Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 13:42

Face à l’effacement derrière le Front de gauche et Mélenchon,

Redonnons confiance dans le PCF dont le pays a besoin !

 

Communiqué d’Emmanuel Dang Tran, à l’ouverture de la Conférence nationale du PCF, vendredi 3 juin 2011

 

Pierre Laurent l’a encore répété tel quel ce matin sur RTL : le candidat du PCF pour la présidentielle de 2012, ce sera Jean-Luc Mélenchon. Bravo la démocratie !

 

Ce n’est pas la « Conférence nationale », réunie ce week-end à Montreuil, qui va le contredire. Cette instance est principalement composée de membres des directions nationale ou départementales ou de camarades désignés par elles. 

Elle va valider le programme « partagé » de « gauche » élaboré sans les communistes et le « paquet électoral » pour 2012.

Les longs marchandages pour se répartir les circonscriptions avec le Pg en disent long sur la « nouvelle façon de faire de la politique » du « Front de gauche ».

 

C’est peu de dire que le choix de s’aligner derrière le socialiste, mitterrandien et maastrichien qu’est Mélenchon ne passe pas dans le Parti. La vague de rejet est sensible dans tout le Parti malgré tous les artifices pour écarter les camarades de la décision : censure de l’information, intervention directe du secrétaire national, absence d’impulsion des débats etc.

 

André Chassaigne, candidat à la candidature du Front de gauche, a raison lorsqu’il écrit qu’en définitive, ce n’est pas une question de nom mais une question de démarche et de contenu.

C’est pour cela qu’il a annoncé qu’il se rallierait au choix de la Conférence nationale.

C’est pour cela que nous maintiendrons au vote des communistes, les 16, 17 et 18 juin, ma candidature, une candidature présentée collectivement (par 7 membres du CN, deux secrétaires fédéraux, des dizaines de secrétaires de section… n’en déplaise à l’Huma qui falsifie mes propos).

 

La direction nationale entend réussir le tour de force d’esquiver tout débat de fond sur la stratégie politique.

Elle a annulé le congrès ordinaire prévu initialement en juin 2011. Les communistes n’ont pas pu définir d’objectifs, en lien avec le mouvement populaire, pour les élections de 2012, ni de programme, sur la base desquels nous aurions pu envisager tout type d’alliance pour ces élections difficiles.

 

Non, se défiant de l’avis des communistes, derrière le nom de Mélenchon, la direction veut imposer une ligne politique bien précise.

 

Le « Front de gauche » n’a rien de rassembleur. La méthode Coué pour gonfler les résultats électoraux de 2009 et 2010 n’y change rien. C’est une alliance étriquée avec des partis qui ne représentent rien dans la société.

C’est la poursuite de la stratégie de « métamorphose » du PCF, massivement refusée par les communistes, en un parti comme les autres, enfermé dans les institutions, aligné derrière la social-démocratie, résigné à logique réformiste de l’Europe « sociale ».

Le Front de gauche, c’est la poursuite de l’effacement de l’organisation, des positions révolutionnaires du PCF, la transformation du PCF en groupes de colleurs d’affiche pour Mélenchon, en syndicat d’élus, en organisateur de débat de « spécialistes ».

 

L’électoralisme du Front de gauche dévalorisera encore la portée historique du vote communiste qui était lié, qui l’est encore avec notre action dans les luttes.

 

Mélenchon a compris l’aubaine de « l’offre politique » de la direction du Parti pour reproduire, en petit, en farce, l’opération de Mitterrand dans les années 70 qui a réussi à prendre 3 millions de voix au PCF.

 

Il faut donner un autre signe que ce choix de la résignation. C’est le sens de ma candidature. Des milliers de communistes, des dirigeants d’organisation du PCF ont la volonté de se battre, de faire vivre et de renforcer leur parti dans la lutte des classes. Il faut que cela se sache.

 

Quand j’entends Pierre Laurent et d’autres dire que Mélenchon, ce serait le « choix de la raison », cela me révolte.

