Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 10:21

Conseil national du PCF des 3 et 4 septembre 2011 

 

Intervention de Claude FAINZANG, fédération de Paris

 

claudefainzangJe suis très étonnée : la direction a engagé le PCF dans une campagne présidentielle aux lourdes conséquences, mais c’est à peine si l’on parle de Jean-Luc Mélenchon depuis ce matin au CN. C’est vraiment le signe d’un malaise.

Pour ma part, je vais en dire deux mots. Moins que jamais, Mélenchon n’est mon candidat. S’il a renoncé, pour l’instant, à transformer le Front de gauche en parti politique, il n’en continue pas moins à profiter de l’alliance pour siphonner l’influence, les voix et les élus du PCF pour le compte de son PG. Les élections européennes et régionales l’ont encouragé. Il profite à plein de la stratégie d’effacement du Parti.

Elle ne nous émancipe pas du PS. Bien au contraire, elle nous y ramène. Mélenchon se dévoile déjà comme un candidat socialiste-bis qui canalise vers la social-démocratie. D’ores et déjà la question nous est posée, à nous en particulier PCF, et nous devons y répondre. Annonçons dès à présent que nous n’irons pas au gouvernement avec le PS ! Le consensus PS/droite sur la question des déficits, des sacrifices programmés pour les salariés, les services publics, la protection sociale est flagrant.

L’attente est forte vis-à-vis du PCF. Tout ce que nous avons toujours défendu revient à l’heure de la crise du capitalisme, notamment notre projet de société, le socialisme, pour le bonheur. Communistes assumés, nous ne sommes pas du tout en décalage.

Malgré la campagne de Mélenchon, n’hésitons pas à porter des propositions de rupture. Dès maintenant et dans le cadre de la campagne des législatives, qui est la plus importante.

Les explications et les mots d’ordre mobilisateurs sont à notre portée : refus de subir l’austérité, de payer la dette. Les déficits publics sont intégralement dus aux politiques suivies depuis 15 ans, aux cadeaux structurels au patronat, aux grandes fortunes et au coût des mesures spéciales prises pour renflouer la finance et les trusts en 2008 et 2009. L’Etat se dit obligé d’emprunter sur les marchés. Il emprunte à ceux-là même que ces gouvernements ont gratifié de cadeaux fiscaux et sociaux. Et en plus, il leur sert de généreux intérêts ! 

L’accord entre la droite et les socialistes se retrouve aujourd’hui aussi bien dans les autres pays d’Europe que dans le fil de l’histoire en France et dans le soutien conjoint au Traité de Lisbonne.

La Fête de l’Huma pourrait être l’occasion de frapper un grand coup, d’inonder les allées de matériel sur ces questions, par exemple de mettre en avant des objectifs précis de nationalisation, répondant aux besoins et aux conditions du rapport de force, de lancer une campagne nationale pour la sortie de l’euro, outil conçu pour laminer les acquis sociaux. Balayons le mythe de « l’Europe sociale » !

L’absence de perspective de lutte nourrit la désespérance dans les entreprises. J’écoutais un camarade organisé dans une section cheminote. Elle peut amener jusqu’au suicide au travail.  La nécessité est plus grande que jamais de réhabiliter la classe ouvrière, de la replacer au centre, de recréer des cellules d’entreprise. A défaut, le chemin est ouvert à la collaboration de classe. Nos responsabilités sont à ce niveau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Interventions au CN du PCF
commenter cet article

commentaires

Gautier Weinmann 09/09/2011 20:57


Abrogeons la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France (aussi appelée loi Pompidou-Giscard ou Rothschild), dont l’article 25 interdit au Trésor Public d’emprunter directement à la Banque
de France à un taux d’intérêt faible ou nul (par création monétaire) (« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France »). De même, puisque cet
article est repris par les articles 104 du Traité de Maastricht et 123 du Traité de Lisbonne, cela suppose de réviser la Constitution française pour désobéir à l’Union européenne, dans la mesure où
la Constitution incorpore des articles plaçant le droit français, dans la hiérarchie des normes, à un rang inférieur à celui du droit européen. Tous les traités européens et les actes juridiques de
l’Union européenne, comme les directives, ont valeur constitutionnelle, et voter des lois qui leur seraient contradictoires provoquerait la censure du Conseil constitutionnel.


