Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 15:49

Après le Conseil national du 9 janvier, faire vivre et renforcer le PCF !

  

Communiqué de 17 membres du Conseil national du PCF (mis en page - cliquez)

 

Marie-George Buffet a choisi d'exclure les signataires du texte 3 qui avait recueilli 25% du vote des communistes – du comité exécutif national.

La direction du parti laisse donc de côté les plus déterminés à faire vivre le PCF.

Ce choix affaiblit le Parti communiste et sème le doute quant à la volonté de la direction de mettre en oeuvre les orientations décidées par les communistes. Dans le même temps, Marie-George Buffet a choisi de constituer son exécutif avec plusieurs partisans de « la métamorphose », issus notamment de la liste conduite par Marie-Pierre Vieu.

La préparation du congrès, les votes du 29 et 30 octobre, les réunions de sections, conférences départementales et le congrès lui-même ont montré, en dépit de bien des manœuvres, la montée en puissance de l’exigence communiste dans notre parti.

En cela la majorité des communistes fait écho à l’état d’esprit d’une grand partie de la population qui face à la crise globale du capitalisme cherche une autre voie que les différentes gestions sociales-démocrates successives aux marges du capitalisme.

Hélas, rabougri autour de Marie Georges Buffet, le groupe dirigeant n’a à nouveau rien voulu entendre du mouvement. Il vient de décider, en dépit de notre proposition de prendre toutes nos responsabilités à tous les étages, de s’appuyer sur une frange ouvertement liquidatrice qui n’a pas eu le courage de solliciter les suffrages des communistes, dont il est par conséquent difficile de mesurer l’implantation réelle dans le parti.

Cette violation manifeste des principes démocratiques élémentaires a immédiatement été sanctionnée par 42 % d’opposition à ce choix lors du vote dans le CN.  Sur les 148 votants lors du CN du 9 janvier, 60 ont voté nul, soit 42 %. Nous avons un exécutif élu par 88 membres du CN sur 230. Sa légitimité est donc toute relative.

La dernière partie du CN, consacrée au plan d’action a été réduite à la portion congrue : une petite heure de discussion. Sur ce qui préoccupe le plus les communistes : la convergence des luttes et les perspectives politiques qu’elle porte, on ne nous a proposé qu’un catalogue de mesures réformistes, très en dessous des possibilités et des attentes. Plusieurs membres du CN, au delà de nous, ont exprimé l’exigence d’une ligne plus offensive, plus anti-capitaliste, avec des propositions précises.

 

Renforcer le PCF, une exigence de notre temps.

Dans ce cadre là, nous appelons chaque communiste quel que soit son  niveau d’engagement dans le parti à revendiquer partout, à prendre et à assumer chaque fois que cela sera possible toutes ses responsabilités dans le fonctionnement et les tâches de direction du parti.

Il y va de la restructuration unitaire du PCF et du devenir même de notre organisation, toujours décisive dans l’affrontement de classe en France : les manifestations contre la tuerie à Gaza et la préparation du 29 janvier le montrent.

 

 

Les 17 élus de la liste « Faire vivre, renforcer le PCF, une exigence de notre temps » :

 

Corinne BECOURT (Aisne) ; Paul BARBAZANGE (Hérault); Floriane BENOIT (Isère) ; Dominique NEGRI (Isère) ; Christian TABAGLIO (Meurthe-et-Moselle) ; Marie-Christine BURRICAND (Rhône) ; André GERIN (Rhône) ; Frédéric BERNABE (Haute-Saône) ; Emmanuel DANG TRAN (Paris) ; Claude FAINZANG (Paris) ; Pasquale NOIZET (Paris) ; Fabienne DEBEAUVAIS (Somme) ; Eric JALADE (Tarn) ; Jean-Pierre MEYER (Var) ; Caroline ANDREANI (Seine-Saint-Denis) ; Jean-Jacques KARMAN (Seine-Saint-Denis) ; Alain DE POILLY (Val-de-Marne)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Prcf 18/01/2009 10:24

Appel à l’unité des vrais communistes

L’heure du choix pour les vrais communistes : chercher en vain une entente sur les places avec la direction mutante ou construire ensemble une Convergence Nationale d’Action Communiste ?

Le conseil national du PCF, tenu le 9 janvier, a débouché comme on pouvait s’y attendre, sur l’auto-reconduction de la direction super-mutante pilotée par Marie-Georges Buffet

La tendance mutante accapare l’exécutif du PCF en alliance avec les super-droitiers Calabuig et Marie-Pierre Vieu. Calabuig s’est même félicité d’intégrer l’exécutif tout en participant à la construction d’une force politique rivale du PCF ! Bref la liquidation va s’accentuer à un moment où le peuple français a besoin de repères communistes clairs pour combattre la crise mondiale du capitaliste, la rupture fascisante de l’UMP et la désintégration rapide de la France dans l’U.E. du grand capital !

A l’inverse, les deux tendances de gauche représentées dans ce parti au fonctionnement clairement social-démocrate qu’est le PCF, celle dirigée par A. Gérin et celle dirigée par N. Marchand, ont été écartées de manière méprisante du gouvernement du parti, auquel elles avaient décidé de postuler l’une et l’autre (comme l’ont confirmé les camarades Burricand et Karman, et avant eux A. Gérin).

