Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 19:15

Dans la Haute-Saône, les communistes n'enferment pas le potentiel de rassemblement du vote communiste dans le "Front de gauche"

 

"IL FAUT D'AUTRES FORCES POLITIQUES" - Article paru dans l'Est Républicain du 28 février 2011

 

110317_Fredo.jpg

 

Certes parmi les sept candidats présentés par le PCF en Haute-Saône figure un homme estampillé Front de gauche (Gilles Lazar sur Héricourt Est). « Mais nous ne sommes pas dans une stratégie d’alliance », insiste Frédéric Bernabé, le n°1 du parti à la faucille dans le département, « car je trouve le Front de gauche trop réducteur en terme de rassemblement. En Haute-Saône comme ailleurs, cela n’existe pas en dehors de la personnalité de Mélanchon. »

Stratégie. « Ici, nous voulons rassembler bien plus largement, ce qui n’est pas valable ailleurs. En 2004, nous avions des candidats un peu partout. À Dampierre-sur-Salon, Champlitte, Faucogney ou Fresne-Saint-Mamès par exemple, mais c’était du parachutage, on faisait 1 %. Au niveau national, comme on avait des candidats partout, ça faisait des voix, mais aujourd’hui on n’a plus la force. On essaie désormais de présenter des candidats du cru ».

Politique. « On estime que la bipolarisation de la vie politique n’est pas une bonne chose, il faut que d’autres forces politiques reviennent dans les débats au sein des collectivités territoriales. La proportionnelle nous y aiderait, ce type de scrutin uninominal pénalise les petits partis ». Quant à l’impact du contexte national ? « Il est favorable à la gauche, ça fait 50 %, le reste c’est la personnalité du candidat. Mais il faut dire que c’est une élection bizarre en vue de la réforme des collectivités territoriales, on fait comme si de rien n’était. On va voter pour que les collectivités fonctionnent durant trois ans ». Démobilisateur comme discours, non ? « Oui, mais c’est également une façon de dire aux gens d’aller voter afin de scander qu’ils ne sont pas d’accord avec le projet de l’UMP qui mène une politique de destruction ».

Ambition. « Je perçois deux ouvertures pour le second tour : à Champagney où l’UMP n’est pas présente et notre candidat Roland Germain bien implanté, ainsi que Vesoul Ouest où les choses sont beaucoup plus ouvertes qu’auparavant. Je m’appuie sur nos résultats aux élections municipales de Vesoul dues à notre stratégie d’ouverture et sur le travail de terrain. »

Alliance. Pourquoi pas d’alliance avec la gauche départementale au 1 er tour ? « Chacun a envie de faire entendre sa voix. Pour une ou deux candidatures uniques communistes, il y en aurait douze socialistes ? Il faudrait que chacun s’y retrouve. Et on a des choses différentes à dire. Au 2e tour, on appellera à battre la droite ».

Divergences. « Il faudrait une politique du conseil général beaucoup plus volontariste sur l’emploi, notamment par rapport à l’emploi aidé. Beaucoup d’associations sont en difficulté, je prône plus d’interventionnisme en la matière. Je regrette qu’il n’y ait pas de maison de l’étudiant gérée par le conseil général. En matière de transports, tout est axé sur le TGV, si nous perdons la ligne 4, nous le paierons très cher ». Quant à l’autoroute ? « Si l’option de l’aménagement en 2x2 voies de la RN19 avait été prise, par plans Etat-Région successifs, on serait peut-être à Fayl-Billot. Voilà qui aurait mérité un débat. Quant à l’appauvrissement des départements, je reste persuadé qu’ils ont trop vite accepté des compétences nouvelles dont ils n’ont pas les moyens. La décentralisation, c’est une mise sous tutelle des collectivités. Je m’y oppose car on met les territoires en concurrence ».

Propos recueillis par Sébastien MICHAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Cantonales 2011
commenter cet article

commentaires