Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 09:43

Conseil national du PCF du 13 mai 2009 

 

Intervention d’Emmanuel DANG TRAN, fédération de Paris

 

 

Ne laissons pas l’opération « Front de gauche » détourner le PCF de ses responsabilités pour dégager la perspective politique ! Ne la laissons pas non plus ôter sa portée au vote communiste !

 

Les manifestations du 1er mai traduisent bien les possibilités mais aussi les blocages de la situation politique.

La mobilisation est nombreuse ; les luttes se développent dans plusieurs secteurs très différents. Elles pointent directement la politique du gouvernement, en une période de crise où le capitalisme connaît un discrédit idéologique sans précédent depuis très longtemps.

Mais dans le même temps, le débouché semble toujours faire défaut au mouvement populaire. Y compris sur le plan revendicatif. La déclaration syndicale unitaire de janvier peine à se traduire en convergence de lutte sur des objectifs immédiats et précis.

 

Dans ce contexte, les responsabilités du PCF sont considérables pour dégager la perspective politique. Cela implique de s’écarter de deux fausses voies.

 

La perspective ne peut consister à préparer une nouvelle alternance à « gauche » en 2012, à attendre et subir d’ici là. Je ne comprends et je désapprouve que nous ayons signé l’appel commun de toute la « gauche » pour la manifestation du 1er mai, allant du NPA au PS. Il y a toujours les mêmes contradictions de fond entre les revendications du mouvement et les positions actuelles du PS sur l’UE, l’université, l’hôpital…

Dans la manifestation du 1er mai, les autocollants du Pg « casse toi, pov’ con » étaient omniprésents. Sur un autre mode, ils enferment la perspective de la même façon. Nous devons nous en distinguer totalement.

 

Ce n’est pas davantage du résultat des élections européennes que va venir le changement. Soyons sérieux ! La composition du futur Parlement européen ne conditionne pas une politique de progrès.

A plus de 90%, les députés européens sortants ont voté pour la « constitution » européenne. A plus de 90%, ils viennent de voter [le 2 avril] une résolution condamnant le communisme. Surtout, le Parlement européen, élément de l’intégration européenne, n’est en rien un lieu d’expression démocratique des peuples.

 

L’intérêt du vote communiste le 7 juin et de faire élire des députés communistes est ailleurs, en lien avec la situation nationale.

Je ne peux accepter l’idée que les luttes ne seraient pas directement l’affaire du PCF. Tout au contraire, elles portent, de façon décisive en ce moment, l’alternative politique. Il est de notre raison d’être communistes de contribuer à leur développement, de les impulser, d’une autre façon que les organisations syndicales.

 

Dans les semaines qui viennent, la bataille pour le retrait de la loi Bachelot est une des priorités, vu sa gravité, vu l’urgence, vu les convergences à l’hôpital (tous les personnels, y compris les médecins) et au-delà qui se développent. L’appel des professeurs contre la « médecine mercantile » est presque anticapitaliste ! C’est l’une des questions sur lesquelles le mouvement peut s’unir pour gagner et nous pouvons et devons y contribuer. De même que nous devons avancer sur les questions de défense des branches industrielles et de l’intervention publique (jusqu’aux nationalisations), très au-delà des propositions de loi pour l’interdiction des licenciements qui renvoient, en outre, à une logique de délégation dans un cadre institutionnel.

Malgré des différences réelles suivant les régions, la campagne nationale du « Front de gauche » est déconnectée de ces priorités et se fourvoie dans les voies de diversion que je critiquais à l’instant. Elle est globalement électoraliste et politicienne. Les inquiétudes que certains d’entre nous ont manifestées à l’égard du « Front de gauche » se vérifient.

 

Les craintes d’un projet de recomposition politique dépassant les élections se confirment également. Le « Front de gauche » ne cesse de mettre en avant le « Parti de gauche » avec lequel il est déjà souvent confondu.