Gautier WEINMANN 09/09/2011 20:57


Il faut abroger la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France (aussi appelée loi Pompidou-Giscard ou Rothschild), dont l’article 25 interdit au Trésor Public d’emprunter directement à la
Banque de France à un taux d’intérêt faible ou nul (par création monétaire) (« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France »). De même,
puisque cet article est repris par les articles 104 du Traité de Maastricht et 123 du Traité de Lisbonne, cela suppose de réviser la Constitution française pour désobéir à l’Union européenne, dans
la mesure où la Constitution incorpore des articles plaçant le droit français, dans la hiérarchie des normes, à un rang inférieur à celui du droit européen. Tous les traités européens et les actes
juridiques de l’Union européenne, comme les directives, ont valeur constitutionnelle, et voter des lois qui leur seraient contradictoires provoquerait la censure du Conseil constitutionnel.


Michel Gourmel 07/09/2011 12:43


Mélenchon ficelé totalement comme un saucisson.

Front de Gauche (si çà existe ?) : Laurent-Buffet ont réussi à imposer Mélenchon sur la base d’un accord qui n’existait pas et qui n’a toujours pas été signé. D’après une déclaration de Lydie
Benoît le mardi 21 juin 2011, reprise dans une lettre du Secrétaire Général de la Normandie (haute et Basse réunies du 21 juin 2011. Déclaration jamais démentie, malgré des courriers de la Section
de l’Aigle du PCF (61300) demandant des éclaircissements !

- Monde : Sur la politique internationale, Mélenchon est aligné sur l’OTAN, reprenant les mensonges de Sarko en assimilant contre-révolution (Libyenne) et révolution (Tunisienne et Égyptienne),
mélangeant le soutien en parole à la Tunisienne et à l’Égyptienne, et les crimes de génocides de l’OTAN en Libye, et en les attribuant à Khadafi.

- Union européenne. y compris la France :
Aucune politique autre à proposer en France, car les partisans de l’Union Européenne et de l’Euro sont ficelés comme des saucissons par 4 ficèles :

***** Les Traités, notamment Lisbonne qui impose une politique ultra-libérale au nom de la concurrence totalement faussée au profit du privé.

***** La règle d’or : Les traités Maastricht (1992), d’Amsterdam(1997), et Lisbonne (2008) contiennent la règle d’or, donc votée 3 fois. Les décisions des plus hauts tribunaux impliquent que la
France est obligée de se plier aux traités qu’elle a voté et qu’ils sont supérieurs aux Lois françaises :
- Conseil d’État (Arrêt 20/10/89 Nicolo & Arrêt 28/02/92 Rothman et Moris),
- Cour de Cassation (24/05/1975 Arrêt Jacques Vabre)
- Conseil constitutionnel (Décision n° 88-1082/1117 du 21/10/88 législatives dans le 95
- et bien sûr la Cour de Justice de l’Union Européennes CJUE anciennement CJCE (Cour d’In-Justice des Droits de l’Homme Riche).

***** Le pacte de l’Euro qui va être caché dans la Loi cadre prévue dans la Loi constitutionnelle. Car cette Loi constitutionnelle de la règle d’or a la particularité de ne pas contenir la règle
d’or, elle va donc servir à autre chose ! Elle contient seulement l’annonce d’une Loi cadre 17 fois dans un texte de 2 pages, elle fera "un trou dans la constitution", et permettra de voter en Loi
ordinaire des changements fondamentaux comme la suppression de la main mise du Parlement sur le Budget pour le donner à la Commission Européenne. Cette Loi Constitutionnelle votée par les 2
chambres, n’attend plus que le soutien socialiste, qui arrivera en mai 2012. Les socialistes européens la votent partout ; donc eux aussi la voteront, ils attendent juste juin 2012… que feront
Mélenchon Laurent Buffet partisans de l’U.E. ? Ils se battent contre des moulins à vents, contre un pacte pour l’Euro plus qui n’existe pas ! ce qui existe, c’est le pacte pour l’Euro. Point final
! Ils biaisent, ils sont partisans de l’Euro. Ils ne parlent pas clairement du pacte pour l’Euro, ni du fait que la règle d’or existe depuis 20 ans et qu’elle a été violée pour les banquiers, les
pétroliers et les marchands d’armes ! Ils ne disent nulle part que la règle d’or ne figure pas dans la Loi constitutionnelle, ils ne disent pas que c’est une escroquerie ! Ils la voteront surement
avant de s’apercevoir !
Texte officiel : http://www.legifrance.gouv.fr/html/actualite/actualite_legislative/pl_equilibre_fipu.html

***** Les recommandations de la commission européenne sur le programme de stabilité actualisé de la France pour la période 2011-2014, que tous les partis pro-U.E. et/ou pro-euro appliqueront avec
zèle, et qui préconisent notamment l’attaque contre les CDI ! Au motif d’une soi-disant surprotection des travailleurs !