Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 23:28

ELECTIONS MUNICIPALES ET CANTONALES

LE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS PORTEUR D'AVENIR ET DE MODERNITE

Par le Réseau communiste de Fontenay-sous-bois, avril 2008

Ce titre doit apparaître à certains comme une provocation. En effet, beaucoup de monde attendait l'effondrement électoral du parti communiste.

La droite bien sûr, qui voit à juste titre dans le parti communiste le seul parti qui a encore la capacité de s'attaquer aux racines idéologiques et politiques du capitalisme.

Certains dirigeants du P.S, qui rêvent d'un recentrage en direction du Modem afin d'instituer une bipolarisation de la vie politique et voient dans l'existence du P.C.F. un obstacle majeur à leur rêve.

Certains dirigeants du P.C.F, qui annoncent le déclin inéluctable du P.C.F depuis des années et qui cultivent le catastrophisme pour mieux en conclure que le seul avenir pour le parti communiste c'est de se dissoudre dans une nouvelle force de gauche anti-libérale comme l'a fait le parti communiste allemand dans Die Linke ( la gauche )

Tous ont aujourd'hui un problème, non seulement le P.C.F. ne s'effondre pas, mais il apporte la démonstration qu'il a la capacité d'unir des forces de gauche, autour non d'un parti, mais d'un projet.

Ces élections mettent notre parti devant ses responsabilités, il y a urgence, on ne peut se contenter de constater l'accélération de la bipolarisation par le P.S. et la mise en place par la L.C.R d'un nouveau parti anticapitaliste sans réagir.

Or, pour agir, il faut un projet anticapitaliste, donc il faut lever l'hypothèque de notre fusion-liquidation dans une force de gauche anti-libérale ( Die Linke ). Fusion qui d'ailleurs ne ferait que diviser le nouvement communiste français en deux partis, cela affaiblirait la gauche anticapitaliste en créant un P.S bis et donc renforcerait la bipolarisation.

Les délégués du parti à notre assemblée nationale extraordinaire, nos électeurs à ces dernières élections, ont parfaitement répondu sur l'utilité du parti communiste, rassembler la gauche anticapitaliste. Il faut donc sortir de l'attentisme, du statu-quo, nous avons fait la démonstration que sur le plan local notre parti peut unir la gauche autour d'un projet, alors pourquoi cela ne serait il pas possible au niveau national ?

Malheureusement depuis des années notre parti au niveau national est paralysé politiquement parce qu'il ne conçoit son avenir uniquement que dans la roue du P.S., sa référence constante à la gauche est ambiguë, effectivement beaucoup de monde se réclame de la gauche, Strauss-Kahn le social libéral, Ségolène Royal partisane d 'un rapprochement avec le parti de la droite libérale de Bayrou, Kouchner le ministre va-t-en-guerre de Sarkozy.

Il faut donc que notre direction arrête de répéter sans arrêt : la gauche, la gauche, la gauche, comme si que cette gauche ne faisait qu'une, cela conforte l'idée de bipolarisation, il faut dés maintenant donner un contenu au mot gauche, cela ne peut se faire qu'à partir d'un projet qui permette d'identifier à gauche les uns et les autres, c'est le meilleur moyen de mettre en échec la bipolarisation.

Le parti socialiste rassemble des gens qui sont très différents, il serait donc préjudiciable pour l'union de la gauche anticapitaliste de le stigmatiser en tant que parti, comme le fait la L.C.R , mais nous devons mettre en avant ses contradictions face à un projet de société anticapitaliste. Cela afin de permettre au peuple de gauche de faire un choix, comme il l'a fait lors du référendum sur la constitution européenne en refusant l'Europe libérale contre l'avis des dirigeants du P.S sociaux libéraux.

Ces élections font apparaître également une abstention importante, entre les abstentionnistes et les non inscrits c'est prés de la moitié des électeurs potentiels qui ne se sont pas exprimés à ces dernières élections. Bien souvent de gauche, ils se disent déçus par le passage au pouvoir d'une certaine gauche ( la droite, la gauche c'est pareil, disent-ils. ) ils ont perdu confiance en la politique.

Il y a donc un potentiel important, pour qui à gauche redonnera de l'espoir à cette classe, qui bien que victime du système capitaliste ne voit plus comment s'y opposer et se résigne.

Il n'y a pas de fatalité à la disparition du P.C.F., certes il sort affaibli par des années passées à s'interroger sur son identité sur son utilité, il a payé cher politiquement et financièrement sa tentative de mutation antilibérale.

Pour s'en convaincre il n'y a qu'à comparer les 1,9% de Marie-George Buffet candidate antilibérale avec les 9 % des candidats du parti communiste aux cantonales.

A Fontenay-sous-bois le candidat antilibéral aux législatives, qui était un bon candidat issu du parti à fait en juin 2007 1613 voix sur le territoire d'un canton, alors que sur ce même canton la candidate du parti communiste qui a rassemblé une partie de la gauche fait 2492 voix au premier tour en mars 2008, elle devance la candidate socialiste de 875 voix et se fait élire au second tour sur un canton qui était tenu par la droite. Où sont les valises de plomb que porteraient les candidats communistes ?

Aujourd'hui, l'heure n'est plus à l'effacement du parti communiste, mais à son renforcement.

Notre congrès doit tenir compte de la réalité, il ne faut pas qu'il s'enferme comme prévu dans le saucissonage par thèmes, ce qui empêche toute réflexion globale sur la situation politique en France. Le parti a besoin, dès maintenant de textes alternatifs qui permettent à sa base militante de se prononcer sur un projet de société anticapitaliste.

Ainsi, la question centrale pour le congrès ne doit plus être : Quelles transformations du P.C.F. ? Mais : Quel P.C.F. pour la transformation ?

Partager cet article
Repost0

commentaires