Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 16:37

Contre les licenciements à l’entreprise Cameron

 

La multinationale américaine Cameron emplois 700 salariés sur son site français de Béziers (17.000 dans le monde). Son activité est l’équipement des forages pétroliers et gaziers. Cameron – France – SAS vient d’annoncer un plan de suppression de 142 emplois à Béziers, 300 en comptant les CDD et les sous-traitants, selon la CGT.

La mobilisation se construit contre le plan de la direction. Le cas de figure de la Cameron ressemble à tant d’autres dans le pays : comment la crise sert de prétexte aux groupes capitalistes pour accélérer les « restructurations », accroître l’exploitation des travailleurs, délocaliser.

Nous reproduisons ci-dessous deux des interventions de nos camarades de la section du PCF de Béziers. Résolument, ils s’opposent à tout licenciement. Ils pointent les profits de l’entreprise, en France et dans le monde. Ils interpellent directement les autorités et les élus au sujet des aides publiques accordées à la Cameron.

Soulignons aussi que Cameron, comme toute l’industrie parapétrolière française, est fournisseur du Groupe Total et de GDF-Suez. En 2008, entre autres, Cameron a équipé des forages gaziers de Total en Mer du Nord. La direction de Cameron ne fera croire à personne que le recul de 2,8% de la consommation de pétrole cette année est destiné à être durable !

Les responsabilités des groupes énergétiques français, privatisés et choyés par le pouvoir sont aussi au centre de la défense de l’industrie parapétrolière en France.

vivelepcf

 


Expression de la section du PCF Béziers

 

IL NE DOIT PAS Y AVOIR UN SEUL LICENCIEMENT À LA CAMERON, AUX VOLEURS !

Communiqué d’Aimé COUQUET, Conseiller Municipal Communiste au sujet de LA CAMERON


Par un tract distribué, le 1er juillet, à la sortie de l’usine, la section de Béziers du PCF s’adressait aux travailleurs de la Cameron. Les communistes biterrois disaient « assez de licenciements provoqués par les profits ». Ils appelaient à « la résistance salariale unie ».

Aujourd’hui, je crie « Aux voleurs ! ». Depuis un an les habitants de notre planète sont abreuvés des péripéties de ce que les dirigeants mondiaux appellent «la crise financière». Ils en profitent pour nous faire serrer la ceinture. Pour eux, pas d’autre solution que de payer pour renflouer les banques sinon «c’est la faillite !». Et alors, c’est l’argent public qui sert au renflouement des banques. Pour la France, celles-ci ont déjà encaissé quelques 20 milliards d’euros. De l’argent public, il y en a aussi pour les sociétés multinationales. Pour quel résultat? Toujours davantage de licenciements !

Pendant ce temps, un seul exemple, la banque BNP Paribas qui a reçu 5,1 milliards d’euros d’aide de l’Etat, annonce qu’elle «va discrètement accorder autour de 1 milliard d’euros de primes à ses traders». De son côté le Pdg de la Société Générale a affirmé que sa banque a le même point de vue. Je demande que ces banques remboursent immédiatement l’argent public à l’Etat.

A Béziers, la direction de la Cameron prévoit quelques centaines de licenciements qui induiront quelques autres centaines chez les sous-traitants alors qu’en 2008 :

95 millions d’euros de dividendes ont été distribués ;

125 millions d’euros ont été transférés à la filiale luxembourgeoise du groupe Cameron ;

1,6 milliard d’euros est disponible dans la caisse de l’entité mondiale Cameron.

Dans cette situation financière favorable pourquoi envisager des licenciements à Béziers? En conséquence, je demande à la direction de la Cameron de rembourser les fonds publics suivants qu’elle a encaissé :

275.000 euros à l’Etat,

91.700 euros à la Région Languedoc-Rousillon,

91.650 euros au Conseil Général 34,

91.650 euros à la communauté d’agglomération Béziers-Méditerranée,

soit au total 550.000 euros de fonds publics versés sous forme de subventions ces deux dernières années.

Une grande bataille contre ces licenciements et pour les remboursements des fonds publics doit être engagée. Les élus concernés doivent prendre leur responsabilité.

 


CAMERON-BÉZIERS, suite :

LICENCIEMENTS À LA CAMERON : SCANDALE !

J’ai dénoncé l’argent public versé à la Cameron de Béziers (34) alors que sa direction prévoit de nombreux licenciements dans les mois à venir. Aux actualités régionales le patron a répondu qu’il était prêt à rembourser les 550.00 euros de subventions reçues. Faut-il que le Préfet et les présidents du Conseil Régional, du Conseil Général et de la Communauté d’Agglomération Béziers-Méditerranée veuillent bien les réclamer?

Mais qu’en est-il des licenciements prévus? Un procès-verbal de la réunion du Comité d’entreprise, tenue le 28 juillet 2009, a été affiché et lu par tous les employés de la Cameron. Ils y ont trouvé la démonstration du directeur, M. Collon, justifiant les licenciements. Ce dernier présente le prévisionnel des résultats pour 2010-2011. Il fait une projection avec la mise en place de ce qui est appelé, à tort, «Plan de Sauvegarde de l’Emploi» car il s’agit justement du plan de licenciements !

Voilà, abruptement, le résultat des cogitations du Directeur :

Sans «plan de sauvegarde de l’emploi» (lire sans licenciements), l’entreprise générera :

31 millions d’euros de bénéfice,

Avec un plan de sauvegarde de l’emploi (licenciements), l’entreprise produira :

63 millions d’euros de bénéfice.

C’est simple, clair et scandaleux !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans FEDERATIONS: vie du PCF
commenter cet article

commentaires