Mélenchon et ses moins de 3000 adhérents, sans parler du courant dissident de la LCR (« gauche unitaire ») avec ses moins de 300 affiliés, profitent en plein de la campagne et des moyens du PCF qui s’efface au nom de ce pseudo rassemblement. C’est comme si on reprenait la méthode et les objectifs des « collectifs antilibéraux » mais cette fois sans demander aux communistes leur avis. D’autant que Mélenchon ne masque pas que le scénario à l’allemande « Linke » est son projet.

 

Les communistes ne sauraient accepter qu’une campagne électorale soit le moyen de leur imposer un tel plan de recomposition. Pas plus que la ligne politique qui va avec.

 

Prolonger le NON de 2005, ce ne peut pas consister à chercher à relégitimer l’UE du capital, disqualifiée par les peuples.

M. Mélenchon, on le sait, était partisan de Maastricht. J’ai retrouvé ce qu’il disait dans les comptes-rendus des débats du Sénat (9 juin 1992). Pour lui alors, le traité de Maastricht est un « compromis de gauche » et il se livre à appel au « patriotisme européen ». Ce ne sont pas des positions de circonstance.

 

Ne laissons pas le Pg être l’instrument pour continuer à effacer notre grand parti, son organisation et les positions qui ont toujours été les siennes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Interventions au CN du PCF
commenter cet article

commentaires

Anton Suwalki 18/05/2009 23:12

ALERTE CITOYENNE


Bonjour, je me présente, je suis le bien nommé Robert Cendrier, militant anti-barbecue et fondateur du CRIBARB (Comité de recherche indépendant sur les barbecues). Le CRIBARB , indépendant grâce du financement complètement désintéressé de Thermor et Arthur Martin, souligne qu’il est avéré que la cuisson en grillades est facteur de cancer, ce que cherche à cacher le lobbie du barbecue qui présente ce hobby hautement dangeureux comme ludique et convivial : il suffit de voir comment l’on met en scène dans d’innombrables films des familles autour du barbecue du dimanche. Alors que l’on a enfin ôté sa pipe à Tati (*), comment tolérer qu’on tolère encore de la publicité explicite pour une activité aussi meurtrière ?

De plus, il n’y a pas que le barbecuisme actif qui est dangereux.

Le barbecuisme passif , qu’un individu d’un immeuble subit lorsque son voisin s’adonne à cette triste occupation, est plus sournois mais non moins redoutable. Le professeur Vésalini,chercheur intermittent de l’Université de Caen et du CRIBARB , a démontré qu’une culture de cellules d’algues exposées pendant 250 ans au dessus d’un braséro présente un taux de survie 2,04 fois inférieur à la normale. Le lobby du barbecue, bien organisé au sein de l’Académie de Médecine, tente de nier la portée de cette étude prétendant que tout est question de distance et de durée d’exposition. Il préconise scandaleusement l’usage de barbecues électriques, pour le plus grand profit de TEFAL et d’EDF, alors que leur innocuité n’est pas prouvée non plus ! La collusion entre le lobby du barbecue et celui du nucléaire n’en est que plus évidente !



Le CRIBARB, au nom du principe de précaution, exige la limitation de la puissance des barbecues électriques à 52 watts et demi, l’interdiction de faire cuire des grillades à moins de 6 kilomètres de toute habitation, et la reconnaissance de la barbecue-sensibilité comme maladie nouvelle, ce qui permettra aux victimes de se retourner les trusts du barbecue qui ne respectent pas des normes draconiennes et ça sera une occasion de plus dénoncer son voisin, conformément à certaines traditions très ancrées dans ce pays.



Et concernant la barbecue-sensibilité, qu’on ne nous parle d’effet nocébo ! on sait quand même faire la différence entre un barbecue allumé et un barbecue éteint, nom d’une chipolata !



Pour le CRIBARB,

Robert Cendrier

cotty 17/05/2009 18:53

Hélas cette analyse est d'une clairvoyance remarquable! mais que faire changer d'orientation stratégique! là est la vraie question, il appartient aux adhérent(e)s de trancher par leurs prises de participation au débat qui doit se tenir avant tout entre communistes.