Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 18:20

UE, traité de Lisbonne, la Confédération européenne des syndicats (CES) défend son camp : celui du oui !

Doit-on ranger la Confédération européenne des syndicats, la CES, parmi les « forces progressistes de l’Europe » avec lesquelles mener des « batailles européennes » ? Marie-George Buffet le suggère à nouveau aux communistes dans son discours de clôture de la « rencontre nationale » de Tours, le 14 juin dernier.

Pour beaucoup de camarades, cette perspective n’est pas concevable. Depuis son origine, nous font-ils remarquer sur la base de leur expérience, la CES est pilotée par les syndicats européens de cogestion, sinon directement de collaboration de classe, imprégnés d’anticommunisme. La CES s’inscrit aussi depuis le départ dans la défense et l’illustration de l’intégration dans l’UE du capital.

Ce constat s’impose plus que jamais. La CES a compté parmi les principaux partisans du Oui à la constitution européenne en 2005, promouvant une « Europe sociale » qui nie les acquis et les rapports de force nationaux.

En 2008, elle a récidivé. John Monks, son secrétaire général, s’est senti obligé de répondre personnellement à une députée européenne irlandaise pour affirmer l’adhésion de la CES au Traité de Lisbonne. « Nous voulons que le traité de Lisbonne soit adopté rapidement par les Etats-membres avec l’introduction de la Charte européenne des droits fondamentaux …» a-t-il écrit à Mrs Sinnott le 30 avril. C’est on ne peut plus clair. Il précise aussi que la revendication d’une clause sociale additive ne constitue en aucun cas un préalable à l’adoption du traité, mais une « mesure séparée » et que « rouvrir le débat sur le traité, à cette date, n’est ni réalisable, ni souhaitable ».

La CES s’est placée, comme toujours, dans l’aménagement de la « concurrence libre et non faussée » et est intervenue auprès des syndicats irlandais dans ce sens, pendant la campagne décisive.

Cette position de fond est incompatible avec le combat des communistes des pays d’Europe, pour ce qui nous concerne, du PCF.

Elle est incompatible avec le verdict des peuples, français et néerlandais en 2005, maintenant de celui du peuple irlandais.

Ne comptons pas sur la CES pour faire respecter leur vote !

Partager cet article
Repost0

commentaires