 

Dans tous les déplacements que j’ai pu faire ces dernières semaines, j’ai rencontré des communistes, des salariés, des agriculteurs qui sont à l’avant-garde des luttes, des jeunes qui aspirent à combattre le capitalisme pour changer de société.

L’attente est immense d’un Parti communiste qui parle clair, qui soit offensif, sans compromis. Ce qu’a représenté historiquement notre parti, à qui notre pays doit toutes ses avancées sociales et démocratiques que le pouvoir au service du capital est en train de remettre en cause, est quelque chose de très fort. Le souvenir de Georges Marchais revient souvent. Le capitalisme est en crise. Il est désavoué massivement. 

 

Quand trois millions de personnes manifestent pour la défense de la retraite à 60 ans, que 75% de la population condamne la politique du pouvoir sarkozyste, comment rester aligné sur plus petit dénominateur commun de la « gauche » et ne viser que 2012 ?

Espérer « tirer à gauche le PS », on a déjà donné après 1981 et 1997! C’est renier nos positions, affaiblir le mouvement social. Ce qui ne change rien pour moi à la nécessité de battre Sarkozy.

 

Comment pouvons-nous laisser aussi, après le vote de classe à 55% contre la Constitution européenne, le système recycler et dénaturer, avec le FN, l’opposition à l’UE du capital, à l’euro, à l’application des traités et directives désavoués par les peuples ?

Toute notre protection sociale, nos services publics, l’avenir de notre industrie et notre agriculture en dépendent.

 

Des axes politiques clairs sont nécessaires pour renforcer le Parti, pour retourner à la porte des entreprises, défendre des positions de rupture, y compris dans les syndicats, en bas des cités, pour transformer la colère en luttes.

 

Là est la raison d’être de notre engagement de communiste, liée à notre perspective de changement de société, le socialisme. 

 

Certains communistes peuvent ne plus y croire et vouloir faire autre chose que le PCF. C’est leur droit et je les respecte. Mais alors qu’ils ne cherchent pas à détourner ce que représente le PCF !

 

Voilà ce que nous exprimerons à la Conférence nationale, puis avant le vote des communistes, conscients d’être à contre-courant de l’idéologie qui y sera dominante, mais aussi de la nécessité du renforcement de notre parti.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans 2012 : Consultation PCF
commenter cet article

commentaires

cotty jean-louis 06/06/2011 22:51


La démocratie est une création continue, aussi je condamne avec la plus grande fermeté l'attitude anti-démocratique de ceux et celles qui au Comité National font le choix de la "métamorphose et de
la liquidation du Parti communiste Français. Merci à ceux et à celles qui sont à contre_courant mais qui vont dans l'intérêt de la grande majorité de notre peuple, qui écoeuré se réfugie dans
l'abstention ou rejoint les thèses populistes de l'extrême droite. Honneur à ceux et celles qui ont donné-es leurs vies pour leur idéal et pour une France libre, prospère et forte."Jamais un grand
peuple comme le notre ne sera un peuple d'esclave".


ag94 06/06/2011 19:12


bonsoir
il m'apparait assez inconvenant de balancer en une phrsa qui se veut lapidaire, l'idée que la candidature d'Emmanuel pourrait faire perdre A Chassaigne...