Cette situation appelle plusieurs remarques :

Comme il était prévisible après l’expérience des six congrès précédents, le miracle de la "remise du PCF sur les rails de la lutte des classes" n’a pas, et ne pouvait avoir lieu. Les mutants ont parfaitement verrouillé le congrès (24% des voix pour le texte Gerin avant le congrès, 10% de représentants de cette liste au congrès et... zéro % à l’exécutif : le filtre habituel a fonctionné comme à la parade) ;

la "lisibilité" de la politique conduite par la tendance dirigée par A. Gerin est de plus en plus indéchiffrable : n’est-il pas inconséquent pour une opposition se réclamant du communisme de demander à intégrer le gouvernement du parti en position super-minoritaire, avec le risque évident de cautionner une majorité liquidatrice? La vraie question n’est-elle pas plutôt de SEPARER les vrais communistes encore membres du PCF des liquidateurs mutants (en fait anticommunistes, anti-soviétiques, pro-européistes... et pieds et poings liés au PS et au PGE !) pour les UNIR dans l’action avec les communistes organisés hors du PCF, non pour mener une stérile lutte des places mais pour mener avec les travailleurs, et loin de l’influence mutante, la lutte des CLASSES !

En quoi est-il compréhensible pour les chefs de file de l’opposition de gauche de parlementer avec M.-G. Buffet, ex-ministre de Jospin qui a cautionné pendant cinq ans la guerre en Yougoslavie et en Afghanistan, la mise en place de l’euro, la contre-réforme Allègre des lycées et les euro-privatisations, alors que les mêmes opposants internes refusent tout contact avec le PRCF... dont les fondateurs (pour certains des figures de proue de la Résistance !) ont les premiers organisé l’opposition à la mutation, et cela à une époque où c’était nettement plus difficile qu’aujourd’hui? En quoi est-il honorable d’engager des tractations une direction faillie, arrogante et liquidatrice, alors qu’on refuse avec dédain la main tendue de vrais communistes qui ne revendiquent aucune place et appellent seulement à reconstruire ensemble un parti communiste, et d’abord une intervention communiste commune dans les luttes?

Pendant que se déroulaient ces tractations de sommet, dénuées de sens pour le monde du travail et les amis de la paix, Sarkozy multipliait les atteintes aux libertés (mise au pas de l’audiovisuel, menaces contre les cheminots grévistes, "serrage" maximal des manifs lycéennes, suppression du juge d’instruction et du droit d’amendement parlementaire, menaces de mort sur l’existence des départements), la casse des acquis sociaux (baisse du taux du livret A, relance des réformes Darcos, projets monstrueux sur l’hôpital et la Sécu, etc.). C’est d’abord sur ce terrain de masse qu’on attend les vrais communistes qui se doivent de porter une intervention commune publique et totalement démarquée de Buffet au moment où les conditions d’un affrontement de classes majeur peuvent se constituer dans notre pays et où le gouvernement, comme l’UE supranationale, aggravent la fascisation de la vie politique? Oui, il est anormal que, mettant de côté les divisions secondaires, les vrais communistes n’aient pris aucune initiative commune pour apporter un soutien franchement anti-impérialiste au peuple palestinien et pour dénoncer la pseudo-action de paix de Sarkozy qui vient de favoriser le "rehaussement des liens entre l’UE et Israël" tout en fermant les yeux sur les crimes de guerre à répétition de cet Etat prédateur !

Le PRCF s’adresse à nouveau solennellement aux responsables et militants de l’opposition de gauche dans le parti. Il y a deux voies possibles pour la renaissance communiste. Soit celle d’une conciliation avec les dirigeants du PCF en excluant les militants de toujours de la renaissance communiste et en misant tout, de trois ans en trois ans sur la très improbable reconquête interne d’un appareil failli, avec en prime le soutien (fût-il "critique") à la liste Wurtz-Mélenchon et son mensonge patent visant à promouvoir l’introuvable "Europe sociale" ; soit celle d’une rupture politique et militante des vrais communistes avec les liquidateurs en unissant dans l’intervention communiste commune tous ceux qui veulent, sans se soumettre aux échéances et aux magouilles de l’appareil mutant, intervenir tous ensemble et dès maintenant dans le combat de classe et dans la résistance anti-impérialiste.

Pris dans la rupture euro-sarkozyste, notre pays se meurt pendant que notre classe ouvrière vit dans les affres du chômage total et partiel ; l’heure est donc à la mise en place d’une large Convergence nationale d’action communiste avec tous les communistes TELS qu’ILS SONT, encore membres du PCF ou organisés à l’extérieur de ce parti muté.

Le PRCF propose donc une réunion nationale sans préalable pour mettre en place cette convergence tournée vers l’ACTION et pour dire très fortement au peuple travailleur : le capitalisme conduit la France et l’humanité au désastre, l’avenir a besoin du communisme et d’un véritable Parti communiste en France. Dans l’immédiat le PRCF est prêt à toute rencontre avec d’autres groupes franchement communistes pour construire ensemble une intervention unitaire en défense du peuple palestinien. Enfin, le PRCF souligne que pour lui, quelle que soit les tergiversations des uns ou des autres, le terrain principal est celui des entreprises, des quartiers populaires et des luttes sociales et anti-impérialistes, dans lesquels se reconstruira principalement le vrai parti communiste français dont le peuple est privé par la mutation et par ceux qui concilient interminablement avec elle.

PRCF le 15 janvier 09

Source : www.prcf.fr