Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 12:49

Conseil National du PCF du 4 décembre 2007 

 

Intervention (résumée) d’Emmanuel DANG TRAN, Fédération de Paris

 

 

Les communistes ont récusé massivement l’ordre du jour de liquidation. Ils veulent que le PCF continue à exister et à jouer son rôle indispensable. Le groupe dirigeant, désavoué, manœuvre en retrait. Quel changement de ton ici ! Finis les discours sur le « déclin inéluctable », le « boulet » de notre histoire, « l’émergence d’un nouveau parti ».

Mais le mandat proposé esquive toujours tout bilan de la stratégie de la direction. Le projet d’en finir avec le PCF demeure en filigrane dans des formulations vagues et ambiguës telles les « visées » « communiste », de « transformation », « d’émancipation humaine ». Conserver le nom de PCF en continuant à le vider de son identité de classe : c’est aussi grave.

On le mesure dans la lutte cruciale pour défendre les régimes « spéciaux » de retraite. La direction du Parti est très effacée nationalement sur cette question de même qu’elle avait refusé de l’intégrer dans la campagne présidentielle.

Les communistes doivent continuer à se réapproprier leur parti. Le « mandat » qu’ils doivent imposer pour le congrès de 2008 mais aussi dès maintenant pour l’action communiste, c’est l’urgence de la rupture avec 15 ans de mutation-liquidation. Recréer des cellules, donner la priorité aux luttes et au rassemblement dans les luttes, affirmer l’indépendance du Parti (remettre en cause la satellisation au PS, ce qui n’est pas forcément contradictoire sur le plan local avec des listes d’union), abandonner les positions réformistes prises depuis la « gauche plurielle » : voilà l’exigence du moment pour les communistes.

Oui, comme l’a dit la camarade du Pas-de-Calais, c’est à perspective du socialisme du 21ème siècle que nous devons travailler.

Une autre rupture s’impose de façon impérative. Des dirigeants du Parti, parmi les principaux, se sont exprimés publiquement. Ils estiment que le PCF n’a plus de raison d’être et souhaitent sa disparition. Les mêmes portent une part écrasante de responsabilité dans le recul du Parti. Ils refusent de l’assumer mais voudraient rester aux commandes, bien que complètement désavoués par les communistes.  Il est inconcevable qu’ils continuent à piloter d’ici le congrès de 2008.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel DANG TRAN - dans Interventions au CN du PCF
commenter cet article

commentaires

brouillard philippe 07/12/2007 15:49

a Je mène depuis quelques mois un combat bien solitaire. Je pars du principe que, sans programme de rassemblement et d'action politiques, le PCF tourne en rond dans sa spirale réformiste.
Voici ma proposition (très succintement résumée):
Front populaire pour le droit au travail opposable
Entièrement financé par la conversion en salaires de tout l'assistanat, des patrons, des chômeurs, etc, soit un total de près de 100 milliards d'euros, de quoi salarier 5 millions d'actuels inactifs à raison de 2.000 euros par mois!..et relancer la production française.
D'où: - donner un travail à tous les jeunes (banlieues), aux femmes, aux Rmistes, aux pré-retraités, aux sans-papiers etc - donner aux salariés une force revendicative sans précédent. - favoriser l'unité syndicale. - ouverture sur la gestion démocratique des entreprises.
Cette initiative communiste (qui s'attaque à une arme majeure du capitalisme) a tout pour rassembler et les salariés et les couches les plus diverses de l'opinion, prendre au mot et à revers Sarko et la démago du FN. Elle évite le « faire payer les riches » incompris. Elle est anti-capitaliste sans être anti-libérale etc etc

Je sais que ça déroute. Mais mener le combat contre la direction liquidatricedu Parti ne suffit pas en soi. Il nous faut proposer aux masses avant fin 2008 un objectif optimiste, mieux que la « dé
fense des acquis ».

Philippe Brouillard militant 100% de 1950 à 1979 (refus de l'électoralisme)
réadhérent 2007