Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA UNE

NOUVEAU SITE ACTUALISE QUOTIDIENNEMENT: http://vivelepcf.fr/

 

36ème congrès du PCF: accès au dossier (en lien)

       
       
         
27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 21:48
Grâce à ses militants, le PCF relève la tête!

Plus de 6000 manifestants ont défilé hier de la Place de la République à la Rotonde de la Vilette à l'appel du PCF pour riposter à la politique de Sarkozy. Cette manifestation suivait l'initiative des fédérations du PCF du Nord et du Pas-de-Calais, les "marches pour l'emploi". Plus d'une vingtaine de fédérations du PCF de la moitié nord du pays ont participé à la mobilisation à Paris.

Nous nous réjouissons du succès de cette manifestation. Dans cette période de développement des luttes, elle contribue à porter l'alternative politique à la politique au service du MEDEF. Qui, même "à gauche", combat la remise en cause des régimes spéciaux de retraite et explique en quoi elle prépare la nouvelle étape de casse de l'ensemble du système de retraite par répartition et de nouvelles privatisations? Qui, même à "gauche", fait le lien entre la lutte contre les franchises médicales et la défense du financement solidaire de la Sécurité sociale? Qui s'engage contre le nouveau traité de l'UE du capital pour faire respecter le NON du peuple français de 2005? Qui sinon en premier lieu les militants communistes, dans leurs entreprises et leurs quartiers.

Cette manifestation apporte aussi un démenti flagrant à la campagne menée sur le thème du "déclin inéluctable" du PCF. La question à l'ordre du jour n'est pas de saborder le PCF mais de lui redonner sa raison d'être! Les militants communistes viennent d'en faire une démonstration, devant la direction de leur parti.

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF Paris 15ème - dans PCF
commenter cet article

commentaires

Pierre MARTIN 01/11/2007 02:34

Congrès extraordinaire :
La lutte entre les 2 voies
ou
Les Fundies vous saluent bien !
Face au désarroi de nombreux militants communistes, il nous semble important aujourd'hui de rappeler où passe la ligne de fracture qui oppose position " réformiste " et position " révolutionnaire ", cette ligne tourne autour de la question de l'existence ou non, de préalables, à toute véritable ouverture d'une période de bouleversements économiques et sociaux débouchant sérieusement sur la remise en cause de la nature capitaliste du libéralisme qui nous est imposé. Ces préalables sont ce que le camp anti - opportuniste appelle les Fondamentaux économiques du marxisme :
- Pas de rupture possible avec le capitalisme sans remise en cause de la nature de la propriété privée des moyens de production

- Pas de rupture possible avec le capitalisme sans remise en cause de la nature du pouvoir dans ces mêmes entreprises, et donc de la remise en cause de la division du travail quelle soit technique ou sociale.

- Pas de rupture possible avec le capitalisme sans la remise en cause de sa nature libérale, c'est à dire sans remise en cause des phénomènes de marchandisation qui affectent nombre de biens à caractère de plus en plus social : La santé, la culture, la justice, l'habitat, le transport. Aujourd'hui avec tous les secteurs qui affectent la survie de la planète, l'énergie, l'eau etc. C'est au titre de cette même socialisation, par l'existence d'une coopération de plus en plus poussée au sein de la production que les communistes luttent pour l'abolition d'une forme particulière de marchandisation, le salariat.
La crise du système " Socialiste " et les solutions à cette crise :
Tous les militants communistes le savent, la crise du système " socialiste " a affecté profondément, la confiance qu'ils avaient dans les solutions proposées pour rompre avec le système capitaliste.
Mais est-ce à dire que le chemin proposé était moins cohérent et moins performant que la bouillie idéologique qu'on cherche aujourd'hui à leur imposer.

La théorie du dépassement : la direction actuelle, cherche à masquer son renoncement à la destruction du système derrière de pseudo concepts, voir en en reprenant d'anciens, sans en comprendre le sens profond. C'est particulièrement le cas avec la théorie du dépassement marxiste, qui nous est présentée comme une nouveauté, alors qu'elle n'est que la reprise déjà lointaine de l'opposition marxiste à l'anarchisme. Les anarchistes prétendaient pouvoir remettre en cause le système de fond en comble, " ceci du jour au lendemain ", en s'attaquant au capitalisme et à l' Etat, tout en préservant le marché et la " libre " association des producteurs.

C'est parce qu'il était cohérent avec lui même que Lénine en combattait pour La collectivisation des moyens de production à d'abord imposer leur " Etatisation ".
1) A quel type de remise en cause du système, l'actuelle direction du P.C.F prétend elle aboutir, si elle ne s'attaque même plus à l'appropriation privée des moyens de production ?

Lénine pour être conséquent avec lui même a ensuite cherché, via la planification et l'aménagement du territoire, à transformer les entreprises " Etatisées " en "Nationalisation ", c'est à dire en lieu de production où devait être examiné la satisfaction de leurs usagers, de leurs salariés, et les intérêts " supérieurs " de la Nation (i.e : on ne laisse pas spontanément les salariés ou même les usagers produire ce qu'ils désirent, certains biens doivent être " imposés " (ex : les outils militaires), certains métiers exercés, même si personne n'a envie de les exercer) c'est pourquoi dans la doctrine communiste, la socialisation objective de l'économie, passe par le préalable de l'Etatisation à la différence de l'Anarchisme qui a toujours considéré que le marché et la libre association des travailleurs, pouvaient spontanément répondre à ce genre de contradictions.

