Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 15:57

Assemblée « extraordinaire » du PCF, les 8 et 9 décembre 2008   

 

Appel d’urgence à un sursaut des communistes

 

Texte adopté par la section de Retournac, fédération de la Haute-Loire (non prononcé à l'assemblée extraordinaire)

 

Chers  Camarades

 

Depuis très longtemps, nombreux sont les militants sur le tas qui se sont inquiété des orientations de sommet, systématiquement dépendantes d’une gauche disparate et d’une mouvance social-démocrate, plus attachée à la conquête du pouvoir pour le pouvoir, qu’au changement social, évoluant à terme vers la transformation de notre société.

 

Nos distances avec les luttes du mouvement social, notre inadéquation avec le mouvement même de la société, notre incapacité à promouvoir un projet susceptible de réactivité immédiate, en cohérence avec les aspirations et les urgences qui en découlent.

 

L’évacuation systématique du champ de notre politique, de la classe ouvrière, cependant encore importante, et du petit salariat en général, le plus attaché à faire aboutir une politique de progrès social, les renoncements de perspectives et le refus de prendre en charge notre histoire, quels qu’en aient été les aléas, en fin de compte, l’expérience de notre parti.

 

·              Ont alimenté un processus continu d’érosion de nos forces et de notre influence jusqu’a l’effacement de l’échiquier politique !

 

Aujourd’hui un courant dominant du cercle dirigeant envisage de faire avaliser une autre position liquidatrice dont l’issue est évidente, la disparition du  Communisme en France !

 

Il faudrait selon eux,

 

·              Soit se résigner à disparaître.

·              Soit souscrire à la construction d’une prétendue  “  force “ politique unique, “ à gauche de la gauche “, dans laquelle des sensibilités existeraient, avec leur marge d’autonomie, dont une composante Communiste !

 

Que vaudrait une composante Communiste au sein d’une mouvance diaphane, sans un Parti susceptible de définir une politique et promouvoir des orientations ?

 

De quel poids la « sensibilité » résiduelle   Communiste saurait elle, au sein d’une majorité d’autres organisations opposées à nos propositions et dont aucune n’a à ce jour affiché la volonté d’un changement véritable de société, (certaines étant strictement hostiles au communisme) imposer des orientations de rupture avec les choix dominants du système  Capitaliste ?

 

Par quel moyen, la « sensibilité » résiduelle communiste, au sein de cette prétendue force, sans la structure communiste qu’elle aurait elle-même contribué à liquider, saurait-elle conserver :

 

·              Son indépendance de pensée et de libre expression,

·              Son indépendance politique et de libre prospective,

·              Son indépendance de décision et de liberté d’action dès lors qu’elle ne disposerait plus au sein de cette «  force composite » que d’une marge d’autonomie (comme le suggère MARTELLI), plutôt que d’une autonomie pleine et entière !

 

MARTELLI pose la question  de l’existence nécessaire d’un Communisme politique au sein de ce nouveau parti, sans la structure Communiste, c'est-à-dire, sans notre Parti !

 

En vérité la question qui importe, est celle de nos rapport avec la société, plutôt que celle de nos rapports avec les «  gauches «  !

 

C’est dans la société qu’il importe de faire vivre un communisme, certes politique, mais aussi dans toutes ces dimensions sociétales…..

·              Un communisme sans structure politique reste une idéologie sans consistance, incapable de produire ses preuves dans la confrontation au réel !

·              Comment un communiste  virtuel  pourrait- il  faire valoir des positions communistes efficaces en l’absence  d’une réflexion d’intelligence collective communiste critique et d’un potentiel de militant de conviction capable de promouvoir le fruit de la contradiction collective ?

 

En fin de compte, le projet d’une nouvelle » force » réformiste accompagné de la liquidation de notre Parti, c’est aussi la liquidation de la perspective d’émancipation !

 

Aujourd’hui :

 

·         Les coups les plus durs sont portés à notre peuple ! Tous les acquis sociaux auxquels nous avons contribué, sont systématiquement récurés.

