Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 08:55

S’accorder avec le PS sur l’UE : aberrant pour notre parti, le PCF !

La direction de notre parti n’arrive pas à se libérer du « comité de liaison de la gauche » de M. Hollande, à moins qu’elle ne s’y enferre délibérément.

A la suite de sa réunion mardi 1er juillet, quatre partis, PS, PRG, MRC et PCF ont adopté une déclaration commune sur l’UE, à l’occasion du début de la présidence française.

« UE : la gauche s’organise » se réjouit le PS dont les dirigeants, tels M. Moscovici appellent à réconcilier les peuples avec le projet européen.

Quelle ligne politique commune est imaginable sur l’UE entre les communistes et ceux qui ont fait campagne pour la « constitution européenne » puis qui se sont alliés avec l’UMP de Sarkozy pour la ratification du Traité de Lisbonne au Parlement français, au mépris de l’expression souveraine de notre peuple ?

Le PS, comme les socio-démocrates de tous les pays, a d’ailleurs appelé les Irlandais à voter oui.

Effacer ce clivage fondamental entre ceux qui défendent l’UE du capital et ceux qui la combattent est une aberration pour notre parti dont les positions nationales deviennent illisibles.

Le slogan de « l’Europe sociale » recouvre de plus en plus nettement un plan B (ou C, ou Z…) pour essayer de remettre en selle les institutions délégitimées de l’UE dont l’action se fixe précisément comme but la démolition des acquis sociaux nationaux.

A l'instar des propos de Barroso, Giscard et cie, le texte de déclaration s'obstine à voir dans le NON des Irlandais un oui déguisé à la "construction européenne".

On notera aussi l’absence de remise en cause de « l’indépendance » politique de la Banque centrale européenne dont il est seulement proposé de modifier la listes des objectifs (affichés symboliquement). Demander à l’UE de « promouvoir et protéger les services publics » (Lesquels ? sous quel statut de propriété) avec une nouvelle directive européenne: autant demander à un pyromane de protéger une forêt !

On ne trouve même pas dans le texte une demande explicite du retrait des troupes françaises d’Afghanistan mais, dans le « cadre d’une politique internationale européenne », le vœu de privilégier l’aide au développement…

A l’approche du 34ème congrès du PCF, l’exigence de rupture avec la stratégie suivie notamment depuis le 33ème ne cesse de s’affirmer : rupture avec l’alignement sur le PS, rupture avec l’affadissement de nos positions, notamment sur l’UE.

La campagne du référendum de 2005 a montré l’atout que représente le PCF, ses positions inscrites dans une continuité historique, son organisation. Ne laissons pas gâcher ce capital de lutte!

JD pour vivelepcf.fr

Lien vers le texte de la déclaration commune


Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Le message inscrit dans le souci de la Concorde, l'est également dans celui de la défense des Libertés Individuelles et Collectives en EUROPE et dans le monde.
Répondre
A
Avant 2005, existait un groupe dénommé : "une âme pour l'EUROPE", présidé par Mme WENINGER, regroupant tous les groupes de conviction philosophiques et religieuses, y compris les "humanistes"non adhérents de religions. Pöur des raisons et sous des influences à rechercher, le groupe de réflexion a été dissous, au grand dam des "humanistes"...A la différence du Projet de Traité constitutionnel, le Traité de Lisbonne contient un article donnant, auprès des autorités de l'Union, un statut consultatif aux seules grandes religions,à l'exclusion des autres courants de pensée. Ce Traité, introuvable auprès de "Europe en direct", dans les grandes villes, a été adopté par vote, sans consultation du peuple. Il semble, pourtant que les dispositions adoptées ne facilitent pas le dialogue entre tous : croyants divers et non croyants et que les règles démocratiques choisies pour l'adoption du Traité ne correspondent pas à la hauteur des enjeux requis pour la paix civile en EUROPE.
Répondre