Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 08:03

Intervention d'Aimé COUQUET lors du Comité de la section du PCF de Béziers

Préparation du 34ème congrès


Malgré le déferlement anticommuniste et tous les dénigrements du parti, le PCF reste un repère de résistance pour des millions de salariés, de retraités, de jeunes face à la droite et à la social-démocratie. Les résultats des dernières élections locales, avec des candidats ne masquant pas leur identité communiste l’illustrent. Béziers en est un exemple. Là où les militants maintiennent l’activité communiste dans le mouvement des luttes, dans les localités ou les entreprises, le parti garde sa crédibilité, parce qu’il est fidèle à sa raison d’être. Les directions, nationale et départementale, esquivent toute analyse du recul électoral du PCF. Elles ont participé à la remise en question de son existence. Comme je l’ai déjà précisé la direction nationale a été battue lors de l’assemblée extraordinaire de décembre 2007.

Maintenant, et le projet de base commune, véritable « auberge espagnole », le démontre, la direction tente de brouiller les pistes mais c’est toujours la même ligne politique sclérosante, inapte à dégager une perspective politique, à répondre aux aspirations de ceux qui luttent. Elle continue à déserter le terrain que le PCF devrait occuper et à nourrir l’illusion que des organisations et groupuscules pourraient investir. Clarifions le débat. Malheureusement, la principale rencontre politique de la fête de L’Humanité vient de le démontrer : c’est encore une fois la nième version de l’union de la gauche (ex « plurielle » aujourd’hui « durable ») recomposition amenant à un parti de la gauche européenne (voir débat sur l’Europe et l’intervention de Jean-Louis Bousquet baisant les pieds de Wurtz !

Le PCF doit redonner la priorité au mouvement populaire avant sa présence dans les institutions. Il doit rompre avec l’alignement inconditionnel sur le parti socialiste et retrouver sa pleine indépendance. Les communistes doivent recréer leurs organisations de base, sabordées par les directions : cellules, sections, notamment à l’entreprise, tournées vers la lutte. Nous devons montrer au mouvement populaire, au monde du travail, que le PCF n’appartient pas aux directions et que des communistes sont décidés à le reprendre en mains.

Le PCF doit rester fidèle à ses grands idéaux. Il doit assumer son histoire, y compris ses contradictions et mener une analyse critique des expériences socialistes dans le monde mais sans se renier. Il doit renouer avec sa théorie et son organisation révolutionnaire, ses références au marxisme et au léninisme. Elles ont contribué de manière décisive à ce que le mouvement social, le peuple, arrachent de grandes conquêtes sociales, résistent au fascisme, à la lutte anticoloniale…

A l’heure de la mondialisation capitaliste, ces valeurs, actualisées, sont plus valables que jamais, qu’il s’agisse de l’analyse marxiste de la lutte de classes, de l’objectif du socialisme, de l’exigence de l’appropriation sociale des principaux moyens de production et d’échange, de la défense des droits de peuples à disposer d’eux-mêmes… Les communistes n’entendent pas avoir le monopole de la lutte pour la transformation de la société. Ils entendent y contribuer avec tous ceux qui y ont intérêt, à égalité de droit et de devoir, et en tirant les leçons des erreurs commises, dans la fraternité et la solidarité chères aux travailleurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans 34ème congrès - tribunes
commenter cet article

commentaires