Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 10:19

''Proclamation de  Sao Paulo – Le socialisme est l’alternative!''

São Paulo, 23 novembre 2008
Dixième Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers


Traduit par A.C. depuis le Portugais pour vivelepcf.com

'' Le monde est confronté à une grave crise économique et financière de grande ampleur. Une crise du système capitaliste, indissociable de sa nature propre et de ses contradictions insolubles, qui est probablement la plus grave crise depuis la Grande Dépression commencée avec le krach de 1929. Comme toujours ce sont les travailleurs et le peuple qui en sont les principales victimes.


La crise actuelle est l’expression d’une crise plus profonde, intrinsèque au système capitaliste qui démontre ses limites historiques et l’exigence de son dépassement révolutionnaire. Elle représente aussi un danger de régression sociale et démocratique et constitue, comme l’Histoire l’a démontrée, une base pour des mouvements autoritaires et militaristes, ce qui nécessite une vigiliance accrue des partis communistes et des forces anti-impérialistes.


Alors que des milliards d’argent public sont mobilisés pour sauver les responsables de la crise – le grand capital, la haute finance et les spéculateurs – ce qui s’annonce pour les ouvriers, les paysans, les couches moyennes, tous ceux qui vivent de leur travail et qui étouffent sous le poids des monopoles, c’est plus d’exploitation, de chômage, de baisses de salaires et de retraites, d’insécurité ; la faim et la pauvreté.

De puissantes campagnes idéologiques de diversion cherchent à cacher les causes réelles de la crise et à barrer la voie à la recherche de solutions qui seraient dans les intérêts des masses populaires, qui favoriseraient l’émergence d’un nouveau rapport de force, un nouvel ordre international en faveur des travailleurs, des forces populaires, basé sur la solidarité internationale et l’amitié entre les peuples. Les grandes puissances capitalistes, à commencer par les Etats-Unis, l’Union Européenne et le Japon, au moyen d’organisations internationales qu’ils contrôlent – le FMI, la Banque mondiale, la Banque Centrale Européenne, l’OTAN entre autres – et aussi en se servant de l’ONU pour poursuivre leurs intérêts particuliers, travaillent frénétiquement sur des « solutions » qui ne font que semer les germes des crises à venir, et cherchent à sauver le système à court-terme et à renforcer les mécanismes de l’exploitation et de l’oppression impérialiste

En ayant recours à des boucs-émissaires, et en insistant sur des solutions éculées de « régulation », d’ « humanisation » et de « réforme » du capitalisme, ils veulent changer les apparences pour que rien ne change. Les partis du Capital se sont empressés d’adopter les dogmes du « Consensus de Washington » qui ont alimenté la brutale financiarisation de l’économie. La social-démocratie, masquant sa capitulation devant le néo-libéralisme et sa transformation en un pilier de l’impérialisme, tente un retour tardif à des modes de « régulation » de type keynésien qui laissent intact la nature de classe du pouvoir et les rapports de propriété, et qui visent objectivement à éluder la question de l’affirmation d’alternatives révolutionnaires pour les travailleurs et les peuples.


Mais cette perspective n’est pas une fatalité.

 

Comme d’autres moments dans l’histoire l’ont déjà démontrés, les travailleurs et les peuples peuvent, s’ils sont unis, déterminer le cours des événements économiques, sociaux, et politiques, arracher d’importantes concessions au capital dans l’intérêt des masses, empêcher une évolution vers le fascisme et la guerre et ouvrir la voie à de profondes transformations de nature progressiste et même révolutionnaires

Sur le plan international, le tableau est celui de luttes de classe toujours plus aigues. L’humanité traverse un des moments les plus difficiles et les plus complexes de son histoire, une crise économique globale, qui coincide simultanément avec une crise énergétique et alimentaire et une sérieuse crise environnementale ; un monde avec de profondes injustices et inégalités, des guerres et des conflits. Ce tableau nous laisse à un carrefour de l’histoire, où deux tendances contradictoires se manifestent. D’un côté, de grandes menaces sur la paix, la souveraineté, la démocratie, les peuples et les droits des travailleurs et de l’autre côté un immense potentiel de luttes et d’avancées pour la cause de l’émancipation des travailleurs et des peuples, la cause du progrès social et de la paix, la cause du socialisme et du communisme.

Les partis communistes et ouvriers réunis lors de cette dixième rencontre, à Sao Paulo, saluent les luttes populaires qui se développent partout dans le monde contre l’exploitation et l’impression impérialistes, contre les attaques croissantes sur les conquêtes historiques du mouvement ouvrier, contre l’offensive militariste et anti-démocratique de l’impérialisme.

En soulignant que la faillite du néo-libéralisme ne représente pas seulement l’échec d’une politique de gestion du capitalisme mais l’échec du capitalisme lui-même, et sûrs de la supériorité des idéaux et du projet communistes, nous affirmons que la réponse aux aspirations émancipatrices des travailleurs et des peuples peut seulement se trouver dans la rupture avec le grand capital, avec les blocs et les alliances impérialistes, dans de profondes transformations de nature émancipatrice et anti-monopoliste.

Avec la conviction profonde que le socialisme est l’alternative, la voie vers une indépendance véritable et totale des peuples, pour l’affirmation des droits des travailleurs et le seul moyen de mettre fin aux crises destructrices du capitalisme, nous en appelons à la classe ouvrière, aux travailleurs et aux peuples du monde entier pour qu’ils se joignent à la lutte des communistes et des révolutionnaires et, unis autour de leurs intérêts de classe et de leurs justes aspirations, qu’ils prennent en main la construction d’un futur de prospérité, de justice, de paix pour l’Humanité. En ce sens, les conditions émergent pour une convergence des résistances, des luttes populaires en un grand mouvement contre les politiques capitalistes mises en oeuvre dans cette crise et les agressions impérialistes qui menacent la paix.

Certains qu’un autre monde est possible, libre de l’exploitation et de l’oppression de classe du capital, nous proclamons notre engagement à poursuivre la voie historique pour la construction d’une société nouvelle libérée de l’exploitation et de l’oppression de classe : le Socialisme.


São Paulo, 23 novembre 2008
Dixième Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans APPELS INTERNATIONAUX DE PARTIS COMMUNISTES
commenter cet article

commentaires

Vive le Parti Communiste Français 07/12/2008 00:15

Problème avec Mozilla
Réparé.
Merci de votre attention.

gilles questiaux 06/12/2008 23:53

je ne vois pas le texte!