Si il faut invoquer le vote utile alors retirons toute idée même de candidature, plions-nous aux loi de la bourgeoisie d'un bloc conservateur et d'un bloc réformiste avec des ailes dites
conservatrices.
Si aujourd'hui les communistes sont palcés devant une situation telle la seule responsabilité en incombe à celles et ceux qui à la direction ont décidé l'effacement du parti pour le moins, sa
disparition programmée pour le pire.
A Gérin opposé formellement au Front de gauche s'y rallie à la manière c'est son droit, pas sûr que tout le monde apprécie et ou ait été consulté...
EDG et les forces qui le soutiennent ont fait un choix clair et cessons s'il vous plait d'user de l'argument du vote utile, le même qu'emploie la direction pour la candidature Mélenchon.
La question de l'utilité, de la nécessité du PCF pour le salariat, les couches populaires doit être, à mon sens, notre seul boussole et le rassemblement des communistes dans la lutte contre la
classe dominante prend toute sa dimension et pour cela l'exigence de la conquête de la direction politique de notre parti est primordiale. Au delà des choix Front de gauche ou pas, la question
demeure centrale et perdure.
La pression idéologique et pas seulement qui est mise sur les militants appelés à voter démontre qu'un sacré bout de chemin contre le fatalisme d'un parti condamné a fait renaître le désir et
l'envie du combat, et c'est important l'envie et le désir d'y aller alors ne boudons pas notre plaisir d'une direction empêtrée, d'un Mitterranchon estomaqué et que les communistes se rassemblent
là où ils doivent l'être, au coeur des luttes populaires, le reste se nommant: vie démocratique.


PIERRE 06/06/2011 16:51


Pour une fois que nous pouvions mettre en difficulté cette direction manipulatrice, j'espere qu'il ne manquera pas quelques voix à Chassaigne


ag94 04/06/2011 11:53


je déteste ces façons de faire et Pierre Laurent devient coutumier du fait, il annonce toujours la veille les résultats du lendemain...
Incroyable cynisme , mépris pour les militants qui nourrissent cette famille pour 2 générations maintenant.
Je lis par ailleurs de très violentes interventions contre Emmanuel, certaines émanent de ceux qui se réclament de la classe ouvrière et de manière risible ne la fréquente que très rarement, le
summum semble atteint par le fils d'une Ex députée du PS qui connait un mal certain à tuer la "mère" par ailleurs largué par sa propre section parisienne et par un ingénieur en écologie, si si, qui
connait bien les cités populaires du Rhône puisqu'il a google maps pour détecter les burqa...
Le plus inquiétant demeure cette frange rouge brun qui essaime et se lie à des milieux les plus réactionnaires pour ne pas dire fascisants.
D'autres plus politiques taclent la division semée par la candidature d'Emmanuel. Etrangement , moi qui ai soutenu la candidature d'André Chassaigne au départ je vois apparaitre maintenant des
déclarations des "pas sectaires" qui envisagent au nom de leur attachement à A Gérin leur ralliement à André Chassaigne, de là à croire à un coup préparé par la direction du parti avec pour seconds
rôle André Gérin...
Hé oui dans la manipulation on peut écrire n'importe quoi, avancer masqué mais sans preuve et j'attends avec impatience une démonstration du sectarisme d'Emmanuel Dang Tran, argument que j'ai
entendu également de la part de militants du....parti de gauche, comme quoi les grands esprits se rencontrent toujours dès lors qu'il s'agit de rouler pour Mélenchon et la direction du parti.

Ma section a soutenu la candidature d'André Chassaigne avec de nombreuses réserves sur le Front de Gauche, l'unité des communistes a prévalue il n'en demeure pas moins que la ligne portée par
Emmanuel est respectée puisqu'il respecte le parti et ne se proclame pas "ouvrier" alors qu'il n'a pas vu une pointeuse depuis 30 ans comme certain....suivez le guide...

Donc respect à Emmanuel qui respecte les communistes et leur parti sans autre ambition que de le servir.

Et ça nous change !


cotty jean-louis 03/06/2011 22:49


La vérité est révolutionnaire et finira par triompher, mais combien de souffrances notre peuple devra-t-il endurer pour se libérer de la chape de plomb qui pèse de tous son poids sur les médias.
Cependant l'histoire tranchera entre ceux qui ont voulus détruire le pcf dans une décomposition et un reniement aux ideaux qui animent la grande parti des communistes qui luttent pied à pied contre
le capitalisme mondialisé. Qu'ils soient ici remerciés pour cette tenacité qui mérite toute notre admiration. Emmanuel sera donc notre représentant, courage tu n'es pas tout seul.