Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 10:56

Les écologistes tels qu’en eux-mêmes : opportunistes ! Ils n’ont rien à faire dans le même groupe parlementaire que les députés communistes !

 

A Nîmes, au cours de leurs « journées d’été », portés par le triomphalisme de leurs résultats aux européennes, les dirigeants des Verts et de l’écologie politique se sont montrés tels qu’en eux-mêmes.

 

La défense du cadre de vie, de l’environnement, la lutte contre les pollutions… sont des préoccupations communes à quasiment tous les citoyens, à un niveau ou un autre, selon leurs autres soucis quotidiens. Pour les communistes, elles sont indissociables de la lutte contre le capitalisme.

Sinon, l’écologie politique, c’est un peu tout et n’importe quoi et avant tout de l’opportunisme politique au service de l’idéologie dominante.

 

On se souvient qu’un des ancêtres des Verts, René Dumont, s’était reconnu dans l’idéologie vichyssoise du retour à la terre.

On voit comment le capitalisme, par exemple par la voix de l’ancien vice-président américain, Al Gore, entretient et récupère la préoccupation environnementaliste pour en faire de nouveaux marchés et de nouvelles sources de profits.

 

Mais à Nîmes, les personnalités françaises se sont vraiment lâchées !

 

Cohn-Bendit dont tout l’engagement, comme il le proclame, est fondé depuis 1968 sur l’anticommunisme, et qui s’est découvert écologiste sur le tard, lance un appel au rassemblement de la « gauche » avec le Modem.

Mamère, ancien membre du PS, élu à Bègles depuis 1989 à la tête d’une coalition anticommuniste, se sent pousser des ailes dans son plan de carrière.

Bové, le plus affligeant de tous, parce qu’il a essayé d’abuser des militants « antilibéraux » et les opposants à l’UE du capital, avant de se rallier à l’ultra-libéral Cohn-Bendit pour être élu à Strasbourg, révèle sa profession de foi : « Aujourd'hui, le paradigme, ce n'est plus le socialisme ou la barbarie, mais l'écologie ou la barbarie ».

 

Dans le système politique promu dans les pays européens, les écologistes se confirment, presque partout, être une option politique de diversion pour canaliser des électorats vers les tenants principaux de l’idéologie dominante. Leurs partis, groupusculaires au niveau des adhérents, trouvent soudainement des dirigeants quand de bonnes places d’élus sont à convoiter.

 

Ce bref résumé, découlant des Journées de Nîmes, ne signifie pas un rejet en bloc, indifférencié, de tout ce qui se dit écologiste.

 

Mais encore plus avec le changement de règlement de l’Assemblée nationale, on ne comprend vraiment comment les députés communistes peuvent siéger dans le même groupe parlementaire que les députés écologistes.

 

Rédaction de vivelepcf


Voir notre article du 2 juillet: 

Assemblée : qui s’oppose à la reconstitution d’un groupe communiste et apparentés ?

Partager cet article

Repost0

commentaires