2) L'actuelle direction du P.C.F, combat-elle pour l'instauration généralisée de coopératives, ce qui a toujours été la position du courant libertaire et qui constitue au moins une réponse à la fin de l'existence de la propriété privée ? - Même pas !

Lénine a échoué pour des raisons historiques que tout le monde connaît, retard économique de la Russie, guerre de 1914 et guerre civile, à rompre avec le statut capitaliste du salariat, avec l'existence d'une division du travail imposée par la production moderne en grandes séries. L'ouvrier russe à continué d'être un salarié soumis à un procès de production " Tayloro -fordiste ". Ce phénomène, couplé au maintien d'un " Etat " socialiste ou une couche, une strate, s'autonomisant de plus en plus des intérêts des producteurs directs, a fini par se reconstituer en classe, travaillant à la restauration du capitalisme en Russie.
C'est cette couche, cette strate, cette classe, que la direction actuelle du P.C.F, qui a tout fait pendant des dizaines d'années pour ne pas avoir à la reconnaître, l'analyser, la dénoncer. C'est cette dernière qu'elle nous propose aujourd'hui de transformer en un absolu, qu'aucune révolution, qu'aucune remise en cause de la nature de la propriété privée, ne pourrait arriver à supprimer. Des lors nous disent-ils : à quoi bon combattre pour la révolution socialiste, si la bourgeoisie privée doit être remplacée par une bourgeoisie d'Etat. ?

Bourgeoisie d'Etat, ils oublient volontiers qu'ils le sont déjà, par les places qu'ils occupent dans l'appareil d'Etat, municipal ou départemental, ou ils se renouvellent en se perpétuant et se cooptant. Mais une chose est sûr, ce procès de social - démocratisation qui est le propre de tout socialisme " étatique " dont le stalinisme n'est qu'un avatar, oblige les véritables communistes à remettre sur le métier la question de la révolution.

Il est un fait remarquable, c'est de constater que la crise des " élus " dans le P.C.F est une crise permanente depuis les années 20, qui n'a connu de résolutions que sur la droite. Aucun d'entre eux, n'a apporté de solutions révolutionnaires aux contradictions du système, tous ont fini dans les limbes de la social-démocratie, sans même en bouleverser le moins du monde et son glissement à droite et sa finalité programmatique.

Ceci doit obliger les communistes à renouer avec les fondamentaux de l'orthodoxie sur la question de la délégation de pouvoir, la lutte pour la disparition de L'Etat, le " turnover " dans les fonctions électives, le renforcement du poids ouvrier dans la structure dirigeante du parti.

L'actuel direction du P.C.F en ayant renoncé au rôle dirigeant de la classe ouvrière, en ayant renoncé au socialisme, en ayant renoncé au dépérissement de l'appareil d'Etat, par le truchement d'une autre dictature que celle que nous impose aujourd'hui la bourgeoisie capitaliste, peut-elle nous expliquer comment elle escompte dépasser quoi que ce soi ?
Une tel dépassement ne contient pour la classe ouvrière qu'un seul avenir, l'avoir une fois de plus dans le dos !

C'est pourquoi, l'aile gauche du P.C.F, ceux que les " journaleux " appellent les " conservateurs ", les " doctrinaires ", les " orthodoxes ", en un mot les " Fondies " (Terme allemand pour désigner les fondamentalistes qu'ils soient écologistes ou communistes), se sont mis en marche. Ils commencent à quitter leurs différentes bases rouges pour entreprendre la longue marche du redressement communiste. Et comme ils ont de la mémoire, ils se souviennent :
" Que John Lewis relise les première pages de Que faire un petit intellectuel nommé Lénine y défendait avec un extrême dogmatisme.. l'orthodoxie de Marx menacée de graves dangers. Oui, Lénine se déclarait fier d'être attaqué comme " dogmatique " par la coalition internationale des révisionnistes " critiques ", fabiens anglais, ministérialistes français en tête ! Oui Lénine se déclarait fier de défendre la vieille orthodoxie menacée celle de Marx. Oui, il pensait qu'elle courait de graves dangers : le réformisme et le révisionnisme . Des communistes, aujourd'hui, pensent et font de même. Ils ne sont certes pas nombreux. C'est ainsi . Pourquoi ? On va le voir. "

Louis Althusser - Réponse à John Lewis, p 63 Pierre Martin
C'est tout vu, mon Louis :
Les " doctrinaires " ne " doctrinent " plus, ils agissent.
Les " conservateurs " ne préservent plus ils dissolvent…..
Les "orthodoxes " n'embaument plus les " cloches ", ils les sonnent…
En mot les " Fundis " ne causent plus, ils flinguent, ils éradiques, ils extirpent…
Ca va saigner mon Loulou, sus à la gueuze, sus à la bête !