

Si la perspective de « transformation » peut avoir un sens, c’est dans la nécessité de créer toutes les conditions, pour faire vivre déjà en interne, nos ambitions d’émancipation des gens, de transparence  et de fonctionnement démocratique réel.

 Il faut mettre un terme au centralisme actuel, qui conduit une poignée de « dirigeants » à décider de tout, pour tous, quand ce n’est pas contre le plus grand nombre. Comment accepter en notre sein, ce que nous refusons et combattons dans la société ? Nos statuts se doivent d’être rénovés pour donner effectivement les pleins pouvoirs à celles et ceux, qui par leur adhésion, par le règlement de leurs cotisations, par leur engagement militant, font et sont le Parti Communiste Français.

  Conférence de section de Carqueiranne  des 19 et 31 mai 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans PCF - 35ème "Congrès"
commenter cet article

commentaires