Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 19:14

Aucune opposition de fond à la politique de Sarkozy du côté de la « Gauche plurielle » !

 

Après la réunion du « groupe de liaison de la gauche et des écologistes », un constat : notre parti n’a rien à y faire !

 

Créé à l’initiative de François Hollande, le « groupe de liaison de la gauche et des écologistes » rassemble tous les partis qui ont participé aux gouvernements de la « gauche plurielle ». Il s’est réuni le 11 décembre et a adopté une déclaration commune. Les salariés, les retraités, les jeunes, en particulier ceux qui sont engagés dans les luttes actuelles, chercheront en vain dans ce texte une perspective de riposte et une alternative à la politique de revanche sociale de Sarkozy.

 

Pas un mot pour soutenir les salariés des entreprises publiques engagés dans la défense de leurs régimes de retraite, bien qu’il s’agisse d’une lutte cruciale, d’intérêt général, contre la poursuite du démantèlement de l’ensemble du système de retraite par répartition et du service public.

Pas un mot pour soutenir les étudiants et enseignants en lutte pour l’abrogation de la loi Pécresse de mise des universités sous la tutelle du privé.

Il n’y a pas de quoi s’en étonner. Dans un cas comme dans l’autre, les dirigeants du PS ont manifesté leur accord avec les options du gouvernement.

 

Une seule ligne évoque la ratification du Traité de Lisbonne : « ceux des partis de gauche et écologistes qui ont exigé un référendum rappellent leur position ». C’est tout ! Comme s’il n’y devait pas y avoir là une divergence absolument fondamentale.

 

En fait, la « déclaration commune » se borne pratiquement à décalquer les positions du PS sur la question du pouvoir d’achat telle que Sarkozy la pose. Après le constat, les propositions sont très limitées, voire tout à fait contestables, à commencer par la première « mesure d’urgence destinée à améliorer rapidement le pouvoir d’achat ».

 

La première consiste à demander une augmentation de 50% de la « Prime pour l’emploi ». Cette proposition devrait être révoltante pour les communistes dont les parlementaires ont su, parfois, dénoncer le scandale de la PPE. Inventée par les socialistes, en l’occurrence par Fabius en 2001, la PPE consiste à faire payer par l’Etat, sous forme de crédit d’impôt, un complément aux salariés qui gagnent le SMIC ou un peu plus. Inspiré de « l’impôt négatif » des ultra-libéraux anglo-saxons, la PPE revient ni plus ni moins qu’à faire assumer à la collectivité, à l’ensemble des salariés, une partie de la rémunération du travail des salariés mal payés. A LA PLACE DES PATRONS ! En outre, il est démontré que les dispositifs de ce type tirent l’ensemble des salaires vers le bas.

 

Le reste des propositions est bien vague. Pour n’en reprendre que deux :

- « Augmentation immédiate du SMIC » : mais de combien ? Aucune précision. Ségolène Royal proposait un passage à 1500 euros brut d’ici 2012… Pas de quoi affoler Sarkozy.

- « Maintien de l’évolution des tarifs du gaz et de l’électricité dans le cadre de l’inflation ». Comment admettre une augmentation notamment du gaz (comme le prévoit le gouvernement au 1er janvier) alors que les profits de GDF décollent ? La « gauche plurielle » a préparé la mise en concurrence et la privatisation. Logiquement, elle n’a pas voulu et ne veut toujours pas mener la bataille primordiale contre la privatisation de GDF avec son absorption par Suez, pour la renationalisation intégrale d’EDF et GDF et leur fusion. C’est pourtant la condition du maintien de l’indépendance énergétique du pays et d’une énergie moins chère pour l’économie et les ménages.

Sur ce point aussi, nos positions de communistes conséquents sont incompatibles avec celles du social-libéralisme.

 

Sarkozy n’a souvent qu’un argument pour justifier ses politiques destructrices : "je vous l’avais dit avant et j’ai été élu", comme si l’on avait élu un tyran pour 5 ans.

Mais, au deuxième tour de la présidentielle, il était impossible de voter pour un candidat opposé à la casse des régimes de retraite ou bien respectueux du NON du peuple à la « constitution européenne ». Il n’y en avait pas.

 

Le « comité de liaison de la gauche » représente tout sauf l’alternative politique que réclame le mouvement social pour commencer à mettre en échec la politique de Sarkozy. Après plusieurs réunions « au sommet », (bien) avertie par l’expérience, il est injustifiable que la direction du PCF s’enfonce dans cette impasse pour notre parti et ce qu’il doit représenter dans le pays pour les luttes. C’est un choix suicidaire, ou meurtrier que des milliers de communistes qui ont participé à la préparation de l’assemblée extraordinaire des 8 et 9 décembre ne partagent pas.

 

Battre la droite dans un maximum de villes et de départements aux élections de mars est un objectif que tous partagent. Selon les cas, sous la responsabilité des communistes localement, avec des listes d’union dès le 1er tour ou non. Mais, la plus mauvaise façon de préparer l’échéance, c’est de poursuivre la ligne d’effacement et même de reniement de notre identité et de nos positions.

 

Aux communistes dans les sections et cellule de se faire respecter des « partenaires » de la « gauche », de tous les partenaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF Paris 15 - dans PCF
commenter cet article

commentaires