·         Les libertés élémentaires conquises de hautes luttes par les précurseurs et des générations de travailleurs, sont remises en causes.

·         Une politique atlantique est renouée avec son contingent de bellicisme et de dangers qu’elle fait peser sur la paix mondiale….

·         Les «  tris » les « sélectivités les relégations, les délations, la chasse aux immigrés…., renaissent dans notre pays, instaurés par une droite fascisante qui ne saurait interrompre un processus pervers dont on connaît l’issue !

·         Des enfants d’immigrés sont séparés de leurs parents….

·         Chaque année, des milliers de travailleurs français sont contraints de s’alimenter dans les organisations humanitaires.

·         Chaque année des êtres humains meurent sur le trottoir de nos villes.

·          

L’urgence, pour un Parti Communiste digne de sa vocation, c’est de retrouver ses liens avec les luttes, de  fédérer les consciences, de contribuer au combat quotidien, d’ouvrir une perspective, de s’opposer résolument aux injustices, de remettre en chantier et faire grandir une espérance d’émancipation.

 

·         Qui peut mieux y répondre, que le potentiel militant communiste ?

·         Comment pourrait-on engager ces combats – sans  notre Parti, sans une structure Communiste, sans concept de classe et de masse, de démocratie ?

 

C’est avec tout cela, qu’il nous appartient de renouer des liens. Et sans attendre :

 

·         Ouvrir une dynamique de combat,

·         Faire cesser les conciliabules d’état major, les stratégies pipées, les mutations lapidaires, les tractations occultes de sommet, les compromis de pouvoir pour le pouvoir…..

 

N’attendons pas de la pensée d’un génie la meilleure marche à suivre, ayons confiance en l’intelligence collective.  Dit Séguy

 

N’attendons pas des stratégies pipées et moins encore d’un projet sans issue qui envisage la disparition de notre Parti, le Parti Communiste Français, une issue de  perspective. C’est sur le tas que nous devons la construire avec notre Parti.

 

·         Pour cela, les débats stériles, les discours sans consistance, les orientations lapidaires doivent cesser. Un congrès est inutile dans une situation d’urgence ou la responsabilité de faire face incombe strictement au Parti Communiste.

·         C’est de cela qu’il faut débattre et, sans attendre remettre en chantier nos combats quotidiens !

·         C’est de cela que notre Parti a besoin pour reconstituer ses forces et son efficacité politique !

·         C’est cela que le peuple des exploités, des spoliés, des relégués attend de nous !

 

La question de garder ou non notre Parti, ne se pose pas :

 

Notre Parti, est l’instrument indispensable, décisif, de  lutte, de construction et de perspective ! Quelle que soit la situation d’aujourd’hui, nul ne saurait la liquider, sans en être comptable devant l’histoire !

La  légitimité des dirigeants, plus prolixes à refonder, resituer, redéfinir, réinventer la gauche, qu’a relever le drapeau du Parti et à lui restituer sa consistance politique et sa vocation de classe, de masse et de démocratie, doit être débattue . Une direction sans conviction profonde dans les capacités de notre Parti à surmonter les difficultés, ne peut être une direction de notre Parti Communiste !

 

Des contres propositions d’urgence, doivent être élaborées pour le soutien, le développement et l’éclairage politique des luttes en cours qui se cherchent et que nous devons contribuer politiquement à faire converger – vers des perspectives politiques de changement de société. La réflexion sur ces contres propositions, doit  sans plus attendre, être  remis  concrètement en chantier par l’ensemble de notre Parti, de sa direction, jusqu’ à nos défuntes cellules qu’il est nécessaire de faire renaître.

 

Cet appel adressé aux militants communistes, les invites à reconstituer leurs cellules, les « collectifs » version 2006, étant on l’a vu, 1, 8%, inopérant, pour créer les meilleurs conditions du combat politique et faire vivre l’espoir en des jours meilleurs.

 

La section de Retournac et  environs (Haute Loire)

Partager cet article

Repost 0

commentaires