Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 23:03

CN des 25 et 26 juin 2008, intervention de Claude FAINZANG

Il serait inconcevable que le texte de congrès ne pose pas la question du bilan de la stratégie des derniers congrès : de la mutation, de la participation gouvernementale de 1997 à 2002, des collectifs antilibéraux…Le choix de l’effacement de l’identité du Parti a conduit à la sanction électorale : 1,93% après 3,37% en 2002, à un affaiblissement sans précédent de notre organisation.

Mais le PCF n’est pas mort ! Dès que nous nous sommes présentés comme communistes, aux législatives puis aux cantonales, nos résultats se sont nettement améliorés (9,3%). L’Assemblée Nationale Extraordinaire de décembre a montré que les communistes voulaient très majoritairement le maintien du PCF.

C’est incompatible avec la poursuite de la stratégie actuelle.

Je ne suis absolument pas d’accord avec ce qu’a déclaré Marie-George Buffet en clôture de la rencontre nationale de Tours: « ne nous demandons pas a priori s’il faut ou s’il ne faut pas des cellules, des sections… ».

Au contraire, pour renouer les liens avec le monde du travail et le mouvement des luttes, il faut reconstituer les cellules, dans les quartiers populaires et les entreprises, impulser leur action et celle des sections sur le terrain de classe. Pour la raison d’être du parti, il faut que les cellules, basées sur le lieu de l’affrontement de classe, redeviennent le lieu de la souveraineté des communistes. L’ouverture, dont on parle tant, doit aussi concerner en priorité les quartiers populaires et les entreprises.

Impulsons les campagnes de lutte nationales sur ce qui les préoccupent. Ne pas l’avoir fait, ces dernières années, nous a rendus invisibles! Déverrouiller le congrès, c’est aussi cela !

Menons une campagne pour la défense du secteur nationalisé en lien avec celle du pouvoir d’achat. Mettons au centre les salaires, le SMIC, les minima sociaux. Reparlons des profits, de l’Impôt sur la Fortune, de la TVA à 5,5% sur les produits de première nécessité dont le chauffage. On parle de la campagne sur l’argent mais les textes de la Commission ne circulent pas. La pétition : personne n’est au courant. On n’en parle pas dans les AG de section. Pas d’impulsion non plus dans l’Huma. Quelle action de lutte à la fête de l’Huma ?

La rencontre nationale à Tours a bien été verrouillée : j’ai été scandalisée que 3 camarades de la Rochelle n’aient pas été admis, parce que leur fédération ne les avaient pas retenus. Moi-même j’ai eu des difficultés pour pouvoir entrer !

On n’a pas retrouvé en séance plénière l’intérêt des discussions le matin en atelier. La parole était très sélectionnée. Les interventions provenaient, sauf exception, de dirigeants qui ont tous ou presque appuyé le même texte de congrès en 2006, la même stratégie. On est loin de l’ouverture quand on ne laisse s’exprimer que ceux qui partagent l’essentiel…

Pour le Conseil National, le problème n’est pas dans le nombre de camarades. Il est dans sa composition et dans son orientation. Les camarades issus des couches populaires et des entreprises sont très peu nombreux. Ils ont quasiment disparu.

Pour le congrès, le calendrier est une nouvelle fois trop serré pour permettre aux communistes de participer. Si la base commune est verrouillée comme le débat actuel (l’huma, la rencontre de Tours), un texte alternatif sera indispensable.

Les textes alternatifs du 33ème congrès ont réuni près de 30%. La suite leur a donné raison. Esquiver aujourd’hui leur contenu n’est pas acceptable. Je fais partie de ceux qui veulent que les communistes aient tous les repères nationaux pour rester organisés, faire vivre leurs cellules, leurs sections.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vive le Parti Communiste Français - dans Interventions au CN du PCF
commenter cet article

commentaires